Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

50 Nuances de Grey : tout ce qu'on peut dire sur le sadomasochisme

Article révisé par le Comité Psychologue.net

La sexologue italienne Francesca Romana Tiberi nous explique pourquoi la triologie 50 Nuances de Grey a eu autant de succès et quel est le profil d'une personne sadomasochiste. 

12 mars 2014 · Lecture : min.

L'énorme succès de la trilogie Cinquante Nuances de Grey de E.L. James est un excellent pretexte pour réflechir sur le phénomène BDSM (Bondage, Discipline, Domination, Soumission et Sadomasochisme) et la psychologie sous-jacente à cette orientation sexuelle ainsi que pour analyser la frontière qui sépare l'érotisme de la violence. Pour ne pas tomber dans les clichés simplistes, notre site homologue italien (GuidaPsicologi.it) a interviewé la psychologue et sexologue Francesca Romana Tiberi.

Pourquoi est-ce que la trilogie 50 Nuances de Grey a, d'après vous, autant de succès ?

À mon avis, ce roman n'est qu'une version "hot" de Cendrillon. Il est évident que le personnage principal, Anastasia, évoque les personnages des contes de fées : c'est, d'ailleurs, le prénom de la demi-soeur de Cendrillon et celui de la princesse russe Anastasia Romanov, retrouvée après avoir vécu de nombreuses mésaventures.

En d'autres termes, cette histoire d'amour et d'érotisme permet aux femmes de vivre le rêve de l'histoire de Cendrillon et de le concilier avec certains fantasmes érotiques féminins, ce qui implique une fictionnalisation de la réalité : nous, les femmes, avons besoin d'imaginer des scènes, des couleurs et des parfums qui nous permettent de vivre notre sexualité dans un univers coloré et romantique. Les images ne nous suffisent pas.

Qu'est-ce qui fascine les femmes : l'érotisme en tant que tel ou l'érotisme sado-masochiste ?

De nombreuses femmes aiment, dans un certain sens, être "guidées" dans leur sexualité. Le sadique, dans ce cas, n'est pas un homme ordinaire : c'est un homme branché ! Ce n'est pas exactement le voisin d'à côté : il est beau, riche et fascinant. Le fantasme de la femme guidée, prise avec force, est toujours très excitant : mais c'est un masochisme allégé, très romantique.

Est-ce que nous vivons dans une société plutôt sadique ou plutôt masochiste ?

Nous vivons dans une société fortement orientée vers la performance : ce qui compte ce sont les résultats et avoir du succès. Notre société manque d'empathie et ne s'intéresse que peu aux besoins de l'autre. D'ailleurs, dans l'imaginaire collectif, ces pratiques sont très intériorisées : elles sont souvent utilisées en publicité, par exemple dans le cas des chaussures pour femmes, où le talon aiguille est utilisé comme outil de séduction/domination exercées sur l'homme.

lobo.png

Margot Robbie et Leonardo di Caprio dans le dernier film de Martin Scorsese, Le Loup de Wall Street

Quel est le profil type d'une personne qui pratique le sadomasochisme ?

Ce sont aussi bien des hommes que des femmes. Je dois dire que ces personnes suivent rarement des thérapies, parce qu'ils ne pensent pas souffrir d'un trouble sexuel, et ils vivent cette paraphilie dans le cadre de leur sexualité. Ils se confessent sur certains sites et forums, ils se rencontrent sur Internet, où il existe de nombreux sites spécialisés. Les adeptes sont nombreux. Dans le cadre de ma pratique, je me suis surtout retrouvée face à des patients qui se tournaient vers moi parce qu'ils venaient de découvrir que leurs partenaires avaient ce genre de fantasmes sadomasochistes.

Parfois, les patients consultent concernant des troubles sexuels étroitement liés : anorgasmie, des problèmes d'érection, de lubrification, etc., et, dans le cadre de la thérapie, peut émerger une tendance à vivre une sexualité de ce genre, mais ce n'est pas directement à cause de ce trouble sexuel qu'ils se tournent vers moi.

