Etre là et pas là : attention diffuse ou hypnose ou ... ?

Réalisée par Hélène C. · 28 mai 2023 Aide psychologique

Bonjour à tou.te.s,

J'étudie toutes les possibilités pour comprendre et dépasser mes blocages d'écriture de fin de thèse. La découverte récente des mécanismes de l'inconscient, de l'hypnose et ses "potes" (sophrologie, ...) est une révélation ! Et si on a compris dans la théorie mais que l'on est quand même bloqué ?

Je comprends qu'en plus de lire et comprendre, il s'agit de pratiquer. Pratiquer l'hypnose... J'ai bien l'impression que c'est ce que je fais à peu près tout le temps : "je suis là et pas là". J'étais persuadée en passant le test du Wais IV que j'avais une attention diffuse. Ceci explique tout de mon comportement et ce que j'ai la sensation de vivre. Est-ce que l'attention diffuse n'est pas simplement synonyme d'hypnose ?

L'attention diffuse, pour moi, est d'être dans ma tête tout en étant consciente de ce qu'il se passe autour de moi. Je vaque à mes occupations dans ma tête, tous mes sens sont en alerte. Les gens à qui je parle trouvent que "je ne suis pas là" et me demande de répéter ce qu'ils viennent de dire. Je suis systématiquement capable de répéter ce qu'ils ont dit parce que "je suis là" : j'entends, je vois mes interlocuteurs. Mon cerveau traite "en fond" ce qu'ils disent mais les pensées et images dans ma tête prennent le dessus jusqu'à me faire extérioriser des émotions visible sur mon visage : parfois je souris et rigole alors que la discussion n'a rien de drôle mais ça m'a fait penser à quelque chose de drôle dans ma tête et c'est un effort de contrôler ce que mon cerveau veut me faire extérioriser comme émotions. Mon cerveau prend trop de place.

Je me suis toujours battue avec cette part de moi qui prend le dessus : les images en premier plan devant mes yeux, mon dialogue interne qui ne cesse pas.

En lisant les livres de psycho depuis 3 ans maintenant, j'ai décidé de laisser tomber cette recherche de contrôle de mon cerveau (peut-être qu'un professionnel dirait "inconscient" ?, j'ai toujours dit "mon cerveau" ou "ma tête"). J'ai fini par dire à tous les gens avec qui je parle "que je suis là" mais que ça me demande trop d'énergie de montrer que j'écoute. J'ai toujours dû faire l'effort de regarder mes interlocuteurs, montrer que je les écoute, faire des signes de tête pour montrer mon approbation ou désapprobation. Ce sont des signes de politesse mais à 30 ans j'en ai marre. J'explique à tous que ça me demande trop d'énergie tout ce "jeu" et que ça m'empêche d'être pleinement attentive à ce qu'ils disent. Ça a mis plusieurs années mais les gens (mes amis, mes collègues, ma famille, ...) ont accepté et compris, non sans me tester, pour voir si j'écoute vraiment. Il est impossible pour les gens de savoir si j'ai entendu ou non mais depuis que je "suis moi-même" et que je laisse mon cerveau prendre la place dont il a besoin, c'est nettement moins souffrant de participer à des discussions ou d'écouter les gens. Tant que "je suis là", les gens ne se plaignent pas. Ai-je pris la bonne décision ? C'est quand même difficile quand je me mets en observateur extérieur de moi-même (soit à peu près tout le temps) de cautionner mon comportement. J'aimerais ne pas montrer de l'extérieur que je suis "dans mon monde" quand je suis en société mais d'un autre côté c'était trop souffrant de faire tous les efforts de "jeu sociétal".

Pareil pour conduire, j'ai arrêté de faire l'effort de me concentrer consciemment sur la route : ça me demandait trop d'énergie. Au départ j'avais peur que mon état de "pas là" prenne complètement le dessus et me fasse oublier la route ou me "cache" la route. Je roule énormément, plus de 20 000 km par an, et depuis que je laisse mon cerveau tout gérer sans que j'essaie de le maitriser, je suis, dans un sens, nettement moins fatiguée. En revanche je suis usée d'avoir écouté et/ou polémiqué avec mon cerveau, de m'être ressassé mes angoisses, ... Je reste extrêmement réactive, alerte, en laissant mon cerveau (ou peut-être inconscient (?)) prendre le dessus. C'est nettement plus simple.

Je me demande : suis-je en état d'hypnose quand "je suis là et pas là" ? Si oui, cela signifie que je suis presque toujours en hypnose.

Si je continue ma réflexion : mon objectif est de revenir dans mon corps un maximum, même si je sais que pendant ce temps de fin de thèse c'est extrêmement compliqué. J'ai lu que l'hypnose pouvait aider à revenir dans son corps. Je suis partagée entre la première réflexion : si je pratique (ou reste en (?)) l'hypnose, je vais être encore et toujours dans ma tête. Et la deuxième réflexion : si je pratique l'hypnose ça peut m'aider à revenir dans mon corps ? C'est ce que j'ai pu lire dans les livres...

Je vous remercie de l'attention que vous portez à ma demande.

Qu'en pensez-vous ?

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13400 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16300

psychologues

questions 13400

questions

réponses 137000

réponses