recherche psychologue spécialiste en addiction pr fils schizo, drogues dures SDF

Réalisée par FloPP · 10 mars 2023 Aide psychologique

Maman d'un "enfant" de 34 ans vivant dans la rue depuis 13 ans (je n'ai pas pu le garder chez moi car trop violent, voleur...) c'est son médecin traitant qui lui a conseillé ainsi qu'à moi d'aller vivre dans la rue. Maintenant il me dit que mon fils est "foutu") Antoine est Schizophrène et addict aux drogues dures.
Il a une histoire difficile (son oncle a tué devant lui mon fils donc son frère d'un coup de fusil), parmi ses 5 oncles 3 sont schizophrène "reconnus) ils sont maintenant tous morts.
Antoine a fait sa "première grosse" crise en se cognant le visage contre un mur de ma maison, son père en essayant de l'en empêcher en le ceinturant de ses bras est mort d'une crise cardiaque. Dans la famille je suis la seule a essayer de m'en occuper... Le reste de la famille me dit d’arrêter car "ça me rend malade). Je ne peux pas, c'est mon fils et j'en ai déjà perdu un. Antoine est sous curatelle, bientôt sous tutelle : il ne vas jamais voir son curateur, ne lui téléphone pas, il n'a plus de carte d'identité, c'est fait je ter par "toutes les banques pour comportement violent, le centre d’aide aux addictions dépendant de l'HP de Rennes ne veut plus le voir, il a "démoli le bureau de l'assistante sociale) et lors de ses séjours sous contrainte à l'HP, il s'évade ou son médecin référent lui fait une injection et le met dehors. Elle ne le voit jamais ne lui a pas donné de rendez vous depuis plus de 10 ans. Je sais que ces hôpitaux manquent de moyens, mais ce n'est pas dans ce genre d'établissement ou on ne fait que donner des médocs qu'il pourra s'en sortir. Actuellement il est demandeur d'une structure ou il pourrait être aidé pour arrêter les drogues "dures", mais ne veut pas qu'on l’empêche de fumer du chit. Je ne sais pas dans quelle clinique il pourrait aller ni si cela la meilleure solution. Il a fait 2 séjours longs à La borde ou cela se passait très bien mais lors d'une sorti à Blois il a repris une drogue dure, ce qui a été découvert par l'établissement lors d'une prise de sang. Ils l'ont mis dehors. C'est là qu’il voudrait retourner vivre car il s'y sent bien. Mais il ne sera pas "repris" tant qu'il sera addict aux drogues dures. Là bas il se sentait très bien il faisait beaucoup d'activités et participait à énormément de choses, il était même décidé qu'il fasse un apprentissage de menuiserie avec stage pratique la bas et théorique dans un établissement à Blois ou Rennes. Ce projet c'est arrêté après la découverte de ses prises de "drogues dures". Je ne supporte plus sa situation dans la rue, J'ai porté plainte contre l'HP, Le médecin censé le suivre, le département et l'état. Cette plaint a été jugée irrecevable.
Pouvez vous m'aider, me conseiller, j'aimerais avant de me mourir le voir bien dans sa peau. Je n'ai plus beaucoup d'années à vivre, étant atteinte de 4 pathologies qui devraient diminuer mon espérance de vie de 10 ans. Pour moi son rétablissement est ma première préoccupation. Je me moque qu'il fume du shit, mais ce que je souhaite pour lui c'est une vie. Il a beaucoup de "défauts" mais aussi beaucoup de capacités (musique, chant, poésie et il aime "les autres" sauf quand il est cassé) Il ne va pas dans les centres d'hébergements il "préfère" dormir sous un porche...
Son oncle, celui qui a tué son frère est sorti de unité pour malade difficile" au bout de 2 ans et mi, il a obtenu aussitôt un logement dans un foyer à coté de ses parents. Sa tante était secrétaire du sous préfet de Lorient !!!)
Pouvez vous me conseiller pour l'aider et m'aider.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 11 MARS 2023

Bonjour,

Merci de nous adresser votre témoignage. Votre situation est très difficile à gérer, et je suis sincèrement désolé que vous et votre fils deviez y faire face. Je comprends qu'il soit schizophrène et accro aux drogues dures, ce qui a entraîné une situation qui semble sans issue. Si cette situation n'est pas résolue, elle peut causer encore plus de douleur et de souffrance pour vous et votre famille, et pour votre fils également. Il est essentiel d'agir rapidement pour éviter que la situation ne s'aggrave.

