Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

L'arrêt d'une thérapie

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

C'est notre dernier rendez-vous, il a pour objectif de nous dire au revoir et de faire le bilan sur le travail que nous avons réalisé.

15 avril 2019 · Lecture : min.
L'arrêt d'une thérapie

C'est notre dernier rendez-vous, il a pour objectif de nous dire au revoir et de faire le bilan sur le travail que nous avons réalisé.

À quoi sert une séance de clôture ?

Lors de notre première rencontre je vous explique ma pratique, mon mode de fonctionnement et je vous parle également de notre ultime séance. "Étrange" me direz-vous, "nous n'en sommes qu'aux présentations et elle me parle déjà de la fin ?".

Vous êtes libre d'arrêter ou de suspendre notre travail quand vous le souhaitez. Par contre, je vous demande de me laisser l'opportunité de nous dire au revoir. Si cette séance est un engagement réciproque, vous restez le/la décisionnaire final(e) de l'interruption de votre thérapie. En général nous en parlons ensemble, nous pouvons ainsi nous assurer que l'un(e) et/ou l'autre sentons que nous arrivons à la fin de notre collaboration. Bien sur, j'apprécie de vous avoir en consultation mais je suis généralement ravie quand vous m'annoncez ne plus avoir besoin de venir me voir. J'accorde beaucoup d'importance à ce que vous me livrez et c'est toujours un cadeau que nous nous faisons (à vous, à moi et à notre relation thérapeutique) de s'accorder le temps de cet ultime rendez-vous.

La séance de clôture nous sert à faire le bilan de notre travail et mettre en avant les compétences que vous avez développées pour ainsi pouvoir les mobiliser quand vous le souhaiterez.

shutterstock-601718801.jpg

Pourquoi est-ce si important ?

Parce que j''avoue (me concernant), que j'aurais beaucoup de difficulté à retrouver ou recontacter une personne que j'aurais quittée fâchée, que je n'aurais jamais recontactée, ou une personne que j'aurais oubliée de rappeler.

En effet, j'éprouverais une désagréable sensation et je craindrais la réaction de l'autre à mon égard. Bien sûr ceci ne concerne que moi, mais je ne veux pas que vous puissiez éventuellement avoir le même ressenti après avoir arrêté, suspendu ou terminé notre travail. Cela me rend plus sereine de vous voir partir vers de nouveaux horizons avec légèreté. De plus, je veux que vous donner la possibilité de me rappeler si vous en aviez un jour envie (ou besoin), sans vous poser de questions inutilement encombrantes.

Enfin, je reste persuadée qu'il est idéal de partir lorsqu'on a un objectif et une direction bien définis. Mais, il est plus confortable de voir devant nous, lorsqu'on peut aussi regarder en arrière sereinement et constater, mesurer, le chemin déjà parcouru.

Photos : Shutterstock

Écrit par

Laure RAFFRAY

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail