8 traits communs de la dépression parfaitement cachée

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Vous concentrez-vous intensément sur vos tâches à faire et utilisez-vous l'accomplissement pour vous sentir utile ?

3 OCT. 2019 · Lecture : min.
8 traits communs de la dépression parfaitement cachée

Ce qui peut être intéressant dans l'exploration de la dépression parfaitement cachée est la question suivante : si vous ne savez pas comment révéler votre douleur, comment les autres sont-ils supposés identifier ce qui se passe ? Comment vous en sortez-vous ?

Le mieux est d'identifier ce qui constitue le syndrome de la dépression parfaitement cachée. Qu'est-ce qu'un syndrome ? C'est un groupe de comportements ou de croyances qui se retrouvent ensemble, un peu comme le sel et le poivre. Quand vous voyez l'un, vous trouvez l'autre. Et oui, la dépression n'est pas toujours visible chez l'autre, elle est même cachée.

8 caractéristiques communes de la dépression parfaitement cachée

Elles ne sont pas toutes présentes chez toutes les personnes susceptibles de se reconnaître dans une dépression, mais elles sont assez cohérentes.

Si vous vous identifiez avec une dépression cachée, alors :

1. Vous êtes très perfectionniste, avec une voix intérieure constante et critique de honte intense

Avoir une tendance perfectionniste est une chose : vous essayez de faire de votre mieux en vous disant "Si ça vaut le coup, ça vaut la peine de bien faire." Pourtant, vous pouvez vous en rire silencieusement si vous n'êtes pas au top, à tout moment et vous pouvez vous permettre d'être moins bon dans un domaine dans lequel vous n'êtes pas compétent. Mais si vous êtes plutôt dans la position où c'est une activité qui a du sens pour vous, et que celle-ci doit paraître parfaite, surtout si elle doit être évaluée ou vue par d'autres, vous devenez alors très critique envers vous-même. Vous êtes le parent idéal, l'avocat le plus accompli, le responsable de la classe ou le meilleur ami. Vous mesurez et évaluez constamment votre statut et, si vous ne répondez pas aux attentes, vous augmentez la pression. La honte intérieure gouverne vos choix et votre monde.

2. Vous faites preuve d'un sens des responsabilités accru ou excessif

Vous êtes très conscient du devoir, de l'obligation et de la loyauté, et vous pouvez compter sur lui dans un moment critique. Vous êtes le premier à remarquer que quelque chose ne va pas et à chercher des solutions. Vous êtes un bon leader, même si vous n'êtes pas le meilleur délégué. Ce sens des responsabilités peut devenir douloureux, car vous pouvez facilement vous en vouloir, plutôt que de prendre un moment pour comprendre la situation dans son ensemble. Cette tendance peut vous rendre vulnérable à la manipulation.

3. Vous avez des difficultés à accepter et à exprimer des émotions douloureuses

La colère est évitée ou refusée. La tristesse est bannie au fond du placard. La déception est pour les gémissements. Vous n’avez peut-être même pas les mots pour exprimer ces émotions. Vous restez dans votre tête la plupart du temps, plutôt que de vous connecter avec le cœur - analyser, décoder, penser à travers des choses.

4. Vous vous inquiétez beaucoup et évitez les situations où le contrôle n'est pas possible

Vous n'êtes pas quelqu'un qui peut rester facilement dans le présent. Si vous faites du yoga, vous pouvez détester la position finale, pour laquelle il est suggéré de respirer et de vous détendre. Vous pouvez aimer cuisiner, mais vous avez beaucoup de mal à vous asseoir avec les invités et à savourer le repas.

Le besoin de contrôle est fort, et on passe donc beaucoup de temps à s'inquiéter de ce qui pourrait arriver pour interrompre ce contrôle. Ironiquement, il est important de cacher cette inquiétude. Donc, il pourrait ne pas être évident pour les autres que vous soyez ainsi. Les gens secoueront la tête et se demanderont à voix haute : "Vous ne semblez jamais vous soucier du monde. Vous ne vous souciez pas des petites choses."

