Mes parents sont indifférents face à ma vie alors que je viens de devenir maman

Réalisée par Charline · 28 nov. 2023 Aide psychologique

Je vous écris car je ne trouve pas de solution seule à mon problème.

Agée de 34 ans, et maman d'une petite fille d'un an, j'ai bien avant sa naissance fait un long travail sur moi (8 ans) pour pouvoir mieux me comprendre et mieux comprendre mon histoire, ce qui m'a permis à 31 ans d'avoir une clarté sur mon histoire familiale et un vrai sentiment de paix intérieure.

Je suis tombée enceinte à 33 ans avec le sentiment que toutes les choses de mon passé étaient réglés en moi.

Sauf que depuis les 4 mois de ma fille, je suis en pleine dépression post partum et j'ai le sentiment que je n'arriverai pas à me relever de cela.

Toute mon enfance revient à la surface, constatant aujourd'hui l'attitude de mes parents avec mes yeux d'adultes et cela est très douloureux pour moi.

Ils vivent à 500km de chez moi et ne portent aucun intérêt (ou vraiment très léger, du même niveau que la voisine que vous croyez quand vous descendez une pouvelle) sur moi, ma fille et ma vie de famille.

Ils n'ont pas changé par rapport à avant, en soit ils ne font pas de mal, mais ils ne me font pas de bien non plus. Je pensais en fait, que la venue d'un enfant, attirerait naturellement l'intérêt de mes parents envers mon enfant. Mais ce n'est pas du tout le cas.

Je le vis très mal et leur ai pourtant expliqué, depuis les 4 mois de ma fille, que la situation était difficile pour moi, je suis seule à Lyon avec 0 famille ni de mon coté ni du côté de mon conjoint, mon conjoint travaille beaucoup, j'ai pris 1 an de congé parental, je passais mes journées seules avec ma fille sans que mes parents se disent "tiens je vais peuut etre aller voir ma fille, savoir si elle besoin d'aide, ou juste besoin d'une présence".

Je leur ai écris par message, sous toutes les formes, gentille, philisoqphie, psychologique, agressive, j'ai appelé en pleurant pendant 1h au téléphone, pour leur expliquer que leur soutien moral, a defaut d'en avoir un physique était important pour moi.

Le pire je crois, c'est de leur avoir exprimer ma souffrancce, voire ma détresse, et que rien à changé.

J'ai le sentiment d'avoir dans mon dos, des racines qui cherchent à être plus profondes et plus forte pour pourvoir grandir, mais que malheureusement mon sol et ma terre sont trop pauvres pour pouvoir me faire grandir.

Je me sens telle un bébé qui vient de naître et qui cherche le regard de ses parents pour se sentir exister.

J'ai le sentiment que personne ne peut m'aider, car personne au monde ne peut remplacer une maman ou un papa, leur indifférence est très difficile à accepter pour moi.

Ce qui me fait le plus de bien c'est de m'éloigner émotionnellement d'eux, mais je culpabilise vite (en tout cas avant eux, car eux peuvent ne pas m'appeler pendant 15jours sans avoir compris qu'il y a avait un problème) que ce lien avec eux ne se fasse pas. Je me retrouve face à une énigme que je n'arrive pas à résoudre, moi qui voudrait tant que ces liens soient harmonieux, bienveillants, doux et gentil.

Dois-je faire le deuil de ces parents?

Comment construire ma nouvelle vie de famille, partant de ce socle si friable??

Je précise que mon couple va bien, mais aujourd'hui j'ai du mal à trouver la force d'avancer.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 6 DÉC. 2023

Bonjour Charline,

Il me semble que, comme cela se passe pour toutes les femmes devenues mères, vous avez attendu et espéré qu’un rapprochement du moins avec votre mère se fasse à cette occasion. Et la réalité des réactions de vos parents vous a plus que déçu…

L’arrivée d’un enfant ravive tous les souvenirs enfouis de sa propre enfance, et ça joue autant au niveau des émotions que des sensations.

La déprime profonde (dépression ?) que vous vivez actuellement ne me semble pas à qualifier de « post partum »…, puisque vous écrivez qu’elle est survenue aux 4 mois de votre fille.
Savez vous si vous auriez vécu vous même un événement / changement important à vos 4 mois ? Peut-être la première séparation de votre mère ?

