Comment faire face à la détresse permanente d'un enfant précoce hypersensible ?

Réalisée par Xavier le 3 oct. 2017 Psychologie enfant

Bonjour,

Je suis papa de trois enfants, dont deux jumeaux de 10 ans qui ont été détectés précoces avec un THPI. Ils viennent de rentrer en classe de 6e avec une année d’avance.

L’un d’eux accuse une hypersensibilité hors norme qui nuit à son épanouissement. Depuis tout petit il fait des crises de colère qui perdurent aujourd’hui, elles sont parfois d’une violence inouïe et dans tous les cas il est incontrôlable et non raisonnable. Par ailleurs, se reposant sur ses simples capacités et facilités intellectuelles il refuse de travailler. Eu égard à sa précocité, un certain nombre d’enseignants du primaire nous avait suggéré de scolariser nos enfants dans un établissement spécialisé.

Aujourd’hui l’un d’eux est entré en sixième dans une classe d’approfondissement pour EP – Il a réussi le test d’entrée. Son frère n’a pas été retenu et est scolarisé dans un autre collège.

Depuis le début de l’année il refuse d’aller à l’école dans ce collège arguant qu’il ne veut pas être intelligent. Ses crises à répétitions sont le siège de revendications alarmantes. « j’en ai marre » « je veux mourir » « je m’en fous de tout » etc.

Aussi prétend-il subir des brimades de toute part (camarades de classe, de conservatoire…).

Nous ressentons une détresse extrême en lui.

Il déteste son jeune frère (5 ans) qu’il ne veut pas reconnaitre comme étant son frère et qu’il désire… tuer !

Ainsi nous nous sentons, en tant que parents, désarmés, à bout de force et d’idée pour l’aider à trouver son bon équilibre. Nous avons peur du décrochement scolaire mais par-dessus tout souffrons avec lui de son mal-être et redoutons son évolution ! Que faire ? Comment agir ? La situation est devenue insupportable au quotidien. Ses angoisses insupportables pourraient à coup sûr porter préjudice à son bon développement et nous craignons une évolution dramatique de la situation.

Telle est notre détresse. Devrions-nous consulter un « spécialiste » ? Lequel ?

Il a été suivi durant 3 consultations chez un pédopsychiatre il y a deux ans. Cela se solda par un échec dans la mesure où il a systématiquement refusé de communiquer avec le thérapeute.

Merci par avance de tout conseil, aide que vous sauriez nous apporter.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse

Bonjour Xavier,
Votre fils de 10 ans se retrouve en 6ème - séparé de son jumeau et dans une école spécialisée où il refuse d'aller arguant "qu'il ne veut pas être intelligent".
L'entrée au collège est souvent vécu comme un moment difficile pour bon nombre d'écoliers car c'est une rupture dans les habitudes acquises et cela signifie le passage de l'enfance vers l'adolescence avec de nouveau codes comme le changement de professeur à chaque cours, le changement de salle et un univers moins protecteur que dans le primaire,et à 10 ans c'est parfois un peu déstabilisant car on peut manquer de maturité.
Du coup, cela fait beaucoup pour un enfant de 10 ans hypersensible.
Peut être que votre fils n'arrive pas tout simplement à trouver "sa place" au collège, au sein de la fratrie, dans la famille où il peut se sentir stigmatisé par toutes ces marques de différences qu'il doit supporter et assumer.
Effectivement, il serait important de pouvoir consulter mais plutôt que de prévoir des séances que pour lui seul pourquoi ne pas envisager une thérapie familiale où il ne se sentirait pas, encore une fois, "différent" puisque toute la famille serait présente . De plus, je suppose que cette situation a des répercussions sur tous les membres de votre famille, alors n'hésitez pas à entamer une thérapie familiale pour prendre soin de toute votre famille
Cordialement.

