L’éternelle haine entre belle-mère et belle-fille, comment la surmonter ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Quand ni la belle-fille ni la belle-mère ne veulent accepter que les deux ont besoin de reconnaissance et de respect mutuel, le conflit peut s’aggraver, causant aussi dépression ou hystérie.

26 juin 2019 · Lecture : min.
L’éternelle haine entre belle-mère et belle-fille, comment la surmonter ?

Depuis de nombreuses années, la figure impopulaire de la belle-mère est la cible facile de nombreuses blagues. Bien que cette mauvaise réputation soit injuste, il est certain que de nombreuses femmes éprouvent des difficultés à entretenir de bonnes relations avec leur belle-mère. Qu’est-ce qui cause ce lien négatif entre les deux ? Comment peut-on améliorer une relation historiquement destinée à naviguer dans des eaux tumultueuses ?

Ce sujet a fait l’objet de nombreuses études dans le domaine de la psychologie. Après 20 ans de recherche, le Dr Terri Apter a affirmé que plus de 60% des femmes prétendent avoir une relation difficile et hostile avec la mère de leur partenaire. 55% des belles-mères, en revanche, affirment se sentir mal à l’aise en présence des belles-filles. Quelle est la cause de ce conflit ?

Pourquoi belle-mère et belle-fille ne s’entendent pas ?

Du classique "elle critique tout ce que je cuisine et me juge constamment", au "elle m’interrompt toujours et me fait sentir comme si je n’étais pas assez bien pour son fils". Nous avons entendu ce genre de commentaires à de nombreuses reprises. Même s’il s’agit de mères qui ne veulent que le meilleur pour leurs enfants, il devient difficile de se montrer compréhensive face à certains comportements.

Les conflits naissent parce que les deux parties sentent une certaine invasion de leur territoire. Une belle-mère est souvent incapable de partager avec une autre personne le fils qu’elle a élevé pendant 20 ans et qui sent que quelqu’un essaie de prendre sa place. Ces peurs sont intrinsèques à la nature protectrice de la mère.

Il arrive aussi que certaines belles-mères vivent avec une idée préconçue de la belle-fille qu’elles veulent avoir ; quand les attentes sont déçues, un sentiment négatif se déchaîne, presque involontaire, et on considère les décisions de la belle-fille comme des actes de rébellion.

D’autre part, les belles-filles sont conscientes de la force du lien entre mère et fils et craignent de ne pas être capables de maintenir une relation également solide. Ils savent que ce sera difficile et que la pression engendre inconsciemment le rejet, l’insécurité et la peur.

Quelles sont les conséquences d’une mauvaise relation avec sa belle-mère ?

Lorsque ni la belle-fille ni la belle-mère ne veulent accepter que toutes deux ont besoin de reconnaissance et de respect mutuel, le conflit peut s’aggraver, y compris en causant des maladies qui exigent un traitement psychologique, comme la dépression ou l’hystérie. La mauvaise relation finit par être une guerre où il n’y a pas de vainqueurs, mais des perdants.

5 conseils pour être une bonne belle-fille

  • Mettez-vous à sa place : pensez qu’un jour, vous aussi, vous aurez des enfants et imaginez les sentiments possibles : jalousie, peur de perdre ce que vous aimez inconditionnellement, peur de la solitude, nostalgie, etc.
  • Évitez la rivalité : acceptez l’expérience de votre belle-mère et essayez de la faire se sentir appréciée. Reconnaissez que vous avez toutes les deux des défauts et faites des efforts pour être amical pour le bien de votre relation de couple.
  • Ne faites pas de comparaison : ne laissez pas la relation que vous avez avec vos parents être le seul point de référence, la relation est très différente et faire des comparaisons ne va pas améliorer les choses.
  • Choisissez bien vos mots : s’il y a des comportements de votre belle-mère qui vous dérangent ou vous chagrinent, ne laissez pas la situation s’amplifier ou n'accusez pas votre partenaire. Dans un moment calme, dites à votre belle-mère ce que vous ressentez, que vous appréciez sa participation et que vous avez le droit de prendre vos propres décisions.
  • Ne manquez pas de respect : même si votre relation est très compliquée, ne manquez jamais de respect ; elle est la mère de votre partenaire et vos vies seront toujours liées, que vous le vouliez ou non.

5 conseils pour être une bonne belle-mère

  • Acceptez que votre enfant ait grandi : à certains moments, nous ne pouvons pas éviter de voir nos enfants comme des enfants. Rappellez-vous qu’il doit apprendre à prendre ses propres décisions et à vivre sa vie de manière indépendante.
  • N’essayez pas d’imposer vos règles, vous avez élevé votre famille du mieux que vous pouviez. Il est temps que votre fils et sa partenaire décident du chemin à suivre, que ce soit dans l’éducation de vos petits-enfants ou dans la forme sous laquelle ils organisent leur maison.
  • N’essayez pas de changer votre belle-fille : vous avez certainement imaginé un prototype de belle-fille parfaite et finalement vos attentes ont été déçues. Acceptez que votre belle-fille ait sa personnalité et, bien que vous ne soyez pas d’accord sur certains comportements ou pensées, rappellez-vous que ce sont ces caractéristiques qui ont fait tomber votre fils amoureux.
  • Acceptez que tout le monde ait son rôle : souhaiter le meilleur pour votre enfant est normal, mais ne pensez pas que votre belle-fille peut se comporter comme vous. Apprenez la différence entre l’amour d’un enfant et l’amour d’un partenaire.
  • Offrez votre aide, ne l’imposez pas : même si vous ne le réalisez pas parfois, votre belle-fille reconnaît votre expérience et apprécie vos conseils. Les décisions qu’elle prend ne sont peut-être pas celles que vous auriez prises, mais vous devez comprendre que ce n’est pas votre vie, mais la sienne.

Photos : Shutterstock

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail