Comment le rejet sexuel nous affecte-t-il au sein d'une relation ?

Que ressentent vraiment les hommes et les femmes lorsqu'ils sont d'humeur mais que leur partenaire refuse toute relation ?

2 DÉC. 2020 · Lecture : min.
Comment le rejet sexuel nous affecte-t-il au sein d'une relation ?

Vous êtes chez vous. Vous vous sentez détendu. Vous avez passé une excellente journée. Et vous êtes d'humeur à faire l'amour. Vous allumez de la musique et versez deux verres de vin. Votre partenaire rentre à la maison et vous pensez : "Allons-y." Vous donnez un baiser à votre partenaire et suggérez d'aller dans la chambre. Mais il ou elle s'éloigne. Vous remarquez rapidement que votre partenaire est grincheux ; il vous dit qu'il a eu une longue journée et qu'il est épuisé - beaucoup trop fatigué pour même penser à avoir des relations sexuelles. Mais merci pour le verre !

La plupart des femmes à qui je parle décriraient se sentir un peu (et parfois très) blessées si elles étaient l'initiatrice sexuelle de ce scénario. Mais nous avons tendance à penser que le rejet sexuel ne fait pas autant de mal aux hommes. Ceci est basé, au moins en partie, sur deux hypothèses : la première est liée à la théorie de la masculinité (1,2), qui propose que les hommes désirent des relations sexuelles pour des raisons physiques et superficielles plutôt que pour un lien émotionnel. Si les hommes initient le sexe et que leurs efforts sont rejetés, alors cela ne peut pas faire trop de mal car ils n'ont fait que manquer l'acte physique. La seconde hypothèse, liée à la Théorie des Écritures Sexuelles(3), suggère que dans les relations hétérosexuelles, les hommes devraient initier une activité sexuelle et les femmes devraient agir comme le «gardien» - celui qui dit oui ou non à ces avancées. Si les hommes entreprennent plus souvent une activité sexuelle, il s'ensuit qu'ils éprouveront également plus de rejet.

Le rejet sexuel fait-il plus de mal aux hommes qu'aux femmes ?

Tout cela nous amène à conclure que le rejet ne peut pas faire trop de mal aux hommes parce qu’ils doivent s’y attendre. Mais ce n'est pas parce que le scénario de rejet sexuel que je décris ci-dessus est plus susceptible de se produire chez un homme, cela ne veut pas dire qu'il est plus facile à gérer. En fait, c’est peut-être le contraire : plus le rejet se produit souvent, plus cela peut vraiment nuire à la confiance et à l’ego d’un homme, et même diminuer son intérêt pour le sexe.

Pour mes recherches, j'ai interviewé un échantillon communautaire d'hommes (30-65 ans) dans des relations hétérosexuelles de longue durée (14 ans en moyenne) sur leurs expériences de désir sexuel. J'ai demandé aux hommes s'il y avait des moments où ils ressentaient moins de désir, ou même s'ils n'avaient pas du tout de désir sexuel. Presque tous les hommes m'ont dit que leur désir sexuel (et parfois leur estime de soi) diminuait lorsque leurs avances sexuelles étaient rejetées :

«Quand vous êtes le gars et que vous êtes toujours celui qui fait les mouvements, et que votre partenaire est toujours celui qui dit : 'non, non, non, non', vous commencez à être très déprimé et à vous demander si quelque chose se passe ou non. Que ce soit vous ou non. " - Antoine, 42 ans

«Si elle ne veut pas de moi, elle ne s’intéresse pas à moi d’une manière ou d’une autre… Cela me choque quelque part à l’intérieur… Je sais qu’elle ne s’intéresse pas à moi et elle ne m’aime pas. Elle ne veut pas de moi. C’est comme m'oublier. Je ne ressens donc plus. " - Marc, 38 ans

Ce que ces hommes décrivent n’est pas perçu comme "mon partenaire ne veut pas de relations sexuelles pour le moment" mais comme le sentiment que leur partenaire ne veulent pas d'eux.

Rejet occacionnel ou rejet régulier, quel impact ?

La plupart des hommes à qui j'ai parlé ne décrivaient pas un rejet occasionnel qui pourrait être attribué à un mauvais timing - lorsque leur partenaire a en fait mal à la tête, est malade ou est de mauvaise humeur pour une bonne raison. Cela se produit dans chaque relation. L'idée que nous ressentirons un intérêt sexuel exactement au même moment que notre partenaire à chaque fois pendant plusieurs années est une idée agréable mais tirée par les cheveux. Il y aura de nombreuses fois où l'un ou l'autre des partenaires dira : «Pas ce soir».