Une dépression survit le plus souvent après la perte d’une illusion forte et importante : je crois que c’est cela qui vous a impacté et vous fait souffrir, la perte de l’espoir que l’arrivée de votre bébé allait rapprocher vos parents de vous même et de votre cellule familiale, que vous allez pouvoir en quelque sorte « réparer » votre enfance à travers votre fille.

La naissance de votre enfant vous a rempli de beaucoup d’émotions, vous a fait aussi naturellement régressé, tout en vous poussant à passer du rang de l’enfant à celui de parent.
C’est une nouvelle expérience psychique que vous avez besoin d’intégrer, en acceptant aussi le fait que vos parents ne peuvent pas changer.
C’est à vous de continuer à évoluer en trouvant la bonne distance et en faisant le deuil de vos attentes vis à vis d’eux.
Vous avez eu l’intelligence et la chance de construire un couple solide et vous avez un enfant : trouvez en vous la force de faire en sorte d’aller bien, pour vous et pour les votre.

N’hésitez pas de reprendre un bout de thérapie pour vous aider à dépasser votre dépression, et peut-être même un traitement médicamenteux si besoin : votre tristesse et déception impacte fortement l’état de votre fille aussi, et risque de laisser des traces dans son psychisme (ce qui pourrait faire penser à une sorte de répétition d’un vécu malheureux).

Je vous souhaite d’arriver à ne plus être affectée par l’attitude de vos parents et de vivre pleinement les joies que votre cellule familiale et votre propre cheminement vous offrent.
sp





Silvia Podani Psy sur Issy-les-Moulineaux

4266 réponses

11744 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 DÉC. 2023

Chère Charline, votre témoignage est poignant.
Vous êtes actuellement en souffrance, face à des parents que vous ne sentez pas soutenant ni présent.
Cette souffrance est remontée quand vous-même vous êtes devenue maman. Vous avez d'ailleurs consciente que vous faites actuellement une dépression post partum.
Je vous encourage à vous faire accompagner à nouveau, en changement peut-être de pratiques. Etre accompagnée pendant 8 ans, vous a aidé à expliquer et à comprendre votre histoire, vos schémas et à vous sentir mieux. Je pense que désormais des séances de thérapies brèves pourraient vous aider à vous sentir plus apaisée rapidement....
Bon courage à vous.

Cordialement,
Clarisse Fiorio
Psychopraticienne spécialisée en thérapies brèves
(en présentiel ou en ligne)

Clarisse FIORIO Psy sur Bourg-lès-Valence

57 réponses

228 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

9 DÉC. 2023

Il est clair que votre dépression post-partum est intimement liée à la résurgence de blessures d'enfance liées à l'indifférence de vos parents.
La lutte émotionnelle est palpable et votre quête d'harmonie familiale est profondément valable. La douleur non résolue de votre passé se heurte aux attentes que vous aviez quant à l'implication de vos parents dans votre nouvelle famille. Le travail thérapeutique que vous avez effectué auparavant est fantastique, mais les traumatismes subis par les enfants doivent être traités à différents niveaux au fil du temps.
Il est fréquent que nous ayons besoin de revoir, de retravailler la relation avec nos parents lorsque nous devenons nous-mêmes mères.
Faire le deuil des attentes non satisfaites et reconnaître l'impact émotionnel peut être une étape décisive. En construisant votre nouvelle vie de famille, concentrez-vous sur la création d'un réseau de soutien dans votre environnement actuel. Vos parents n'ont pas changé, mais vous l'avez fait, vous avez travaillé sur vous-même et vous passez du rôle de fille à celui de mère, ce qui, ajouté au déséquilibre hormonal post-partum, peut s'avérer très difficile. Mais n'abandonnez pas, puisque vous avez déjà fait face à cette situation, vous serez capable de le faire maintenant, pour vous, pour votre bébé, pour votre couple et pour votre bonheur.
Profitez des ressources communautaires locales, des groupes de parents et des amis pour établir une base solide. Bien que je comprenne l'impact profond qu'ont les parents, il est essentiel d'investir dans le soin de soi et d'entretenir vos relations immédiates. Si vous décidez d'explorer des voies thérapeutiques, mes services offrent un espace sûr pour naviguer dans ces émotions, favorisant la résilience et la croissance. La première consultation est gratuite et permet d'explorer comment nous pouvons travailler ensemble à votre bien-être émotionnel.