Je tiens à vous assurer que vous êtes une bonne mère qui fait tout son possible pour aider son fils, malgré les difficultés auxquelles vous êtes confrontée. Vous êtes courageuse de faire face à cette situation, même si les autres membres de votre famille vous disent d'abandonner. Vous avez raison de continuer à chercher des solutions pour aider votre fils.

Je vous conseille de procéder étape par étape pour aider votre fils. Tout d'abord, il est important de lui trouver un endroit sûr où il pourra vivre. Vous pouvez contacter des centres d'hébergement pour SDF ou des associations qui s'occupent des personnes ayant des problèmes de santé mentale et de toxicomanie. Ils peuvent vous aider à trouver un endroit où votre fils peut vivre et obtenir une assistance pour surmonter ses problèmes.

Ensuite, vous pouvez chercher un spécialiste en addiction pour aider votre fils à arrêter de prendre des drogues dures. Vous pouvez trouver un psychologue ou un psychiatre spécialisé en toxicomanie en utilisant des annuaires en ligne ou en contactant directement des établissements de santé. Vous pouvez également contacter des centres de désintoxication qui offrent une assistance pour aider les personnes à se débarrasser de leur addiction.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la manière de pouvoir gérer votre situation , je vous invite à m'envoyer un message privé.

Je vous souhaite bonne chance dans votre recherche d'une solution pour aider votre fils, et n'hésitez pas à me contacter en privé si vous avez besoin de plus d'aide ou de conseils.

Cordialement,

Arnaud SOTO
psychologue, praticien EMDR

Arnaud Soto Psy sur Juillan

569 réponses

392 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 MARS 2023

Bonjour,
Tout d'abord, je trouve très durs les propos de votre médecin : personne n'est définitivement "foutu", votre fils est encore jeune et il peut trouver un jour le déclic qui lui fera donner le coup de pied pour remonter à la surface. On voit, au travers de votre récit qu'Antoine compte beaucoup sur l'extérieur, qu'il peut être violent même avec ceux qui cherchent à l'aider : il faudra qu'il évolue, qu'il décide de quitter son manteau de victime, qu'il comprenne qu'il est le principal acteur de sa guérison et que tout ne peut pas venir des autres. Il faut aussi qu'il ait la véritable volonté de s'en sortir et cela passe par l'acceptation de certaines règles, notamment celles imposées par les établissements de soins. Vous semblez perplexe sur cela, comprenez vous qu'il est tout à fait normal qu'on ne tolère pas la consommation de drogues dans le cadre de soins visant à s'en affranchir ? S'il n'est pas prêt à accepter cela, il va être très compliqué pour lui de retourner dans une structure et vous n'avez aucun moyen de le forcer. Il faut que vous acceptiez qu'il a sa part de responsabilité et qu'il est le seul à pouvoir se "sauver". Maintenant, il ne faut pas désespérer, et si vous avez l'occasion de dialoguer avec lui, encouragez le à demander à être hospitalisé en addictologie pour ensuite demander son transfert en clinique spécialisée. Je pense qu'il faut changer de médecin traitant car le vôtre semble baisser les bras et ne pas vous aider vraiment.
Ensuite, certains problèmes peuvent être résolus : le curateur peut lui trouver un logement, ne serait-ce qu'une chambre. Il peut ouvrir un compte dans une banque en ligne (pas d'autorisation de découvert et pas de contact physique avec le banquier), la carte d'identité peut se refaire. Bref, il y a des solutions qu'il peut mettre en œuvre et vous ne lui rendez pas service en pointant l'absence d'aide, en déposant plainte, au lieu de l'encourager à se prendre en mains.
Enfin, son addiction n'est que la face émergée de l'iceberg : il semble que ses traumas n'aient jamais été véritablement pris en charge. Être témoin d'un meurtre hypothèque gravement le développement , il y a une guérison à opérer.
Je vous encourage aussi à consulter pour vous aider à traverser cette épreuve.
Je consulte en présentiel ou par visioconférence. Merci de me contacter avant de vous inscrire sur l’agenda de la plateforme.
Bien à vous
Véronique BLANCHE, Thérapeute Holistique
Guérison de l’enfant intérieur
Hypnose Ericksonienne
Soins énergétiques

Véronique Blanche Psy sur Quessoy

6558 réponses

4507 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 MARS 2023

Bonjour
J'ai déjà répondu à votre post mais je ne vois pas ma réponse.
Aussi, au risque de me répéter.

Votre fils a de la chance que vous l'aidiez.
Voici les coordonnées d'une association à contacter :
https://www.associationaddict.fr.
Bon courage pour la suite
Raphaëlle Richaud

Raphaëlle Richaud Psy sur Paris

60 réponses

26 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 MARS 2023

Bonjour Madame
Votre fils a une chance incroyable que vous soyez là pour lui.

