Mes propres peurs et relation avec un phobique de l'engagement

Réalisée par Anonyme · 7 janv. 2016 Psychothérapie

Bonjour,

Je vis depuis presque 2 ans une relation avec un homme qui m'avait dit dès le départ être abandonnique. Il a tous les traits du phobique de l'engagement qui va avec la peur de l'abandon. Il a fait une thérapie pendant plusieurs années lorsqu'il était jeune suite à la perte par suicide de son père à 6ans.... Nous avons tous les deux la quarantaine. Cette relation est très complexe. Faite de ruptures, de manipulation....Tout aussi passionnant qu'épuisant. Il n'a que des relations de courte durée et je suis la première avec qui il revient. Durant la 1ère année il a joué au chat et à la souris avec les sentiments me disant qu'il ne savait pas comment les qualifier. Depuis quelques mois, suite à un énième rupture, il m'a avoué être réellement amoureux de moi. Il m'a aussi dit que j'étais la 1ère avec qui il n'arrivait pas vraiment à rompre. bref, relation compliquée qui m'a fait beaucoup souffrir car je ne comprenais pas. Je suis allée chercher de l'aide auprès d'un psy 2 ou 3 fois, et puis c'est une coach qui m'a éclairée sur son comportement. j'ai lu des livres et compris son mode de fonctionnement et combien j'avais tout faux dans ma démarche de toujours vouloir le rassurer. En gros, soit on accepte une relation avec des éloignements répétés (durant lesquels on vit sa propre vie sans se soucier du reste) ou on refuse ce mode de vie et on part. Bref en fait tout cela est un résumer de la situation qui m’amène à me poser de vraies questions sur moi-même.... Car je crois que j'ai moi aussi un problème. Avant de le connaitre, cela faisait 6 ans que j'étais seule depuis mon divorce. Juste 1 ou 2 aventures uniquement sexuelles.


Pour l'une de ces aventures, un vrai lien c'était créé avec la personne mais la perspective de me retrouver dans une vraie histoire me faisait peur. J'ai d'ailleurs consulté un psy pour ça mais j'ai dû vite arrêter à cause du coût. Je me suis rendue compte que je me mettais des barrières pour réellement rencontrer quelqu'un. Dès que je vois un couple bien installé ou que je m'imagine moi aussi dans ce genre de schéma, j'ai une boule au ventre, une angoisse, limite cela me déprime. Depuis longtemps je suis consciente d'avoir une peur panique de la routine. Mon histoire avec mon phobique me fait me questionner sur cette peur. A force d'avoir essayé de comprendre ses peurs, je crois que je suis en train de comprendre peu à peu les miennes. Je n'arrivais pas à décrire exactement cette peur de routine. Je réalise aujourd'hui que ce qui me fait peur c'est que je ne supporte pas l'idée que la personne que j'aime finisse avec le temps par ne plus me regarder, ne plus me prendre par la main ou ne plus avoir de désir pour moi. Et lorsque cela arrive, je fais tout pour saboter la relation et qu'il me quitte. Cela m'est déjà arrivé par le passé. Je me demande si moi aussi je ne suis pas un peu abandonnique mais sous une autre forme que celle de mon ami qui lui quitte et sabote la relation par peur d'être quitté. Moi de mon côté, je fais tout pour que la personne m'aime et pour être comme elle aurait envie que je sois. Mais encore une fois le moindre éloignement et j'ai l'impression qu'elle ne m'aime plus. Lorsque mon ami revient vers moi après une rupture, il est toujours très fusionnel et amoureux et cela me rassure. Puis il commence son éloignement en ne voulant plus faire l'amour avec moi. Il dit qu'il n'a plus de désir et ne sait pas expliquer son blocage. Je crois que pour lui relation intime cumulée avec sentiment amoureux est signe d'engagement ce qui réveil sa peur d'être abandonné. Ceci est une parenthèse car c'est mon soucis que j'aimerais comprendre. En effet, je l'ai il y a quelques jours quitté. Cela fait le 2ème fois que je le quitte en peu de temps n'en pouvant plus de son éloignement niveau intime. Je réalise que j''ai ressenti une très grande souffrance juste parce qu’il ne me prenait plus la main dans la rue depuis quelques jours et aussi parce qu’il ne voulait pas faire l'amour. En y réfléchissant cela m'a ramené à mes expériences précédentes avec des hommes qui n'avaient pas ce soucis. Je réalise que dans chacune de mes relations, lorsqu’au bout d'un moment l'homme est moins proche de moi....Moins comme au début....je le vis très mal. Je n'ai pas vécu d'abandon mais il est vrai qu'enfant j'ai beaucoup déménagé à cause du métier de mon père et que j'ai souvent dû changer d'école et quitter mes amis. Le pire a été lorsque, vivant à l'étranger, nous avons du quitter le pays en catastrophe à cause d'un coup d'état...Du jour au lendemain sans pouvoir dire au revoir à mes amis et camarades. J'avais 15 ans. J'ai ensuite été hébergée chez des amis seule pendant plusieurs mois car ma mère avait du partir dans la capitale pour régler des soucis familiaux. Mon père lui, a dû rester dans ce pays en guerre. C'est durant ce séjour à l'étranger que ma grand-mère que j'aimais tant est décédée sans que je ne puisse la revoir ni aller à ses obsèques car c'était trop...compliqué. Bref.. Je me demande si tout ces évènements ne seraient pas la cause de mon soucis et de mes peurs. Je me dis que finalement ce n'est pas un hasard si je suis tombée amoureuse de cet homme. Aujourd'hui, je crois que de l'avoir quitté, lui qui a si peur de ça...Je l'ai perdu définitivement et je me sens très mal.