Lorena Salthu
Conseils téléphoniques personnalisés. Urgences pendant le weekend
Psychopraticien -Coach de vie-Psyconeuroimmunologist -Psychanalyste
Séances en ligne ou en présentiel.
Français, English et Español

Lorena Salthu Psy sur Paris

795 réponses

2675 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

8 DÉC. 2023

Bonjour Charline,

Tout d'abord je vous félicite pour la naissance de votre fille et me réjouis de sa venue sur terre. Je suis touchée de tout le chemin psychothérapeutique que vous avez parcouru pour en arriver là.
Et en même temps dans votre écrit je relève un paradoxe entre toute la lumière qui s'est faite sur votre histoire et la profonde déception que vos parents sont ce qu'ils sont et qu'ils n'aient pas changé.
Or c'est vous qui avez fait une thérapie, c'est donc vous qui pouvez changer votre regard sur eux. Eux n'ont rien fait, n'ont pas évolué. Le peu d'amour qu'ils montrent pour votre fille fait très certainement écho au peu d'amour que vous avez reçu quand vous étiez bébé. C'est cette blessure profonde qui est réactivée et c'est insupportable.

Oui il s'agit d'un deuil à traverser, ressentir le déni, la colère, la tristesse, la culpabilité avant de pouvoir accepter que ces gens-là, ces parents biologiques ne vous apporteront pas plus d'amour maintenant que dans votre enfance.

Je vous invite à lire Alice Miller "Notre corps ne ment jamais". Dans cet ouvrage elle s'insurge contre les thérapeutes qui invitent systématiquement à pardonner à ses parents et à les aimer quoi qu'ils aient fait. Eh bien non ! Vous n'êtes pas obligée d'aimer vos parents. Vous êtes libre, et je vous invite à vous entourer de personnes bienveillantes et vous recréer une famille avec des ami-e-s, vous refaire un réseau social, entrer dans des associations, rencontrer des jeunes parents...

Je reste à votre disposition si vous souhaitez approfondir ces questions.
Claire Thomas,
Psychosomatothérapeute

Claire Thomas Psy sur La Chapelle-Caro

1878 réponses

2101 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 DÉC. 2023

Bonjour Charline,
Je suis très touché par ce que vous partagez et tout ce que vous dites est très juste. La naissance de votre fille vous a certainement renvoyé à votre propre enfance et aux carences affectives dont vous avez probablement souffert. La situation a alors ravivé en vous un espoir demeuré inconscient qu'un jour vos parents vous donnent ce qui vous avez attendu d'eux et qui vous a manqué. Vous vous posez une question fondamentale : Dois-je faire le deuil de ces parents? En tout cas vous devez renoncer à la relation dont vous aviez besoin avec vos parents et que vous n'aurez jamais. Facile à dire, mais c'est un gros travail à faire sur vous. Et vous ne pourrez pas le faire seule. Entamer une psychothérapie est une très bonne option. Vous découvrirez alors que votre socle que vous trouvez friable est bien plus solide que vous le pensez.
Bon courage à vous!
Frédéric Duquerois
Psychopraticien en Analyse Transactionnelle
Adultes et Couples, en Individuel et en Groupe
Nantes

Frédéric Duquerois Psy sur Nantes

277 réponses

74 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 DÉC. 2023

Bonjour Charline,

Il est tout à fait compréhensible que l’on cherche à exister aux yeux de ses parents et leur attitude aujourd’hui vous peine fortement. Cependant, vous avez essayé de leur exprimer votre détresse, mais cela n’a pas eu les effets que vous attendiez.
Je vous invite donc à vous recentrer sur votre cercle familial qui j’en suis sûr saura vous apporter toute la reconnaissance dont vous avez besoin.
N’hésitez pas à vous faire aider si vous en ressentez le besoin, rien que déjà pour sortir de ce post-partum compliqué.

Je reste à votre disposition et à votre écoute.

Pour plus de détails, contactez-moi.
N’hésitez pas à vous faire une idée du sérieux de ma méthode en consultant les avis sur ma fiche.

Christophe
-------------------------------------------------
Thérapeute de couple - Sexothérapeute
* Rendez-vous en ligne uniquement

Christophe Nieaux Psy sur Melun

3371 réponses

3347 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 DÉC. 2023

Bonjour Charline,

Votre nouvelle place de maman est venue réveiller vos blessures d'enfance. Vous avez du mal à accepter que la relation avec vos parents ne soient pas à la hauteur de vos attentes, car vous pensiez peut-être que leur donner une petite fille pourrait réparer le passer et vous rapprocher.
Il s'agit en effet de faire le deuil de vos attentes, car vous ne pourrez changer vos parents. Après tout, c''est à eux de savoir de quelle manière et avec quelle intensité ils souhaitent investir leur rôle de grands parents. Si le lien ne s'est pas fait par le passé, il y a peu de chance que votre fille puisse y remédier et il lui laisser inconsciemment ou consciemment assumer ce rôle (de réparer votre relation) ne serait pas ajusté.
Par ailleurs, avez-vous peur de reproduire quelque chose et de ne pas réussir à construire une relation épanouie avec votre petite fille ? La meilleur façon de ne pas reproduire le passé est de l'accepter et de par-donner, pour ne plus se faire de mal.