Votre inquiétude est cachée, juste sous le sourire.

5. Vous vous concentrez intensément sur les tâches et utilisez l'accomplissement pour vous sentir utile

"Tu es seulement aussi bon que ton dernier succès." Vous comptez sur l'activité et les réalisations pour vous distraire des insécurités intérieures ou des peurs qui pourraient tenter de s'échapper de votre cachette.

Nous faisons tous cela dans une certaine mesure. Si vous passez une mauvaise journée, cela fait du bien de faire quelque chose que vous avez peut-être retardé. Ou vous obtenez une promotion au travail. Ou encore, quelqu'un vous dit à quel point votre gentillesse était si significative pour eux. Il y a une valeur dans le but et l'effort.

Mais si vous allez trop loin, alors vous ne savez peut-être pas ce qui vous apporte une meilleure estime de soi, à l'exception de ces réalisations et tâches. Et c'est le problème.

6. Vous avez une préoccupation active et sincère à propos du bien-être des autres, tout en laissant peu de gens, voire personne, entrer dans votre monde intérieur

Ce n'est pas une fausse préoccupation, et ce n'est pas feint ou sincère. C'est réel : prendre soin des autres, c'est ce que vous faites très bien. Cependant, vous ne laissez pas les autres sentir aucune vulnérabilité de votre part. Vous ne révélez pas la douleur de votre passé. Votre conjoint peut savoir, mais ce n'est pas un sujet de discussion. Il y a un mur contre quiconque découvre que vous êtes seul.e, fatigué.e, vide ou submergé.e.

Cela peut être particulièrement effrayant en présence d'idées suicidaires. Et vous ne pouvez laisser personne entrer. De manière dévastatrice, même si vous le faites, il est possible que vous ne soyez pas cru. "Quoi, toi ? Déprimé ? Tu as tout pour toi." Et cela pourrait avoir des conséquences dévastatrices.

7. Vous négligez ou écartez les blessures/ les abus du passé ou du présent

La compartimentation est une compétence. C'est la capacité d'être blessé, triste, déçu, effrayé ou en colère à propos de quelque chose et de mettre ces sentiments de côté jusqu'à ce que vous puissiez mieux les gérer. Les personnes en bonne santé le font tout le temps. Vous pouvez même le faire avec la joie ou le bonheur. 

Cependant, si vous vous identifiez en dépression cachée, vous compartimentez excessivement. Vous avez développé des boîtes très fortes dans lesquelles vous enfermez des sentiments douloureux, consciemment ou inconsciemment, dans un recoin sombre de votre esprit. Cela vous permet d'ignorer, de nier ou de rejeter l'impact d'expériences de vie ayant causé de la douleur dans le passé ou le présent.

Une femme s'identifiant avec une dépression cachée a récemment indiqué par courrier électronique qu'elle avait reçu un diagnostic de stress post-traumatique, qu'elle a totalement écartée. "Ce qui m'est arrivé n’a rien de grave", écrit-elle. "Des choses bien pires sont arrivées à d'autres personnes." Cela peut être vrai ou non, mais la douleur est toujours une douleur.

8. Vous avez des problèmes de santé mentale, impliquant le contrôle ou l'évasion de l'anxiété

Vous vivez votre vie de manière très contrôlée et bien gouvernée. Ainsi, les diagnostics psychiatriques pourraient être des troubles liés au contrôle, tels que des troubles de l'alimentation et / ou des traits obsessionnels compulsifs. Des médicaments à base d'alcool ou de sédatifs peuvent également être utilisés pour échapper à l'anxiété.

Si vous vous voyez dans ce portrait, il est temps de faire appel à un thérapeute pour vous sortir de cette situation.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

derniers articles sur dépression