Crises violentes/coleres de notre fils de 4 ans ?

Réalisée par Loolaloo · 27 sept. 2022 Parentalité

Bonjour,

notre fils de 3 ans 9 mois a commencé à faire de très grosses crises de colère à notre retour de congés/vers la rentrée en petite section de maternelle. Au début j'ai mis ça sur le stress de la rentrée.

L'élément déclencheur est en général une frustration mais on les sent arriver dans la journée en fonction de son comportement (on observe plus d'opposition, sil va se braquer/un peu crier).
Lorsque la colère explose on ne cède pas, mais il se met à taper, hurler extrêmement violemment en criant des "insultes" (à base de caca boudin). Lorsque ça arrive chez nous, pour éviter les coups on l'isole, car impossible de l'approcher, il devient complètement hors de lui, hors de portée physique/orale. Quand c'est dans la rue on ne peut pas l'approcher et on reste à portée de vue/pour intervenir s'il se met en danger. Les gens autour de nous sont sidérés, C'est extrêmement violent, et dur à gérer, on reste toujours à proximité en lui disant qu'on est là, qu'on peut lui faire un câlin, on essaye de rester calme mais ferme car nous refusons de céder pour calmer les crises. C'est vidant/usant et très déstabilisant
Heureusement ce n'est pas quotidien, disons que nous enchaînons 2-3 jours de crise (1 crise par jour), et 2-3 semaines de repos où tout va bien. Dans ces moments de crise il est agressif avec les autres enfants au parc (pousse des cris, dit des "c'est pas pour toi les jeux" ou ce genre de choses, essaye de les impressionner. On réprimande ces comportements, en général il ne tape/pousse pas, mais essaye plutôt d'intimider - on a remarqué que le monde /la foule / trop d'agitation avait une mauvaise influence. On est mieux dans la nature ou seuls, mais vivant à Paris ce n'est pas évident).

En dehors de ça c'est un enfant très exigeant avec lui-même, appliqué, très énergique, qui communique/parle très bien.
Il est très très patient et méticuleux, curieux de tout. Nous sommes très présents, mais nous attendons beaucoup de lui, nous en avons conscience.
Nous allons demander un rdv avec sa maîtresse pour savoir comment ça se passe à l'école, nous n'avons pas eu de remarques particulières (à part des problèmes de cauchemars à la sieste - sachant qu'il n'y en pas à la maison). Sa maîtresse a mentionné qu'il avait son caractère, mais que tout allait bien. Il ne pleure pas du tout le matin, s'est fait des copains et dit que ça lui plaît.

Nous sommes inquiets pour lui (ses crises nous semblent tellement violentes), j'ai peur que ça ne passe pas, ou que ça devienne ingérable (ce n'est pas le cas actuellement). Et je culpabilise de ne pas réussir à éviter ses crises, nous culpabilisons d'avoir trop crié quand il était petit et d'être à l'origine de ses difficultés à gérer ses émotions. Bref nous souffrons de ne pas pouvoir l'aider.
Après ses crises il redevient très calme et à besoin de gros câlins/présence, ce qu'on lui offre. On essaye d'en parler, mais il a l'air d'être passé à autre chose et nous dit simplement qu'il a fait une colère parce que... (objet de la frustration). Nous lui répétons que tant qu'il tapera il sera isolé, (je n'ai pas d'autres solutions) et que quand on décide quelque chose et qu'il n'est pas d'accord il faut le dire calmement et que les cris ne permettent pas d'obtenir quoi que ce soit. Il dit à chaque fois avoir compris, mais il n'arrête pas.