Ghislaine PATTE - Thérapeute familiale

Ghislaine PATTE Psy sur Montrouge

567 réponses

1251 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour
Je comprends parfaitement votre désarroi et la détresse de vos enfants surdoués. L'hypersensibilité est une des caractéristiques des enfants et adultes HPI. Le surdouement est avant tout un mode de pensée différent avec la plupart du temps, une dominante "cerveau droit". Ces enfants sont effectivement souvent victimes de brimades de la part de leurs "camarades", juste parce qu'ils sont différents. Ils ont une perception du monde plus profonde et sont capables de s’intéresser à des sujets qui ne sont pas du tout partagés par les enfants de leurs âges. Par exemple, des interrogations sur l'origine de la vie ou simplement le sens de l'existence. Pour eux, le sens est primordial et il faut consacrer beaucoup de temps à l'explication tout en donnant le cadre parental. Un dernier point est une aversion totale pour l'injustice qu'ils perçoivent violente. Les décrochages scolaires sont fréquents et souvent générés par l'ennui ou l'incompréhension des enseignants peu familiarisés à ce type de profil.
Un test effectué par un psy spécialisé HP est faisable, si ce n'est déjà fait et vous donnera une idée précise du profil de votre enfant.
L'accompagnement se fait avec le même profil de thérapeute qui peut vous être conseillé par des associations comme ANPEIP par exemple. Nous les aidons à prendre conscience de ce qu'ils sont vraiment
Bien cordialement

DUSSARRAT JEAN-JACQUES Psy sur Bordeaux

2 réponses

2 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Xavier,
Je comprends votre détresse et votre désespoir de papa et d'adulte face au profond mal être de votre enfant.
Par ma pratique je suis confrontée tous les jours avec la douleur des parents face à la détresse de leurs enfants et à la profonde souffrance des enfants face aux difficultés de leur développement et des contrariété de la vie. Je sais qu'on peut les dépasser tous ensemble avec patience et remises en questions quotidiennes , mais les bons résultats que je vous au jour le jours dans les familles que je suis me confirment que la thérapie cognitive comportementale, le Son Dise Program les theacch ... sont efficaces et portent les enfants à dépasser leurs anxiétés et les parents à retrouver l'Arménie familiale.
n'hésitez pas à me contacter sur mon espace perso on trouvera ensemble une solution!
Bien à vous
Livia CLARA-VILNAT
Praticienne en psychologie

Livia CLARA-VILNAT Psy sur Bourges

1110 réponses

4179 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Xavier,
Je comprends votre détresse et votre désespoir de papa et d'adulte face au profond mal être de votre enfant.
Par ma pratique je suis confrontée tous les jours avec la douleur des parents face à la détresse de leurs enfants et face à la profonde souffrance des enfants face aux difficultés de leur développement et des contrariété de la vie. Je sais qu'on peut les dépasser tous ensemble avec patience et remises en questions quotidiennes , mais les bons résultats que je vous au jour le jours dans les familles que je suis me confirment que la thérapie cognitive comportementale, le Son Dise Program les theacch ... sont efficaces et portent les enfants à dépasser leurs anxiétés et les parents à retrouver l'Arménie familiale.
n'hésitez pas à me contacter sur mon espace perso on trouvera ensemble une solution!
Bien à vous
Livia CLARA-VILNAT
Praticienne en psychologie

Livia CLARA-VILNAT Psy sur Bourges

1110 réponses

4179 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Monsieur
Je comprends tout à fait votre détresse. On est en face d'un cas complexe sur lequel il eût été souhaitable d'avoir davantage d'informations. Mais en l'état des choses, je peux vous dire que votre enfant souffre d'une double crise de jalousie: 1/ à l'endroit de son jumeau, 2/ à l'endroit du petit. En gros, il ne se sent pas suffisamment aimé. Cette situation déjà problématique a été encore compliquée par la séparation des jumeaux et l'entrée dans une nouvelle phase de la vie (le collège). Vous avez besoin de beaucoup de soins pour sauver vos enfants, parce les agissements de l'un peuvent beaucoup influer sur les autres. Je ne sais si vous pouvez adopter la solution que je vous propose. Mais, moi, si j'étais à votre place, voici ce que je ferais: je reprendrais mes deux jumeaux et les mettrais dans la même classe et dans le même collège qui soit le plus près de chez moi. Je le prendrais tous les jours moi-même et les ramènerais ensemble avec le petit. Je veillerai moi-même (avec leur mère bien sûr) à leur éducation (les faire manger ensemble, jouer ensemble, réviser leurs leçons ensemble, etc.). Je partagerai mon amour et mon affection entre eux de la manière la plus équitable possible. Je serais toujours là pour les aider et les encourager à s'aimer, à communiquer entre eux et à faire face ensemble aux nouvelles situations qu'ils sont appelés à vivre. Bref, une famille unie, aimante, soigneuse, affectueuse dans l'égalité et l'équité, voilà de quoi a besoin un enfant. Avec mes meilleurs souhaits.

