Le noble art thérapeutique

Quelle affreuse habitude de consulter les réseaux sociaux dès le réveil… Pourtant ce matin, je dois bien reconnaître qu’elle fut révélatrice...

23 AOÛT 2022 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Boxeur

Bogòta, Colombie, 9 a.m 

Quelle affreuse habitude de consulter les réseaux sociaux dès le réveil… Pourtant ce matin, je dois bien reconnaître qu’elle fut révélatrice. En effet, mon ami  Leonardo (propriétaire du Boxing Club Colombia) venait de publier une vidéo enregistrée pendant l’entraînement de la veille avec pour titre : « c’est une thérapie  avant tout ». Évidente pour les pratiquants mais pourtant totalement absente des  manuels de psychologie, la boxe anglaise serait-elle une forme de thérapie ? Avec  un an de pratique derrière moi, j’ai l’impression que Leonardo est bien plus sage qu’il ne le croit.  

1- Une symbolique forte  

Le « Noble Art » est un art de confrontation qui, malgré des valeurs profondes dont  le respect de l’adversaire, reste brutal et dangereux. C’est un art de cœur qui  demande très souvent de se confronter à des adversaires plus rapides, plus forts,  plus expérimentés. Lors d’un « sparring » (combat d’entraînement), vous n’avez  pas d’autre choix que de faire face, il n’est pas possible de faire machine arrière au  milieu du « round ». Ne voyez-vous pas de parallèle avec le combat que représente  l’existence de tout être humain ? En thérapie, il arrive parfois que des patients  soient épuisés face à des évènements douloureux et pourtant, sauf pour la  minorité qui malheureusement optera pour la voie du suicide, n’ont pas d’autre  choix que de devenir plus forts. À l’image d’un boxeur titré, un patient ayant  traversé beaucoup d’épreuves sera mentalement plus solide. Il lui faudra aussi  trouver un sens aux souffrances endurées car malheureusement, il n’y a pas de  ceinture de « champion du monde existentiel» pour ceux qui les auront sublimées.  

2- La souffrance, une grande amie  

La souffrance est souvent, pour ne pas dire tout le temps, à l’origine d’une thérapie. L’objectif étant de la réduire ou de la faire disparaître totalement (et si  possible le plus vite possible). Ce qui est tout à fait compréhensible car nous  endurons pour la plupart une dualité relativement simple : nous nous éloignons du  désagréable pour se rapprocher de l’agréable. Cependant, en thérapie, la  souffrance est abordée, comprise et finalement, à l’image de la boxe, acceptée  comme un élément indissociable de nos existences. Il y a quelques années, un  reportage avait été réalisé sur un accidenté de la route dont la partie du cerveau  responsable de la douleur ne fonctionnait plus. Sa vie était devenu un véritable enfer, il était même passé à deux doigts de la mort a cause d’un simple abcès  dentaire qu’il ne ressentait pas. Un boxeur n’ayant jamais mal et donc n’ayant pas  besoin de protéger son corps face aux coups de son adversaire aurait une carrière  d’une triste brièveté. Malheureusement, comme l’écrivait Shams de Tabriz, soufierrant du 14ème siècle, dans ses 40 lois de l’Amour : « Les sages-femmes savent  que lorsqu’il n’y a pas de douleur, la voie ne peut être ouverte pour le bébé et la mère ne peut donner naissance. De même pour qu’un nouveau Soi naisse, les  difficultés sont nécessaires. Comme l’argile doit subir une chaleur intense pour  durcir, l’amour ne peut être perfectionné que dans la douleur. »1 

3- Les émotions : le détachement nécessaire  

Si un jour vous avez la possibilité d’assister à un gala de boxe, vous y verrez des  combattants inexpérimentés et des professionnels, tout cela en l’espace d’une  heure ou deux. La différence entre ces deux types de combattant sera flagrante et  cela, même pour un parfait néophyte. Au-delà de la technique, ce qui vous sautera  aux yeux sera la gestion émotionnelle des combattants. En effet, les débutants ont  souvent une belle tendance à « s’enflammer » pour le plus grand bonheur des  supporters. Cependant, les professionnels, eux garderont l’esprit calme malgré les  coups et la fatigue, afin d’appliquer la stratégie prévue par leurs entraîneurs. Or, j’ai  pu remarquer pendant ma pratique de thérapeute, qu’une fois les émotions  décortiquées et expliquées, il était plus facile pour mes patients de devenir  « professionnel » et de ne plus les vivre comme des « parasites » les éloignant  d’eux-mêmes et de leurs proches.  