Merci de m'avoir lu et merci de me donner votre avis.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 9 JUIL. 2016

Bonjour, j’ai lu votre récit qui date du mois de janvier et je vous félicite car vos qualité d’écriture sont remarquables. Je me permets de vous écrire mes commentaires tout en sachant que cela remonte à sept mois. Votre qualité introspective dévoile votre capacité d’écoute aux hypothèses que je vais vous émettre. Sans les citer, je ferai différents parallèles avec la psychanalyse en me référant à Freud Klein et Lacan. Ma réflexion est une suite d’hypothèse et reste à confirmer avec vous-même et avec l’aide d’un thérapeute. Il est souhaitable que ce que vous allez lire soit pris avec distanciation et la liberté d’être en accord ou désaccord. Dans tous les cas mon discours reste bienveillant.
Tout d’abord mes questions et remarques :
•Il existe une relation entre la perte du père de votre ami à l’âge de 6 ans et votre rencontre avec lui au bout de 6 ans après votre divorce
•Vous aimez rassurer ce qui est une posture de la figure parentale et ce qui induit de positionner l’autre sur une posture infantile
•La problématique de l’engagement est également apprendre à s’engager par l’accompagnement
•Vous dites jouer avec vos sentiments, ne serait-ce pas de considérer l’autre comme objet sur un terrain de jeu ou je où se rencontreraient les sentiments ? Vous combattez la routine par le jeu des sentiments, entre besoin et désir.C’est encore le jeu entre le besoin et le désir, ou le je dans le besoin du désir
•Vous réagissez de la même manière que votre ami « je ne supporte pas l'idée que la personne que j'aime finisse avec le temps par ne plus me regarder… je fais tout pour saboter la relation et qu'il me quitte » Il apparait que ce que vous appelez votre phobie est aussi la sienne, mais est ce réellement une phobie ?
•« Moi de mon côté, je fais tout pour que la personne m'aime et pour être comme elle aurait envie que je sois. » Où êtes-vous pour vous-même ? Vous répondez à une demande que vous imaginez et qui est votre propre demande dans votre histoire. Est ce le sacrifice ?
•Qui est cette personne qui s’éloigne ? « Mais encore une fois le moindre éloignement et j'ai l'impression qu'elle ne m'aime plus. »

