Pour essayer autre chose que les psychothérapies classiques verbales (partie 2)

La thérapie en réalité virtuelle (ou TERV) permet de vous exposer à ce que vous craignez mais de façon progressive et en étant dans un cadre sécurisant chez le thérapeute.

14 MAI 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Pour essayer autre chose que les psychothérapies classiques verbales (partie 2)

Cet article est le deuxième d'une série qui vous présente certaines approches thérapeutiques complémentaires des thérapies psychanalytiques, des TCC classiques, ou d'approches déjà bien connues telles que l'hypnose et la PNL. Dans l'article ci-dessous : la thérapie en réalité virtuelle (TERV)

Les technologies de réalité virtuelle (TRV) sont utilisées dans un cadre psychothérapeutique, pour recréer des situations virtuelles auxquelles vous pouvez être confronté. La thérapie en réalité virtuelle est considérée comme faisant partie des TCC. C'est une thérapie d'exposition, qui est sous-tendue par les concepts des théories du conditionnement.

Thérapie en réalité virtuelle et Neurosciences

Grâce à des techniques d'imagerie cérébrale, les chercheurs ont montré que l'être humain activait les mêmes zones du cerveau (aires motrices) lorsqu'il exécutait réellement une action que lorsqu'il la stimulait mentalement. Cela signifierait donc que l'exposition en réalité virtuelle reviendrait pour le cerveau à une exposition in vivo.

Qu'est-ce que la thérapie en réalité virtuelle ?

Le principe de l'exposition est de confronter progressivement le patient à ce qu'il redoute dans son monde interne et/ou externe. Pour le monde interne, avec une exposition en imagination, en tant que thérapeute, je vais utiliser la visualisation dans des approches psychothérapeutiques comme l'art-thérapie, l'hypnose, la PNL, … Pour le monde externe, il y a bien sûr l'exposition in vivo, et maintenant l'exposition avec un casque de réalité virtuelle.

Bien qu'ayant un aspect ludique et moderne, il est fondamental que le psychothérapeute ait posé les indications de la thérapie en réalité virtuelle, se soit assuré que le patient est prêt et préparé suffisamment. C'est-à-dire que d'autres principes thérapeutiques (par exemple les TCC) sont utilisées avant pour s'assurer que le patient a les ressources psychiques et physiques pour appliquer la technique. Cette technique est utilisée uniquement dans le cadre d'un suivi. Ensuite, des critères tels que la nature, la durée, la répétition et la progressivité des expositions sont précisément définies et suivies. Les logiciels utilisés dans le cabinet sont développés par des psychiatres et sont adaptables parfaitement à chaque situation.

Indications de la TERV

  • Les phobies et troubles anxieux (phobie simple, phobie scolaire, agoraphobie, trouble d'anxiété sociale, anxiété généralisée, attaques de panique, trouble panique …)
  • Les troubles obsessionnels compulsifs (TOC), en particulier en utilisant une exposition avec prévention de la réponse
  • Les troubles des conduites alimentaires (boulimie), addictions
  • Les patients ne parvenant pas à se représenter en imagination la situation redoutée ou avec des difficultés de concentration

Je peux également être amenée à utiliser l'environnement virtuel pour la relaxation et la cohérence cardiaque.

La thérapie en réalité virtuelle est déconseillé aux personnes épileptiques, à ceux qui ne supporteraient pas le port du casque de réalité virtuelle (pour des questions d'adaptation physique) et à ceux qui auraient un rapport à la réalité déjà difficile.

Intérêts de la thérapie en réalité virtuelle

  • Accessibilité : la réalité virtuelle offre aux patients la possibilité de travailler progressivement sur des environnements avec le thérapeute. Avec un environnement simulé, la TERV permet de gagner du temps.
  • Confiance et sécurité : le thérapeute peut garder le contrôle sur le déroulement des séances et faire varier certains facteurs, indépendamment des autres par le biais de son clavier. Il peut aussi, dans certains cas difficiles, interrompre dans l'instant l'exposition au stress.
  • Efficacité : cette technique d'exposition rend les progrès des patients encore plus réels et permet ainsi de tester l'évolution de l'efficacité de la thérapie. Certains troubles nécessiteraient une exposition réelle et coûteuse (par exemple dans le cas de la phobie de l'avion) pour confirmer le succès ou consolider le traitement. L'exposition avec le casque aide également à minimiser l'évitement.
  • Motivation : la réalité virtuelle présente un aspect motivationnel, ludique et s'appuie sur le plaisir de progresser en sécurité.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Karine BIAVA

Voir profil

Bibliographie

  • « Les thérapies utilisant la réalité virtuelle dans les troubles phobiques » de S. Lambrey (2010, CNRS USR 3246, service de psychiatrie adulte, groupe hospitalier de la Pitié-Salpêtrière)

  • « Traitement par réalité virtuelle » du Service Addictologie (2020, HUG Hôpitaux Universitaires de Genève)

  • « Des thérapies en réalité virtuelle pour surmonter ses phobies » de A. Orsini (2016, Le Monde)

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur anxiété