Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Harcèlement scolaire : les parents peuvent-ils aider leur enfant ?

C’est un sujet qui fait de plus en plus l’objet d’attention. On le sait tous désormais un enfant victime de harcèlement scolaire vit un enfer. Ses parents aussi.

4 déc. 2018 Enfants et adolescents - Lecture : min.

Auxerre Yonne

Le harcèlement

On le définit comme une conduite intentionnellement agressive, qui dure, de la part d'un ou plusieurs élèves envers l'un de leurs camarades. Plus de un enfant sur dix serait, à un moment ou à un autre concerné.

Le harcèlement peut prendre de nombreuses formes : agressions physiques, dégradation ou vol des affaires personnelles, injures et moqueries, mise à l'écart. Aujourd'hui il peut s'étendre aux réseaux sociaux et prendre de ce fait une ampleur démesurée.

On retrouve généralement plusieurs constantes :

  • Les harceleurs ne s'attaquent jamais à plus fort qu'eux. La force peut être physique, morale ou sociale.
  • Le harcèlement est toujours un phénomène de groupe. Même si un seul harceleur semble agir, au minimum il se sent impuni et en un retire un bénéfice de prestige au sein d'un groupe.
  • Le harcèlement est un phénomène genré. Les garçons harcèlent plus souvent que les filles. Ils le font de façon directe (agressions physiques ou matérielles, injures), les filles harcèlent moins souvent et plutôt de façon indirecte (rumeurs, ostracisation). Les filles s'attaquent plus souvent à d'autres filles, les garçons harcèlent filles et garçons. Au final les filles sont donc plus souvent victimes.
  • Les phénomènes de harcèlement diminuent avec l'âge. Mais on en trouve à tous âges, y compris adultes.

Intervention des adultes ?

Les campagnes officielles insistent sur la prévention et la détection du phénomène. Il est vrai que pour pouvoir la combattre encore faut-il avoir connaissance de la situation et identifier correctement ce qui se passe.

Ces campagnes incitent à apporter une aide extérieure à l'élève harcelé : intervention de la part de l'institution scolaire, soutien d'autres élèves et de la famille. Elles incitent également à faire la morale aux agresseurs en leur expliquant combien ce qu'ils font est mal et quelles peuvent être les graves répercussions de leurs actions.

Bien entendu ces prises de conscience sont utiles, il importe particulièrement que les jeunes qui ne sont pas les primo agresseurs comprennent en quoi le simple fait de participer, même indirectement en rigolant ou en likant un post, encourage le harcèlement.

trii.jpg

Il n'est évidemment pas question de laisser un élève se faire maltraiter et il convient de stopper tous actes qui relèvent de l'infraction en sanctionnant les auteurs de violences, mais on ne peut pas forcer les enfants à jouer avec un camarade ou à l'apprécier.

En fait l'intervention, notamment lorsqu'elle provient des adultes, n'est pas forcément aidante, elle peut même être contre-productive.

C'est d'ailleurs bien parce qu'ils le pressentent que les enfants préfèrent souvent ne pas en parler à leurs parents.

  • parce qu'ils ne veulent pas leur faire de la peine et les inquiéter
  • parce qu'ils ont honte de se trouver dans une telle situation
  • parce qu'ils ont peur que leurs parents n'interviennent directement et contribuent de ce fait à les enfermer dans une image de victime incapable de se défendre seule.

Que peuvent donc faire les parents ?

Pour les parents, la première chose à faire est d'avoir suffisamment confiance en leur enfant pour imaginer qu'il peut s'en sortir. Or, comme vous le savez, la confiance ne se décrète pas, il est donc utile de revenir sur ce qu'on lui a transmis, les expériences qu'il a déjà eues, les obstacles qu'il a surmontés, sur la confiance qu'ont les parents en eux-mêmes, sur leurs propres expériences de harcèlement à l'école ou au travail (bien rares sont ceux qui n'en ont jamais connues).

Ils doivent ensuite savoir comment convaincre leur enfant qu'ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour le soutenir mais ne prendront aucune initiative sans son accord express

Ils peuvent lui apprendre des techniques corporelles qui aident à faire face. Cela passe par l'apprentissage de postures physiques et de gestes qui rendront peut-être le harceleur plus méfiant.

Ils doivent surtout apprendre, pour les lui transmettre ensuite, différentes modes de réparties, et tout particulier ceux qui sont dits paradoxaux car ils mettent en difficulté le harceleur. Ce sont de doubles injonctions qui font que quoiqu'il décide cela le mettra en porte-à-faux.

Photos : Unsplash

0 J'aime

Laissez un commentaire

Le nom sera publié mais pas l'e-mail

INFORMATION BASIQUE SUR LA PROTECTION DES DONNÉES
Responsable: Verticales Intercom, S.L.
Finalités:
a) Envoi de la demande au client annonceur.
b) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services propres.
c) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services de tiers de différents secteurs d’activité, pouvant impliquer la cession de données personnelles aux dits tiers.
d) Segmentation et élaboration de profils pour des finalités de publicité et prospection commerciale.
e) Gestion des services et applications qu’offrent le Site aux Utilisateurs.
Légitimation: Consentement de l’intéressé(e).
Destinataires: Il est prévu de céder les données aux clients annonceurs pour mener à bien la demande d’information sur les services annoncés.
Droits: Vous avez le droit d’accéder, rectifier et éliminer les données ou de vous opposer au traitement des mêmes ou à l’une des finalités, ainsi que d’autres droits, comme il est expliqué dans l’information additionnelle.
Information additionnelle: Vous pouvez consulter l’information additionnelle et détaillée sur la Protection des Données sur psychologue.net/proteccion_datos

À lire aussi