L´anxiété de retour au bureau : 6 conseils pour se réadapter

L´annonce du retour au bureau a été source d´anxiété pour beaucoup d´entre nous, jusqu´à engendrer un phénomène nommé "l´anxiété de retour".

12 SEPT. 2022 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Anxiété de retour au bureau

En raison des restrictions de santé publique liées au COVID-19, de nombreux lieux de travail ont dû rapidement passer au travail à domicile. Pour certaines personnes, ce changement s'est traduit par un sentiment d'isolement social, des routines perturbées, des changements dans les interactions professionnelles et des difficultés à naviguer dans de nouveaux environnements et technologies d'équipe à distance.

Plus de deux ans plus tard, le monde s´est adapté au télétravail, et beaucoup de postes qui exigeaient une présence physique se sont exclusivement remplis à distance. Éventuellement, beaucoup d´entre nous avons pris gout à notre train-train quotidien, au réveil plus tardif, au travail en pyjama, et à notre séance yoga durant la pause déjeuner. Plus le temps passait, plus nous étions soulagés de ne plus avoir à nous casser la tête à préparer des Tupperware ou encore à planifier le outfit of the day.

Sauf qu´un beau jour, alors qu´on ne s´y attendait même plus, l´email tant redouté arrive dans notre boite au lettre : l´annonce de la date du retour au bureau. Pour certains, cet email a été source d´un grand soulagement. Pour beaucoup d´autres, par contre, il a enclenché un phénomène qu´on appelle aujourd´hui "l´anxiété de retour", ou re-entry anxiety en anglais.

L´anxiété de retour, qu´est-ce que c´est? 

anxiété de retour est définie comme "la peur qui peut accompagner l'abandon des dispositifs de protection qui nous ont protégés pendant la pandémie de COVID-19 et notre retour dans un monde qui a été modifié par le virus" (University of Iowa Hospital & Clinics). Cette peur peut se manifester par une réticence à revenir à des pratiques antérieures à la pandémie, comme se rendre à de grands rassemblements en personne sans masque. Elle peut aussi révéler des sentiments de malaise, de tristesse ou d'incertitude.

Poignée de main covid

Les humains sont plutôt doués pour s'adapter aux situations traumatisantes : depuis mars 2020, d'innombrables campagnes nous ont indiqué comment rester en sécurité, et beaucoup d'entre nous sont passés en mode survie et ont adopté cette nouvelle façon de vivre. Cependant, notre cerveau n'est pas aussi doué pour revenir à ce qu'il était avant une situation traumatique.

Le trauma affecte principalement trois parties du cerveau :

  • l'amygdale, qui aide au traitement des émotions ;
  • le cortex préfrontal, qui régule les réponses émotionnelles ;
  • l'hippocampe, qui s'occupe de la mémoire.

Lorsqu'on vous rappelle une expérience traumatisante, votre amygdale réagit comme si vous viviez ce traumatisme pour la première fois, tandis que votre cortex préfrontal est inhibé et a plus de mal à gérer votre peur et votre anxiété. La réduction de l'activité de l'hippocampe rend difficile la distinction entre l'événement traumatique réel et le souvenir que vous en avez, ce qui signifie que vous êtes susceptible de considérer les choses qui déclenchent des souvenirs de vos peurs initiales comme des menaces supplémentaires. Pour beaucoup, le traumatisme peut amener le cerveau à rester hypervigilant, ce qui le maintient dans un état hautement émotionnel et réactif (Bremner, 2006).

Nous pouvons sans doute parler de vécu traumatique en relation à la peur d´être infecté par le virus ou même d´infecter autrui. Néanmoins, l´expérience de la pandémie a également offert à tous les introvertis et antisociaux du monde un refuge, un havre de paix loin du brouhaha de la ville, du bureau, des transports en commun... Et le retour au bureau semble provoquer un stress non-lié aux précautions sanitaires, mais plutôt provoqué par la sortie de ce havre de paix. 

L´anxiété de retour, une anxiété sociale

Si vous éprouvez de l'anxiété sociale à l'idée de retourner au bureau, vous n'êtes pas seul. De nombreuses personnes se sentent déstabilisées - après plus d'un an de travail à distance, où nous n'avons vu nos collègues qu'à l'écran, l'idée de revoir tout le monde en personne peut sembler écrasante. Et comme le paysage du Covid est encore en pleine mutation, il est difficile de savoir combien de temps durera le "retour à la normale". Mais qu´est ce qui explique cette anxiété sociale?

Anxiété sociale au bureau

1 - Les transitions sont naturellement anxiogènes

Une grande partie de la psychologie humaine est basée sur l'évolution. Les situations familières ont tendance à être plus sûres et plus prévisibles pour nous. Elles nous permettent de baisser notre garde. Dans les situations non familières, nous sommes câblés pour être plus sur le qui-vive, et constamment à l'affût des dangers. C'est pourquoi les transitions ont tendance à accroître notre anxiété. Nous sommes toujours subtilement à l'affût de menaces potentielles. Cette réaction a une base adaptative, mais elle peut être assez épuisante.

En d´autres termes, dans une situation de transition, et spécialement dans le cas du Covid, nous faisons face à des mécanismes similaires à ceux du trauma vus dans la partie précédente. 

2 - Les relations et les frontières sociales ont changé

Certains de vos collègues peuvent être ravis de retourner au bureau et trouver que cela améliore leur productivité, tandis que d'autres peuvent ressentir l'inverse. Les circonstances et les natures des gens sont différentes, et votre point de vue ne sera pas identique à celui de quelqu'un d'autre. Si un leader ou un collègue de travail crie sur tous les toits qu'il faut retourner au bureau pour retrouver la productivité et la camaraderie, il s'agit probablement d'une généralisation excessive de son propre point de vue et de sa propre expérience.

3 - Les longs trajets et les transports en commun

La durée moyenne d'un trajet domicile-travail en France est de 24 minutes, soit près d'une heure par jour pour se rendre au travail et en revenir, et cela fait beaucoup. 

Transports en commun

Mais perdre du temps à faire la navette n'est qu'un des inconvénients du trajet entre le domicile et le lieu de travail. Le fait de faire plus de 30 minutes de trajet (allée simple) par jour sont associées à des niveaux accrus de stress et d'anxiété, et des recherches montrent que le fait de parcourir chaque jour 15km pour se rendre au travail est associé à des problèmes de santé tels que :

  • un taux de cholestérol plus élevé ;
  • un taux élevé de sucre dans le sang ;
  • un risque accru de dépression.

En renonçant au trajet domicile-travail, vous favorisez votre santé mentale et physique. Le gain de temps peut vous permettre de vous concentrer sur des priorités en dehors du travail, comme dormir davantage le matin, passer plus de temps avec votre famille, faire de l'exercice ou prendre un petit-déjeuner sain.

4 - La perte de l´indépendance du télétravail

L'un des avantages considérables du télétravail est d'avoir accès à un plus large éventail d'offres d'emploi qui ne sont pas limitées par la situation géographique. Cela peut être particulièrement utile pour les demandeurs d'emploi vivant dans des communautés rurales et des petites villes où il n'y a peut-être pas beaucoup de postes disponibles localement.

Le fait de ne pas avoir de lieu de travail fixe signifie que, avant la pandémie, les travailleurs totalement éloignés pouvaient également voyager et vivre en tant que digital nomads tout en menant une carrière intéressante. Bien que le mode de vie nomade soit actuellement en suspens, les frontières commençant à s'ouvrir, il s'agit d'un avantage certain.

En outre, le travail à distance est un excellent moyen d'éviter les zones à loyer et à hypothèque élevés, en particulier pour les postes qui nécessitaient auparavant de vivre dans une ville où le coût de la vie était élevé (comme les postes tech). Avec le travail à distance, vous n'avez plus besoin de vivre près d'une grande agglomération pour avoir une carrière que vous aimez.

5 - Le télétravail offre une plus grande inclusion

Le travail à distance permet aux entreprises de favoriser la diversité et l'inclusion en recrutant des personnes issues de milieux socio-économiques, géographiques et culturels différents et ayant des points de vue différents, ce qui peut être difficile à réaliser lorsque le recrutement est limité à un lieu spécifique près duquel tout le monde ne veut pas ou ne peut pas se permettre de vivre.

Et en embauchant des employés qui peuvent travailler à domicile dans les communautés où ils se sentent le plus à l'aise et soutenus, les entreprises choisissent de soutenir la diversité, la communauté et la famille.

Les emplois en télétravail donnent aux personnes qui ont du mal à trouver un emploi stable sur place, comme les personnes handicapées ou les aidants qui ont besoin d'un horaire flexible, la possibilité de poursuivre leurs objectifs professionnels sans avoir à se soucier des allers-retours entre le domicile et le bureau. Cela donne également aux travailleurs la flexibilité nécessaire pour se rendre chez le médecin ou à d'autres rendez-vous médicaux lorsque cela est nécessaire.

Comment surmonter l´anxiété de retour ?

Il est clair que le retour au bureau reste imminent pour la majorité. Pour cela, nous vous proposons quelques solutions pour gérer votre anxiété de retour et vous réadapter au bureau.

1 - Retrouver les collègues avant le retour officiel

Certains spécialistes suggèrent de prendre un verre ou de déjeuner avec vos collègues avant votre premier jour de retour au bureau. Tout ne doit pas nécessairement être nouveau au retour, et passer du temps avec vos collègues avant le retour au bureau peut aider à éliminer une partie du trac du premier jour.

Rencontre avec les collègues

2 - En parler

Il peut être utile de se confier à quelqu'un pour lui faire part de ce que vous ressentez : un collègue, un ami proche ou même votre supérieur, s'il vous soutient. Plus nous en parlons, plus nous le normalisons, ce qui signifie que nous sommes plus susceptibles de nous sentir mieux à ce sujet.

3 - Trouver un guide

De nombreuses personnes ont changé d'emploi pendant la pandémie et se retrouveront dans des bureaux pour la première fois. Si vous êtes anxieux à l'idée de rencontrer vos collègues en personne, contactez une personne avec laquelle vous avez des liens et demandez-lui d'être votre mentor ou votre guide le premier jour. Le guide peut, par exemple, faciliter les présentations et passer le déjeuner avec un nouveau venu. Le fait de savoir que vous pouvez compter sur un visage amical peut contribuer à atténuer l'appréhension de se retrouver dans un nouvel environnement.

4 - Rendre l´espace de travail confortable

Apportez quelque chose qui vous rappellera votre maison - peut-être la belle orchidée que vous gardez sur le comptoir de votre cuisine. Ou peut-être votre tasse préférée ou des photos de votre chiot. Le fait d'avoir des rappels de votre lieu de bonheur peut vous aider à vous ancrer dans une situation anxiogène.

Bureau avec une photo de famille

5 - Prévoir une activité qui vous plaît après le travail

Le retour au bureau sera épuisant, alors assurez-vous de prévoir et de pratiquer une activité relaxante. L'anxiété vous active à un niveau très physique, c'est pourquoi il est important de vous calmer - peut-être en vous réservant une heure pour lire ou regarder votre sitcom préféré. Cela vous donnera également quelque chose à attendre avec impatience.

6 - Être aimable avec soi-même

Si vous ressentez de l'anxiété sociale à l'approche du retour au bureau, sachez que vous n´êtes pas seul, et que vous êtes en bonne compagnie. Nous avons vécu tant d'incertitudes au cours des deux dernières années. Accordez-vous beaucoup de grâce et de patience pendant que vous apprenez à être dans ce nouveau monde. Tant que vous vous rapprochez de votre peur au lieu de vous en éloigner, vous faites du bon travail.

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Bibliographie

University of Iowa Hospital & Clinics, Five ways to cope with re-entry anxiety (2022)

Bremner, J.D. Traumatic stress: Effects on the brain. Dialogues in Clinical Neuroscience, 8(4), 445-461, doi: 10.31887/DCNS.2006.8.4/jbremner

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur anxiété