Les séquelles de l'abandon d'un père

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

L’abandon par l’un des parents est difficile à vivre et à comprendre pour l’enfant. Comment parvenir à se construire sans en souffrir à chaque étape de sa vie ?

2 NOV. 2017 · Dernière modification: 21 OCT. 2019 · Lecture : min.
Les séquelles de l'abandon d'un père

L'abandon par l'un des parents provoque, pour certains, une réelle blessure affective et émotionnelle difficile à gérer au fil des années alors que d'autres parviennent à s'épanouir et se construire comme personne malgré cette absence.

Les taux d'abandon sont encore très élevés, notamment dans les pays d'Amérique latine. Pour certains, cela est dû à des problèmes sociaux tels que le chômage et la pauvreté. Pour d'autres, le facteur le plus important est la culture: dans certains cas, l'abandon du père est considéré comme relativement normal. Dans ces pays, on remarque une forte relation entre les grossesses non désirées, en particulier chez les adolescentes, et l'abandon du père.

Les différentes formes d'abandon

Tout comme il existe de nombreuses façons d'accompagner un enfant, il existe également différentes façons de partir. Le père absent, en principe, est celui qui laisse la mère physiquement et psychologiquement seule dans l'éducation de son enfant. Il ne tient pas compte de la contribution économique, des tâches domestiques et ne s'intéresse pas à l'enfant.

Il y a aussi ceux qui abandonnent émotionnellement, mais pas physiquement. Ils ont l'impression que les enfants sont l'affaire de la mère. Ils sont là, mais ils ne pensent pas être responsables de l'éducation des enfants. Ils ne leur parlent pas, ils ne passent pas de temps avec eux et n'ont aucune idée de comment va leur vie. Ils paient simplement les factures et n'interagissent pas avec les petits.

Il y a aussi ceux qui ne partent pas émotionnellement, mais physiquement. Ils ont formé une autre famille ou ils sont loin. Pourtant, ils essaient d'être conscients de ce qui arrive à leurs enfants. Ils ne peuvent jamais passer autant de temps qu'ils le voudraient, mais ils les ont dans leur esprit et dans leur cœur.

pa.jpg

Les conséquences de l'abandon

Chaque mode d'abandon génère ses propres conséquences et dépendra aussi du caractère de l'enfant et de la sagesse dont fera preuve la maman pour savoir expliquer simplement la situation sans le victimiser et en lui enseignant comment se construire sans dépendre de l'affection d'une personne absente.

Dans le cas du père complètement absent, l'enfant peut en souffrir en grandissant car il a tendance à remettre en question sa vie, pourquoi n'est-il pas aimé, etc. Le ressenti émotionnel peut être profond et difficile à accepter.

Si la figure paternelle est remplacée, partiellement par quelqu'un, l'effet est bien sûr, moindre et l'enfant pourra combler plus facilement ce vide.

L'absence d'un père laissant place à la seule relation mère-enfant peut, pour certains, créer une dépendance importante pour l'enfant. Il aura alors de la difficulté à explorer, à élargir ses horizons et à compter sur ses capacités. Cela peut entraîner par la suite, un sentiment d'exclusion. Ce n'est pas bon pour la mère d'être «père et mère en même temps». Certains enfants abandonnés par leur père ont du mal à s'adapter au monde et à la réalité. Ils sont également susceptibles de développer la peur d'un attachement profond. Et ils peuvent devenir des "abandonneurs" eux-mêmes.

En conclusion, l'absence du père ouvre une profonde blessure émotionnelle, surtout dans les premières années de la vie. Son vide ne sera jamais comblé, et l'empreinte de son absence sera très difficile à effacer.

Comment le dépasser ?

Ce travail sur soi nécessitera, lorsque c'est possible, de revenir sur le contexte de cet abandon. Par exemple, revisiter dans son passé l'image que la mère a elle-même donnée du père, sa vision des hommes, du couple, ses souffrances à elle, sa solitude... Comment et pour quelles raisons y a-t-il eu abandon... autant de paramètres qui ont formaté les ressentis de l'enfant et sur lesquels s'appuient un travail de mémoire. Le travail de dépassement dépendra largement de la manière dont la mère a elle-même présenté cet abandon au vécu de l'enfant. 

