Quand le stress séquestre le cerveau

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

En période de stress ou de panique, le cerveau reptilien s’empare du comportement et la capacité de raisonnement diminue...

11 JUIL. 2019 · Dernière modification: 30 OCT. 2019 · Lecture : min.
Quand le stress séquestre le cerveau

Une véritable histoire pour expliquer ce phénomène

Il y a quelques semaines, un élève m’a expliqué une expérience personnelle. Il travaillait dans une chaîne de fast-food et on lui a ordonné de nettoyer la chambre froide.

Mon élève, un travailleur loyal, s’est rendu au réfrigérateur, a fait le travail et, une fois terminé, s’est mis en route pour sortir du réfrigérateur. À ce moment-là, il a réalisé que la porte de la chambre était fermée. Il a commencé à frapper, à crier à ses camarades pour qu’ils l’aident, à frapper à nouveau à la porte de toutes ses forces, alors que sa température corporelle diminuait.

Après 20 minutes à se disputer avec la porte, se morfondre et réaliser que personne ne venait le sauver, il a commencé à abandonner en acceptant sa mort prématurée dans la chambre froide d’un fast-food.

Il s’est assis dans un coin sombre et s’est rendu à l'évidence. Quelques minutes plus tard, avec des symptômes d’hypothermie évidents, il leva les yeux et vit juste en face un bouton rouge avec les mots écrits suivants : "Appuyez pour sortir".

Mon cher élève s’est levé, a appuyé sur le bouton et est sorti. Il a demandé à tout le monde s’ils l’avaient écouté en demandant de l’aide. Personne n’était au courant. Le garçon est revenu au travail avec toute la décence qu’il pouvait.

Pourquoi une telle réaction ?

Le cerveau de mon élève a été littéralement séquestré à cause de son stress et de sa panique. Plus précisément, son cerveau reptilien (la partie la plus ancienne et la plus primitive du cerveau) a pris le contrôle. Quand le cerveau reptilien est activé, les émotions comme la peur, la panique ou l’anxiété se déclenchent.

À son tour, la capacité de raisonner ou d’observer la réalité de manière objective diminue. C’est un mécanisme parfaitement conçu pour la survie de l’espèce. Si vous voyez un lion, courez ! Votre corps s’active, votre cœur bat plus vite et votre sang circule plus vite pour que vous puissiez vous enfuir. Mais aujourd’hui, nous ne vivons pas dans la jungle et nous avons rarement besoin de fuir en courant.

Pour cette raison, toute personne qui gère ou dirige des équipes de travail doit tenir compte de ce concept bien clair : plus le stress et la perception du danger sont présents, moins nous avons de capacité de raisonnement et de créativité.

Un certain niveau de stress est positif. Une fois celui-ci passé, tout ce qui viendra après sera des émotions négatives, un manque de concentration et une diminution du potentiel de travail dans toutes ses facettes.

Ne laissez donc pas vos équipes mourir inutilement dans le réfrigérateur…

Natalia Pomar - Psychologue

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

Derniers articles sur Santé