4- L’intégrité : une véritable découverte  

Quand la relation thérapeutique s’installe entre un thérapeute et son patient, ce  dernier peut enfin être « lui-même » et parfois confesser des choses qu’il considère  comme honteuses ou inacceptables. Cette « intimité » va permettre au patient  d’exposer au thérapeute, puis à son entourage par la suite, son véritable « Soi »  loin des attentes de ses parents, amis, conjoints ou autres… La boxe catalyse  aussi ce phénomène car les conditions du combat force l’« intégrité ». Il est  souvent surprenant de comparer l’attitude d’un combattant à l’entrée d’un club et  celle qui apparait pendant sa pratique. Le doux se transformera en brute, le dur  trouvera des raisons pour écourter des exercices difficiles, le timide fera preuve  d’arrogance, le triste acceptera les coups avec le sourire… L’homme tendre et  gentil que je suis en société et qui fait le bonheur de ma mère, se révèle être un combattant dur, agressif et orgueilleux. Comme quoi, en boxe comme en thérapie, on ne peut pas se cacher bien longtemps.  

5- Quand le NON est obligatoire… 

Je ne vous apprendrai rien en vous expliquant que l’on croise plus de « victimes »  que de « bourreaux » dans les cabinets de thérapie. Ces mêmes « victimes » s’y  trouvent pour comprendre leur situation soit pour en sortir au plus vite soit pour  qu’à l’avenir, cela ne se reproduise plus. Il y a une quête de pouvoir à travers la  thérapie. Pouvoir faire face aux événements, aux autres et à soi-même.  

C’est bien entendu la même chose avec la boxe à la seule différence que la  recherche de puissance est plus évidente. J’aime à dire qu’il faut dire NON à ce  que l’on n’est pas pour découvrir ce que l’on est. C’est pourquoi en tant que  thérapeute, je pousse mes patients à prendre la complète responsabilité de toutes  les facettes de leur identité et surtout à les défendre. À l’identique, la boxe vous  oblige à ne pas accepter d’être dominé par autrui et vous apprend que le respect  ne se gagne pas à grand coups de « gentillesse ». Finalement, dans un cas comme  dans l’autre, c’est l’apprentissage du respect de soi.  

Conclusion

Les philosophes grecs disaient qu’il ne fallait jamais séparer la réflexion de l’action.  Après un an de boxe, je dois reconnaître qu’ils avaient raison car pendant des  années, j’ai lu énormément de livres (notamment de développement personnel)  pour mieux me comprendre mais surtout me sentir prêt à affronter ce monde et  c’est après 3 ans de thérapie et un an de boxe que je me sent prêt à vivre. À  l’image de Friedrich Nietzsche qui, après des décennies d’études, se sentit enfin  libéré du besoin de lire, je me découvre une capacité à traverser mes journées  sans la culpabilité de ne pas avoir de livre dans la poche arrière de mon jeans. La  connaissance (et surtout la reconnaissance) de la richesse de ma personnalité  grâce à la thérapie et la découverte de mes capacités mentales et physiques à  combattre me permettent enfin d’emprunter un chemin de vie qui m’est propre,  loin des projections parentales et des attentes sociétales. Finalement, je suis prêt à être moi. 

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Dominique Tutundjian

Voir profil

Bibliographie

  •  1.Elif SHAFAK, « Soufi, mon amour » 10/18, Phébus

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur développement personnel