Pour travailler le sentiment d'abandon et ne pas en faire une blessure trop profonde, il est conseillé d'abord d'accepter de sentir et d'exprimer ses émotions à la fois celles d'hier et celles d'aujourd'hui. On réalise alors un travail sur soi pour essayer de reconnaître les moments où nous nous sentons abandonné. Nous entrons alors dans une phase d'acceptation : nous nous autorisons à être fragile et sensible.

pap.jpg

Ensuite, il est important de faire le tri entre les abandons réels et les craintes d'abandon. À cette étape, on essaie de se remémorer rationnellement les faits et d'essayer de leur donner du sens. Ces deux étapes peuvent être douloureuse mais elles permettent en quelque sorte de faire, peu à peu, son deuil de l'abandon pour pouvoir ensuite se construire soi-même.

Enfin, posez-vous la question : face à cet ou ces abandon(s), comment vous êtes-vous protégé ? Avez-vous désormais un regard différent sur la vie et ce que vous avez vécu, qui vous permettent d'accepter de laisser partir ce sentiment et cette crainte d'abandon ? Etes-vous prêt à laisser partir cette personne absente de votre vie et à continuer votre chemin ? Face à ce nouveau quotidien, voulez-vous prendre de nouvelles initiatives pour exister autrement et vous découvrir sans dépendre du passé et de personne ?

À partir de ce jour, vous allez tourner une page pour commencer à vous construire en tant que personne et choisir qui vous souhaitez être. Pour se trouver, nous vous conseillons de laisser place à la créativité. En effet, le moment est venu de commencer de nouvelles activités : pratiquer un art, faire du jardinage, redécouvrir la nature, s'engager dans une association quelque soit son but (social, humanitaire, sportif, etc.).

Chaque pas dans cette reconstruction vous permet de vous développer personnellement tout en faisant face aux différentes émotions sans vous laisser submerger.

Photos : Unsplash

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
26 Commentaires
  • Bendjonr

    Mon père nous a abandonné quand j'avais 5 ans et j'ai aujourd'hui 23 ans!!! J'ai toujours eu l'impression de ne pas être aimé suffisamment et j'ai des potentiels mais je n'ai pas confiance en moi!!! J'ai toujours peur d'échouer ou d'être rejeté !!! Car les souffrances vécues depuis l'enfance avec ma mère et ma sœur ont eu des conséquences sur ma façon de penser et voir!!! Que dois je faire pour sortir de ces traumatismes?

  • Celinou38

    J'ai apris à l'âge de 36 ans que mon père était pas mon père ( ce que j'ai ressentie tout au long de mon enfance). Suite à tout ça, j'ai voulue rechercher mon père que j'ai retrouvé après 3 ans de recherche. On s'est retrouvé, c'était super durant 1 et demi . ( il a était hospitalisé 2 semaines, j'ai fait 2 fois aler/retour 300km (2 fois),(ce qui était normal pour moi). (puis je l'ai aidé à déménager)! Enfin bref. Après mon couple est parti à la dérive, donc en divorce ! Puis j'ai rencontré une personne superbe, mais mon père ne l'a pas surporter vu la différence d'âge (18 ans de différence) et à coupé les pont, ne veux plus me voir ni me parler depuis ce temps. Et j'en souffre je lui envoie des messages mais ne me répond pas ! Que puis-je faire pour l'oublier. Non je peux pas !!! Mon message et peut être un peu brouillon. Enfin j'ai un manque ! Et il veut pss l'entendre.

  • Moi..

    J'ai 15 ans mon père m'a abandonner je ne savais ni marché ni parler,je n'avais que six mois.. depuis ma naissance il été au bar ne ma jamais assumé, et ma toujours ignore...et je comfirme que sa peux brisé une vie....je ne comprends pas pourquoi moi,je le nie auprès des autres mais ...je ne peux me le nier a moi même...je suis tombé dans la dépression, l'anorexie,la drogue, l'alcool a cause de ça notamment, aujourd'hui je pleure chaque soir sur ça...Ma "famille" ce dis que je vais parfaitement bien mais non,j'y pense tout les jours,en sortant des cours quand les autres papa vienne chercher leurs ados mais moi je doit rentrer vivre seule....je ne comprends toujours pas comment on peux faire ça...je ne suis pas dans un pays que j'aime, avec des gens que je hais,sans parents et pourtant je vais bien aux yeux des autres... Si des papas lisent ça n'abandonner jamais votre enfant sa peux brisé une vie, et une confiance en tout..

