5 façons dont un passé douloureux influence votre présent

Les expériences de vie changent en effet la biologie.... mais à quel point ? Les dommages du passé sont-ils permanents ou peut-on s'en libérer ?

4 MARS 2020 · Lecture : min.
5 façons dont un passé douloureux influence votre présent

En tentant de comprendre l'origine de nos luttes contre les maladies chroniques et la douleur,  nous avons appris que les événements indésirables de l'enfance laissent une empreinte permanente sur notre cerveau et notre système immunitaire. Cela, à son tour, affecte notre capacité à nous adapter au changement, au stress et à la maladie au cours de notre vie.

Bien que le traumatisme infantile ne provoque pas de douleur chronique à l'âge adulte, il existe un lien entre les deux. Pour réduire l'impact des événements indésirables de l'enfance sur la douleur chronique, nous devons d'abord comprendre comment le stress et les traumatismes influencent le développement du cerveau. Plus précisément, nous devons reconnaître comment un passé douloureux amorce le système nerveux central à réagir de manière excessive aux entrées sensorielles.

Les conséquences du stress chez les enfants

Les événements indésirables dans la vie d'un enfant peuvent prendre plusieurs formes : la violence sexuelle et verbale, le divorce ou la perte d'un parent, le dysfonctionnement familial, l'humiliation, la négligence, l'alcoolisme et le comportement criminel des parents sont tous des événements ayant un impact qui provoquent des changements importants dans la santé mentale et physique d'un enfant.

Ces troubles suivent l'enfant dans la vie adulte et entraînent des complications de santé, des problèmes de santé mentale et, chose intéressante, une perception accrue de la douleur.

Notre prise de conscience de cette corrélation s'est énormément accrue grâce à des recherches centrées sur le stress de l'enfant, et notamment grâce à l'utilisation d'un questionnaire en dix points appelé échelle des événements de la petite enfance (ACE). En évaluant les expériences douloureuses de l'enfance, cette évaluation est assez révélatrice pour un certain nombre de résultats de santé prévus. Voici cinq domaines de la santé émotionnelle et physique touchés par le stress chronique de l'enfant qui peuvent affecter l'expérience de la douleur d'une personne :

  1. Un système immunitaire compromis - Au lieu de nous protéger, un système immunitaire compromis se retourne contre le corps, provoquant une inflammation, de la douleur et une perturbation des processus corporels normaux. Pour chaque augmentation d'un point sur l'échelle d'Adverse Childhood Experience (ACE), une personne est 20% plus susceptible d'être hospitalisée pour une maladie auto-immune. Et un système immunitaire défectueux - avec son inflammation des muscles, des tendons, des articulations et d'autres tissus corporels - se traduit par plus de douleur.
  2. Un sommeil perturbé - Un score ACE de trois entraîne deux fois plus de risques d'avoir des problèmes de sommeil ; un score de cinq augmente le risque de trois. Le fait d'être témoin de violence domestique et / ou de subir soi-même des violences physiques ou sexuelles contribue le plus aux troubles du sommeil par la suite. Ceux qui souffrent de douleur ont souvent du mal à dormir. Beaucoup supposent que leur sommeil perturbé est uniquement dû à la douleur, alors qu'en fait, la difficulté du cerveau à réguler le sommeil peut être liée à une histoire de stress infantile.
  3. Une augmentation des problèmes de santé mentale - Lorsqu'une personne a un score ACE de quatre ou plus, elle a beaucoup plus de chances de développer un problème de santé mentale, en particulier l'anxiété et la dépression. Et comme la détresse émotionnelle augmente à cause de l'anxiété et de la dépression, la perception de la douleur augmente également.
  4. Des problèmes de concentration et d'attention - Le stress chronique a un impact négatif sur les structures cérébrales qui régulent l'attention, la concentration et la mémoire. Pour les enfants avec un score ACE de quatre ou plus, les problèmes d'attention, de concentration et d'hyperactivité sont quatre fois plus probables. La concentration et l'attention sont des processus mentaux avec lesquels les patients atteints de fibromyalgie ont souvent des problèmes. Avec 60% ou plus de ces patients signalant des antécédents personnels d'abus physiques ou sexuels, cela soutient la possibilité que ces expériences de la petite enfance contribuent à des changements cérébraux préjudiciables.
  5. Une perception accrue du danger - Nos cerveaux sont équipés d'un «réseau en mode par défaut» (DMN) qui permet de se reposer. Dans ce mode, notre cerveau trie ce qui est pertinent et / ou mérite notre attention et planifie ce qui doit arriver ensuite. Le stress chronique et les traumatismes pendant l'enfance perturbent le fonctionnement de ce réseau en mode par défaut, affaiblissant les connexions entre le cortex préfrontal et l'amygdale. Cette dérégulation aide à expliquer pourquoi une personne ayant des antécédents de traumatisme infantile perçoit souvent des changements non stressants (et légèrement stressants) dans sa vie comme une menace. Une mauvaise interprétation des événements neutres comme menaçants déclenche une excitation physique accrue - autrement connue sous le nom d'anxiété. Pire encore, un cerveau trop réactif réagit aux vibrations, au toucher, aux lésions tissulaires, à la chaleur, à l'inflammation et à la pression en produisant une douleur hors de proportion avec la menace réelle.

Apprendre à calmer le système nerveux

Lors de la gestion de l'impact du stress et de la douleur chroniques de l'enfant, l'objectif est de calmer le système nerveux central réactif. La pleine conscience et la méditation peuvent jouer un rôle important dans ce processus en renforçant les connexions dans tout le cerveau, en stimulant la croissance neuronale et en calmant l'amygdale - le centre émotionnel réactif du cerveau. Apprendre à laisser aller les pensées et les sentiments indésirables, à rester présent et à se focaliser sur ce qui est important sont des approches psychologiques utiles pour gérer la détresse.

Les expériences de vie changent en effet la biologie. Cela signifie que les dommages de notre passé ne sont pas permanents. Plus important encore, nous sommes toujours libres de créer de nouvelles expériences qui rétablissent la santé et l'équilibre.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
1 Commentaires
  • Catherine

    C'est terrifiant de se dire que 20 ans plus tard, on souffre encore...

derniers articles sur thérapie brève