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour, il serait peut-être indiqué de respecter sa volonté d'être tranquille, "normal", comme les autres pour lui permettre de souffler et de se retrouver à l'abri de toute pression due à son nouveau statut non désiré? Est-ce que les avantages en terme de scolarité d’être dans une école spécialisée sont importants pour lui? Je peux comprendre qu'il n'ait pas envie "en plus" d'être obligé de parler à un thérapeute car il ne présente pas de pathologie ni de demande d'aide...Prendre en compte sa parole (il "prétend"?) et son droit à vivre selon sa personnalité propre me parait de nature à l'apaiser rapidement. Sa détresse est compréhensible et trop lui en demander ne l'amènera pas vers plus d'adaptation mais à plus de souffrance. De la phobie scolaire jusqu'à une atteinte sur sa personne, rien ne peut sortir de positif en continuant sur cette voie.
Peut-être que le petit frère lui parait enviable parce qu'on lui en demande moins?
Vous pouvez m'écrire sur mon mail privé.
Cordialement, Catherine TUDAL. Psychologue.

TUDAL Catherine Psy sur Boulogne-sur-Gesse

237 réponses

1706 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Monsieur,

Vous avez bien raison de chercher une solution pour comprendre et apaiser votre fils qui manifeste une réelle "rage" contre ce qu'il vit comme une différence et une situation difficiles à intégrer.

Mes collègues vous ont donné de très bons avis et conseils, je rajoute / renforce juste quelques idées...

Effectivement, votre configuration familiale ne vous facilite pas la tâche..., avec trois garçons dont les deux jumeaux.

Oui, il est bien utile et nécessaire de consulter un autre spécialiste pour offrir à votre fils la possibilité de s'exprimer librement afin de se défaire petit à petit de ses craintes, de ses angoisses, de sa détresse, tout en apprenant à accepter certaines frustrations incontournables pour s'adapter et avancer dans la vie, avec les autres. (tous les autres, à l'intérieur comme à l'extérieur de la famille).

Aussi, je pense qu'une thérapie familiale vous aidera tous à mieux vous connaitre, vous comprendre et vivre ensemble.

Tout enfant qui souffre est porteur de conflits et souffrances familiales (souvent transgénérationnelles), et ses symptômes sont un appel à la "guérison" de sa famille entière, notamment celle de ses parents. Ces derniers ont besoin de beaucoup de force pour accepter de traverser des émotions enfouies déstabilisantes et des remises en question difficiles.

Et, comme l'a si bien écrit madame Verstraeten, pour la réussite de toute thérapie il faut accepter la régularité des séances et le temps nécessaire pour tout changement réel et durable.

Bon courage et bonne chance à vous tous !
sp

Silvia PODANI Psy sur Issy-les-Moulineaux

1622 réponses

5016 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,

comme vous le dite si bien, votre enfant souffre. Cela peut venir de plusieurs raisons, la séparation avec son frère jumeau, son entrée en sixième..sans oublier que précocité intellectuelle ne veut pas dire maturité affective ou psychique.
Peut être qu'il serait bien pour lui de consulter un psychologue spécialiste de l'enfance, afin que cette souffrance soit accueillie et entendue. Vous dites qu'il a déjà vu un psychologue, aller en voir un autre (on ne se sent pas toujours à l'aise avec le thérapeute).