Vous pouvez contacter cette association :
https://www.associationaddict.fr
Bon courage
Raphaëlle Richaud

Raphaëlle Richaud Psy sur Paris

60 réponses

26 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 MARS 2023

Votre souci de faire au mieux pour votre fils Antoine est légitime et vous avez raison de vouloir le protéger de lui même et de la précarité.
La schizophrène se traite
L’addiction aux drogues dures se jugule
Il faut un cadre et une prise en charge durable.
L’hôpital dans lequel est il est allé n’est peut-être pas « préparé » pour des patients tel que lui.
Je crois que l’hôpital Bichat, à Paris A un service spécialisé pour accueillir des personnes atteintes de schizophrénie et d’addiction.
Ce qui me semble important c’est que vous élargissiez vos recherches sur la France et peut-être sur la Belgique.
Les Psychologues que vous contactez par le biais du site Psychologue.net ne sont pas armés pour aider , accompagner votre fils.
Il faut voir des psychiatres-psychanalystes , Capables de poser un diagnostic juste sur la maladie de votre fils et de lui donner un traitement adapté ajusté qui permette de réguler son comportement ou ses comportements.
Antoine reste votre enfant, vous lui faites un beau cadeau en cherchant à vous occuper de lui. Peut-être que les interlocuteurs que vous aviez à Laborde peuvent orienter vos recherches d’un établissement pouvant le prendre en charge sur les deux aspects psychiatrique et addict if.
Je vous souhaite toute la force nécessaire, la constance, et la chance de trouver sur votre route des personnes capable de vous aider. Il y a probablement des associations à connotation quelques fois religieuse qui aussi peuvent être de bons conseils.
J’espère Vous avoir aidé un tout petit peu.
Cordialement Marie-Isabelle de Maillé

Marie Isabelle de Maillé Psy sur Paris

122 réponses

84 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 MARS 2023

Bonjour , quelle situation difficile . Le plus important pour commencer serait effectivement de traiter l’addiction aux drogues dures. N’y a-t-il pas des associations qui proposent ce genre de suivi s’il est « grillé » du service d’addicto? Ayant travaillé à Paris au sein de l’association Prévention et Soin des Addictions, ils ont une éthique très juste. Par exemple le centre ou j’étais était destiné au public précaire et multi consommateur et adaptait les projets avec justesse aux possibilités de chacun. Ce type de Csapa peut proposer soins infirmiers et suivi d’un traitement de substitution. Peut être essayer de contacter info drogue service pour avoir des adresses ? Cependant, il me semble effectivement difficile de décrocher s’il reste dans le milieu de la rue … à voir avec lui . Ensuite, si sous condition d’abstinence , il peut réintégrer La borde, cette clinique créée par Jean Oury est extraordinaire de ce que l’on dit et tellement différente d’un milieu hospitalier classique … c’est une chance s’il peut y retourner, comme vous l’avez mentionné il ne trouvera pas mieux en France en terme de réhabilitation, respectueuse des particularités de chacun avec ou sans pathologie mentale. Je vous souhaite bon courage et vous félicite de la justesse avec laquelle vous parlez de votre enfant malgré ces difficultés. Vous aussi vous avez à faire avec tellement d’épreuves, j’ai beaucoup d’empathie pour vous

Camille Patry Psy sur Brest

22 réponses

18 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 MARS 2023

Bonjour,

Cela est une situation difficile pour vous comme pour lui.
Manifestement votre fils ne prend plus son traitement ou celui-ci est complètement annihilé par les stupéfiants.
Effectivement il faut commencer par lui ôter l'addiction, surtout si il est demandeur en ce sens. Parallèlement il faut qu'il reprenne très régulièrement son traitement, sans interruption car sans ce dernier il retombera dans la drogue. Parallèlement il serait bon qu'il soit suivi par un psychiatre ou un thérapeute qui jugera de l'équilibre de sa vie.
Enfin et dans l'idéal il faudra faire une demande d'appartement thérapeutique. Cela peut-être long mais pas impossible.
Je vous souhaite un très bon courage
Michel le BAUT

Michel Le Baut Psy sur Marseille

4229 réponses

21809 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 MARS 2023

Madame
J’ai oublié de vous notifier l’UDAF union départementale des affaires familiales si votre fils est sous tutelle
Bien à vous
MI de Maillé

Marie Isabelle de Maillé Psy sur Paris

122 réponses

84 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13100 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16250

psychologues

questions 13100

questions

réponses 136300

réponses