Pistes de prise en charge pour l’anorexie ou la boulimie

Des prises en charge complémentaires sont recommandés pour vaincre les TCA (troubles de l’alimentation). Je vous propose d'en découvrir certaines.

20 JUIL. 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Pistes de prise en charge pour l’anorexie ou la boulimie

Les troubles du comportement alimentaire ou TCA (boulimie, hyperphagie, anorexie, orthorexie (obsession de manger sainement), vigorexie (désir d'augmenter la masse musculaire), potomanie) sont des troubles obsessionnels où l'alimentation est utilisée pour exprimer les souffrances de la personne. Comme ils touchent directement à un besoin vital et à la bonne santé, ils doivent dans tous les cas être pris au sérieux.

Les TCA et encore plus l'anorexie doivent être pris en charge le plus tôt possible. Dès qu'un doute apparait, il est important d'entamer une psychothérapie pour éviter d'atteindre un IMC trop bas (entre 15 et 16) qui entrainerait une hospitalisation d'office. En plus, ce trouble peut entrainer de nombreuses rechutes donc le travail doit être fait en profondeur. Un certain nombre d'interventions diverses et de séances sont nécessaires.

Prise en charge intégrative indispensable

Les critères communs aux troubles de l'alimentation sont nombreux.

Il s'agit d'abord de prendre en considération l'environnement. L'entourage proche ne doit pas culpabiliser ni inquiéter la personne souffrante car il s'agit de comprendre qu'elle n'a pas trouvé d'autre moyen d'exprimer son mal-être.

Ces troubles s'accompagnent toujours de troubles de type anxieux, phobique ou obsessionnel.

L'image corporelle ne correspond jamais à l'attente de ces patients. Cela entraîne à terme une diminution de l'estime de soi, de l'amour de soi et de la confiance en soi. Les plaisirs sont perdus et l'expression émotionnelle finit par être anéantie.

Le sentiment d'être hors norme tout comme la perte de sensations finissent par être vécus comme un handicap.

Ces maladies constituent bien souvent une blessure de vie avec une perte de la saveur existentielle car l'alimentation a pris toute la place.

Pour toutes ces raisons, il est important de combiner différents types de thérapies : ACT (thérapie d'acceptation et d'engagement, TCC 3e vague), thérapie psycho émotionnelle (par exemple thérapie centrée sur les émotions), art thérapie, éducation nutritionnelle … Il s'agira d'impliquer le corps et ses expressions le plus possible.

Utilité de thérapies médiatisées

Les patients ayant des troubles du comportement alimentaire ont souvent un niveau d'expression verbale de très bonne qualité. Mais le discours est souvent travaillé et stéréotypé afin de dénier les troubles. La communication verbale est essentiellement défensive. Du coup, les psychothérapies psychodynamiques sont souvent non investies. Les psychothérapies médiatisées s'adressent ainsi à ces patients, dont les mécanismes de défense sont importants.

L'art-thérapie, grâce à la médiation « créative », va atténuer 3 types de peurs :

  • Peur de communiquer avec l'autre. Elle est vécue comme une peur de l'intrusion, tout comme la peur d'ingérer la nourriture. La présence d'une médiation permet une approche plus distanciée.
  • Peur de reconnaître ses propres affects. Les sentiments, les émotions, l'ambivalence et l'agressivité sont le plus possible refoulés et déniés par ces patients. La médiation sert alors de lieu de projection et d'élaboration.
  • Peur de sa vie intérieure. La vie imaginaire est vécue comme trop dangereuse. L'expression artistique va permettre une approche progressive et détournée de cette partie.

Exemple de l'anorexie

L'anorexie mentale se caractérise par une restriction volontaire considérable des apports alimentaires. Ceci conduit à une perte de poids rapide et importante, associée à une peur intense de prendre du poids. Les personnes souffrant d'anorexie mentale portent une attention extrême au contrôle du nombre de calories des aliments ingérés. La perception qu'elles ont de leur corps est extrêmement faussée, ce qui entraine une forme de déni. Celui-ci les empêche de prendre conscience de la gravité de leur état de leur maigreur. 20 % des personnes souffrant d'anorexie subissent également des crises de boulimie, compensées par des vomissements. L'anorexie mentale peut finir par entrainer une hospitalisation et nécessite d'être prise en charge.

Art-thérapie et anorexie

Avant tout, l'art-thérapie redonne l'accès au plaisir car la personne peut renouer le contact avec une créativité personnelle inconnue ou perdue.

L'art-thérapie ne sera pas utiliser seule. Par exemple, je vais utiliser l'ACT pour retravailler sur le besoin de maitrise grâce à la flexibilité psychologique que cette thérapie permet de gagner. La thérapie centrée sur les émotions permettra de prendre contact avec les affects refoulés et de les transformer. La psycho-éducation sera également nécessaire pour expliquer les enjeux de la pathologie. Tout l'aspect nutritionnel sera laissé au soin des diététiciens.

Grâce à certains ateliers avec des aquarelles et la peinture, le patient pourra expérimenter une voie qui n'est pas cartésienne et donc découvrir ce qu'il crée. Il aura alors la possibilité de constater la richesse fournie par la non-maitrise. L'idée est de diminuer le besoin de maitrise. Il sera également possible pour la personne de constater l'expression de ses émotions (qui complètera ou permettra le travail centré sur les émotions). Suivant les problématiques des patients, les matériaux et les thèmes proposés seront différents.

Grâce à la photographie, la restauration de l'estime de soi et la relation à l'autre sont mises en scène. La personne pourra aussi s'approprier l'outil photographique pour témoigner de sa réalité.

Un travail sensoriel avec les 5 sens permettra de favoriser au maximum les ressentis corporels, peu présents chez les patients, et ainsi de diminuer l'activité cérébrale trop intense. Grâce au modelage de l'argile, le sens du toucher réveillera des ressentis archaïques qui permettent de lâcher prise sur l'intellectualisation. Il est également possible de faire ainsi un travail sur la dysmorphophobie.

Tous les protocoles sont bien sûr à adapter en fonction de la personne car chaque personne est unique dans son anorexie ou son trouble du comportement alimentaire.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Karine BIAVA

Voir profil

Bibliographie

  • Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fifth Edition. 
  • Psychological Treatments for Eating Disorders, Andrea E. Kass, M.A., Rachel P. Kolko, M.A., and Denise E. Wilfley, Ph.D.,Curr Opin Psychiatry. 2013 Nov; 26(6): 549–555., US National Library of Medicine National Institutes of Health : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4096990/
  • Treatment of eating disorders, Your Health Mind, Page last reviewed Aug 2015 : https://www.yourhealthinmind.org/mental-illnesses-disorders/eating-disorders/treatment
  • Treatment for anorexia and bulimia, 2002, Amercican Psychological Association : https://www.apa.org/topics/eating-disorders/treatment
  • Specificity of psychological treatments for bulimia nervosa and binge eating disorder? A meta-analysis of direct comparisons, Glen I Spielmans, Steven G Benish, Catherine Marin, Wesley M Bowman, Maria Menster, Anthony J Wheeler, 2013 Jan 28., Pub Med : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23454220/  

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur boulimie