Est-ce que consulter un psychologue pourrait l'aider, où est-il trop jeune ? Nous allons aussi voir sa pédiatre mais en attendant le rendez-vous j'aimerais vos avis ou des pistes/conseils

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 28 SEPT. 2022

Bonjour,

Vous pouvez toujours en parler à son pédiatre afin de voir s'il n'y a pas derrière tout cela un problème somatique.
Sinon je pense que vous devriez vous interroger sur votre niveau d'exigence à la maison. Je pense que votre enfant peut vous indiquer par son comportement qu'il ne le supporte pas et il n'a pas d'autres moyens de vous l'exprimer car vous exigez de lui un niveau de conscience qu'un enfant ne peut pas avoir. Vous notez que tout se passe bien à l'école. Cela est révélateur, de même les cauchemars qu'il y fait. La maison lui fait peur et le niveau d'exigence personnel que vous lui prêtez n'est que le reflet de l'exigence que vous avez. il cherche à vous faire plaisir mais vous placez la barre beaucoup trop haut pour lui.
Je reste personnellement à votre disposition, sachant que ma première séance d'une heure est entièrement gratuite et sans engagement.

Bon courage à vous

Michel le BAUT

Michel Le Baut Psy sur Marseille

4070 réponses

20981 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 OCT. 2022

Loolaloo,

Vous avez bien observé et certainement approché en parents éveillés, les cycles crise//accalmie que semble imposer votre fils ;
Effectivement vous décrivez une attitude parentale cherchant à établir un lien de confiance fort et inébranlable entre l’enfant et ses parents. Pour ce faire, il est incontournable de passer du temps positif et de qualité avec lui chaque jour pendant 20 à 30 minutes.
Je me permettrais de revenir sur l’importance de l’investissement non seulement de la mère, mais aussi du père et souvent encore plus auprès de petits garçons qui le prennent comme modèle. Il est aussi recommandé de renverser l’interaction négative en utilisant le plus fréquemment possible des mots positifs envers l’enfant opposant. On le félicite pour ses réussites et ses efforts, et on lui répète qu’on l’aime et qu’on est fier de lui. Les contacts physiques comme les câlins et les baisers sont de puissantes méthodes pour solidifier le lien parent-enfant.
Cependant, Si je devais faire une réserve je conseillerais au-delà de votre fermeté, la prudence quant à manifester de la bienveillance lors de la crise ; en effet peut exister ce risque que le jeune enfant comprenne que l’opposition est payante (exemple: il reçoit davantage d’attention lorsqu’il s’oppose que lorsqu’il se conforme, ou encore il sait que s’il s’oppose il a des chances d’avoir gain de cause….).
Je vous soutiens dans votre démarche auprès des professionnels de la petite enfance car l’opposition est une phase normale, saine et même souhaitable dans le développement d’un enfant. Vers l’âge de deux ans, l’enfant comprend qu’il a un certain contrôle sur son environnement, mais surtout sur les gens autour de lui. Il comprend qu’il peut dire non à une demande qui lui est formulée, ce qu’il n’avait jamais réalisé auparavant.
Je sais que votre enfant mesure sa chance de vous posséder et de vous préserver comme parents, attentifs, compréhensifs, indispensables à son développement sécurisé ;
Vous êtes sur la bonne voie ;
Dominique Grossi , comportementaliste, praticien des thérapies brèves à Limoges

Dominique Grossi Psy sur Limoges

99 réponses

85 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 OCT. 2022

Bonjour,
Je lis dans votre message le désarroi d'une mère et toute l'inquiétude et la culpabilité que vous portez.
Traverser et accompagner les crises d'un petit de 3 ans, presque 4, est très difficile parce que c'est intense et qu'on peut se sentir démunis.
Je vous invite vivement à consulter un thérapeute familial pour vous aider à faire la lumière sur ce qui se passe pour votre fils, afin de l'accompagner au mieux au quotidien, et aussi de renouer ce qui se passe pour vous et votre mari, vos attentes, vos peurs, afin qu'il y ait moins de tensions à la maison.
Bien à vous.
Aurélie LAUMONT
psychopraticienne relationnelle intégrative

