La persona, le masque qui nous définit dans le monde extérieur

La persona, terme utilisé par C.G.JUNG, la définit ainsi : la persona est ce quelqu’un qui n’est pas en réalité, mais ce que lui-même et les autres personnes pensent ce qu’il est.

20 AOÛT 2019 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

La persona, le masque qui nous définit dans le monde extérieur

Nos masques extérieurs

  • Historique du mot "persona"

Le mot persona vient du latin, il désignait le masque que portaient les acteurs de théâtre. La persona pour Jung n’a rien de réel, elle n’est qu’une interface entre l’individu et la société.

  • S'identifier à son masque social

Le Moi conscient s’identifie aux diplômes, au rôle social, au titre honorifique à notre profession. La persona est ce que l’on est dans le monde extérieur, une gentille fille, un gentil garçon bien élevé, intelligent, marié, etc… 

Ce masque social fait penser aux autres et à soi-même que notre être est individuel, mais il s’agit d’un simple artifice, un compromis. La souffrance mentale commence lorsque l’on s’identifie à sa persona. Lorsque l’on conserve ce masque en permanence dans le monde extérieur on devient qui l’on est, à savoir de préférence un masque socialement valorisant.

Quand le masque tombe

Toutes les personnes en souffrance, qui perdent leur emploi, font faillite, séparation, ... Ils perdent leur rôle dans le grand théâtre de la vie, représentation factice mais nécessaire dans le monde extérieur. Ils se retrouvent face à leur inconscient, à leur nature profonde, face à la véritable question mais qui je suis sans ce masque. Notre Moi (l'égo) en tant que porteur de ce masque ne doit pas oublier qu’il est simplement : « un petit enfant qui commence à peine à dire «je» » et qui vit dans chacun de nous" (cf C.G JUNG).

Ce qui revient à dire, que le masque social est souvent nécessaire dans notre société, mais surtout de ne pas s'identifier à celui-ci sous peine de ne plus savoir qui on est si on perd son statut professionnel, familial, etc.

La confusion créée par le masque social

Dans les relations extérieures, notamment dans les rencontres amoureuses, nous portons tous un masque de départ pour séduire son ou sa partenaire, mais parfois voire souvent ce masque est tellement solide, que nous nous perdons soi-même dans l'approche amoureuse, qui on est, qui est l'autre  vraiment ?... Ce qui finit par créer une difficulté d'une relation authentique.

Cela est vrai également dans une recherche d'emploi, ce masque social nous fait croire que l'on est ce qu'on souhaite que l'autre voit de nous.

Les artistes sont souvent confrontés à cette persona, ce masque social. Certains s'adonnent à l'alcool, la drogue, parfois même le suicide car sous ce masque social, la personne se sent vide de sa substance vitale, énergétique, existentielle.

Vous l'aurez compris, la confusion est grande, et les déceptions nombreuses.

Masque positif et masque négatif

Le masque positif reflète un individu ayant compris l'enjeu social du masque sans s'y perdre et reconnaît son individuation. Ce qui lui permet de rebondir suite aux aléas de la vie.

Le masque négatif est celui qui s'est perdu dans ses jeux de rôles, et s'il perd ce qu'il a construit, il se retrouve face à une coquille vide.

Certains se retrouvent également prisonniers de leur masque. Par exemple, l'individu qui a toujours joué le rôle d'une personne dévoué pour faire plaisir, ne pas décevoir.

Les réseaux sociaux peuvent être un tremplin idéal pour adopter cette persona. Ce qui engendre souvent une crise identitaire, voire pire encore…

Conclusion

Il est donc important d'être conscient que chacun porte un masque social. Mais qu'il est risqué de s'identifier à celui-ci, sous peine d'y rester prisonnier.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Nathalie Follmann

Hypnothérapeute Clinique

Certifiée par l'Institut Sakti d'Hypnose Clinique à Paris. Mon approche "intégrative" permet de travailler sur tous les troubles émotionnels, psychosomatiques avec de nombreuses approches et techniques. L'hypnothérapie que je pratique s'inscrit autant dans une thérapie brève qu'une thérapie de fond. Elle s'adapte autant aux adultes qu'aux enfants à partir de 4 ans.

Voir profil
Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 1
  • Nathyil

    C est unjuste vérité. Malheureusement il est souvent difficile de s en défaire. J aime beaucoup votre texte.

derniers articles sur développement personnel