Qu’est-ce que l’EMDR ?

L’EMDR est un outil thérapeutique qui permet de traiter les perturbations émotionnelles et comportementales liées à un événement ou une situation traumatique du présent ou du passé.

14 MAI 2019 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Qu’est-ce que l’EMDR ?

Qu'est-ce que l'EMDR ?

L'EMDR, acronyme anglais signifiant Eye Movement Desensitization and Reprocessing, que l'on peut traduire par « Retraitement et Désensibilisation par Mouvement Oculaire », est une technique psychothérapique conçue à la fin des années 1980, en Californie, par Francine Shapiro.

On en parle beaucoup en France en raison de l'impact du bestseller « Guérir » de David ServanSchreiber, psychiatre, qui décrit cette technique. C'est lui également qui a mis en place en France l'Institut de formation EMDR où il forme des psychiatres et des psychologues ayant déjà une expérience de la psychothérapie de plus de trois ans.

À qui s'adresse l'EMDR ?

L'EMDR s'adresse à toute personne (de l'enfant même en bas âge à l'adulte) souffrant de perturbations émotionnelles généralement liées à des traumatismes psychologiques. Il peut s'agir de traumatismes « évidents » que l'on appelle des traumatismes avec un grand « T », tels que les accidents graves, les abus sexuels, les décès, les violences physiques et psychologiques, les maladies graves, les incendies, les catastrophes naturelles, les situations de guerre, les attentats...Mais il peut s'agir aussi de traumatismes avec un petit « t », des expériences de vie perturbantes, qui passent inaperçus et peuvent être la source d'émotions ou de comportements inadaptés ou excessifs dans la vie quotidienne (enfance perturbée, séparations, fausses couches, IVG, deuils, difficultés professionnelles, etc...) Ces perturbations émotionnelles s'expriment sous diverses formes : irritabilité, angoisse, cauchemars, tendance à l'isolement, état dépressif, comportement agité voire violent, douleurs physiques, somatisations, régression chez l'enfant...D'autres troubles psychologiques relèvent aussi, dans certains cas de traumatismes récents ou anciens, parfois inconscients: dépression, addictions, troubles du comportement alimentaire, attaques de panique, phobies,...Ces perturbations apparaissent quand notre cerveau est dépassé par un choc traumatique et n'arrive pas à traiter les informations comme il le fait ordinairement. Sans que nous en ayons conscience, il reste bloqué sur l'évènement, et ce sont les vécus traumatiques non digérés qui sont source de ces perturbations.

L'EMDR permet de débloquer les mécanismes naturels de traitement de l'information, et ainsi le traumatisme ou la situation de vie perturbante peut enfin être retraité ou digéré, même de nombreuses années après.

shutterstock-539698657.jpg

Comment se passe une séance d'EMDR?

Après avoir suivi certaines précautions, car il n'est pas rare que des émotions et réactions vives puissent être réactivées lors du protocole, le praticien invite la personne à raconter l'histoire traumatisante et à en revivre mentalement les sensations. Il procédera alors à une évaluation de l'intensité du stress qui servira de repère pour la progression de l'évacuation de l'impact.

L'exercice pourra alors commencer : tout en pensant à une image significative de l'événement, le sujet est accompagné par le praticien dans plusieurs séries de mouvements des yeux de droite à gauche. Ce protocole se fait jusqu'à ce que le client constate une diminution satisfaisante de son angoisse. Une désensibilisation peut se faire en quelques séances, voire en une seule. Le retraitement ne s'adresse pas seulement aux émotions mais aussi aux croyances négatives liées au traumatisme. L'objectif sera donc d'identifier et d'évaluer ces croyances limitatives et d'y substituer des croyances constructives. On modifie ainsi la perception de l'événement à la lumière des ressources mentales et émotives positives nouvellement acquises.

Quelle est la durée du traitement et le nombre de séances ?

La durée du traitement et le nombre de séances dépendent surtout du trouble ou de la pathologie dont souffre le patient. D'une manière générale, le praticien ne commence vraiment la thérapie qu'après quelques entretiens consacrés à : l'évaluation clinique des troubles, des indications et contre-indications d'une telle thérapie, l'anamnèse, c'est-à-dire la prise de l'histoire de vie, la plus complète possible, une préparation du patient : explication de la thérapie et mise en place obligatoire de quelques techniques de relaxation. Plusieurs séances de stabilisation sont souvent nécessaires dans les cas de traumatismes psychologiques graves ou complexes. D'une manière générale, et purement indicative, le nombre de séances peut varier de quelques unités pour les psychotraumatismes simples (ex : accident unique ou agression, à l'âge adulte…), à plusieurs dizaines de séances pour les expériences traumatiques anciennes ou répétées, altérant l'identité même du patient (ex : abus sexuels répétés dans l'enfance…) La fréquence des séances est variable : entre une à trois séances par semaine, à une séance tous les quinze jours mais ces données sont surtout liées à la spécificité propre de chaque cas.

Les séances sont-elles remboursées ?

Certaines assurances complémentaires peuvent prendre en charge la psychothérapie EMDR

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Isabelle ALIMI ESKINAZI

Voir profil
Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 2
  • Caroline

    J'ai pratiqué et découvert l'EMDR aux USA bien avant qu'il n'existe en France. A l'époque je souffrais d'insomnies, de crises d'angoisse, de peur de la vie, du noir etc. liées aux traumatismes de mon enfance. Cela m'a littéralement sauvé la vie. Tout a disparu après une dizaine de séances. J'avais essayé l'hypnose pour m'en sortir mais c'est vraiment avec l'EMDR que j'ai vu de grands changements. L'hypnose a été un complément.

  • Catherine

    Je voudrais guérir de plusieurs traumatisme svp je vie dans l'angoisse tout le temps

derniers articles sur emdr