L'ACT, la boussole de la vie à votre service

Découvrez la thérapie de l'ACT décrite par Steve HAYES à la fin du 20ème siècle. La thérapie s'attache à redonner de la flexibilité dans les situations entravant le bien-être individuel, pour mieux aborder la vie.

30 JANV. 2024 · Dernière modification: 2 FÉVR. 2024 · Lecture : min.
L'ACT, la boussole de la vie à votre service

En consultation, le psychologue rencontre souvent des patients en recherche de solutions pour éviter de souffrir et supprimer les symptômes. Le patient est comme emprisonné et lié à son symptôme au point qu'il ne se définit que comme celui-ci. Il a parfois tout essayé pour en décrocher mais cela n'a eu que l'effet contraire, l'accrocher à un comportement ou même une pensée vécu comme nocive, répréhensive, désagréable et non désirée !

Qu’est-ce que la thérapie d’acceptation ?

La thérapie de l'acceptation permet de redonner de la liberté de choix (la fameuse question de choix) au patient grâce à deux processus : la défusion cognitive et l'engagement vers ses valeurs reconnues comme bénéfiques. Dans cette TCC, les symptômes ne sont pas analysés et encore moins jugés.

Pour illustrer ce concept, vous pouvez regarder l'hexagone représenté en image. L'Hexaflex représente les 6 dimensions de l'ACT. La première dimension est le rapport au temps. Nous passons du temps à ressasser le passé et à angoisser sur l'avenir. En thérapie, le patient apprend à se concontrer sur l'instant présent.

La deuxième dimension est l'évitement expérientiel, qui représente les tentatives de contrôle ou d'évitement des événements privés (que personne ne voit) étiquetés comme négatifs ou nocifs. L'approche expérientielle, l'acceptation selon Russ HARRIS se caractérise par une attitude d'ouverture, de bienveillance, de non-contrôle, et de curiosité par rapport à l'expérience intérieure.

Le rapport aux pensées est mis en évidence dans la troisième dimension. La fusion est la tendance à considérer de façon littérale ses pensées, c'est-à-dire considérer leur contenu comme une représentation de la réalité. Autrement dit "je suis mes pensées". Défusionner de ses pensées revient à considérer l'événement interne pour ce qu'il est : un événement interne, une pensée, un souvenir une image mentale.

Le rapport que l'on entretient avec le concept de Soi est la quatrième dimension du modèle. L'approche comportementale du concept de propose de distinguer trois types de concepts de Soi : le Soi comme contenu, le Soi comme processus, le Soi comme contexte. C'est ce dernier que nous retiendrons comme élément important, celui du ici et maintenant.

Les valeurs personnelles font l'objet de la cinquième dimension. Les valeurs sont les qualités désirées des actions que nous entreprenons. Les clarifier permet d'influencer notre comportement. Clarifier ce que nous désirons faire dans notre vie revient à mettre en place un plan d'action unique et personnel, un schéma directeur bienveillant.

Qu’est-ce que la thérapie d’acceptation ?

Une valeur est à distinguer d'un objectif. Une valeur est un concept verbal qui ne peut être qu'incarné dans l'action, comme être disponible ou à l'écoute. Un objectif est une action concrète, réalisable, ayant un début et une fin comme faire un gâteau ou conduire une voiture de course. La différence valeur et objectif est de la même nature que celle entre «être» et «faire». Un objectif est fonctionnel dans la mesure où il nous permet d'incarner une valeur. Sa réussite importe peu.

Le thérapeute recherche l'expérimentation de la valeur par le patient en l'incitant à recherche des actions qui tendent vers l'atteinte de son objectif. Ce n'est pas le résultat mais le ressenti de l'action qui compte. On peut utiliser des outils comme la boussole de vie pour rendre plus concrets les exercices. Chacun sait que la réussite ne dépend pas que de soi mais le seul moyen d'être satisfait par l'objectif est d'y travailler. On ne contrôle pas la réussite de nos objectifs, la seule chose que l'on contrôle c'est d'y travailler et ainsi d'éprouver nos valeurs.

Les actions (6ème dimension) engagées sont toutes les actions qui consistent à rendre le patient comblé et orienté vers son objectif de vie. Plus il se connaît et reconnaît ce qui le rend heureux, plus il va tendre vers des actes bons pour lui. Pour cela il doit s'interroger sur ses aspirations profondes. Le patient ne cherche pas à changer les situations mais il apprend à vivre avec en trouvant un chemin qui lui correspond. La flexibilité psychologique est recherchée comme moyen et objectif de la thérapie.

PUBLICITÉ

Écrit par

Charlotte Blacque-Belair

Voir profil

Bibliographie

  • Passez à l'ACT, Pratique de la thérapie d'acceptation et d'engagement, Dr Russ HARRIS et Steven C Hayes.
  • Le Grand Saut : De l'inertie à l'action, Dr Russ HARRIS

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur thérapie comportementale et cognitive

PUBLICITÉ