A vous lire j'entend également qu'il y a peut être du TROP (comme c'est souvent la cas) du côté de la charge parentale des premières années. Il semblerait que le couple parental prenne le dessus sur le couple conjugal (sorties, moments à deux sans l'enfant, etc) et que la mère que vous êtes n'accorde que peu de temps à la femme que vous êtes également. Ne serait-il pas judicieux de réajuster cela en trouvant le moyen de mettre en place un mode de garde (autre que le recours à vos parents, puisqu'ils sont loin) pour vous dégager du temps ?

Je vous invite à consulter sans trop tarder une psychothérapeute pour avancer sur tous ces points et vous épanouir dans vos relations familiales.
Bien à vous,

Caroline GORMAND
Psychothérapie intégrative d'EmètAnalyse, thérapie systémique du couple et de la famille, coaching parental.

Caroline Gormand Psy sur Clermont-l'Hérault

1855 réponses

2646 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 DÉC. 2023

Bonjour
Pour que les choses du passé soient réellement réglées, il faut être aller au fond c’est-à-dire avoir retrouvé les événements vécus qui ont généré ces blessures à l’intérieur de vous. Ce qui est soignant c’est de regarder la vérité en face : accepter les faits tels qu’ils se sont passés, enlever les culpabilités, parler les émotions qui remontent telles que la tristesse, la colère … Ce n’est qu’à cette seule condition que vous verrez le bout du tunnel ! Plus une émotion est étouffée et plus elle revient à des moments inattendus.
Toutes les souffrances que nous vivons adultes sont issues de blessures émotionnelles d’enfance qui saignent encore et donc elles dictent tous nos comportements aujourd’hui, tous nos choix, toutes nos pensées… Ces blessures sont générées par des événements douloureux que nous avons vécus quand nous étions enfants qui ont laissé des émotions dans notre cœur nous empêchant à cause de certains trop douloureux, d’avancer … Ce n’est qu’en retrouvant l’origine de la souffrance, en la soignant que la cicatrisation reprendra son chemin et classera ces événements douloureux dans la mémoire des souvenirs. C’est logique !
Bien à vous
Mme Dominique Armandine GRAF-LAPEYRE
psychologue clinicienne
thérapeute en cicatrisation des blessures émotionnelles
consultations en visio et présentiel sur Montpellier

Dominique GRAF - LAPEYRE Psy sur Castries

281 réponses

539 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 DÉC. 2023

Bonjour Charline,

Aujourd'hui vous n'arrivez pas à avancer car vous soumettez la résolution de vos problèmes au changement d'attitude de vos parents vis à vis de vous. Vous avez pensé que cet enfant attirerait leur attention ... sur vous. Vous êtes en dépression parce que cet objectif faisait partie de votre désir d'avoir un enfant et que vous n'avez rien obtenu de ce que vous espériez.
Manifestement vous avez eu à souffrir d'un manque de considération de vos parents. Cela fait partie de votre histoire. Vous ne l'avez pas choisie mais c'est un fait contre lequel vous ne pouvez pas lutter. Il vous faut accepter que votre histoire soit celle qu'elle a été. Vous ne pouvez pas la réparer ni la compenser en vous disant qu'ils changeront un jour pour devenir les parents dont vous avez toujours manqué.
Aujourd'hui vous êtes adulte et vous avez à devenir les parents de vos parents. Vous ne les changerez pas. Vous devez les accepter telles qu'ils sont, ne pas vous couper d'eux car vous vous couperiez de votre histoire personnelle, mais gérer le relationnel avec eux avec une forte distance intérieure et un rythme de contact dans l'espace et le temps.
Cette frustration que vous éprouvez ils ne la combleront pas. Par contre vous pouvez vous retrouver vous même, au delà de votre frustration si vous renoncez à attendre d'eux ce qu'ils ne peuvent vous donner.
Je reste personnellement à votre disposition, sachant que ma première séance d'une heure est entièrement gratuite et sans engagement. Vous pouvez librement prendre un rendez vous sur mon agenda en ligne.