Par contre, les hommes que j'ai interviewés ont parlé du rejet régulier et de la façon dont cela les a épuisés au fil du temps, ce qui les a amenés à se remettre en question, et a finalement eu un impact négatif sur leur estime de soi. Ils ont également indiqué que le fait que leurs avances soient rejetées à maintes reprises réduisait en fait leur propre intérêt pour le sexe.

«Je suis généralement une personne très positive, mais en ce qui concerne le sexe, il est difficile de rester positif ou d’imaginer [le sexe] alors que vous êtes toujours rejeté. Il est donc plus facile de ne pas y penser. » - Benjamin, 49 ans

Cela représente les sentiments que j'ai entendus des hommes au cours de mes recherches et dans ma pratique de la thérapie. Le rejet sexuel est difficile et, par conséquent, les hommes commencent souvent à se comporter d'une manière qui les aidera à éviter le rejet, comme se retirer du sexe en montrant moins d'intérêt ou en réduisant la fréquence et la qualité de leurs avances sexuelles.

Étude sur le rejet et sa réponse adaptative

Une étude récente d'Amy Muise et de ses collègues confirme cette constatation. Au cours des deux premières phases d'une étude en trois parties, les chercheurs ont exploré dans quelle mesure 128 couples lisaient bien les signes indiquant que leur partenaire était intéressé par le sexe. Muise a constaté que dans ses deux premières études, il y avait un modèle similaire d'hommes sous-estimant l'intérêt de leur partenaire féminine pour le sexe. Muise a donc mené une troisième étude pour explorer pourquoi cela pourrait être le cas, en mettant l'accent sur le rôle potentiel du rejet. Cette étude a inclus 101 couples hétérosexuels (pour la plupart) âgés de 18 à 53 ans, qui entretenaient des relations d'une durée allant de six mois à 22 ans. Pendant trois semaines, les couples ont été invités à tenir un journal de leur activité sexuelle. L'une des déclarations auxquelles les chercheurs ont demandé aux participants de répondre, sur une échelle de 1 (indiquant «pas du tout important») à 7 (indiquant «extrêmement important») était : «Je ne voulais pas que mon partenaire me rejette.»

Les chercheurs ont conclu que les jours où les hommes étaient particulièrement motivés à éviter le rejet, ils étaient plus susceptibles de sous-percevoir l'intérêt de leur partenaire pour le sexe. En d'autres termes, lorsque les hommes déclaraient se sentir plus opposés à la possibilité d'éprouver un rejet (pour une raison quelconque - se sentir insécurisé, passer une mauvaise journée, recevoir de mauvaises réactions au travail), ils manquaient les signaux sexuels de leur partenaire. Ils n'ont pas commencé à avoir des relations sexuelles et ils étaient moins susceptibles de déclarer y penser.

Cela semble être une réponse adaptative : si vous pensez que votre partenaire n'est pas d'humeur, il semble trop risqué de se tromper et de subir à nouveau le rejet.

Quelles solutions possibles face à rejet sexuel ?

Il est compréhensible qu'une personne ne soit pas d'humeur à avoir des relations sexuelles si elle sent que son partenaire cherche simplement à se libérer physiquement. Mais lorsque je travaille avec des couples en thérapie, je constate régulièrement qu'un changement peut se produire lorsque les hommes sont capables de vocaliser que leur désir sexuel n'est pas simplement une question de libération. Au lieu de cela, ils disent vouloir se connecter et se sentir proche de leur partenaire et recevoir la validation de leur désir et de leur valeur.

Lorsque leur partenaire entend que leur rejet fait plus mal qu'il n'y paraît, le partenaire rejette parfois moins souvent, essaie d'initier un peu plus ou - et c'est tout aussi utile - devient plus attentif à rejeter de manière plus gentille. Un haussement d'épaules froid ou un roulement des yeux devient, "Désolé, ce soir, je ne le sens vraiment pas", avec une offre conciliante telle que "Peut-être que nous pouvons trouver du temps demain ou ce week-end ?" ou "Peut-être que nous pourrions simplement nous asseoir et nous câliner sur le canapé à la place ?"