Aurélie Laumont Psy sur Troyes

61 réponses

25 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 SEPT. 2022

Bonjour,

Il est absolument nécessaire de consulter un psychologue ou thérapeute sans tarder. Pour lui, pour qu'il ne culpabilise pas de faire ces colère car cette emotion a forcement une légitimité qu'il faut aller écouter.
Sinon elle ne cessera de venir mettre le bazard dans la famille.....et à chaque fois en etant plus importante.
Vous dites egalement que vous regretter de l'avoir crié etant plus petit et que vous attendez trop de lui......il serait peut-être interessant de travailler également sur vous, dans une dynamique de thérapie familiale puisque vous m avez l air d etre motivés pour son bien etre et le votre.
Courage.....les emotions demandent à etre comprises, entendues et legitimées.
Bien à vous.
Karine BOYER
Thérapeute en libération emotionnelle et traumas enfouis.
Consultations en visio et en presentiel

Karine Boyer Psy sur Bastia

170 réponses

76 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 SEPT. 2022

Bonjour monsieur vous,
Votre enfant exprime une certaine frustration. Vous dites être très exigent avec lui, pensez qu'il n’à que trois ans et qu'il ne peut pas raisonner comme un adulte et essayez de ne pas lui demander à être parfait. Il apprends et fait des expériences, votre demande de perfection doit le frustrer énormément. Ses colères sont le reflet de nombreuses colères qui vous incombent à vous et votre conjoint. Il ressent ces colères, plus les siennes, cela fait beaucoup à gérer alors il explose.
Je sollicite votre curiosité afin d aller chercher dans votre histoire personnelle et familiale les réponses qui vous ouvriront les portes de la compréhension.
" La connaissance de soi " " L’expansion de conscience " sont des outils formidables et efficaces qui répondent à votre demande. Je vous invite à vous renseigner. A participer à un stage qui changera votre vie.je suis disponible pour tout renseignement complémentaire. Cordialement. Christine Lorijon

Christine Lorijon Psy sur Haute-Goulaine

1842 réponses

968 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 SEPT. 2022

Bonjour,
La colère est un des symptômes de la peur de l'injustice, liée en général à la peur du rejet.
Ces peurs se créent dans la petite enfance : il faudrait identifier ce qui a pu générer ce sentiment d'injustice chez ce petit garçon. Ce peut être à cause d'une parole, d'un comportement de l'entourage, même quelque chose d'anodin qui est pris au premier degré par l’enfant. On voit par exemple que lorsque votre fils dit "c'est pas pour toi les jeux", c'est comme s'il s'estimait en "danger" sur son territoire. Est-ce qu'il y a un autre enfant dans votre foyer ? pourrait-il alors se sentir (faussement) en concurrence ? En tous cas, il cherche à attirer l'attention de cette façon parce qu'il croit qu'on ne l'entend pas autrement. Mais comme sa"stratégie" n'est pas comprise, son sentiment d'injustice redouble quand on le met à l'écart ou qu'on le punit.
Souvent un entretien avec les parents (sans l'enfant) permet d'identifier les causes de ce comportement et de faire savoir alors au petit que sa souffrance et comprise et entendue.
Bien à vous
Véronique BLANCHE, Thérapeute Holistique
Guérison de l’enfant intérieur
Hypnose Ericksonienne
Soins énergétiques

Véronique Blanche Psy sur Quessoy

6558 réponses

4429 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 SEPT. 2022

Bonjour ,
C'est au travers des quelques lignes que vous avez écrites que je vous fait part de ma réflexion .
je m’arrête seulement sur votre phrase "Nous sommes très présent . Nous attendons beaucoup de lui "
J'imagine que depuis sa naissance vous avez été très très présent , stimulant, peut être même désir de désir ;soit on fait avant sa demande celle que l'on imagine ( mettre une veste avant qu'il ait froid ) Et là il me semble qu'il n'aurait pas eu sa place d’être sujet ,
pas le temps d'avoir un désir ,pas de frustrations ...Aujourd'hui il ne sait comment faire ? il est fatigué .Vous ne savez comment l'aider .
Son comportement est très douloureux a accepter et a comprendre . Aussi .,un rdv chez un professionnel serait sans doute bien pour vous aider à vivre cela tranquillement et que le calme revienne .
Bonne continuation .

