Comment être bien dans son corps et sa tête ?

MENS SANA IN CORPORE SANO « un esprit sain dans un corps sain », maxime issue des Juvénale écrite dans l'Antiquité tellement actuelle...

26 AVRIL 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Comment être bien dans son corps et sa tête ?

Forme physique et moral sont interdépendants

MENS SANA IN CORPORE SANO « un esprit sain dans un corps sain », cette maxime écrite entre 90 et 127 après JC, n'a jamais été autant d'actualité qu'aujourd'hui : la forme physique et le bien-être mental sont interdépendants.

En ces temps chahutés, où la pandémie affole tout le monde sans toujours raison garder, comment faire pour traverser cette période tout en gardant bon moral ?

Plus d'un an que notre moral et équilibre psychologique sont mis à rude épreuve et passent par des montagnes russes. Les gens ont peur pour leur santé, pour leur travail, pour leur quotidien, pour leur devenir…. Et deviennent de plus en plus déprimés, dépressifs ou pire…

La peur du changement ou des changements a toujours généré des sentiments d'appréhension, voire de peur, mais aujourd'hui elle est à son comble pour des raisons multiples, alors que traverser de zones de turbulences nécessite d'être bien dans son corps et dans sa tête ?

Comment ?

  • Prendre un peu de recul en gardant en mémoire que même si cette pandémie semble inédite, les virus ont toujours été partie prenante de la vie de l'homme et que la science et les pratiques humaines en viennent souvent à bout, donc inutile de tomber dans des pensées et comportements proches de la déraison –(oui je peux pense à ceux qui ont perdu des proches durant cette pandémie et qui ont pu sombrer dans des pensées anxieuses et obsédantes, cela est complètement humain). Les raisons de broyer du noir sont nombreuses sans pour autant se laisser submerger.
  • Eteindre la télévision ou s'informer très modérément (et je préfèrerais la radio car les images vous sont épargnées). Trop d'informations vont accentuer un climat anxiogène et morose, donc autant les limiter et se déconnecter régulièrement pour ne pas être 'surexposé'.
  • Se recentrer sur Soi : actuellement les activités collectives sont assez difficiles, mais pour autant conserver une vie sociale est possible. Même si les rencontres avec autrui ne sont pas simples, on peut toujours garder des liens avec ceux qu'on aime ou les amis ou ceux encore que l'on peut aider, par le téléphone, le chat , les courriels, les outils de visionconférence… cela permet de conserver les liens et de parler d'autre chose que du ou des virus… Et en plus aider et prendre des nouvelles des autres nous fait du bien. Se recentrer sur Soi c'est aussi prendre du temps pour ce que l'on aime faire et que l'on remet, sine die, faute de temps. S'octroyer du temps pour relire une BD de son enfance, ou apprendre une nouvelle langue, découvrir un loisir créatif… Être simplement bienveillant vis-à-vis de soi.
  • Prendre soin de son corps : nul besoin de fréquenter les salles de sport ou d'être un marathonien pour prendre soin de son corps. Même en période de confinement les sorties sont autorisées, et comme nous sommes au Printemps, la lumière et le soleil vont faire davantage d'apparitions, ce qui est plutôt bénéfique pour faire le plein de vitamine D ; profitons pour marcher tous les jours une bonne demi-heure par exemple (en plus les téléphones portables sont souvent équipés de 'podomètre' pour mesurer les distances parcourues en pas ou kilomètres…) Sans être adepte du jogging, on peut prendre soin de soi en bougeant. Pour les inconditionnels de la gymnastique ou du fitness, il y a toujours les cours en ligne, souvent gratuits. Prendre soin de son corps c'est aussi bien manger, sainement, des produits que l'on peut préparer (en télé travail, on passe moins de temps dans les transports et on peut peut-être plus facilement se concocter quelques plats soi-même, c'est meilleur)… Prendre soin de son corps c'est aussi adopter ou retrouver un bon rythme de sommeil, non seulement sans prolonger l'utilisation tardive des écrans qui perturbent notre rythme biologique mais également en adoptant des horaires d'endormissement plus réguliers.

  • Redécouvrir son environnement : qui n'a pas évoqué avoir réentendu les oiseaux chanter lors du premier confinement, cela est toujours possible et facilité en période de printemps. Prendre le temps d'observer, de s'émerveiller de ce qui nous entoure, sentir le parfum des fleurs…….procure chez nous un sentiment de bien-être, nous invite à cultiver notre optimisme, à nous focaliser sur ce qui va bien, sans 'trop broyer du noir'. Voir la nature qui s'éveille autour de nous, nous libère de nos tensions psychologiques, nous permet même de secréter des endorphines (neurotransmetteurs qui réduisent le stress et provoquent de la relaxation).
  • Méditer en pleine conscience : La PLEINE CONSCIENCE c'est se rendre compte de ce qu'il se passe, au moment où cela se passe, et sans jugement. Nous sommes dans nos réflexions passées, futures et très rarement dans le présent. Nous nous construisons une image de nous-même sans réaliser toujours ce que nous faisons ; résultat nous fonctionnons souvent en mode 'pilote automatique' et conduisons notre vie par habitude.

La Pleine Conscience est un entraînement à vivre dans le "flow du moment présent" ; cet entraînement permet de prendre du recul sur nos comportements et nos schémas de pensée, pour agir avec davantage de sagesse, changer ce que l'on a envie de changer pour être mieux avec soi. Ainsi on peut aussi bien travailler sur ses émotions, ses anxiétés, sa concentration, son corps physique, avec un peu de patience et de persévérance.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Catherine Lagorce Linkedin

Psychopraticien

Issue de l’entreprise, et plus particulièrement de grands groupes, où j’ai exercé la fonction de DRH de nombreuses années, j’ai eu un ‘important problème de santé’ qui m’a entraîné à reconsidérer les choses de la vie, mes choix… Tout en continuant à exercer en ressources humaines, je me suis formée à la psychanalyse et somatothérapie, en France et à l’étranger…

Voir profil

Bibliographie

  • Marc-Aurèle, Pensées pour moi-même

  • Juvenal Mens, sana in corpore sano

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur anxiété