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Notre comité d'experts, composé de psychologues, psychothérapeutes et psychopraticiens agréés, s'engage à fournir des informations et des ressources précises et fiables. Toutes les informations sont étayées par des preuves scientifiques et contrastées pour garantir la qualité de leur contenu.
Consultez nos meilleurs spécialistes en thérapie de couple

Bibliographie

  • 1. Kimmel, M. S. (2005). The gender of desire: Essays on male sexuality. Albany, NY: State University of New York Press.
  • 2. Courtenay, W. H. (2000). Constructions of masculinity and their influence on men’s well-being: A theory of gender and health. Social Science & Medicine, 50, 1385- 1401. doi: 10.1016/S0277-9536(99)00390-1
  • 3. Simon, W. & Gagnon, J. H. (1986). Sexual scripts: Permanence and change. Archives of Sexual Behavior, 15, 97-120. doi: 0004-0002/86/0400-0097505.00/0
  • 4. Simon, W. & Gagnon, J. H. (2003). Sexual scripts: Origins, influences and change.Qualitative Sociology, 26, 491-497. doi: 10.1023/B:QUAS.0000005053.99846.e5
  • 5. Murray, S. H., Milhausen, R. R., Graham, C. & Kuczynski, L. (2016). A Qualitative Exploration of Factors That Affect Sexual Desire Among Men Aged 30 to 65 in Long-Term Relationships. Journal of Sex Research, DOI: 10.1080/00224499.2016.1168352

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 21
  • 123

    Quelles sont les conséquences de rejet pour un homme ?

  • jprob

    je suis marié depuis 40 ans, je n'ai plus de rapport depuis 3 ans. je suis fatigué de cette situation, je tente de trouver des solutions autre, femme homme. Elle s'en est aperçue. Elle m'a à nouveau proposé d'avoir des relations, en me donnant la responsabilité de ce désert sexuel, pas assez tendre, pas assez câlin, parfois agressif (souvent en réponse à ses agressions), elle ne se remet jamais en cause. Elle provoque souvent le conflit et m'en déclare responsable. .

  • Anomnyme7

    Anonyme, Homme de 50 ans, 30 ans de vie commune et 30 ans de rejet....des périodes de 6 a 8 mois voir même 1an, sans rapport...puis un lâcher de sa part, quand elle le veut bien, a la limite ces "lâcher de sex" sont devenu même de la torture, mais je l'aime...donc subit...malgres moi.

  • Micka69

    C'est vrai, les hommes, moi compris, nous ne sommes plus trop intéressés par les femme à force.

  • Cyril

    N'étant pas une femme je m'abstiendrai de parler en leur nom. Vous avez certainement des envies, des besoins, voir des douleurs liées au manque, que je ne peux évidemment pas ressentir. Visiblement, la personne qui a écrit cet article n'est pas un homme ... Et n'a pas son ressenti tant psychologique que physique ! On peut très bien être "rejeté" comme vous dites (Personnellement il me semble plus judicieux de parler de symbiose qui ne se fait pas ou plus), tout en ayant toujours très envie de sexe et en ayant toujours une grande confiance en sois. Quant a se câliner sur le canapé ... Mis a part faire monter encore un peu plus l'excitation (Et la frustration !), je ne vois pas bien. A évoquer la psychologie, puisque ce site devrait y être dédié, vous auriez pu par contre mettre en avant que le stress augmente énormément le besoin de relation sexuelle (En tous cas chez l'homme, et certainement également chez la femme), ce qui peut expliquer les demandes très/trop fréquentes. Stress qui chute lors de pratiques diverses (Relations, onanisme ....), mais également lors de séances de sport grâce aux endorphines.

  • Mars2023

    Bonjour, j'ai accoucher il y a un an et j'ai donc eu une baisse de libido , grosse fatigue . Mon conjoint m'a également mise l'étiquette de maman et plus de amante . Forcément j'ai endocé ce rôle sans problème , je me suis même oublier ( comme beaucoup de maman dans mon cas je pense ) je ne ressent plus le désir sexuelle , du moins avec mon conjoint . . Je ne sais pas si c'est parce qu'il ne répond plus à mes attentes ( être a mon écoute , attentionné ) ce qui fait que cela m'a couper les envies ou du a mon accouchement mais bon c'était il a un an .. il est vrais que le comportement matchiste de mon conjoint me blesse souvent . Il pense beaucoup à lui et son bien être mais jamais au mien .. quand vient au moment charnelle et bien rare son les fois où j'ai envie , mais je me force pour qu'il soit content , et le peu de fois que je refuse par fatigue intense ou autre il me fait la gueule et ne me parle plus ce qui me fait culpabiliser.. j'essaie de lui faire plaisir avec des attention , j'ai tondu la pelouse et fait le jardin entier , fait son repas préférer , et le soir même nous avons eu un rapport , et il revient en pleine nuit me redemander alors je refuse et lui dit être fatiguée et bien il se met dos a moi et me fait la tête . Je ne sais pas comment réagir mais cela me rend dingue après tout c'est chose que je fait . Lui ne pense qu'à son intérêt