Cordialement
Sandra FAGE
Psychologue enfants adolescents

Sandra Fage Psy sur Manduel

26 réponses

39 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,
Est-ce que votre fils a envie de voir quelqu'un et de lui parler ? Si non, cela me parait compliqué. Mais vous, parents, vous pouvez, car vous faites forcément partis de la solution. Ce sont les interactions qui dysfonctionnent, et en les changeant, cela apportera du changement au quotidien et dans vos relations avec lui.

Bérangère DURAND MATHIEU Psy sur Curis-au-Mont-d'Or

1 réponse

1 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Xavier,

Votre enfant n'a peut-être tout simplement pas envie d'entrer dans la peau et la silhouette d'un enfant diagnostiqué HP - diagnostic très fréquent aujourd'hui pour qualifier en effet une grande sensibilité et des comportements un peu extrêmes que l'on ne parvient pas à "canaliser" mais qui peuvent aussi bien s'expliquer autrement...

Vous avez trois enfants, trois fils, des jumeaux dont celui-ci et puis un plus jeune. Imaginez un peu les enjeux de rivalité/fraternité entre ces trois enfants et en particulier entre les deux jumeaux. Quelle est la place de chacun dans la famille? Comment se faire une place? Pour certains, dont votre fils, ce sera par les réactions que vous décrivez...

Le diagnostic HP est très contraignant: votre enfant a sauté une classe, vous le faites accéder à un collègue spécialisé. N'a-t-il pas droit à une enfance "normale" (si normalité il y a), insouciante, sans performances ni catalogues? Vous écrivez qu'il prétend subir des brimades à l'école. Et de fait, peut-être souffre-t-il de relations un peu compliquées avec ses petits collègues de classe - encore une fois, sa place parmi ses pairs, enfants comme lui...

Vous avez raison de vouloir consulter mais en effet il faut trouver la bonne personne avec qui votre fils se sentira à l'aise et en confiance: pédopsychiatre ou psychanalyste pour enfants. Prenez le temps de vous informer, de chercher et sans aucun doute ces entretiens aideront votre fils et toute la famille - il faut juste que vous acceptiez la régularité de RDV et le temps nécessaire à une thérapie.

Bonne chance à vous et surtout à votre fils.
Bien cordialement,
Fabienne Verstraeten
Psychanalyste

Fabienne Verstraeten Psy sur Marseille

967 réponses

3671 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Xavier,

Je crois qu'effectivement, la consultation avec un spécialiste s'impose. Tout d'abord parce que le HPI peut prendre plusieurs formes et que parfois d'autres troubles peuvent s'associer, rendant les profils complexes. Aujourd'hui, il souffre de stress, de régulation émotionnelle et comportementale. Je vous conseille de tenter de voir auprès d'un neuropsychologue ou d'un neuropsychiatre en leur demandant s'ils connaissent bien les HPI. Ils seront les mieux placés pour vous aider et vous conseiller.

Bien cordialement

Véronique BRION Psy sur Beaumont-le-Roger

174 réponses

240 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,


Votre enfant est manifestement en détresse puisqu'il n'arrive pas à faire face à des affects qui le dépassent.
Comme vous l'avez remarqué la précocité intellectuelle n'est en aucun cas un signe de maturité affective ou psychique.
Si le premier thérapeute auquel vous aviez confié votre enfant n'a pas su communiquer avec lui, cela peut aussi bien venir du thérapeute que de l'enfant...
Cette souffrance qui s'exprime a besoin tout de même d'être accueillie quelque part et votre rôle est d'éduquer votre enfant et non de tout accepter de son comportement. Je ne peux que vous conseiller d'essayer une nouvelle prise en charge avec un autre psychothérapeute (psychologue ou psychiatre). Pour ma part je pratique des prises en charge avec l'art-thérapie qui permettent une expression par le "faire" plutôt que par la verbalisation et qui sont donc très adaptées à ce type de situation.

Cordialement,
Véronique de Lagausie
Psychologue clinicienne
Art-thérapeute

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psychologues spécialisés en Psychologie enfant

Voir plus de psychologues spécialisés en Psychologie enfant

Autres questions sur Psychologie enfant

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 5300 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 10050

psychologues

questions 5300

questions

réponses 27950

réponses