  • Marie Florence

    Je suis la mère d'un adolescent délaissé par son père depuis l'âge de 2ans. Son père est un homme marié qui s'était gardé de me le dire. Il voulait absolument que je lui donne un fils et lorsque je lui ai appris que j'étais enceinte il m'a annoncé qu'il ne pouvait avoir d'enfant. J'ai appris par la radio qu'il était un homme marié lorsqu'à la mort de sa belle-mère des condoléances lui ont été présentées ainsi qu'à sa femme. Je souffre terriblement pour mon fils qui me certifie que l'absence de son père le laisse indifferent. Mais je ne le crois pas lors de la mort de son grand père paternel il aurait pu assister aux funérailles et revoir son père mais il a catégoriquement refusé de le voir.

  • Gigi

    Bonjour, et merci pour cet article très intéressant. Cela permet de relativiser et de comprendre, d''avancer sans culpabiliser soi même ou autrui. Bonne journée.

  • Sabg2b

    Mes parents ont divorcer quand j'avais 16ans, les premiers mois de garde ont été très difficile à gérer car beaucoup de rancoeur entre eux et beaucoup de disputes devant nous sans mâcher leurs mots. Ma mère ne nous cachait rien et nous as balancer toute les erreurs de mon père dans leur vie de couple, elle ne c'est jamais remise en question tout était de la faute de mon père, elle ne nous a pas préserver mais par contre il fallait que l'on soit la pour elle, les rôles se sont inverser, une victimisation sans fin, une culpabilité incessante des que nous parlions de notre père en bien nous étions des enfants de merde comme elle disait parfois... Nous devions être présente pour elle, nous avons vécus le départ de notre père comme une déchirement il est partis vivre loin certainement pour tourner la page et avoir la paix sauf que nos liens avec la distance ce sont casser et aujourd'hui a 34ans nos relations sont je dirai du politiquement correct... l'abandon fait partie de mes plus grande angoisses... père absent et mère dépressive pas évident pour une construction d'adulte stable

  • Tine

    Mon fils de 22 ans à été abandonné par son père et toute la famille du côté paternel il était petit 5ans tous allais bien jusqu'à il arrive à 20 ans et une rupture amoureuse. Maintenant il vit l enfer moralement. Il est très méchant avec moi sa maman en plus avec sa soeur et sont frère du à un premier mariage. Il ne leurs parlent plus et chercher toujours la guerre je suis perdue je ne sais plus rien faire j ai peur de lui parler il m agresse toute suite.

  • Rvunen

    Bon Appartement tout est le faut du père. Mais en France les plupart des divorces se passent mal parce que maman EFFACE le père des ses enfants. Ça aussi c'est un faut du papa ? Honnêtement on doit arrêter de mettre tout sur le dos des pères. Les mères sont pire et 1300 suicidés des pères par an en France pendant le divorce on n'efface pas. C'est beaucoup plus que des femmes tué tous les ans mais on ne prend pas en compte parce que ces sont des hommes

  • Delphine

    Pourquoi forcément l'abandon du père ??? Et celui de la mère, et la mise à l'ecart volontaire de la mère vis à vis du père ? Marre de voir que c'est toujours les pères qui trinquent...

  • Liolouis

    Bjr il y a à citer les cas où un parent, ici père est écarté par la mère qui veut la destruction tant physique que psychologique de l'autre parent, et ceci dans un couple vivant ensemble ou plus. Dans ces situations, le dilemme pour le parent écarté est de faire ou ne pas faire des démarches (bien souvent vaines pour maintenir le lien) et ne pas ajouter un sentiment d'abandon et de non protection par rapport à ce qu'il convient d'appeler de la maltraitance... l'absence de bienveillance étant une forme de maltraitance.. .


Chargement en cours



derniers articles sur thérapie familiale