  • rom1

    Bonjour, je partage tout dans notre couple : taches ménagéres, gestion enfants....je fais exactement la moitié alors inutile de me parler de charge mentale ou quoi que ce soit... malgré tout, j'essuie refus sur refus à chaque fois que j'essaye d'initier un rapprochement, même après une soirée romantique ou l'on est que tout les deux, ou je fais tout pour qu'elle soit détendue et pour lui prouver qu'elle est importante à mes yeux... je sais plus quoi faire, apparemment, il n'y a aucun soucis selon elle... mais pour moi si, des semaines et des semaines sans aucune relation, c'est difficilement supportable.. j'ai pensé à aller voir ailleurs mais c'est plus fort que moi je n'y arrive pas, c'est pas mon truc et c'est avec elle que j'ai toujours envie je suis dans une impasse et condamné à cette vie de couple ou tout se passe bien sans aucune relation intime.. je suis malheureux , baisse de libido à force, perte progressive de confiance... bref il n'y a pas que ça dans la vie mais ,même en le niant, cela reste pour moi important dans un couple... un jour peut être, ça ne sera plus supportable et cela sera la fin de notre couple, j'ai 40 ans et j'aimerai profiter des années de santé sexuelle qu'il me reste dans de meilleures condition... désolé pour le pavé mais ça fait du bien d'en parler, si vous êtes dans le même cas, on pourrait en parler...

  • Mel

    Il y a d'autres cas .... Je suis une femme et mon rejet viens du fait que mon conjoint ne me montre aucun signe d'amour , d'attachement, de tendresse, pas de message, pas de câlins ou alors très rapide , bref pas grand chose SAUF quand monsieur a envie de sexe , je lui en ai parlé à multiples reprises en lui disant que ce n'est pas que lors des rapports que l' on entretien une relation mais au quotidien, il répond qu'il n'a pas le temps l'esprit ailleurs et que c'est que quand il a la tête vide qu'il peut se détendre je travaille 10 h par jour et je m'occupe quasiment de tout le reste a côté ... J'aime aussi le sexe mais a cause de tout cela j en ai plus envie, et je n'ai plus non plus envie de quémander d'attention.

  • Nath

    Je suis une femme et je subis le rejet régulièrement de mon homme. C'est toujours moi qui initie les rapports, à chaque refus c'est de plus en plus dur. Je ne me sens pas désirée, ou alors si on le fait parfois il ne me touche pas, c'est juste de la pénétration et voilà... C'est très frustrant, moi j'ai besoin de faire l'amour, que l'on se touche l'un l'autre, d'avoir un lien fort émotionnel, au moins de temps en temps... Avant cela j'ai toujours eu des partenaires "normaux" qui prenaient régulièrement l'initiative, pas que moi ! Et le sexe ce n'était pas juste de la pénétration et hop fini une fois qu'il a fini. Je commence à ne plus vouloir subir de refus donc à ne plus vouloir rien initier... Bref, je comprends tout à fait cet article mais il ne touche pas que les hommes, loin de là...

  • Julien

    Waouh.... Lucille... Merci de ramener tous ces clichés et de nier et dénigrer les sentiments potentiels de personnes faces au rejet. Vous vous êtes comporté selon vos dires comme un homme plus vrai que nature. J'espère qu'on arrivera à se sortir de ce combat sans fin entre les genres, alors que la solution et la vérité est entre les deux. Parce qu'il y'a du vrai dans ce que vous dites Lucille, mais ce n'est en aucun cas toute la vérité et certainement pas d'une manière aussi guerrière. Oui les hommes souffrent du rejet, c'est une vérité, qui biaise les relations, et j'ai surtout entendu ici des hommes amoureux de leur femme. J'aimerai que vous ayez raison pour l'égalité des besoins et pulsions sexuelles féminines, ou dans l'expression ou l'acceptation de ces besoins, vraiment. Cordialement.


Chargement en cours



derniers articles sur thérapie de couple

PUBLICITÉ