Bon courage à vous

Michel le BAUT
Psychopraticien
Thérapeute Jungien
Analyse de rêves

Michel Le Baut Psy sur Marseille

4098 réponses

21159 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 DÉC. 2023

Bonjour Charline.
Je lis que 8 ans de travail sur vous vous ont permis d'arriver à une paix intérieure, mais que la naissance de ce nouvel enfant, à travers l'attitude de vos parents, réveillent brutalement des blessures, à vif, du passé. Je vois aussi que vous leur avez exprimé vos besoins, de toutes les manières possibles, et que c'est particulièrement insupportable quand vous percevez que le problème n'est pas un malentendu mais bien de l'indifférence de leur part. Vous parlez aussi de socle solide : si je ne me trompe pas, tel que vous le ressentez aujourd'hui, une relation saine avec vos parents est un appui indispensable pour offrir vous-même une parentalité satisfaisante (votre image des racines qui cherchent à s'ancrer dans un sol trop pauvre est particulièrement parlante!).
Ce que je trouve particulièrement douloureux dans votre message, en plus des débuts de la maternité qui apportent en soi leur lot d'épreuves, est que vous vous trouvez face à une injonction contradictoire : ce qui vous fait du bien, c'est de prendre des distances avec vos parents, mais alors la culpabilité surgit, et avec elle le constat blessant que cette culpabilité n'est pas réciproque.
Je pense qu'entamer un nouveau travail thérapeutique est nécessaire, d'une part pour limiter le sentiment de solitude face à l'épreuve que vous traverser, et d'autre part pour, si l'impasse se maintient, trouver quelle terre pourrait être satisfaisante pour vos racines. Ce nouveau travail ce nourrira nécessairement de celui qui a déjà effectué, et ne durera pas nécessairement à nouveau 8 ans!
Vous avez toute ma solidarité dans cette période difficile, et je vous souhaite de retrouver, à court ou peut-être moyen terme, de l'apaisement
Grégoire Taconet
Psychopraticien en Approche Centrée sur la Personne
Consultations en cabinet à Lyon, ou en visio

Grégoire Taconet Psy sur Lyon

52 réponses

24 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 DÉC. 2023

Bonjour Charline,
Votre message est très émouvant et on lit, à travers ces quelques lignes, votre souffrance et votre frustration. Vous semblez souffrir du manque d'attention de vos parents à votre égard et à l'égard de votre fille. A vous lire, j'ai l'impression que vous trouveriez de l'apaisement si soudain vos parents devenaient plus attentifs à vous, plus attentionnés envers vous et s'ils prenaient soin de vous.
Vos mots parlent eux même de vos maux :
"Je pensais en fait, que la venue d'un enfant, attirerait naturellement l'intérêt de mes parents"
"Je me sens telle un bébé qui vient de naître et qui cherche le regard de ses parents pour se sentir exister."
Vous avez fait un début de travail sur vous Charline qui vous a certainement permis de comprendre certaines choses sur votre parcours. Il me semble que ce travail n'est pas encore abouti et que vous devez le poursuivre. Une partie de vous est encore dans la recherche de l'amour et la reconnaissance parentale, alors que vous êtes une femme devenue mère. Cette même partie de vous qui ne se sent pas reconnue culpabilise également : si on ne fait pas attention à moi c'est que je ne suis pas assez... que je na fais pas assez... etc...
L'analyse de votre histoire peut très bien vous aider à comprendre cela, à l'expliquer et à en prendre conscience. Mais cela n'est pas suffisant. Vous devez trouvez les ressources, en vous même, pour répondre par vous même, aux attentes inassouvies de la partie de vous en souffrance. C'est comme si le fantôme de la petite Charline venait hanter le quotidien de Charline devenue femme et maman. Votre travail va consister à prendre soin de ce petit fantôme (cette mémoire émotionnelle de l'enfance) qui a envahi votre vie.
Je vous invite à reprendre ce travail, il existe des techniques qui peuvent vous faire avancer rapidement.
Bien à vous,
Philippe MATHIAS

Philippe Mathias Psy sur Toulouse

190 réponses

100 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 DÉC. 2023

Bonjour Charline,
Vous dites avoir beaucoup travaillé sur vous (8 ans) avant la naissance de votre fille pour être en paix avec votre histoire familiale.
Vous parlez d'une psychanalyse ?...
Quoiqu'il en soit, on peut voir que ce travail n'a pas abouti, ce que vous décrivez reflète vraiment une partie de vous "petite fille intérieure" en souffrance qui recherche l'attention de ses parents. Vos parents ne changeront pas, vous le constatez chaque jour, par contre une thérapie adaptée peut changer vos attentes. Et je dirais que cette fille que vous avez eu a réveillé les peurs inconscientes de votre petite fille intérieure...

