Comment sortir de l'auto-destruction permanente?

Réalisée par Lucie · 25 janv. 2023 Aide psychologique

Bonjour,
Je suis depuis toujours engluée dans un processus d'auto-destruction mortifère que je ne parviens pas à contrôler. C'est plus fort que moi, je me saborde sans cesse, même si j'en ai depuis quelques années pleinement conscience je n'arrive pas pour autant à faire autrement. Toute mon enfance a été ponctuée par des actes de mutilation et de violences que je m'infligeais à moi-même. J'étais une petite fille très mal dans sa peau, bourrée de complexes, qui ne s'est jamais sentie valorisée, je n'avais pas d'amis, je subissais du harcèlement scolaire car j'apparaissais systématiquement comme une victime aux yeux des autres. De ce fait, j'étais déconsidérée, pas respectée, on voyait en moi une "proie facile".
Mes nuits étaient peuplées de cauchemars, de réveils en sueur, je ressentais un mal-être permanent. Ado je me suis mise à me mutiler : scarifications, arrachage compulsifs des cheveux et sourcils, grattages compulsifs sur le corps (excoriation) ayant entraîné des cicatrices indélébiles sur l'ensemble de mon corps qui déjà de base me complexait terriblement mais alors là je ne peux même plus le supporter du tout. Devenue jeune adulte la situation ne s'est pas améliorée loin de là. A cette époque, je me suis fait faire des tatouages un peu partout. Des tatouages affreux , grotesques, qui ne me plaisaient même pas, juste pour me saborder un peu plus. Pourquoi? Je ne le sais pas moi-même, mon comportement m'échappait, mais il était néanmoins incontrôlable, irrépressible, comme si je ne pouvais absolument pas faire autrement. Mon corps est détruit, saccagé, horrible à voir, je ne peux pas le supporter ni le montrer à personne. Je n'e peux pas, avoir un corps dans un tel état, avoir de vie de femme, j'ai trop honte de ce que j'ai fait de mon corps. Pendant quelques années, au début de l'âge adulte, j'ai fait n'importe quoi, comme par exemple fréquenter des mecs qui me répugnaient, qui m'inspiraient un profond dégoût, étaient toxiques, malsains, voire violents et m'ont fait descendre une à une les marches de l'enfer. Je m'infligeais cela comme pour me saborder davantage encore, c'était une forme de suicide insidieux. Je me suis mise dans des situations impossibles, inimaginables, j'ai connu la rue, la violence, la détresse, une grande précarité (car pas du tout en état d'intégrer une vie sociale dite "normale", travailler, me construire, trouver une stabilité etc). Le temps passe et si j'ai arrêté depuis plusieurs années les mauvaises fréquentations je n'arrive pas pour autant à me sentir mieux dans ma peau, je n'avance pas, ne me construis pas, n'ai pas d'objectif de vie, pas de passions, pas de réel centres d'intérêt. Je me sens très vide, très esseulée. Je n'ai jamais aimé, je n'ai jamais été aimée, je n'ai jamais fait de jolies rencontres, je ne parviens déjà pas à m'apprécier un tant soit peu moi-même, je n'y arrive pas, je me sens trop détruite, tant physiquement (cf les dégâts immenses infligés à mon corps) que psychiquement. J'ai le sentiment que rien ne viendra jamais à bout de cette spirale infernale. Comment faire pour arrêter tout ça, pour trouver une once de sérénité parmi ce chaos? Je n'ai pas d'amis, pas de famille ni entourage sur qui compter. Les seules personnes que je connais (mais que je ne veux plus voir à présent) sont des personnes malsaines qui ne peuvent aucunement me venir en aide, elles ne s'en sortent déjà pas elles-mêmes!
Les autres, je les fais fuir comme si j'avais la peste, tant et si bien que je me retrouve très esseulée. Professionnellement c'est très compliqué aussi : je fais peur avec tous mes tatouages, avec mon visage très cerné, très fatigué, mon teint constamment brouillé, mes traits tirés, mon regard de chien battu, ma démarche mal assurée qui traduit mon malaise, toute cette détresse qui me colle à la peau. Je n'inspire pas la confiance ni l'empathie. Un de mes cousins éloigné m'a dit il y a quelques années qu'il ressentait un grand mal-être en ma présence et m'a définitivement tourné le dos, comme beaucoup d'autres personnes qui ne voient en moi qu'une personne à problèmes, dépressive et asociale qu'on a juste envie d'éviter à tout prix. Je me sens très mal dans mon corps, très mal dans ma peau, je ne supporte pas mon physique, je ne supporte pas mon aspect, personne ne m'a jamais dit que j'étais belle ou jolie. Et même s'il est coutume de dire qu'il n'y a pas que cela qui compte dans la vie, il n'en reste pas moins que pour une femme c'est important malgré tout, et ce genre de carence peut être lourde de conséquences, j'en suis la preuve vivante! Je ne me suis jamais sentie valorisée, je ne me suis jamais ressentie comme belle, ce qui n'a fait que terriblement renforcer mon mal de vivre au fil de toutes ces années perdues, gâchées, au cours desquelles j'ai été jetée en pâture aux chiens par les autres mais aussi par moi-même (parce que les autres ne me renvoyaient jamais une image positive de moi, non, ils ne faisaient que me renvoyer une image tellement dégradante, tellement négative que je me suis enfoncée dans la destruction de moi et je peux dire en cela qu'ils sont coupables de mon état actuel). Je n'ai jamais reçu le moindre compliment. Je ne me sens pas dans la peau d'une belle femme. Je me sens dans la peau d'une femme détruite, en miettes, recouverte de tatouages plus grotesques les uns que les autres que je me suis infligée pour ajouter à ma détresse. Je continue régulièrement à avoir des pulsions de grattages : je souffre d'une forme d'acné sévère, et sans cesse, je gratte et mutile ma peau, m'arrache les croûtes, me ronge aussi les ongles et m'arrache aussi par période les cheveux, surtout pendant la nuit, moment particulièrement propice aux ruminations. J'ai pris pendant un temps des anxiolytiques, somnifères et anti-dépresseurs pour tenter de calmer un peu tout ça, mais sans résultat aucun, c'était même pire, je me sentais encore plus mal, limite agressive et j'ai arrêté tout ça ne voulant pas tomber dans une dépendance néfaste et contre-productive. Je ne sais plus à l'heure actuelle vers qui me tourner pour exprimer et surtout atténuer ce mal-être débordant qui me dépasse et me terrasse à la manière d'un monstre dévorateur. Merci pour votre attention.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12650 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16100

psychologues

questions 12650

questions

réponses 134400

réponses