Comprendre la dépression : asthénie, anhédonie et aboulie

Quand vous dites à quelqu’un que vous êtes en dépression, sa première réaction est de vous dire : “ne sois pas triste !" ou quelque chose comme ça...

21 JUIN 2019 · Dernière modification: 4 SEPT. 2019 · Lecture : min.
Comprendre la dépression : asthénie, anhédonie et aboulie

Quand vous dites à quelqu’un que vous êtes en dépression, sa première réaction est de vous dire : “ne sois pas triste !" ou quelque chose comme ça... Même vos proches, ceux qui vous connaissent le mieux, agissent ainsi. Seuls ceux qui l’ont vécu et (certains) professionnels ainsi que ceux qui ont vécu aux côtés de ceux qui souffrent le comprennent. Parce que la dépression, en particulier la Grande Dépression, est un trouble mental (sévère). En ce sens, on ne peut pas la réduire à un sentiment, comme la tristesse.

Bien sûr, le fait que la dépression ne soit pas synonyme de tristesse ne signifie pas qu’il n’y a pas de tristesse dans la dépression. Au contraire, cette émotion est l’une des manières la plus basique de s’exprimer. Mais cette pathologie va bien plus loin que d’être triste. Et il ne s’agit pas seulement d’une question quantitative, de savoir si elle est plus intense ou si elle dure plus longtemps. Au contraire, c’est une expérience beaucoup plus complexe. La tristesse est, ou peut être, un symptôme, mais ce n’est pas le seul et ça ne la définit pas. La dépression a plusieurs façons de se manifester.

Symptômes de la dépression

Les autres symptômes les plus courants sont les suivants :

  • troubles du sommeil et/ou de l’appétit ;
  • irritabilité ;
  • pensées négatives ;
  • idéalisation ou comportement auto-lithique conscient ou inconscient (se faire du mal à soi-même ne se réduit pas aux tentatives de suicide).

Il serait très difficile de résumer toutes ces expériences en un seul article. Je ne me concentrerai donc que sur trois de ses symptômes, qui sont souvent ceux qui génèrent le plus d’incompréhension. Je parle de l’asthénie, de l’anhédonie et de l’aboulie.

Asthénie, Anhédonie et Aboulie : que signifient ces mots rares ?

L'Asthénie signifie littéralement sans force. Cela, ne doit pas être cependant confondu avec de la faiblesse physique. C’est un sentiment généralisé de fatigue, d’épuisement, comme si vous aviez fait un effort énorme et prolongé dans le temps. Ce qui ne correspond pas du tout à vos actes réels. L’épuisement vient de l’intérieur. Il grandit même quand vous en faites moins. C’est ainsi que l’on entend souvent dire : de quoi es-tu fatigué ? Vas-y, ne sois pas paresseux/se !

C’est peut-être le point le plus difficile à faire comprendre à ceux qui n’ont pas vécu un épisode de dépression : l’asthénie est réelle, vous n’êtes pas un simulateur, vous n’êtes pas paresseux, mou ou un autre défaut de personnalité. Vou n'avez pas souhaité vous retrouver comme ça, ça ne dépend pas de votre volonté. Les gens comprennent facilement que le stress fatigue autant que l’activité physique, mais ils ne voient pas que la dépression peut avoir le même effet.

Vous souhaitez agir, être celui que vous avez toujours été, mais vous n'avez pas la force de prendre soin de vous-même. C’est désolant. Et vous ne savez pas comment changer cette situation. Aussi étrange que cela puisse paraître, se reposer n’est pas une façon de se remettre de l’asthénie. Comme une batterie déchargée, vous devez agir, faire quelque chose pour vous sentir mieux.

Cependant, lorsque vous vous mettez à l’action, vous ne devez pas seulement combler le manque d’énergie. Vous devez également faire face à un manque de satisfaction. Et c’est un autre mur très difficile à escalader. Quand vous traversez un épisode de dépression, apprécier, et même ressentir sont des choses que vous n'arrivez pas à obtenir. Ce symptôme est appelé l’Anhédonie, et il se réfère à l’incapacité de ressentir du plaisir. Ce qui auparavant vous satisfaisait ne fonctionne plus. Les stimuli agréables ne sont plus stimulants.

La recherche du plaisir et l’évitement du déplaisir sont censés être les deux moteurs fondamentaux de notre existence, nos deux sources de motivation. Quand on traverse une dépression, les deux sources s’abîment. Vous ne pouvez pas échapper au déplaisir, parce qu’il vient de l’intérieur. Et vous ne ressentez plus de plaisir, tout comme vous n'appréciez plus rien.

Compte tenu de cette carence de motivation, l’aboulie est également considérée comme un symptôme de dépression (majeure). Un mot qui signifie “sans volonté”. Et il n’est pas si difficile de comprendre pourquoi cela arrive : si vous n’avez pas d’énergie et si vous n’êtes pas satisfait de ce que vous faites, vous n’êtes pas motivé pour agir. Ainsi, vous perdez la capacité à ressentir du plaisir et vous ressentez un intense déplaisir intérieur dont vous ne pouvez pas vous échapper… Pourquoi vous ne faites rien ? Il est très difficile de trouver une réponse satisfaisante à ce dilemme, parce que vous n’enregistrez pas les stimuli présents et, en même temps, la dysphorie vous monte à la tête, peu importe ce que vous faites. De cette manière, sans motivation,  vous vous laissez aller, jusqu'à atteindre le fond.

L’Asthénie, l’Anhédonie et l’Aboulie sont le trident qui déchire votre existence. Quand la dépression vous attrape dans ses filets, vous vous dispersez dans le Néant. La dépression (majeure) est un déficit de vie, un vide d’être. Quand vous tombez dedans, vous êtes en manque d’énergie vitale, de plaisir et d’action. On se sent comme une bougie à laquelle sa cire s’épuise, on se consume dans l’obscurité.

Bien sûr, il est possible de se sortir de la dépression, comme de la dépression majeure. C’est pourquoi on parle d’épisodes et non d’un type de personnalité. Vous n’êtes pas un dépressif, vous traversez une dépression. Bien sûr, quand vous êtes au milieu de la tempête, il semble que la dépression ne se finira jamais. Mais d’ici, par ma propre expérience, je voudrais souligner que, même si personne n’est à l’abri d’éventuelles rechutes, ces épisodes sont traversés.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
1 Commentaires
  • Lilou

    Bonjour, Article très bien rédigé, il résume exactement la dépression mais surtout et surtout qui donne de l’espoir dans vos dernières lignes. Maintenant ce qui est dommage, il n’est pas stipulé le type de traitement(s), une éventuelle durée même si cela reste propre à chacun mais au moins une moyenne constatée. Aussi, la phase de rémission comme se passe t elle ? Comment se traduit elle ? Respectueusement

derniers articles sur dépression