Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Le surpoids, l’obésité reflètent souvent nos traumatismes du passé

Ce besoin de compenser en mangeant trop, souvent de manière compulsive ou en grignotant en permanence reflète une souffrance profonde.

11 mars 2019 Santé - Lecture : min.

Clichy Hauts-de-Seine

2 Recommandations

Se questionner

Il est normal qu’une absorption importante de nourriture nous fasse prendre du poids. Maintenant, on peut s’interroger sur ce besoin compulsif de manger. Parfois même, certaines personnes ont une alimentation normale mais prennent beaucoup de poids.

Les questions à se poser sur sa suralimentation. Elle me permet de :

  • Gérer le stress
  • Utiliser la suralimentation comme un tranquillisant
  • Se récompenser
  • Traiter la nourriture comme un ami sûr
  • Eviter les relations intimes et/ou sexuelles
  • Imiter les gens qu’on aime (rester dans un sentiment de loyauté envers ma mère, mon père en surpoids…)
  • Faire face à l’ennui

Ces différentes questions peuvent déjà vous amener un début de réflexion sur ce qui se passe en vous.

Le surpoids, l’obésité sont donc souvent liés au trouble de l’hyperphagie boulimique, c’est-à-dire non suivie de vomissements.

Selon le DSM V, le seuil de sévérité est établi selon la fréquence des accès hyperphagiques :

  • Léger : 1 à 3 accès hyperphagiques par semaine
  • Moyen : 4 à 7 accès hyperphagiques par semaine
  • Grave : 8 à 13 accès hyperphagiques par semaine
  • Extrême : 14 ou plus accès hyperphagiques par semaine

shutterstock-387061921.jpg

Les nourritures affectives

La nourriture est un besoin vital pour vivre, mais une surconsommation alimentaire parle de nos manques, nos peurs enfouies depuis longtemps.

Nous vivons tous des moments de craquage sur du chocolat ou biscuits, ou toutes autres choses suivant nos goûts personnels. On peut se rendre compte à quel point ce besoin de combler une faille émotionnelle est parfois incontrôlable.

Le problème c’est quand cela devient un mode de comportement et que notre cerveau ne peut plus gérer le trop plein émotionnel. Cela se passe souvent à un niveau inconscient. La personne ressent ce besoin intempestif de manger bien au-delà de la satiété, une envie de se gaver, comme pour combler un vide existentiel indéfini.

Revisiter le passé

On parle souvent de génétique dans l’obésité, tout comme le dérèglement hormonal, mais cela n’est qu’un indicateur qui n’explique pas tout. Il est important de tenir compte également des facteurs environnementaux, familiaux, éducationnels.

Il est important de prendre en charge rapidement un enfant se trouvant dans ce trouble de surpoids. Une thérapie familiale est souvent recommandée.

Les centres de prise en charge du surpoids peuvent aider les individus mais ce soutien reste précaire dans le temps. Un suivi thérapeutique individuel reste indispensable quel que soit l’âge.

Ces personnes souffrant de ce trouble ont une faible estime de soi, un trouble dépressif est souvent présent chez ces individus.

Les traits suivants s’observent chez les individus présentant des troubles de l’obésité :

  • Rôles peu clairs dans la famille
  • Peur de croissance et de maturation sexuelle
  • Peur des impulsions hostiles
  • Perfectionnisme obsessionnel
  • Abus sexuel ou autres évènements traumatisants au cours de l’enfance
  • Mécanisme de dissociation sous-jacente

Dans ma pratique thérapeutique, j’ai souvent constaté que le surpoids/obésité est apparu assez jeune dans la vie d’un individu souvent à la suite d’attouchements sexuels, viols subis à de nombreuses reprises pendant l'enfance, ou d’autres évènements traumatisants du passé.

shutterstock-1176503860.jpg

La relation passée avec la mère est aussi un facteur important à prendre en considération, notamment les exigences élevées dont l’enfant a souvent été l’objet, ou l’indifférence affective de sa mère.

Les traumatismes,  poids du passé,  est une manière symbolique de se l’approprier dans le corps afin de n’être plus désirable (autopunition inconsciente) et finalement de se perdre dans sa masse corporelle.  Car l’individu se sent perdu émotionnellement, et sa seule satisfaction est de manger qui est bien sûr qu'une impression momentanée souvent suivie de culpabilité, de honte, et qui amène la mésestime de soi.

Thérapie nécessaire

Une thérapie s’avère nécessaire pour travailler sur les traumatismes du passé. Une approche pluridisciplinaire et notamment l’hypnothérapie intégrative est pertinente pour traiter non seulement l’impact émotionnel et cognitif mais aussi aller à l’origine du trouble.

À noter que le trouble de l’hyperphagie boulimique est plus simple à traiter que le trouble de la boulimie vomitive associé à des épisodes d’anorexie restrictive qui lui est très complexe et long à traiter. Ce dernier trouble demande une motivation et implication indispensables de l’individu qui fonctionne souvent sur un trouble dissociatif  important.

Motivation

La démarche essentielleest, votre motivation à changer et votre engagement dans ce processus, si vous franchissez ce pas, vous avez déjà pris conscience de votre détermination pour vivre pleinement et librement votre vie.

 Photos : Shutterstock

21 J'aime

Laissez un commentaire

Le nom sera publié mais pas l'e-mail

INFORMATION BASIQUE SUR LA PROTECTION DES DONNÉES
Responsable: Verticales Intercom, S.L.
Finalités:
a) Envoi de la demande au client annonceur.
b) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services propres.
c) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services de tiers de différents secteurs d’activité, pouvant impliquer la cession de données personnelles aux dits tiers.
d) Segmentation et élaboration de profils pour des finalités de publicité et prospection commerciale.
e) Gestion des services et applications qu’offrent le Site aux Utilisateurs.
Légitimation: Consentement de l’intéressé(e).
Destinataires: Il est prévu de céder les données aux clients annonceurs pour mener à bien la demande d’information sur les services annoncés.
Droits: Vous avez le droit d’accéder, rectifier et éliminer les données ou de vous opposer au traitement des mêmes ou à l’une des finalités, ainsi que d’autres droits, comme il est expliqué dans l’information additionnelle.
Information additionnelle: Vous pouvez consulter l’information additionnelle et détaillée sur la Protection des Données sur psychologue.net/proteccion_datos

Commentaires (3)

À lire aussi