Les addictions comportementales : le plaisir des excès

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Vérifier son téléphone toutes les minutes, faire de l’exercice compulsivement, travailler sans repos ou acheter sans mesure sont des comportements addictifs.

15 JUIL. 2019 · Dernière modification: 10 OCT. 2019 · Lecture : min.
Les addictions comportementales : le plaisir des excès

Toute dépendance cache une grande insatisfaction. Lorsqu’une personne a besoin de "remplir" une carence profonde avec des éléments externes, elle parvient à échapper à son vide interne, mais de manière transitoire. C’est pour cette raison qu’elle se tourne constamment vers cet élément qui lui convient pour générer une décharge d’endorphines qui lui procure du plaisir et entre dans le cercle de la dépendance.

Quand on parle de "facteurs externes", on ne parle pas seulement de drogues ou d’alcool. Nous parlons d’habitudes quotidiennes socialement acceptées comme faire du shopping, utiliser le téléphone portable, manger ou aller au gymnase. Qu’est-ce qui ne va pas ? L’excès.

"Le jeu problématique, les rapports sexuels incontrôlés ou les achats compulsifs augmentent la dopamine dans le cerveau comme le ferait la consommation de substances psychoactives, conduisant à un sentiment d’euphorie"indique l’Association psychiatrique d’Amérique latine dans l’étude Les dépendances non liées aux substances.

Une personne prédisposée à l’addiction développera plus facilement une dépendance à ces comportements parce que ses impulsions deviendront incontrôlables et devra constamment répéter ce comportement qui lui procure du plaisir. La personnalité addictive est marquée par des facteurs génétiques et psychosociaux.

" S’il existe dans la famille un passé de dépendance, il est important de surveiller parce qu’il peut y avoir une prédisposition génétique ; mais l’environnement compte aussi, ainsi que les modèles de comportement appris et la culture", explique Paola Andrea Velásquez, psychologue.

Quand il y a un malaise émotionnel de solitude, d’ennui ou même d’agressivité, une personnalité addictive aura tendance à le soulager en remplissant le temps d’activités : travailler, acheter, s’exercer, regarder continuellement les réseaux sociaux, etc

Modèles de comportement

La dépendance comportementale est également liée à certains schémas de comportement qui passent généralement inaperçus par la personne concernée mais qui sont visibles pour les membres de sa famille les plus proches :

  • Incapacité à achever des projets ou d’honorer des engagements. La personnalité addictive se caractérise par une anxiété face à beaucoup de choses à faire en peu de temps, et perd donc rapidement l’intérêt de terminer ce qui commence.
  • Difficultés à respecter les règles. Pourquoi faut-il limiter le plaisir ?
  • Des mensonges de plus en plus complexes. Comme pour toute addiction, la personne aura du mal à admettre qu’elle a un problème et qu’elle ment simplement sur ses motivations ou sur le temps qu’elle passe sur une même activité, pour ne pas être questionnée.
  • Une vision irréaliste d’elles-mêmes. N’acceptant pas qu’elles aient un problème, ces personnes se sentent très affectées par les critiques extérieures et sont indignées par l’image que les autres ont d’elles.
  • L’ennui constant. Elles sont constamment insatisfaitse. Rien ne les réconforte ou ne les remplit autant qu’une activité compulsive. Elles n’ont pas de patience et désespèrent facilement.
  • Recherche d’adrénaline. La personnalité addictive reniera les personnes calmes ou excessivement organisées. Elle préfère le chaos et, dans cette mesure, elle cherche des personnes qui lui offrent des émotions intenses et des relations passagères.
  • Excès sans mesure. La norme n’est pas acceptable. Les limites ne sont pas souhaitables. Une personnalité addictive cherchera à boire plus, manger plus, dépenser plus, jouer plus, travailler plus... en résumé, tout ce qui peut être considéré comme excessif.

Pour une personne non dépendante, il est facile de juger ce comportement et de proposer la solution la plus simple : "arrêtez de jouer avec le feu et arrêtez tout". Mais c’est plus complexe que cela.

La société non dépendante pense que ces gens ne guérissent pas parce qu’ils ne le veulent pas ou n’aiment pas. Au début, le comportement addictif leur procure du plaisir, puis celui-ci devient un plaisir négatif, un inconfort qu’ils n’apprécient pas. Ils se sentent mal, mais en même temps ils ne peuvent pas vivre sans cela parce qu’ils sentent qu’il y a une force intérieure qui les force, une force plus grande qu’eux-mêmes”, explique la psychologue Paola Andrea Velásquez.

Donc, une fois le problème reconnu, la prochaine étape est de trouver une aide professionnelle. Une personne ayant une addiction comportementale aura du mal à s’arrêter d'elle-même parce qu’elle aura tendance à récidiver dans la même addiction ou dans une autre plus dangereuse.

La thérapie consistera à trouver la carence profonde qui pousse la personne à la combler de toutes les manières possibles, et à l’aider à rechercher la satisfaction dans son propre bien-être plutôt que dans des facteurs externes. Parce que le plus grand risque que vous courez avec cette personnalité est de changer une addiction pour une autre.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
1 Commentaires
  • Nala

    Vers quel type de therzpie s'orienter dans ce cas ? Vers suel Type de therapeute ? Merci pour votre reponse

derniers articles sur troubles psychologiques