7 traumatismes infantiles qui perdurent à l'âge adulte

Les traumatismes infantiles nous suivent à l'âge adulte, c'est une charge que nous porterons toute la vie.

13 AVRIL 2018 · Dernière modification: 25 OCT. 2019 · Lecture : min.
7 traumatismes infantiles qui perdurent à l'âge adulte

Les blessures émotionnelles dont nous souffrons dans l'enfance peuvent être traînées toute la vie, même à l'âge adulte. C'est pour cela qu'il faut apprendre à nous désintoxiquer de toutes ces émotions, pour commencer à nous assainir de l'intérieur.

Les traumas, appelés blessures émotionnelles dans l'enfance, font partie de la moelle de nos émotions à l'âge adulte. Pour comprendre leur fonctionnement, on peut les comparer à une plante que l'on maltraite alors qu'elle vient de germer : les séquelles de ces maltraitances resteront sur la plante, ses feuilles et ses racines, toute sa vie.

Comprendre comment apprennent les enfants

En tant que parents, on doit prendre conscience de cette réalité pour contrôler et réviser constamment nos actions envers les enfants et dans la vie de famille, et se souvenir que les enfants apprennent plus en nous regardant faire qu'en écoutant ce que l'on en dit.

Les enfants ne sont pas livrés avec un manuel, c'est chaque jour que nous développons notre style parental, nos capacités à dépasser chaque obstacle rencontré sur notre chemin.

Un parent parfait n'existe pas, mais vous pouvez devenir le meilleur parent possible en mettant en pratique vos capacités d'observation, d'amélioration et de changement. C'est pourquoi il faut connaître les principales blessures émotionnelles et traumas qui peuvent apparaître dans la vie émotionnelle des enfants, afin de toujours les prévenir lorsqu'on veut agir.

shutterstock-627148505.jpg

Peur de l'abandon, une prison dans le coeur

Cette blessure émotionnelle du passé prend son origine lorsque la mère, ou la personne qui s'occupe de l'enfant, ne peut pas ou ne veut pas répondre en tant que figure protectrice aux peurs vécues par l'enfant.

Il s'agit souvent d'enfants laissés seuls pendant de longues périodes ou élevés par des tiers, ou simplement des enfants de parents qui, pour des raisons personnelles, ne veulent pas répondre de façon adéquate aux exigences de compagnie et d'attention demandées par les enfants.

Les personnes qui ont vécu des expériences d'abandon dans l'enfance ont tendance à être peu sûres d'elles et développent une dépendance émotionnelle, basée sur la peur d'être de nouveau abandonnées.

Violence intrafamiliale, un chaos intérieur

Culturellement, on nous a appris que certaines violences envers les enfants sont acceptables (gifles, fessées...). Or, de nombreuses études ont prouvé le contraire. La violence enseigne aux enfants à résoudre leurs conflits par la violence, à ne pas gérer de façon adéquate leurs explosions de colère, à résoudre leurs conflits familiaux par la loi du plus fort.

Ces séquelles et blessures émotionnelles de l'enfance sont portées à l'âge adulte et affectent la personne et son entourage, générant des époux et épouses auteurs de violences.

Rejet, un miroir désolé

Certains parents rejettent leurs enfants pour diverses raisons : ils naissent à un moment inadéquat, sont le produit d'une négligence, sont exactement comme l'un des parents, etc.

Le rejet constant d'un enfant va créer en lui un processus d'auto-rejet. Cette blessure émotionnelle du passé se répercutera à l'âge adulte avec la sensation que jamais on ne pourra faire assez dans la vie, au travail, dans les études ou dans les relations amoureuses. Ces individus préféreront rester seuls et isolés.

shutterstock-567207496.jpg

L'injustice, une âme impotente

Dès un âge très jeune, les enfants ont la capacité d'évaluer si une situation dans laquelle ils sont impliqués est juste ou injuste, ou s'ils reçoivent un traitement inégalitaire. Et pour ceux qui ont plusieurs enfants, c'est une question d'importance capitale.

En vivant dans un environnement qui a été très injuste, le "je" se détériore petit à petit, transmettant l'idée aux enfants qu'ils ne méritent pas l'attention des autres. Un adulte qui a souffert de cette blessure émotionnelle peut devenir très peu sûr de lui avec une vision pessimiste de la vie. Ces personnes auront des problèmes pour faire confiance aux autres et établir des relations, et penseront inconsciemment que tout le monde les traite mal.

