Mon fils de 3 ans crie et tape / anxiété et surprotection

Réalisée par Agathe · 7 juil. 2023 Parentalité

Bonjour,

En voulant identifier ma demande, je me rends compte que je n'identifie pas un point précis, mais notre problème semble global, généralisé, multiple....

Je m'occupe quasiment seule de mon fils qui a 3 ans et 4 mois maintenant : le papa travaille beaucoup (part tôt le matin et rentre tard le soir, est de repos 1 jour par semaine seulement et qui ne tombe pas toujours pendant le week-end).
J'ai gardé mon fils à la maison pendant 1 ans 1/2, il est ensuite allé chez une nounou, chez qui il va encore aujourd'hui, 3 jours par semaine.

J'ai souhaité m'occuper de mon fils avec le plus de bienveillance possible, d'écoute, mais j'ai fini par faire un burn out parental / une dépression dès ses 1 an. Aujourd'hui je ne suis toujours pas remise et j'entame une thérapie.

Ce qui me pousse à demander de l'aide aujourd'hui est que mon fils crie beaucoup en ce moment (tous les jours, au moins 1 fois voire plus) lorsqu'il a une frustration (par ex, ne veut pas s'habiller, veut continuer à faire couler l'eau sous la douche...) et tape (il lui arrivait de mordre étant plus petit lorsqu'il était très fatigué et vivait un trop plein d'émotion).
Face à ces comportements, je stoppe ses gestes, je verbalise l'interdit, mais il ne s'arrête pas. Je manque de patience et je peux me fâcher (sans crier mais hausser le ton, l'accompagner dans sa chambre de façon brusque...). Si je m'isole moi-même, il me suit pour continuer. Souvent, la situation se termine par ses pleurs, ou qui arrivent de lui-même, ou parce que je lui fais mal en l'amenant dans sa chambre ou en l'empêchant de donner des coups.
A ce moment-là, je lui fais un câlin, je verbalise ce qu'il s'est passé.

Ce qui m'inquiète aussi, c'est l'impact de mon mal-être sur mon fils. Qui n'aide pas la gestion de ses frustrations/colères, mais fait aussi que j'ai désinvesti petit à petit l'éducation de mon fils, par manque d'énergie, épuisement. Ce qui me fait dire ça, c'est par exemple que pour le coucher je reste encore assise dans sa chambre jusqu'à ce qu'il s'endorme. C'était ma volonté lorsqu'il était plus petit, avec l'idée de petit à petit l'amener à s'endormir seul. Mais mon épuisement fait que le moindre changement d'habitude me parait une montagne. Alors, je continue à rester à côté de lui, même si ça ne me convient plus.
Autre exemple, mon fils réclame bcp les bras, je le porte encore bcp à l'extérieur. Parce que j'ai la sensation de ne pas avoir les ressources pour gérer son mécontentement face à mon refus de le porter, je continue de le porter. Bon, pour nuancer un peu, en ce moment on a instauré un peu le "moitié moitié" : je lui explique que je le porte jusqu'à tel endroit, ensuite il marche. Il est ok et de cette façon ça se passe plutôt bien.

Pour contextualiser encore un peu la situation, j'ajouterai que de manière générale, il y a des règles à la maison, qui sont fermes malgré ses insistances ou crises, règles classiques mais pas non plus omniprésente.

Je sais que je dois d'abord être bien pour lui permettre d'être bien également, mais le chemin va s'avérer long, et j'ai besoin d'astuces, de points de vue, .... qui nous permettent d'améliorer la situation et d'apaiser au mieux tout le monde.

Merci beaucoup !

A.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 2 AOÛT 2023

Bonjour Agathe

Je vous remercie d'avoir livré votre situation actuelle. Si je comprends bien, vous vous donnez corps et âme à votre fils et vous êtes épuisée et de moins en moins patiente, ce qui est plus que normal. Vous avez besoin de souffler et lui a besoin de sortir petit à petit du statut de bébé.
Le principal est que vous ayez conscience de devoir changer quelques petites routines avec votre fils. C'est dommage de ne pas pouvoir bénéficier d'un peu plus d'aide de votre entourage mais il est possible d'y arriver.
La règle de moitié moitié de la marche peut être appliquée aussi pour le couchage. Ne vous blâmez pas j'ai fait la même erreur de rester dans la chambre. Vous pouvez dire calmement à votre fils que dès ce soir, vous allez rester 5 minutes et ensuite continuer à être présente mais dans le salon, que vous l'entendez, qu'il peut vous appeler. La première semaine sera faite d'allers et retours et ça rentrera dans l'ordre.
Vous pouvez lui dire "je vais venir surveiller ton dodo" ça rassure l'enfant en général.
Pour l'habillage, la douche, essayez de favoriser la prise d'autonomie, lui faire choisir ses vêtements, transformer le moment en jeu.
Par exemple : tu dois mettre le pantalon je vais mettre le chronomètre...
Rien n'est immédiat et c'est lié au fait que votre enfant n'a pas connu la vie en groupe.
J'imagine qu'il va rentrer à l'école. Cela devrait changer la donne.
Je suis à votre écoute pour approfondir et vous accompagner vous dans votre posture de maman et vous donner quelques astuces en privé
Bien à vous
Charlotte Drahy
Psychologue
Travail / développpement personnel / affirmation de soi / deuil / religion

Charlotte Blacque-Belair Psy sur Boulogne-Billancourt

521 réponses

234 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Parentalité

Voir plus de psy spécialisés en Parentalité

Autres questions sur Parentalité

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12200 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 15900

psychologues

questions 12200

questions

réponses 132450

réponses