Mme ROUX Odette

Odette Roux Psy sur Valence

151 réponses

116 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 SEPT. 2022

Bonjour ! Les pulsions agressives sont innées chez l'être. Elles sont réprimées au fur et à mesure de la morale que vous lui apportez à chacune de ses crises. Il serait intéressant d'éviter de trop le solliciter pour qu'il soit parfait. Il agit ainsi quand vous attendez trop de lui., le petit garçon gentil, calme , posé et intelligent. Soyez attentif sans être en demande d'amour et de tendresse de lui. laissez-le venir à vous plutôt que d'aller systématiquement vers lui. Il fait de son mieux et vous aussi. Evitez toute culpabilité et contrainte liée à l'éducation. C'est logique qu'il y ait quelques conflits entre les autres enfants. Vous ne pourrez jamais tout contrôler. Je vous invite à davantage de détachement par rapport à ses crises. Je vous souhaite le meilleur. Cordialement, Jonathan Desjours - coach et thérapeute de l'inconscient.

Jonathan Desjours Psy sur Bordeaux

742 réponses

534 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 SEPT. 2022

Bonjour Loolaloo,

Comme vous l’expliquez dans votre message, le changement de comportement est apparu récemment, cela nécessite évidemment une recherche de votre part sur les éléments déclencheurs de ce changement radical. Il est possible qu’il reproduise quelque chose de vécu à l’école ou ailleurs et il l’extériorise à sa façon.

C’est une très bonne démarche que de rencontrer sa maîtresse, mais je vous dirai aussi de rencontrer les autres enfants en participant à une activité ou une sortie, vous aurez peut être de nouveaux éléments grâce à cela.

Je vous laisse débuter vos recherches et réflexions, puis par la suite vous aviserez en fonction.

Excellente continuation
Bien à vous
Marjorie Lugari Aide à la parentalité et Psychanalyste

Anonyme-377370 Psy sur Aix-en-Provence

5591 réponses

10833 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 SEPT. 2022

Bonjour Loolaloo,

Si je comprends bien, il n'avait jamais fait de crise auparavant? S'est-il passé quelque chose pendant les vacances? Quel était le mode de garde avant la petite section? Crèche, nounou, avec vous ou un membre de la famille?

En lisant votre témoignage, je constate que le comportement ne se reproduit pas dans tous les cadres de références donc je pencherai plus sur un problème systémique et/ou comportementale plus que sur un problème pathologique, neurologique, etc... Maintenant je n'ai que peu d'éléments et parler à votre fils et à vous parents m'aiderait à mieux cibler la problématique.
Une fois la cause trouvée, plusieurs choses pourront être mises en place pour vous soulager vous et votre fils.

Vous êtes dans la culpabilité et l'impuissance mais vous faites de votre mieux avec les outils en votre possession. N'hésitez pas à faire un appel à un professionnel. Cela ne pourra être que bénéfique pour votre fils et vous. Courage.

Je suis à votre disposition à mon cabinet de Nîmes ou en visio si vous le souhaitez.

