Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Mon fils de 14 ans a fait des attouchements sexuels

Réalisée par TristeC64 le 16 déc. 2014 13 réponses  · Parentalité

Bonjour,


Après avoir parcouru beaucoup de pages sur Internet, je me décide à écrire pour raconter mon histoire et demander quelques conseils.


J'ai rencontré ma compagne alors que nous étions chacun en plein divorce en 2010. Un amour est né. Elle a deux filles de 9 et 7 ans. J'ai un garçon de 15 ans et une fille de 11 ans maintenant. Nous avons pris du temps pour bien nous connaître tout en réglant nos divorces respectifs. Nos enfants se sont connus, puis nous avons passé les week-ends et vacances scolaires ensemble, toujours chez moi (logement pour 6 possible).


Je précise que depuis ma séparation, j'ai mes enfants tous les jours après l'école jusqu'à 19h, 1 mercredi sur 2 et 1 week-end sur 2. Le reste du temps nous le passions toujours tous les deux dans un amour immense et partagé. Nous avons commencé à nous accrocher au sujet de l'éducation des enfants. J'étais trop souple à ses yeux et elle trop stricte aux miens.


Ensuite des disputes sont survenues entre sa première fille et la mienne. Entre disputes et réconciliations, avec du temps, ma compagne m'a fait réaliser que je n'étais pas assez ferme avec mes enfants et qu'ils ne me respectaient pas assez, même si je n'étais pas d'accord avec tout ce qu'elle me disait.


Elle souhaitait qu'on vive tous ensemble, je lui demandais de patienter pour régler mon divorce compliqué et les différends qui nous opposaient concernant les enfants.


L'été 2013 nous sommes partis tous les 6 en vacances, en compagnie de sa mère. Ce qui devait être des vacances fabuleuses s'est terminé en grosse dispute au sujet des enfants. J'ai découvert que ma fille a été désignée fautive injustement et je ne l'ai pas supporté... Nous nous sommes séparés puis l'amour nous a ressoudés. J'ai décidé de ne plus nous voir avec les enfants, le temps de régler ces problèmes.


Après des remises en question, discussions, et un amour de plus en plus fusionnel, nous avons décidé de nous revoir avec les enfants le 29 mars 2014 pour l'anniversaire de sa mère. Ce soir-là, mon fils, 14 ans, a commis un acte horrible, il a fait des attouchements à la fille de ma compagne encore âgée de 6 ans. C'est elle qui l'a raconté à sa mère le surlendemain.


J'ai donc pris des dispositions en demandant à ma compagne de déposer plainte avec prise en charge de mon fils par une psy, discuté avec lui... La petite ne semblait pas trop perturbée après un bilan psy et ma compagne a décidé de ne pas la faire suivre malgré mon avis.


Mon ex femme ne m'a pas soutenu dans ma démarche de faire assumer mon fils en rejetant la faute sur la petite. J'ai trouvé cela abjecte qu'elle soutienne notre fils... Nos enfants ne pouvant pas être en contact, nous avions décidé de nous soutenir dans cette épreuve. Puis, cet été, ma compagne, venue passer quelques jours alors que j'avais mes enfants, m'a dit que je n'avais rien changé à mes habitudes d'éducation. Elle m'a ensuite demandé que mon fils reste chez sa mère pour que nous puissions habiter ensemble et qu'il ne nous empêche pas de vivre notre amour.


Je pensais que ce n'était pas une solution, qu'il fallait que je m'occupe chaque jour de mon fils pour qu'il comprenne son acte surtout que sa mère le protège de tout ça. Depuis 8 mois, la psy de mon fils et la mienne expliquaient qu'il lui fallait du temps pour assumer son acte et régler ses problèmes de mal être, qu'il ne faut pas être trop sévère avec lui. Mon fils devait écrire une lettre il ne l'a jamais fait... Malgré mon sentiment que ça n'avançait pas assez vite, j'ai suivi leurs conseils.


