La psychothérapie analytique

Quelle thérapie pour soi ? Comment choisir la psychothérapie qui va le mieux convenir à nos besoins et nos attentes ?

26 JUIN 2019 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

La psychothérapie analytique

Il y a désormais une très grande diversité de techniques psychothérapeutiques. Chacun est libre de choisir celle qui lui conviendra le mieux, celle qui lui "parle", celle qui l'inspire. Car malgré leurs grandes différences, elles ont en commun une donnée importante : il faut y croire et avoir le désir de travailler dans le cadre de la méthode choisie.

Encore faut-il les connaître, en connaître les possibilités mais aussi les limites. Il faut garder à l'esprit qu'il n'y a pas de magie ni de miracle : nous sommes dans la complexité du domaine psychologique et il est important pour un thérapeute de savoir rester humble tout au long de sa carrière car chaque personne qui consulte est unique, chaque histoire est unique, personne d'autre qu'elle ne l'a vécue avant elle.

Quelle que soit la méthode choisie, ce n'est pas à une personne à s'adapter à cette méthode mais à cette méthode à s'adapter à la personne. Il en va ainsi pour la psychothérapie comme pour la psychanalyse. C'est cette capacité d'adaptation (tout en conservant les lignes directrices d'une technique) qui donnera les meilleures chances de permettre un aboutissement favorable. Et s'il arrive que le thérapeute ait conscience que cet aboutissement ne sera pas favorable, il est important d'en parler avec la personne et de l'aiguiller vers un confrère qui proposera une méthode plus adaptée à sa problématique. Connaître les limites d'une technique *pour une personne donnée* est le signe d'un thérapeute respectueux de celui qui vient le voir ainsi que de son métier de thérapeute.

Je pratique depuis plusieurs années la psychothérapie analytique parce qu'elle me paraît être celle qui s'approche au mieux de notre singularité de sujet et de notre humanité.

La thérapie par la parole et l'écoute est fondée sur l'échange et la confiance installée entre le thérapeute et le patient. Chaque sujet est au cœur d'un noyau - familial, conjugal, parental, professionnel, sociétal -. C'est ce sujet, pris dans son "tout", dans son histoire familiale et dans son vécu, qui est invité à parler de lui et des interactions qu'il a (et a eues dans sa petite enfance) avec son entourage tout au long de son chemin de vie. La parole du sujet, le transfert qui s'établit au cours de la thérapie (en face à face), l'exploration de l'inconscient par le biais de l'interprétation des rêves, des lapsus, des actes manqués, tous ces outils favorisent la libération des blocages, des non-dits, des douleurs ou traumatismes enfouis, tout ce qui peut nous rendre parfois la vie très compliquée et douloureuse.

Il n'est pas rare qu'une personne arrive chez un thérapeute et dise "tout va bien ...et pourtant je vais mal". C'est cette énigme que nous aurons, cette personne et moi, ensemble, à découvrir et à tenter de résoudre au mieux. Pour d'autres personnes ce sera un deuil, une maladie, une séparation, des violences subies, un mal-être persistant, des angoisses récurrentes, des maux divers, qui les décideront à venir parler avec un thérapeute parce qu'elles ne peuvent plus porter seules le poids de ces entraves au bien vivre auquel toute personne a droit.

La psychothérapie analytique n'a plus à faire ses preuves, étant très ancienne elle a le recul et l'expérience nécessaires à tirer des enseignements de sa pratique, des constats d'efficacité sur le long terme. De plus, étant en permanence réactualisée et adaptée à l'évolution et aux changements de notre époque, elle ne jouit pas d'un effet de mode: elle existe dans son siècle.

J'ai choisi cette voie il y a très longtemps car elle permet à celui qui va mal d'aller mieux et même bien. Aller bien, ce n'est pas l'assurance d'une béatitude de chaque instant : ce serait une illusion. Mais c'est avoir le désir et la force de reprendre son chemin avec une confiance en soi et une clairvoyance retrouvées.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Frédérique Le Ridant

Voir profil
Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur thérapie brève