La dépersonnalisation lors d'une attaque de panique

La dépersonnalisation est un trouble directement associé à une crise de panique. Il peut commencer à l'adolescence ou à l'âge adulte...

18 MAI 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

La dépersonnalisation lors d'une attaque de panique

Se dépersonnaliser, c'est, comme le mot l'indique, cesser d'être une personne, se quitter, se sentir hors du corps et être un observateur de ses propres pensées et sentiments. Pour faire une image qui nous rapproche de l'expérience de la dépersonnalisation, on pourrait penser à ces films où un corps éthéré se sépare du personnage comme un fantôme, et s'éloigne pour l'observer.

Ce n'est pas du tout une situation agréable, car elle s'accompagne de l'impuissance à perdre le contrôle des mouvements du corps lui-même et même de la parole. Les membres corporels comme les bras ou les jambes semblent se déformer et prendre des dimensions étranges, s'allonger ou rétrécir devant soi, tandis que la tête semble enveloppée d'un voile qui suffoque. Des sensations d'engourdissement et de picotements, entre autres effets accablants, sont ressenties par ceux qui souffrent d'un trouble de dépersonnalisation, dans un contexte d'attaque de panique.

La déréalisation est un trouble similaire, et comme son nom l'indique, elle est comprise comme un manque de réalité. C'est un sentiment d'étrangeté et d'isolement de l'environnement, comme vivre dans un rêve ou une réalité parallèle qui n'est pas tous les jours. Les émotions sont déconnectées des personnes connues, qui s'éloignent perceptivement du contexte, qui devient flou, fictif, perd ses couleurs, son volume et ses dimensions réelles. Inversement, le contexte peut parfois être perçu à partir d'une hyperconscience et d'une clarté sans précédent. Le temps de sa vie devient étranger, dans la mesure où un événement du présent peut être reconnu comme un passé lointain et même l'émotivité est perdue en évoquant une mémoire considérée comme n'étant pas la sienne. Par rapport aux objets, ils modifient également leur taille, leur forme et leur distance par rapport à la personne qui souffre de déréalisation.

La dépersonnalisation et la déréalisation accompagnent une attaque de panique, vécue dans une peur soudaine et très intense, où la possibilité tragique de la mort elle-même se fait sentir en quelques minutes après avoir souffert. D'autres symptômes fréquents d'une crise de panique sont la tachycardie, les palpitations, les sueurs, les tremblements, la sensation d'étouffement, l'inconfort abdominal, les étourdissements et les nausées, les frissons ou la suffocation.

Les attaques de panique entraînent une inquiétude extrême quant à la possibilité réelle de nouvelles crises, ce qui entraîne également un sentiment d'anxiété constante. Bien que l'angoisse n'ait aucune raison évidente, c'est un symptôme que nous construisons tous tout au long de notre vie, car il est lié à la certitude de la solitude et de la mort. Chez les personnes souffrant de crises de panique, la tendance à la rechute en détresse se développe fortement, étant beaucoup plus intense et périodique. Il en va de même pour les épisodes de dépersonnalisation et de déréalisation, qui peuvent durer plusieurs heures, jours ou semaines chez ceux qui ont subi des crises de panique. Dans les cas extrêmes, ces troubles sont permanents et ont tendance à diminuer ou à s'intensifier régulièrement.

Les causes du trouble de dépersonnalisation et de déréalisation dans un contexte d'attaque de panique ne sont pas connues. Certaines études montrent que les deux symptômes fonctionnent comme des mécanismes pour faire face à l'extrême anxiété et au stress ressentis par ceux qui souffrent d'une crise de panique, car ils génèrent la distance nécessaire entre la personne - qui se laisse et sa réalité - et la sentiments tragiques que vous ressentez.

Techniques efficaces pour gérer la dépersonnalisation

En associant les deux troubles aux causes possibles et à la maladie, le traitement psychologique est également conjoint. Lorsque l'attaque de panique disparaît, les symptômes de dépersonnalisation et de déréalisation disparaissent également. Il existe des techniques pour les traiter et elles sont accessibles car elles dépendent de soi. Le recours aux sens du corps est la première action dès l'apparition du trouble, pour précipiter le retour au corps et à sa réalité:

  • pincer la peau ;
  • prendre un objet très froid ou très chaud en se concentrant sur la température ;
  • compter ou nommer chacun des objets présents dans la pièce ;
  • bouger les yeux pour éviter de perdre le contact avec des choses réelles ;
  • respirer profondément et lentement en se concentrant sur chaque expiration et chaque inspiration ;
  • lever les bras à plusieurs reprises jusqu'à ce que la fatigue physique.

Souffrez-vous de ces troubles ?

La thérapie psychologique peut vous aider. Les attaques de panique et leurs troubles de dépersonnalisation et de déréalisation associés ne sont pas graves et ne représentent pas un réel danger. Mais ils peuvent être très effrayants et dérangeants, et c'est une raison suffisante pour que vous consultiez un professionnel. La thérapie comportementale cognitive est la plus recommandée dans ces cas.

Cependant, la première thérapie efficace s'effectue avec un être cher.

La dépersonnalisation et la déréalisation génèrent des sentiments de distance et de détachement des êtres chers et des proches. C'est pourquoi il est important qu'au cours d'une attaque de panique, vous contactiez un ami ou un membre de la famille qui peut vous parler en phrases courtes et simples de tout sujet qui vous maintient ancré dans la réalité actuelle et vous éloigne de sensations extrêmement douloureuses et pénibles.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