Jusqu'au jour où c'est ma petite belle-fille du haut de ses 7 ans qui a écrit une lettre à mon fils... J'ai eu un sentiment de culpabilité extrême que mon fils continue de se cacher derrière sa honte à maintenant 15 ans. J'ai donc décidé d'agir plus radicalement envers mon fils afin qu'il fasse des excuses, demande pardon et explique son acte à sa victime, une petite fille qui risque avoir un traumatisme. Je l'ai fait parler plus qu'en 8 mois sur les raisons de son acte. Il a aussi répondu par lettre. La situation s'est dégradée, la petite est suivie car elle revoit la scène.


Ma compagne m'a expliqué que cette vie séparés n'était plus possible, que nous ne sommes pas compatibles. Elle a donc rompu en me disant que, malgré tout, je suis l'homme de sa vie, qu'elle mettra ses sentiments dans un coin de son coeur...


Aujourd'hui nous sommes tous les deux dépressifs, chacun de notre côté et me rejette malgré mes demandes et mes envies de vouloir faire pour le bien de tous.


J'espérais tellement une famille recomposée où tout le monde a sa place, dans le bonheur et l'amour.


Tout cela me torture. Je ne tiens que pour mes enfants, que mon fils réalise et surtout en espérant que ma belle-fille ne garde pas de séquelles et que la femme de ma vie aille mieux... Je l'aime tellement...


Merci de m'avoir lu.

bonheur

Meilleure réponse

Bonjour,

Beaucoup de choses dans votre témoignage, mais je pense qu’il faut arriver à les dissocier.

S’agissant des enfants, ce qu’ils ont perçu concernant les attouchements ne correspond pas à la perception qu’en ont généralement les adultes. Quand bien même vous parlez de honte pour le fils, de la reviviscence de la scène pour la petite, tout cela revient aux psy qui les aideront à mettre les mots de leur âge pour dépasser cette situation. D’autant que, si plainte il y a eu, puis des auditions etc... La démarche judiciaire n’a pas dû leur laisser que des bons souvenirs. Et cela a pu fort bien augmenter chez eux, chez vous aussi, chez votre amie, une anxiété qu’il ont certainement perçue à leur manière.

S’agissant de la vie commune avec votre compagne, ce problème d’attouchements n’est donc qu’un facteur parmi d’autres de vos difficultés à tous deux à refonder une famille.

Quelles enjeux de son côté ? Quels enjeux du vôtre ?

Votre compagne vous dit d’un côté, que la vie séparée n’est pas possible, et de l’autre, que vous n’êtes pas compatibles. Si ce sont bien ses propos, ce n’est pas très clair.

Au besoin, mettez tout cela à plat avec un professionnel, car l’espace de ce forum me paraît bien étroit.

Courage et cordiales salutations.

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,
vous ne pouvez pas rester comme cela,
il faut vous libérez par la parole !

Je reste à votre disposition.
Florence Anezo
Psychanalyste Psychothérapeute
TTC- Troubles du comportement
Spécialisée thérapie de couple

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

14 AVRIL 2017

Logo Florence Anezo Florence Anezo

80 réponses

211 J'aime

Bonjour, dans votre histoire, il faut essayer de retirer l'épine qui vous fait souffrir : votre ex-femme, la mère de vote fils! Elle doit comprendre que l'acte commis par son fils est punissable et répressible par qu'il a commis un attouchement sur mineur et NON UNIQUEMENT SUR LA PETITE FILLE DE votre amoureuse!!!Elle doit comprendre qu'elle doit faire cette démarche pour vous mais pour expliquer à votre fils la limite entre le bien et le mal.Il est vrai qu'entretenir une vie commune avec les enfants de votre amoureuse et votre fils est juste impensable pour la petite fille VICTIME! Votre fils doit comprendre que ce qu'il a fait est tout simplement grave et inacceptable par vous, par la petite fille, par sa maman, par la société et par votre communauté càd la famille....Il y a protéger un enfant qui a été victime, protéger un enfant coupable d'être prisonnier d'un acte " peut être isolé" mais il faut avant toute chose, qu'il comprenne ce qu'il a fait. Le reste ne peut être possible sans cette condition...Entourez-vous de bons professionnels, des meilleures. Je reste à votre disposition

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

7 JUIL. 2015

Logo Berrine Janssoone Berrine Janssoone

55 réponses

433 J'aime

Bonjour Triste64,

A qui adressez vous ce message? A des psys? ou à votre compagne? Les derniers mots de votre écrit ressemblent à une manière d'excuse, de culpabilisation à outrance, de cette culpabilité que vous endossez et que vous voulez régler pour votre fils.
Le titre de votre message parle de votre fils, mais votre message s'achève sur une déclaration d'amour à votre compagne.
Ce n'est pas très clair.