La paraphilie sadomasochiste est décrite dans le DSM IV, le manuel de diagnostic de référence pour les psychologues et les psychiatres. Les adeptes du sadomasochisme, cependant, n'utilisent pas le mot "sadomasochisme", qui est plutôt un terme technique. Ils parlent plutôt de BDSM - un acronyme qui rassemble les trois couples dichotomiques suivants :

• Bondage et Discipline (B et D) ;

• Domination et Soumission (D et S et DS) ;

• Sadisme et Masochisme (S & M ou SM).

Le sadomasochisme est une préférence sexuelle ou une déviance ?

Dans la mesure où le sadomasochisme est indispensable pour pouvoir vivre sa sexualité, il s'agit d'une paraphilie. S'il s'agit plutôt d'un jeu pour mettre un peu de piment dans les rapport sexuels, il rentre dans une certaine normalité. Comme pour tout le reste, c'est l'envergure qui définit la problématique. Il est important de souligner que le sadomasochisme n'est ni illégal, ni immoral, si les participants sont consentants. La sécurité est, évidemment, très importante, et ça, ils le savent mieux que n'importe qui d'autre.

Est-ce qu'un traumatisme d'ordre sexuel, vécu dans l'enfance, est toujours l'une des principales causes sous-jacentes ?

Toutes les paraphilies ont quelque chose à voir avec la difficulté d'établir une relation avec l'autre. La paraphilie, d'ailleurs, nie la relation : "l'objet" de la paraphilie devient plus important que la personne avec qui sont partagés les rapports sexuels. Il est possible de supposer une ancienne blessure qui empêche d'établir toute relation. Cela ne veut pas forcément dire que l'on a été victime de violences : cela signifie que l'on a mal vécu l'attachement à l'un des parents et qu'entrer en contact intime et réel avec l'autre est synonyme de souffrance, souvent par peur d'être abandonné.

Quels sont les suivis thérapeutiques les plus appropriés pour ce genre de situation ?

Rares sont ceux qui se tournent vers un sexologue dans le but de changer. Nombreux sont ceux qui me contactent par e-mail, protégés par l'anonymat, pour me demander pourquoi est-ce qu'ils ont une pratique BDSM. Plus qu'une solution, ils sont à la recherche d'une raison.

menottes.png

Foto : D-is-for-Duck (Deviantart.com)

Comment doit se comporter la personne qui est soumise au sadisme d'autrui ? Qui est le ou la soumise et qui est le ou la sadique ?

Dans la dynamique BDSM, le pouvoir appartient, en réalité, au masochiste, parce que c'est lui qui peut arrêter le sadique et parce que, malgré les apparences, c'est lui qui confère l'autorité au sadique. Donc, indirectement, c'est lui qui commande. Mais il faut toujours se rappeler qu'il s'agit d'un jeu sexuel et qu'il le reste tant que les deux personnes sont consentantes.

Dans un couple, il est important de comprendre s'il s'agit d'un simple fantasme ou de la réalité : un fantasme ne doit pas forcément se transformer en acte. S'il s'agit seulement d'un fantasme, il peut être résolu facilement en en parlant, en fantasmant ensemble ou en le réalisant, même d'une façon plus douce ou légère (l'un des deux choisi la position, le lieu...).

En revanche, si le partenaire ne parvient pas à vivre sa sexualité autrement, s'il ne réussit pas à s'exciter ou à atteindre l'orgasme sans des pratiques SM, il faudra en parler et déterminer ensemble si l'on désire intégrer cet aspect dans la sexualité du couple et comment le faire.

Conseil : N'essayez pas de satisfaire votre partenaire à contrecoeur parce que, tôt ou tard, la bombe explose. Il vaut mieux en parler ouvertement plutôt que d'essayer de satisfaire l'autre en faisant un effort excessif pour soi-même...

Sur le long terme, cette soumission involontaire se transformera en source de conflit et d'inconfort. Si vous pensez que l'expérience BDSM est en train de déstabiliser la relation ou de créer des difficultés, il serait important de trouver un moyen de s'ouvrir et d'en parler, tout d'abord avec le partenaire, mais également avec un professionnel expérimenté. Il serait d'ailleurs préférable de choisir un professionnel spécialisé dans ce domaine, c'est-à-dire un sexologue. Il n'est absolument pas nécessaire de vivre cette réalité comme quelque chose de honteux.

Photo d'ouverture : Les Cahiers du Catch

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail