Passé chaotique : comment créer et entretenir des relations saines et durables ?

Comment avoir des relations saines et comment les entretenir afin de vivre épanoui et heureux ?

5 NOV. 2019 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Passé chaotique : comment créer et entretenir des relations saines et durables ?

Lorsque nous grandissons dans des foyers chaotiques sur le plan émotionnel, il est difficile d'établir des relations saines avec des adultes. Quand le chaos est la norme, nous nous habituons à vivre avec ce qui est mauvais et effrayant. Nous apprenons à faire taire nos ressentis, car il est trop dangereux d'en parler ou de les montrer pàr peur de se faire blesser. Même si les relations difficiles nous permettent de réfléchir à ce que nous sommes et à ce que nous pouvons faire pour les rendre meilleures, les relations saines et positives sont indispensables à notre bien-être et nous élèvenet dans la joie et la sérénité.

Des stratégies de survie de l'enfance...

En tant qu'enfants, nous avons besoin d'appartenir ; appartenir, c'est survivre. Exprimer notre expérience de ce drame familial reviendrait à risquer l'amour de nos parents, notre appartenance et donc notre survie. Quand un foyer est émotionnellement chaotique, il n’est généralement pas rempli d’adultes ouverts et intéressés par l’expérience de l’enfant; il n’y a souvent aucune personne sûre à qui parler, et encore moins de chances qu’il y ait quelqu'un qui assumera la responsabilité de ce qui se passe ou qui changera.

Lorsque nous grandissons dans un environnement émotionnellement instable et indigne de confiance, nous développons certaines stratégies de défense pour maintenir notre sécurité et rester intacts. En termes simples, nous apprenons à nous débrouiller avec toutes ces choses qui ne nous permettent pas de nous sentir bien. Nous devenons des experts pour enterrer en nous l'anxiété, la peur, la colère et le désespoir ; nous marchons à travers l'épave comme si de rien n'était, peu importe la gravité de la situation. Et finalement, la folie devient notre norme.

Nos stratégies de survie nous permettent de rester en sécurité enfants, à un certain niveau. Mais lorsque nous appliquons ces mêmes stratégies de défense dans les relations entre adultes, elles cessent de fonctionner et nous finissons par nous sentir piégés, impuissants, anxieux et en colère. Les sentiments que nous avons enfouis dans l’enfance sont toujours là. 

...à l'âge adulte.

Ceux d’entre nous qui ont grandi dans des foyers où un tel comportement était la norme étaient souvent obsédés par ce que nous voulions dire à un parent, mais nous ne l’avions pas dit parce que cela aurait créé de la colère ou davantage de chaos, sans rien changer à la situation. De même, en tant qu'adultes en couple, nous pensons sans cesse à ce que l'autre personne nous fait ; nous plaidons nos griefs en silence dans notre tête, et nous ressassons ce que nous allons dire et comment nous allons le dire. Mais, encore une fois, nous restons silencieux.

Nous pensons de manière obsessionnelle à l’autre et à notre situation inconfortable, mais nous ne savons pas comment faire pour que cela change : nous avons trop peur des conséquences ou de notre propre colère. En conséquence, nous restons coincés dans des situations difficiles, nous sentant impuissants à faire changer nos relations, remplies d'une peur chronique et débordant de ressentiment.

En tant qu'adultes, lorsque nous sommes confrontés à des comportements qui nous semblent mauvais, fous, agressifs ou tout simplement incontrôlables, notre système nerveux entre en réaction : combat, fuite, paralysie. Notre cerveau frontal s’éteint dans un sens et nous entrons en mode survie. Au plus profond de notre cerveau, nous partons du principe que si nous prenons la parole, nous en subirons les conséquences désastreuses et, au bout du compte, notre situation s'aggravera.

Notre peur profonde prend le dessus et avant que nous le sachions, nous trouvons un moyen de faire en sorte que le mauvais comportement de l’autre fonctionne au sein de la relation. Mais rester silencieux ne fonctionne pas dans les relations entre adultes. Cela ne nous permet pas de grandir, de nous sentir apprécié ou de développer une véritable intimité. En outre, cela ne nous protège pas comme nous l’avions fait lorsque nous étions enfants. Bien au contraire : la stratégie consistant à avaler/ne pas dire notre vérité et notre instinct naturel d'autoprotection sous prétexte de nous protéger nous-mêmes deviennent la chose même qui nous nuit. Nous finissons par être envahis par la peur, en pensant de manière obsessionnelle à ce que nous détestons et en portant un ressentiment accablant. Nous nous retrouvons enragés contre les autres et contre nous-mêmes pour ce qu’ils nous font et ce que nous permettons.

Comment changer cette manière de fonctionner ?

Comment pouvons-nous changer lorsque notre système nerveux réagit naturellement à un mauvais comportement de manière à nous bloquer ? Comment transformer ce qui se passe instinctivement en processus conscient afin d’avoir des choix ? La première étape consiste à commencer à prêter attention à ce qui se passe en nous face à un conflit - c’est-à-dire reconnaître ce schéma, et à prendre conscience du fait que nous passons en mode réactionnaire lorsque nous sommes confrontés à ce qui ne nous permet pas de nous sentir en sécurité. En reconnaissant et en acceptant cette vérité, nous nous offrons non seulement de la gentillesse et de la compassion, mais également de la gratitude pour notre sécurité. Et nous nous rappelons que ce comportement ne permet plus de prendre soin de nous.

Deuxièmement, nous devons nous arrêter pour demander à notre peur ce qu’elle a besoin de savoir ou d'entendre d’un autre en qui elle a confiance qui lui permettrait de s’exprimer. Parfois, la partie effrayée de nous-mêmes veut savoir ou se faire rappeler qu’elle n’a pas réellement besoin de cette autre personne.

Si nous pouvons réaliser que nous ne mourrons pas sans cette autre personne, que nous avons projeté notre dépendance d'enfant sur cette relation, le risque diminue et nous pouvons trouver le courage de dire notre vérité. Si nous ne croyons pas vraiment vraiment que nous n’avons pas besoin de l’autre, nous pouvons commencer à prendre des mesures en vue de l’autonomie qui peut nous libérer.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 3
  • Saliha

    Je me reconnais beaucoup dans vos paroles et je me rend compte que j’ai tout raté avec l’éducation de mes 2 grands qui n’arrivent pas à se construire à 22 et 25 ans

  • Soso

    J aime bien se que vous dite et c vraiment vrai

  • Pit bull 01

    Dans votre article je vois ma femme mais comment faire pour l aider merci si vous avez un conseil

derniers articles sur psychologie enfant