Par ailleurs, vous ne pouvez être partout en même temps: vous poser en même temps, en sauveur de la situation, en victime, mais aussi, en personne très directive, au delà du normatif.

Il y a là quelque chose qui dysfonctionne, et qu'il serait bon que vous voyez, pour vous même.
Votre message parle d'un bout à l'autre, d'un amour immense, d'un amour fusionnel, finalement d'une très belle histoire, gâchée par quelque chose d'extérieur à vous?

En ce qui concerne votre fils, c'est la Loi qui prédomine. Vous ne pouvez pas vous poser en psychologue, ou en personne qui aurait les moyens de le faire parler. Comment pensez vous qu'il vous perçoit ?

Au final, je perçois que les places dans votre famille sont très contusionnantes, et qu'il s'agirait de régler cela.

Cordialement

As fuertes

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

6 JUIL. 2015

Logo Fuertes Anne-Sophie Fuertes Anne-Sophie

37 réponses

608 J'aime

A la lecture de votre deuxième message, je ne perçois aucunement une prise de conscience, mais plutôt une justification.
Votre fils doit se dire plus tard, selon vous, qu'il a morflé, mais il doit devenir un homme bien.
Vous parlez beaucoup de sexualité, et tous les détails que vous racontez avec beaucoup de précision n'ont pas lieu d'être ici, mais sont à verbaliser à un expert psychiatre.
Si votre fils n'a pas été vu et entendu par un expert de ce type, il semble qu'il y ait là des choses qui, réellement, ne sont pas cohérentes.

Espérant que vous réussirez à démêler les fils de toute cette histoire.
Cordialement
as fuertes

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

3 JUIL. 2015

Logo Fuertes Anne-Sophie Fuertes Anne-Sophie

37 réponses

608 J'aime

Toute la famille est en grande souffrance...Les limites ne sont plus definies....
Je vous conseille à tous de chercher de l'aide auprès de professionnels compétents. Pourquoi ne pas entreprendre une therapie familiale ?
Bien cordialement
Valérie Berges

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

18 JUIN 2015

Anonyme

Je ne suis pas certain que la problématique concerne votre tempérament directif autoritaire mais un ego capable de rediriger sur votre propre personne l'acte répréhensible né de votre chair comme étant le votre, en développant un sentiment de culpabilité fruit mal formé de l'interprétation que vous vous faites de l'esprit collectif sur le sujet. Si l'acte est accidentel (il ne s'agit pas de le minimiser) il ne faut pas en faire une montagne et encore moins la positionner contre un projet de famille. Éduquer c'est reprendre, corriger et remettre sur le droit chemin avec de l'amour rien est impossible : mais il doit être au cœur des membres de la famille, aux adultes de l'enseigner avec sa part de pardon.

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

22 MAI 2015

Anonyme

Bonjour,
Je vous remercie pour vos commentaires.

Je pense, en effet, avoir été laxiste avec mes enfants, j'étais trop 'Papa gâteau", à dire non mais à céder, à trop vouloir leur faire plaisir, ne pas leur donner assez de règles ou expliquer les choses.
Le divorce a aussi compliqué les choses et je ne voulais pas qu'ils soient malheureux et je cédais beaucoup sans trop m'en rendre compte je pense.

Je suis conscient des différences d'éducation et règles entre ma compagne et moi. Je me suis remis en question à ce sujet bien des fois, mais il m'a fallu beaucoup de temps pour changer progressivement. J'avais besoin d'être convaincu du bien fondé
de ses explications. Je ne l'étais pas toujours.
L'acte de mon fils n'a fait que rajouter un énorme poids sur les problèmes que nous avions déjà, c'est clair.

Mais là il s'agit d'une infraction qui peut avoir des conséquences graves sur une enfant, c'est différent...