Je vous encourage vivement à entamer une thérapie psychocorporelle (voir mon profil) afin de traiter tous les traumas conscients ou inconscients avec des techniques spécifiques.

Cordialement
Hypnothérapeute clinique - Thérapie intégrative & holistique

Nathalie Follmann Psy sur Clichy

5333 réponses

30854 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 DÉC. 2023

Bonjour Charline,

La période que vous traversez est complexe. Entre les changements hormonaux, la fatigue et la solitude liées à la gestion d'un bébé et la distance que vous ressentez de la part de vos parents, les émotions sont certainement très importantes. D'autant plus, que le fait d'avoir un enfant ravive à lui seul des expériences que l'on a pu vivre lors de notre propre enfance.

Vous avez besoin d'aide en ce moment et vos parents ne semblent pas être disponibles pour vous apporter ce soutien. Vous parlez également d'un long parcours qui vous a amené à comprendre votre histoire et à trouver une paix intérieure. Les racines solides que vous recherchez se trouvent peut-être dans ce que vous avez pu construire de votre côté pour atteindre cet état.

Si les bouleversements de la maternité viennent vous déstabiliser, je vous encourage à vous faire accompagner par un professionnel pour vous permettre de vous sentir mieux et de créer dans la famille que vous construisez ces liens harmonieux, bienveillants, doux et gentils auxquels vous aspirez.

Je reste à votre écoute,
Myriam Guilhermet
Psychothérapie, Art-thérapie

Myriam Guilhermet Psy sur Lyon

51 réponses

36 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 DÉC. 2023

Bonjour Charline,

Vos parents sont défaillants et l'ont visiblement été avec le passé. Lorsqu'un couple construit sont foyer, il créé une nouvelle famille. C'est celle que vous créez qui compte et non celle que dont vous étiez l'enfant.
En devenant mère, vous prenez un nouveau rôle et c'est vous qui l'écrivez.
Aucune famille n'est idéale. Certains grands parents s'intéressent aux petits enfants quand ils sont bébés puis plus rien dès qu'ils grandissent.
Vos parents ne sont pas visiblement pas dans ce schéma.
Ne culpabilisez pas. Si vous éloignez d'eux vous fait du bien, faites le mais je vous conseille dans ce cas de leur dire, pour éviter de ressasser et pour rester dans la communication.
Vous pouvez exprimez votre déception et vous souhait de vous éloigner d'eux car leur absence de soutien vous blesse. Peut-être qu'ils prendront conscience de quelque chose à ce moment. Mais stoppez d'être en demande car vous savez que ça ne marche pas.
Je suis à votre écoute en visio pour approfondir le sujet
Bien à vous
Charlotte Drahy
Psychologue
rdv en ligne uniquement

Charlotte Drahy Psy sur Boulogne-Billancourt

521 réponses

247 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 DÉC. 2023

Bonjour Charline
Votre démarche d’écrire est très courageuse. Vous exprimez véritablement vos vos besoins. Ce n’est pas anodin si cela intervient au moment où votre fille est petite car lorsque l’on est mère, on régresse un petit peu dans l’enfance aussi (cela est nécessaire pour être au niveau de son enfant et «  entendre «  ses besoins fondamentaux ), il est donc normal que vous reveniez à une position infantile de demande par rapport à vos parents. Ceci sont semblent sourd à votre demande d’amour comme besoin fondamental précisément . Je vous conseille d’entamer une psychothérapie pour pouvoir déplier votre histoire et vous sentir épaulée et probablement vous affranchir de cette dépendance affective qui n’est pas payée de retour , vous vous êtes inscrite avec vos parents dans une posture qui peut être parfois vous semble confiner au masochisme et vous fait d’autant plus souffrir. N’hésitez donc pas à consulter et à parler de vous. Les thérapeute sont là pour ça et prêts à vous aider. Bien à vous.

Myriam Lasry Psy sur Paris

572 réponses

239 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12700 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16100

psychologues

questions 12700

questions

réponses 134750

réponses