La trahison, promesses non tenues, un monde terrifiant

"Demain, je t'emmène t'inscrire à la danse, et si tu es sage je t'offrirai un jouet".

Parfois, en tant que parents, nous faisons de grandes promesses mais nous oublions, volontairement ou non, de les tenir. Mais ne pas tenir ses promesses crée un trauma chez l'enfant, une blessure émotionnelle, en lui enseignant que le monde et les gens proches ne sont pas fiables. Il deviendra un adulte à la personnalité peu assurée, peureuse et à la jalousie compulsive.

L'humiliation, un esprit blessé

Aujourd'hui plus que jamais, on observe ce phénomène. Chaque jour, on voit des enfants qui grandissent dans des environnements humiliants ; le harcèlement est l'un d'entre eux. Ce sont des enfants qui sont constamment soumis à des situations humiliantes, des moqueries et disqualifications, que ce soit à l'école ou à la maison.

Ils grandissent avec une forte tendance à la dépression et une estime de soi basse. Nous nous rappelons certainement tous de situations humiliantes dans l'enfance, et il suffit de s'en souvenir pour comprendre à quel point ce traumatisme émotionnel de l'enfance peut être grave, et à quel point il s'agit d'une charge qui accompagnera toute la vie d'adulte.

shutterstock-268132268.jpg

La peur de l'inconnu, un bateau sans port

Beaucoup de parents encouragent leurs enfants à perdre leur peur de l'obscurité, de l'eau ou des endroits inconnus, ou sous-estiment leurs peurs en leur disant de ne pas être peureux.

Les enfants ont besoin de patience, et l'immersion violente dans des environnements inconnus ne fait que générer des individus peu sûrs d'eux, ayant peur du changement et résistants à la différence.

Ainsi, en tant que parents, nous devons être très attentifs à nos comportements et nos remarques, et comprendre que quelque chose qui n'a pas de valeur pour nous en a énormément pour notre enfant et peut le marquer toute sa vie. La patience, la compréhension et le dialogue sont des qualités que nous devons développer à l'égard de nos enfants, afin de leur offrir une enfance chargée de bien-être, de confiance et d'amour.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
16 Commentaires
  • Ajt

    He bien moi j'ai eu deux blessures: le rejet et l humiliation. Pas du tout de la part de mes parents mais de la part de certains de mes petits camarades et de certains parents car j ai une soeur autiste et ça, ça ne passait pas du tout. Quand vous vous rendez compte qu on vous appelle la soeur de la folle....plus toutes les injustices que ma soeur a subi: brimades, mechancetes gratuites etc..je ne pouvais pas la defendre car j etais timide, pas sure de moi, honteuse.. croyez moi, c est extrêmement douloureux comme situation. J en ai gardé une vision peu naives des etres humains, peu tolérants et bienveillants dans leur ensemble. On n oublie pas ces choses et je suis toujours autant révoltée par autant d injustices et d injustes. Je ne suis pas sure qu aujourd'hui ce soit mieux malgre les films "romantiques " sur le sujet type Rain man...merci pour cet article très clair.

  • Ykik4

    Waouh... En plein dans le mil ! Grâce à votre article, j'ai dû faire face à ces peurs rien qu'en lisant. Merci

  • ie

    Oui, j 'ai vecu dans moin enfanse les 5 blessures a l 'extreme. 1. Rejet a ma naissance etant un bebe de sexe feminin. De plus,etant la sixieme fille, cela derangeait la famille dont les 2 soeurs de ma mere , presentes et poussant des cris et des pleurs de deuil dans la maison de mon enfance. J 'ai du etre terrorisee par les sons tres hauts et en tant qu'adulte je souffre de surdite de l 'oreille gauche. La fuite a souvent ete ma maniere d'agir. Bebe a 7 moins environ, je rampais sur le sol, une cousine portant des talons aiguille a ecrase l 'ongle de mon annulaire. Parfois, j ' ai des lancements douloureux. 2. Abandon: je suis un bebe d'un an et demi, mes parents voyagent a la grande ville pour l 'hospitalisation de mon pere pour une leucemie. Ils restent absents pres d 'un an. Je suis confiee a la garde d'une gouvernante. Mes parents reviennent avec mon pere agonisant. Il meurt quand j ' ai 2 ans et demi. La situation se complique, ma mere enceinte ,accouche d'une petite fille un mois plus tard. Donc, ma mere en deuil et un bebe accaparant tout son temps. Je souffre de dependance emotionnelle., souvent toxique. '

