Vive la crise !

Peut-on trouver un sens à nos crises, qu'elles soient personnelles ou collectives ? Ce titre un peu provocateur vient interroger nos a-priori et nos rigidités.

29 AVRIL 2019 · Dernière modification: 19 JUIN 2019 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Vive la crise !

(lat.)"Crisis" : assaut ou manifestation d'une maladie ; (Grec) "Krisis" : juger, séparer, distinguer (faire un choix).

La crise, positif ou négatif ?

Nous avons pour habitude de ne voir dans "la crise" (qu'elle soit économique, sanitaire, médicale, psychique, sentimentale...) qu'un ensemble de perturbations, de dysfonctionnements et de catastrophes, en focalisant sur un seul aspect seulement des énergies en jeux, occultant par là même le potentiel dynamique que toute crise renferme.

Mais au delà du cataclysme et de son apparente fatalité, que nous ressentons comme une irruption du Réel qui nous rappelle que rien ne dure et que nous ne pouvons pas toujours TOUT contrôler, la crise peut être vécu comme un appel à nous recentrer, à faire des choix, à interroger et à remettre en question ce qui ne fonctionne plus.

Période propice au changement, elle demande un lâcher-prise vigilent qui seul permet d'avancer et de dépasser la catastrophe. Elle nous dit que quelque chose prend fin et qu'autre chose demande à prendre forme, elle nous remet dans le courant de la Vie qui est changement, adaptation, mouvement... Elle nous invite à lâcher nos rigidités, à repenser nos certitudes, à garder un regard ouvert sur le monde TEL QU'IL EST et non tel que nous voudrions qu'il soit...

C'est à ce prix seulement que la crise peut faire sens !Encore faut-il pouvoir l'entendre : s'arrêter, accueillir ce qui se manifeste sans chercher à maintenir coûte que coûte la situation moribonde et nos vieux schémas de fonctionnements.Enfin, lorsque tout a été entendu, compris et intégré, pouvons-nous remobiliser notre énergie pour développer un nouvel équilibre.

shutterstock-604222991.jpg

Un travail thérapeutique possible

En thérapie peut-être encore plus qu'ailleurs, cela se vérifie. Tout symptôme peut être envisagé comme une crise, la manifestation d'un désir de changement important qui ne peut se dire autrement car une partie du sujet résiste et trouve des bénéfices à ne pas changer. Le travail thérapeutique consistera alors à remettre le sujet en mouvement, à l'aider à lâcher les bénéfices mortifères de son symptôme en choisissant plutôt la Vie.

Il ne s'agit pas, bien évidemment, de nier la souffrance du sujet, ni de l'inciter à refouler ses émotions et son ressenti, bien au contraire ! Mais une fois la souffrance exprimée, accueillie et entendue, il s'agira de ne pas la laisser se cristalliser, et d'inviter le sujet à lâcher les bénéfices qu'il pourrait trouver à rester « victime », pour lui permettre de redevenir acteur de son histoire, ce qui constitue le marqueur d'une bonne résilience.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Caroline Gormand Linkedin

Psychopraticien

Praticienne en psychothérapie et Hypnose - Sophrologue Sa vocation est de vous accompagner dans les changements que vous souhaitez pour vous même, dans le cadre d’une écoute bienveillante, afin de vous aider comprendre vos difficultés et blocages, et faire émerger les ressources, savoir-faire et savoir-être que vous pouvez mobiliser.

Voir profil
Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur développement personnel