Charlotte MATTEI
Psychopraticienne

Charlotte Mattei Psy sur Nîmes

147 réponses

194 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 SEPT. 2022

Bonjour Loolaloo,

Dans les 3 premières années de vie, l’enfant est dans une période de fusion. Au départ il ne fait pas la différence entre lui et l’autre, principalement la maman si c’est elle qui s’occupe de lui et qui prolonge la période intra utérine. Progressivement il va se mettre à prendre conscience de la séparation. Autour de 3 ans, encore plus renforcé par l’entrée à l’école, l’enfant se trouve dans la période la séparation. C’est à la fois grisant et enthousiasmant car il a envie de faire tout seul, d’acquérir son autonomie, et à la fois insécurisant car il perd le confort et la sécurité de la fusion.
Il est tiraillé et cela génère de fortes tensions qui vont jusqu’à la colère.
Cette période est une transition.
Je vous invite à l’accueillir comme une incontournable réalité.

Chez les esquimaux, où toute la famille élargie vit dans le même espace, lorsqu’un enfant fait une colère, un adulte, souvent autre que le parent -qui peut être grand-parent- prend le relais et s’assoit à côté de l’enfant sans rien dire. Juste être à côté et accueillir cette colère.

Vous pouvez faire la même chose, vous asseoir simplement à côté de votre enfant et attendre qu’il se calme.Vous pouvez l’isoler si c’est trop difficile pour vous-même, et dans ce cas, je vous invite à ce que ce soit vous qui vous retiriez de la pièce sans toucher l’enfant. Laissez-le là où il se trouve. Si vous le contraignez en le portant dans sa chambre, vous renforcez son système réactif.

Vous évoquez aussi que même s’il a compris il n’arrête pas. Je vous invite juste à regarder comment vous-même n’avez pas su stopper les cris envers lui dans sa toute petite enfance.
Une fois que la colère est là, il y a juste à l’accueillir. Votre enfant est bien trop jeune pour que son mental soit en capacité de réguler ses émotions telles que vous aimeriez qu’elle soient…

Je vous invite également à découvrir la CNV, Communication Non Violente, qui est un outil puissant pour apprendre à reconnaître ses émotions et ressentis et à cerner les besoins satisfaits ou pas.

Je reste à votre disposition pour vous approfondir votre questionnement si vous souhaitez.
Claire Thomas,
Psychosomatothérapeute

Claire Thomas Psy sur La Chapelle-Caro

1872 réponses

2082 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 SEPT. 2022

Bonjour madame
Vous êtes de bons parents.
Votre enfant sent peut être que vous attendez beaucoup de lui, et s'en veut de ne pas être à la hauteur. D'où cette colère envers lui même, et le fait de tenir les autres à distance, comme si il n'était pas assez bien pour être approché ou consolé. Il décode qu'il doit s'appaiser seul.
Je vous encourage à prendre un rdv pour vous et comprendre pourquoi vous attendez beaucoup de lui
Avec bienveillance
Inès Avot

Inès Avot Psy sur Ouve-Wirquin

6327 réponses

3392 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 SEPT. 2022

Bonjour,
La réponse est dans la question... Je ne peux que vous encourager à prendre rv avec un psychologue psychothérapeute d'enfants.
Les enfants même petits (et surtout petits!) tirent grand profit des séances. Le psychothérapeute d'enfants aide aussi les parents à aider leur enfant.
Bonne route.
Bien cordialement,
Corinne Starynkévitch

Corinne Starynkevitch Psy sur Bourg-la-Reine

50 réponses

17 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

28 SEPT. 2022

Bonjour Loolaloo,

Je ressens une grosse inquiétude de votre part et je comprends.
C'est difficile de gérer les colères d'un enfant, surtout en public. Votre fils gère mal ses frustrations et peut-être,est-il hypersensible?

Il faudrait peut-être vérifier si il y a eu des évènements nouveaux dans sa vie ?
Je vous invite effectivement à aller consulter un pédopsychologue qui saura l'aider et vous accompagner .
Bonne journée
Clarisse Collet
Gestalt Praticien

Clarisse Collet Psy sur Herblay

83 réponses

24 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Parentalité

Voir plus de psy spécialisés en Parentalité

Autres questions sur Parentalité

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12700 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16100

psychologues

questions 12700

questions

réponses 134450

réponses