Je pense trop : quand cela devient-il un problème ?

La résolution de problèmes en tant que ressource fondamentale pour l'adaptation et la survie, dans des situations de stress et de grande crise, peut donner lieu à des pensées obsessionnelles

3 AOÛT 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Je pense trop : quand cela devient-il un problème ?

La principale ressource sur laquelle nous pouvons compter pour surmonter les petites (mais aussi les grandes) difficultés de la vie quotidienne est notre capacité à «résoudre des problèmes».

Avoir une lecture adéquate du problème, analyser les solutions possibles et mettre en œuvre la meilleure stratégie (en termes de rapidité et de dépense d'énergie) pour atteindre l'objectif.

Qu'est-ce qu'une réflexion excessive ?

C'est le sentiment, face à une difficulté, de ne pas pouvoir trouver de solution au problème. Cette sensation est amplifiée par une analyse et une évaluation intenses et continues sans jamais parvenir à une conclusion.

Penser excessivement pour résoudre un problème, passer beaucoup de temps à évaluer le pour et le contre d'une situation, parvenir à trouver une solution sans percevoir aucune forme d'inconfort, c'est une façon de penser qui n'aura rien de pathologique.

Quand cela devient-il un "problème"?

Lorsque les pensées deviennent répétitives, lorsque de véritables obsessions sont créées et dans de nombreux cas des comportements compulsifs sont mis en œuvre (rituels et gestes incontrôlables). Ceux qui souffrent de «réflexion excessive» ont besoin de tout garder sous contrôle, très souvent ils se distancient de leurs émotions et ont souvent du mal à gérer la colère.

Dans quelles situations cela se produit-il ?

En période de stress sévère, lorsque nous vivons un moment de changement très rapide ou «forcé» par des événements extérieurs. Lorsque nous ressentons notre incapacité à sortir d'un moment de crise.

Comment faire face à cette situation ?

Il existe des techniques de relaxation (par exemple la pleine conscience) qui, dans des situations d'inconfort modéré, permettent d'améliorer la qualité de vie et de contenir les pensées obsessionnelles et intrusives.

Lorsque, en revanche, nous sommes confrontés à une plus grande difficulté à gérer les compulsions, lorsque le trouble est présent de manière à affecter la vie quotidienne de manière négative, alors un parcours psychothérapeutique est préférable. Il est important de consulter un professionnel avant que des épisodes sporadiques ou une durabilité modérée du trouble puissent s'aggraver de manière incontrôlée pour nécessiter une approche pharmacologique.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur anxiété