Confusion sur une agression

Réalisée par maeva · 30 avril 2024 Aide psychologique

Bonjour,
A l'époque j'avais 17 ans, j'étais dans une relation toxique qui a duré très peu de temps en soit, juste 6 mois mais qui a laissé quelques séquelles. Même encore maintenant j'y travaille pour aller mieux. J'ai actuellement 20 ans, et en septembre dernier, j'avais commencé à lires des articles sur le féminisme, les viols conjugaux pour mon mémoire d'études. Et je ne sais pas pourquoi c'est comme si ça avait fait un déclic dans mon cerveau et j'ai eu des flash, de souvenirs qui me sont revenus. C'était comme si c'était des souvenirs que j'avais enfermé quelque part dans ma mémoire, dans une partie où je ne pouvais avoir accès et d'un seul coup j'avais ouvert cette porte.
C'était donc une soirée avec cet ex, c'était quelqu'un qui fumait beaucoup de joint. Et cette soirée là, on fumait ensemble, c'était la deuxième fois de ma vie. J'en suis pas très fière, et ça m'avait totalement amené ailleurs, je ne sais pas vraiment comment l'expliquer mais j'avais énormément de mal à rester dans la réalité, à rester consciente. Il s'était rapproché de moi une première fois quand j'étais dans le canapé car il voulait qu'on ai des rapport ensemble. Il avait toujours voulu en avoir en étant défoncé. Je lui avait dit que j'étais pas en état mais peut-être plus tard si je me stabilisais, si j'arrivais à gérer la situation. Puis il était revenu plus tard, cette fois ci j'étais posé dans le lit, il m'a redemandais, il me semble avoir répondu plus tard, car j'étais pas bien, j'arrivais pas à rester dans la réalité, je n'avais aucune notion. Je revenais de temps en temps à la réalité mais très peu de temps et quand je suis revenue il était en moi. J'avais été incapable de bouger, de faire quoi que ce soit, de réagir, mon corps avait même ressenti du plaisir sur le moment où j'avais été consciente puis je me suis senti repartir. Mes souvenirs sont flous. Mais je m'étais persuadé que c'était pas grave, qu'il en avait envie donc c'était pas grave, et j'avais mis de coté la chose. Tout m'est revenu en septembre 2023 de manière très violente. Je me suis mise à me sentir très mal, j'avais l'impression de mourir sur place, je pleurais tous les jours j'étais en colère mais plus contre moi même que contre lui. C'est quelqu'un qui avait l'habitude de fumer mais je ne pense pas qu'il est saisi comment moi j'ai pu le ressentir mais d'un autre coté je peux pas lui en vouloir même moi j'avais fais comme si de rien n'était. Actuellement ça va un peu mieux mais ça fonctionne par phase. Je me sens honteuse, coupable et surtout en colère. Je ne comprends pas comment pourquoi mon corps a réagi a quelque chose que je ne voulais pas, à un rapport que je ne voulais pas. Je ne sais pas comment qualifier ce qu'il c'est passé.

Merci d'avance pour votre temps et votre réponse.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 12 MAI 2024

Chère Maëva,
Chère future patiente,

Merci infiniment de vous être confiée. Je me permets de vous prévenir que ma réponse risque d'être difficile émotionnellement. Votre ex-partenaire a commis un viol et cela vous a traumatisé. Vous aviez une amnésie traumatique, qui s'est révélée quelques années plus tard en lisant des articles qui ont rappelé ce que vous avez subi. Votre cerveau, votre mémoire, a fait de son mieux pour vous protéger de ce moment traumatisant durant plusieurs années en les enfermant dans une pièce, que vous avez ouverte, en utilisant vos mots. C'est exactement ce qu'il s'est passé. Je suis navré·e d'apprendre que vous avez subi un viol, c'est parfaitement illégal et votre ex-partenaire n'aurait jamais dû vous faire subir cela. Vous n'êtes absolument pas en tord, car vous étiez inconsciente et votre consentement était altéré par la drogue que vous aviez fumée. Votre colère, vos pleurs, votre mal-être et l'impression de mourir sont des réactions traumatiques normales, qu'il faut bien entendu prendre en charge. Mais il est habituel dans un processus de prise de conscience d'un évènement d'une telle violence, que votre corps réagisse d'une telle façon. Vous êtes en détresse et il est nécessaire que vous soyez accompagnée pour résoudre ce traumatisme, avancer vers un mieux-être psychologique (ex. associations d'aide aux victimes/survivant·e·s de violences sexuelles, groupe de parole en non-mixité, (psycho/sexo)thérapie ...). Concernant vos réactions physiologiques durant le viol, le fait que votre corps ait ressenti du plaisir sexuel est normal, cela arrive parfois. En fait, lorsque le corps est stimulé sexuellement, il a des réactions physiologiques en conséquence (ex. lubrification vaginale, érection du clitoris, orgasme ...) même si vous ne désirez pas ce rapport sexuel, même si vous n'en avez pas envie. Il y a une différence entre ce qui fonctionne d'un point de vue purement physiologique/physique et ce que vous souhaitez (ou ne souhaitez pas). C'est possible que des victimes/survivant·e·s de violences sexuelles aient eu un/des orgasme(s) et des réactions corporelles de plaisir sexuel, mais cela ne veut pas dire qu'ielles l'ont voulu, cela n'annule pas le fait qu'ielles ont été violé·e·s. Ce qu'il s'est passé était bien un viol, même si vous aviez tous·te·s deux fumé·e·s (puisque vous étiez inconsciente, lui conscient, et qu'il en a profité pour commettre un viol), même si vous avez eu des réactions physiologiques de plaisir sexuel (vous ne contrôliez pas votre corps, et vous n'en aviez pas envie). Le fait de ne pas avoir saisi la gravité des actes sur le moment peut être lié à l'état de choc, puis l'oublié par la suite, est une stratégie de protection de l'évènement traumatisant. Aujourd'hui, vous êtes dans un cheminement permettant une prise de conscience. Vous êtes une personne courageuse et je vous conseille d'être accompagnée par un·e professionnel·le de santé mentale et/ou sexuelle pour résoudre ce traumatisme et atténuer vos symptômes de détresse psychologiques.

N'hésitez pas à prendre rendez-vous prochainement, je serai ravi·e de vous accompagner.
Cordialement.

Mx. Rodrigues-Ribeiro Bonnefoy Niena-Louis (iel/il) | Sexothérapeute Queer

Niena Rodrigues-Ribeiro Bonnefoy Psy sur Le Raincy

35 réponses

40 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12950 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16200

psychologues

questions 12950

questions

réponses 135900

réponses