Confinement #2 : comment mieux le vivre

Ce second confinement est différent. Il semble pour certains plus difficile à accepter et donc à mettre en place. Voici des propositions simples pour y parvenir dans la bonne humeur.

1 DÉC. 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Confinement #2 : comment mieux le vivre

Le premier confinement de ce printemps 2020 était total et concernait une majorité de la population sur tout le territoire français et dans le monde entier. Une situation inédite dans l'histoire, à laquelle il a fallu se résoudre et s'adapter. Comme tout changement de cette ampleur, cela demande de bonnes capacités d'adaptation qui ont été démontrées lors du premier épisode.

Ce deuxième confinement est différent : des dérogations ont été accordées à un certain nombres de professions à la suite de l'expérience du précédent confinement et chaque territoire comporte éventuellement ses règles particulières édictées par le préfet.

Et cela est à relever : nous passons d'une situation imposée à tous et partout à une situation globale identique mais composée de particularismes, telle une mosaïque.Un fait toutefois est acquis: la place désormais accordée au télétravail quand il est possible.

Et nous, individus au sein d'une organisation, comment trouver notre place et nous adapter, encore une fois, afin de mieux vivre ce confinement ?

Nous y étions parvenus la première fois. Mais cette fois-ci, il semble qu'il y ait plus de réticence. Est-ce parce que nous savons l'effort que cela nous demande ? Douterions-nous de nos capacités d'adaptation, de notre résilience ?

Concrètement, voici des propositions simples pour mieux vivre ce second épisode, au delà de ces quelques principes de bon sens: régularité des horaires, moments de détente pour soi et avec nos proches, exercice physique et promenade quotidiens. Car on l'a bien vu, cela ne suffit pas toujours, même si cela contribue à notre bien-être de confinés. Alors que faire d'autre ?

En effet, il se passe sans cesse des choses dans notre tête (vagabondage cérébral), activité qu'on appelle « le mode par défaut » très consommatrice d'énergie, ce qui expliquerait la fatigue des personnes qui sont souvent sur ce mode. C'est cette fatigue qui m'a conduite sur les pas de la méthode du Dr Vittoz (1). Ce dernier propose des exercices très simples de pleine conscience active (la réceptivité) et de concentration (l'émissivité) pour rééquilibrer notre cerveau.

Cette méthode a fait l'objet d'une étude scientifique dénommée Fovéa® dont les conclusions ont été publiées récemment dans deux revues scientifiques (2). Elles montrent que le programme FoVéa® :

  • Diminue les effets du stress, de l'anxiété et des états dépressifs perçus ;
  • Accroît les capacités d'attention, de concentration et de mémorisation ;
  • Augmente le bien-être subjectif (émotions positives) et psychologique (sens de la vie, relations positives, optimisme, vitalité, intérêt) ;
  • Améliore les compétences émotionnelles pour soi (surtout expression et régulation des émotions) et en lien avec autrui (climat de classe amélioré) ;
  • Augmente de l'orientation vers le positif ;
  • Accroît la bienveillance envers soi-même ;
  • Développe l'état de pleine conscience par une pratique intégrée (présence et acceptation) ;
  • A des effets similaires aux programmes de pleine conscience standards ;
  • La pleine conscience est le médiateur central de l'amélioration du bien-être ;
  • Les effets sont maintenus dans la durée.

Exercice Vittoz

Voici un exercice Vittoz que je vous propose d'expérimenter dès maintenant :

Je vous invite à votre mettre debout près d'une fenêtre que vous pouvez ouvrir ou d'aller dehors. Regardez la nature en cette saison, et accueillez simplement ce que vous voyez, ce que vous sentez. Observez les arbres, les arbustes, les buissons, la pelouse, le ciel et ses composantes de bleu, de gris. Profitez-en pour prendre une grande inspiration d'air frais qui viendra oxygéner votre cerveau. Observez les couleurs de l'automne, plus ou moins vives, chatoyantes . Accueillez le vent dans les branches, qui détache les feuilles, leur envol et leur trajectoire avant de venir former un le tapis de couleurs au sol. Sentez l'odeur des feuilles mortes. Quand vous avez terminé, regardez ce qui vous reste mentalement de ces couleurs, de ces odeurs. Autant de sensations qui nous remplissent et nous équilibrent. Prenez un temps pour observer comment vous vous sentez à cet instant précis dans votre corps: plus détendu, calme, pareil qu'avant la pause? Des pensées ont-elles traversé votre esprit durant cette pause sensorielle ?

Ceci est à reproduire plusieurs fois dans la journée, telle une halte pour récupérer, se ressourcer avant de reprendre, afin de mieux contrôler nos émotions, et équilibrer nos efforts intellectuels, manuels.

Si vous souhaitez en savoir plus, consultez un praticien certifié de la psychothérapie Vittoz qui vous expliquera le fonctionnement et vous proposera un accompagnement ajusté à vos besoins spécifiques, en individuel ou en groupe

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Bénédicte Sauty - La defense

Voir profil

Bibliographie

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur anxiété