Impasses et carapaces sur le divan

« Qu en pensez vous? ». Cette fois-ci je ne pense pas à une carapace, c est bien vous. . Je sens bien que non, vous ne me donnerez rien si ce n est ce rien de vous. Vous n êtes pas là pour d

27 AVRIL 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Impasses et carapaces sur le divan

« Je n en pense rien ». Alors je joue le jeu, je reste bloquée. Je décide de rester bloquée. Vous ne voulez pas penser et dire mais pourtant vous êtes ici dans ce fauteuil dans mon cabinet. Quelque chose coince, c est une injonction paradoxale. Encore! Quand on la connaît on la voit mieux. Cravate bleue, cravate rouge? Les deux puisque pas le choix. Pourquoi être venu voir une psychanalyste? Je reste ainsi à la seule place possible pour ne pas initier quoi que ce soit de mon propre contre transfert par une demande qui ne serait pas de vous. Non vous n êtes pas là pour vous questionner, non, vous venez car vous êtes frustré par une situation qui vous irrite et pressé de ne plus l être mais sans rien donner ni prendre. Nos regards se croisent longtemps sans que la rencontre puisse être puisque c est bloqué. « Qu en pensez vous? ». « Je n en pense rien ». Alors je respecterai ce rien et je ne penserai pas pour vous. On joue un peu au tennis, on se renvoie la balle. Dans l impasse que vous posez, la seule solution est surtout d y rester et vous la renvoyer en miroir. Je n ai que le miroir comme outil, je n ai pas de cravate sous la main. C est votre impasse, pas la mienne et c est à vous d en sortir. Quel rien? Quel est ce rien que vous donnez? Un rien qui veut tout en retour sans le vouloir non plus. Je décide de ne rien donner ou si, plutôt en ne vous donnant rien que ce que vous donnez, pour vous renvoyer à vous.

On m appelle parfois pour prendre rdv directement pour une séance emdr comme on va demander une baguette de pain ( je dois faire un lien avec une baguette magique !). « Je voudrais faire une séance emdr »... On dit aussi « je voudrais faire une séance d hypnose ». La question reste qui suit est toujours la même, « une séance va t elle suffire? » . Ma réponse aussi, est toujours là même : je ne sais pas si nous ferons de l emdr, nous verrons cela lors de la première séance ». Un psy reste dans la décision des méthodes qu il va employer, cela me semble la base. Et sur qui il va les employer....

.Travailler sur le symptôme n est pas l idéal. Quelle est en fait la demande ? En cas de trauma actuel (viol, accident, etc c est à dire qui vient du présent), on est dans un trauma actuel, il est identifié on ressort d une avalanche, on a été encastré dans sa voiture, on vient de perdre son enfant suite à une fausse couche tardive, et évidement on travaille le présent déjà suffisamment lourd. Pour ses psychonévroses comme la phobie ou des addictions, l angoisse aussi pour évoquer que cette émotion, l analyse associée est indispensable. Ça dépanne de travailler sur le grignotage compulsif oui mais ça déplacera le problème ailleurs. L emdr permet cependant de mieux comprendre ce qui se passe durant la séance aussi donc le travail d analyse existe via l emdr aussi. Indirectement. Je prends l angoisse par exemple cas fréquent. La séance aura l avantage de mettre en mots les émotions et si en emdr on n analyse pas rien n empêche ensuite d exploiter les mots pour creuser. Les mots dits permettent de donner du sens et le travail des yeux et donc de la mémoire via le cerveau de travailler les émotions. J aime beaucoup l emdr mais je ne vais pas l utiliser systématiquement. C est un outil. Très en lien à l hypnose d ailleurs. © C.Vera

PUBLICITÉ

Écrit par

Corinne Vera Alexandre Linkedin

Psychanalyste nº Adeli : ADELI 130010895

Psychanalyste, Hypno analyste, Psychothérapeute et Sexothérapeute, elle exerce dans le Vaucluse à Bollène et Avignon ainsi qu'en ligne. Elle utilise les thérapies brêves en association de la psychanalyse dans une pratique intégrative en EMDR et en Hypnose.Sa pratique est aussi psychocorporelle avec l'hypnose et de la médiation corporelle.

Voir profil
Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur psychanalyse