  • Debowli

    exemple:quand j’avais 8 ans tout le monde se moquer d’une petite fille de notre classe ils disaient qu’elle avait des poux, mais elle ne savait pas pk personne ne lui parler a la sortie de l’école je lui ai dit et que je savais que c’etait faux car elle c’était juste des morceau de mousse dans ses cheveux. Le lendemain matin la directrice est rentré dans la classe a dit «  elle est où la petite peste! Tjr celle la qui ment! Laura ma dit que tu avais dit qu’elle avait des poux alors que c faux sale menteuse punition » jetait abasourdi j’ai rien compris et du coup pu personne ne l’a parler :( Sa rentre dans quoi ? La trahison l’humiliation le rejet, l’abandon, l’injuste. ? Est il possible d’avoir toutes les blessures sur le me souvenir ?

  • Hipo

    Bonjour. Il y a beaucoup de situations que nous ne comprenons pas en tant qu adulte face à nos enfants. Malheureusement nous ne savons pas que ça vient de notre passé. Pour ma part trop tard. Mais bon je le dis aux enfants maintenant. Elles identifient plus tôt chez elles leur émotions Belle journée

  • Katiou

    Merci pour l article. J ai été victime d abandon à l age de 5 ans lorsque mes parents ont été séparés de force par la famille de ma mère à cause de l alcoolisme de mon père. Ma mère s en ai jamais remise et à toujours essayer de se remettre avec mon père mais des qu il buvait elle partait de nouveau. Elle a fait deux tentatives de suicide. Aujourd'hui mon père est mort à cause de son alcoolisme et me mère a des hauts et des bas depuis plus de 30 ans. Moi aujourd'hui je rejette ou j abandonne les personnes sans état d âme surtout les toxiques et plus je vieilli plus je préfère qu'on me foute la paix. Je peux être adorable en amitié et un beau jour ne plus donner de nouvelles et ça me fait du bien je retrouve ma liberté. Ça me saoule que l on me prenne pour une béquille car me suis construite seule. Je suis assez colérique et impatiente. Je déteste l insécurité malgré tout. J espère qu un jour j arriverai à construire la famille que je n ai jamais eu

  • Ver

    Véronique, je regrette de ne pas avoir eu l'intelligence, ou juste la capacité de faire me faire aider avant, de devenir maman. A 58 ans je traine toujours une peur et...

  • Mes combats de ma vie

    Bonjour merci pour votre partage ,. C'est tellement intéressant ! J'ai vécu un emprise maltraitance maternelle jusqu'à 21 ans ou la j'ai du m'enfuir autrement elle m'aurait tuée ! Et malheureusement elle a continué de l'âge adulte à 50 ans a ec moi ! J'ai eu deux tentatives de suicides elle avait une emprise sur mes enfants et ma nièce et ma soeur pareil répété pendant de longues années et il a fallu que je rencontre un homme qui me protégeait et m'a fait comprendre cette emprise négative et depuis je me sens enfin libre d'être moi même enfin à 54 a d il était temps !!!! Après j'ài du en parler à mes enfants pour les protéger ma fille ça va mais mon fils ne m'a jamais comprise et m'en veux que je puisse pas aimé ma mère il ne comprend pas du tout ! Mais bon je me dis qu'il comprendra plus tard et reviendras vers moi et je construis ma vie maintenant comme je le veux plus d'emprise négative enfin !!! Merci

  • Bleret cecile

    QuanD j-etais à l-école primaire je complexais fortement sur meskilos en trop, j-étais une élève docile , obéissante, ...Un jour , en plein interro', l-intituteur'passait dans les bancs en silence, il s-est arrêté et à appuyer sa main sur la mienne de toutes ses forces jusqu-à me faire très mal et au point où mes larmes ont coulées .....Il a secoué ma tête et voici ses mots devant toute la classe : Allez , allez mon gros cheval de trait .... ,

  • Martiine1971

    Je me retrouve dans se beau texte .moi aussi j'ai des cicatrices beaucoup .des parents violant.pas aimé a sa juste valeur.jamais de je t'aime.toujours humilier.et adulte je souffre car je me sens pas comprise .pas aimer.


Chargement en cours



derniers articles sur thérapie comportementale et cognitive