J'essaye de faire de mon mieux face à cette situation. En tant que père j'ai le devoir de faire en sorte que mon fils comprenne les interdits, la gravité de son acte, qu'il l'assume, qu'il ne recommence jamais, que ça ne lui pose pas de problème dans sa sexualité plus tard,... Je lui parle beaucoup et lui explique. Il le fait aussi avec sa psy et c'est indispensable. La justice est là aussi pour le rappeler à l'ordre.

C'est compliqué car je dois le soutenir également pour qu'il ait le courage d'affronter tout cela, qu'il ne sombre pas et qu'il ne se rajoute pas des problèmes. Tout cela, je le fais pour son bien, pas pour l'accabler toute sa vie.
Je souhaite qu'il devienne un homme bon, droit et honnête. J'espère qu'il se regardera plus tard dans le miroir en se disant : J'ai morflé mais c'était nécessaire pour que je sois dans le droit chemin, équilibré.

Je pense énormément à sa victime, une petite fille de 7 ans, un bout de chou plein de vie, qui peut garder un traumatisme pour sa vie future, qui lui faisait confiance, qui doit être soutenue et aidée, qui ne doit pas culpabiliser car, elle n'a rien fait de mal. Elle se pose des questions et n'a pas toutes les réponses.
Je pense que mon fils doit avoir une démarche de "réparation de préjudice" auprès d'elle également pour son bien.

Après 8 mois, il apparait que mon fils n'aurait pas subi cela lui-même, qu'il n'a pas de tendance pédophile.
Il explique qu'il a regardé des films pornos à l'insu des adultes, seul ou avec des copains. Dans le contexte de la soirée, lorsque la fille de ma compagne lui a manifesté être amoureuse de lui et vouloir faire des bisous, il l'a d'abord repoussée puis, guidé par ses pulsions sexuelles, l'absence de lien de parenté, ses désirs de découvrir le sexe féminin, il s'est autorisé l'interdit en faisant abstraction de son jeune âge. Il a caressé son sexe, s'est masturbé puis a commencé un cunnilingus. Par la surprise de la petite, il s'est rendu compte ensuite que ce qu'il avait fait était mal mais a voulu le cacher et minimiser son acte. Nous en sommes là aujourd'hui.

Je conseille à chaque parent de beaucoup communiquer avec son enfant, d'expliquer la sexualité, les interdits, les règles, les dangers, de les surveiller (contrôle parental internet, visuel direct, consultation d'historique, plages horaires,...), contrôle des jeux vidéos.
Je l'ai fait, mais trop légèrement.

Je pense qu'on fait tous des erreurs, parents ou enfants, et qu'il faut les comprendre, se remettre en question afin d'être meilleur et bon.

Merci à vous de me lire.

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

23 DÉC. 2014

TristeC64

Bonjour
Je ne sais pas si vous êtes laxiste mais, à vos écrits, vous êtes très directif. Vous vous posez en juge sur les actes de votre fils, vous demander à votre compagne de déposer plainte, vous n’acceptez pas la fin du suivi, vous faites parler votre fils.... vous semblez imposer vos vues à tous...
A la lecture de votre témoignage, j’ai l’impression que les actes de votre fils sont l’alibi qui permet de remettre en cause toute une organisation de vie. En dehors de la réalité des actions nécessaires face à des attouchements, sans doute faudrait il s’interroger sur le pourquoi de ces exactions au sein de votre nouvelle famille Que symbolisent-ils ? Que mettent-ils en exergue ? Pourquoi interviennent-ils maintenant ? Bref, que vous disent-ils du dys/fonctionnement familial ?
Cordialement,
Sylvianne Spitzer
Psychologue, psychothérapeute, victimothérapeute

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

22 DÉC. 2014

Logo Sylvianne Spitzer - Psychologue - Psychothérapeute -  Psychanalyste Sylvianne Spitzer - Psychologue - Psychothérapeute - Psychanalyste

636 réponses

2134 J'aime

Bonjour,

Il existe d'autres solutions qui ne sont pas incompatibles avec un suivi individuel, une thérapie de couple et une thérapie familiale avec tous les membres de la famille qui doivent cohabiter donnent de très bons résultats. Il y a beaucoup de problèmes différents dans la situation que vous décrivez, tout cela va beaucoup plus loin que le seul problème de votre fils c'est évident, et cela requiert vraiment l'aide de professionnels, ne restez pas dans la fatalité, il faut aller en parler.