Ma réflexion :
Le non engagement émotionnel peut avoir plusieurs hypothèse telles que la culpabilité guidé par un surmoi tyrannique et créant un conflit interne. Par conséquent le sujet (votre ami) peut être dans une problématique œdipienne où l’attachement à l’objet peut être si important qu’il ne pourrait s’autoriser à trahir ses forts sentiments inconscients. Également partir et revenir c’est aussi être dans l’illusion de sa propre puissance. Reviendrait-il chercher auprès de vous l’assurance de la figure masculine ou féminine? La problématique que vous décrivez à votre propos semblerait œdipienne dont le signifié serait, par hypothèse, l’attachement à la figure paternelle, et la reformulation des agissements de la figure maternelle auprès de votre ami par le besoin de protéger de vous sacrifier ce qui pourrait créer le désir. Vous dites avoir souvent déménagé à cause du métier de votre père donc à cause de votre père. Vous dîtes également que vous n’avez pas vécu l’abandon mais avoir beaucoup déménagé, par conséquent n’avez-vous pas la sensation inconsciente d’avoir abandonné ce que vous construisiez par vos liens amicaux ? Existerait-il une certaine culpabilité à ce propos? Puis il y a eu un fait « le coup d’état », c’est une certaine violence. Je reviens au début de votre récit lorsque vous dite ne pas supporter la routine. Il apparait que votre vie avec votre père n’était pas routinière. Serait-cela que vous souhaitez reproduire et qui conduirait à la peur de vous attacher ou peur de vous détacher, c’est-à-dire ne pas revivre ce que vous avez déjà tant vécu ? N’y a –t-il pas chez cet homme la représentation de la figure paternelle, c'est-à-dire l’éloignement décidé car trop difficile ? Vous avez subi l’éloignement lorsque vous étiez adolescente, aujourd’hui vous décider par vous-même de vous protéger. La peur est une étape du deuil psychique qui amène à votre propre développement. Permettez-moi de dire que par la théorie psychanalytique, vous êtes entrain de poursuivre le dépassement de votre Œdipe. Votre cheminement est de bonne augure et tellement fréquent chez beaucoup de personne.

Courage

A.G

Alain Giraud Psy sur Avignon

234 réponses

599 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

25 MARS 2022

Bonjour à vous,

Votre message en dit long sur vos dons d'écrire, Il vous faut relire votre message ligne par ligne et regarder votre histoire en faisant l'exercise de couper avec chaque difficultés, chaque évènement. Vous devez utiliser votre don d'écrivain pour coucher sur le papier vos difficultés à comprendre puis laisser les (maux) mots .
Ensuite vous pourrez écrire une autre histoire certainement plus belle que celle-ci.
Je reste à votre écoute. Cordialement. Christine Lorijon

Christine Lorijon Psy sur Haute-Goulaine

1869 réponses

976 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 JANV. 2016

Bonjour Madame,

Votre long message est la preuve de la souffrance que vous traversez, sur fond d'interrogations nombreuses vous concernant vous même, vos choix, le tout lié à l'histoire de votre vie.
Je ne crois pas que nos "avis" pourraient vraiment vous aider..., dans le sens de vous faire sortir de votre souffrance et avancer vers plus de sérénité.

Il me semble qu'il vaut mieux que vous alliez consulter un(e) thérapeute qui vous aiderait à chercher en vous les réponses à vos questions et les solutions pour dépasser votre malheur.
Je crois que vous en avez la capacité, votre analyse de la situation la démontre.

Je vous souhaite de réussir à trouver le chemin vers votre propre bonheur.
sp

Silvia Podani Psy sur Issy-les-Moulineaux

4266 réponses

11740 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Psychothérapie

Voir plus de psy spécialisés en Psychothérapie

Autres questions sur Psychothérapie

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12700 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16100

psychologues

questions 12700

questions

réponses 134750

réponses