Cordialement,

Christie Nester Cabinet Thérapies Mère Enfant Couple Paris 17e

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

18 DÉC. 2014

Logo THERAPIES PARENT ENFANT COUPLE THERAPIES PARENT ENFANT COUPLE

166 réponses

511 J'aime

Bonjour,

Les relations de ce type sont une double transgression, au niveau de la loi du groupe social et au niveau symbolique : on ne regarde pas vers ses proches pour sa sexualité, ascendants ou descendants.

Donc le problème ne se règle pas en parlant mais en agissant au niveau de la loi, désolé mais c'est la seule solution pour que ça se traite dans le psychisme des 2 personnes et les autres autours.

Bon courage.
DB

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

18 DÉC. 2014

Logo Didier Bodin Didier Bodin

114 réponses

522 J'aime

Les affaires de passages à l'acte sexuel sont à gérer, dans un premier temps, par la justice, pour réinstaurer la loi et, dans un second temps, par un travail psy sur soi, c'est ce que vous avez fait.

Compte tenu de l'attitude de votre fils, son refus et le déni de sa mère, cela complique les choses pour vivre tous ensembles. Si de nouveau vous et votre compagne décidiez de reprendre une vie en famille recomposée, il faudrait sans doute une thérapie familiale pour que chacun trouve sa place.

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

18 DÉC. 2014

Logo Dominique Cuny Dominique Cuny

516 réponses

2259 J'aime

Bonjour,

Beaucoup de choses dans votre témoignage, mais je pense qu’il faut arriver à les dissocier.

S’agissant des enfants, ce qu’ils ont perçu concernant les attouchements ne correspond pas à la perception qu’en ont généralement les adultes. Quand bien même vous parlez de honte pour le fils, de la reviviscence de la scène pour la petite, tout cela revient aux psy qui les aideront à mettre les mots de leur âge pour dépasser cette situation. D’autant que, si plainte il y a eu, puis des auditions etc... La démarche judiciaire n’a pas dû leur laisser que des bons souvenirs. Et cela a pu fort bien augmenter chez eux, chez vous aussi, chez votre amie, une anxiété qu’ils ont certainement perçue à leur manière.

S’agissant de la vie commune avec votre compagne, ce problème d’attouchements n’est donc qu’un facteur parmi d’autres de vos difficultés à tous deux à refonder une famille.

Quelles enjeux de son côté ? Quels enjeux du vôtre ?
Votre compagne vous dit d’un côté, que la vie séparée n’est pas possible, et de l’autre, que vous n’êtes pas compatibles. Si ce sont bien ses propos, ce n’est pas très clair.

Au besoin, mettez tout cela à plat avec un professionnel, car l’espace de ce forum me paraît bien étroit.

Courage et cordiales salutations.

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

18 DÉC. 2014

Logo Maurice Gaillard Maurice Gaillard

2194 réponses

5164 J'aime

Questions similaires

Voir toutes les questions
Mon fils a eu des attouchements sexuels avec sa demi-soeur

9 réponses, dernière réponse le 20 Novembre 2014

Mon fils de 14 ans ment sans arrêt

5 réponses, dernière réponse le 19 Juin 2012

Mon beau-fils de 14 ans ment et vole

7 réponses, dernière réponse le 23 Avril 2015

Attouchements sexuels entre frères et soeurs

8 réponses, dernière réponse le 13 Octobre 2014

Mon fils a eu des attouchements sur sa demi-soeur

7 réponses, dernière réponse le 19 Avril 2017

Revivre après des attouchements sexuels enfant ?

4 réponses, dernière réponse le 25 Mars 2017

mon fils de 6 ans a beaucoup changé : nervosité, manque de concentration

10 réponses, dernière réponse le 11 Février 2017

Mots d'ordre sexuel de la part de ma fille de 3 ans

2 réponses, dernière réponse le 02 Février 2017

abus sexuel sur mon fils

2 réponses, dernière réponse le 09 Mai 2018