Anti-social

Réalisée par Lili · 31 mars 2023 Phobies

Bonjour j'ai ma fille qui as 16 ans actuellement déscolariser depuis 6 mois au début m'a fille avait de bonne note a l'école arriver au collège en 5ème son attitude commencer à changer elle sorter moin souvent ensuite en 3ème elle c'est détacher complètement de l'école elle a la phobie scolaire que mon médecin a dit
Donc depuis elle ne va plus en cours et nous ne la voyons que très rarement pour allé se laver ou pour aller au toilette elle m'a dit il y a plusieur semaine qu'elle n'aimer pas les personnes et pour vous dire que je ne peut jamais lui dire je t'aime ou lui dire des compliments et elle na jamais voulu faire des câlins, j'ai essayé de lui parler mais elle se braque en me disant soûle moi pas ou alors elle ne me répond pas, je lui ai demander si elle voulais parler de tout sa avec une autre personne mais non elle ne veut voir personne j'en parle car cela me fait extrêmement mal de voir ma fille comme sa et je ne sait plus quoi faire
Cordialement

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 1 AVRIL 2023

Bonjour Lili
Aider un adolescent en prise avec la phobie scolaire est très difficile pour une maman.

Chez l'adolescent, la phobie scolaire provient la grande majorité du temps de situations répétées d'humiliation, des agressions verbales, il peut avoir subi une agression sur sa personne, du harcèlement physique ou moral. Il peut rencontrer une difficulté d'adaptation au sein d'un groupe d'élèves… Parfois ces situations se répètent dans la scolarité, ce qui aggrave la peur, et plonge l’adolescent dans une grande détresse.
La peur de l’échec peut aussi être un facteur, liée à la valorisation des études, tant sur un plan individuel et familial que sur un plan social.

Néanmoins, le plus souvent, plusieurs facteurs s'entremêlent et rendent l'identification de l'origine de la phobie beaucoup plus complexe. La phobie devient d'ordre sociale, l’élève a peur d'être critiqué ou moqué et n'ose plus être lui-même. Avec le temps s’installe alors l’anxiété généralisée., il ne sort plus de chez lui, se referme, et craint toutes communications avec les autres. Cela peut l'amener à un syndrome dépressif si il ne trouve pas le moyen de s'en sortir.

Le mélange de plusieurs causes rend le diagnostic plus compliqué et la guérison plus longue et difficile.

Vous avez déjà l’attitude nécessaire d’écoute, d’attention envers votre fille. Mais Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’elle ne se confie pas à vous sur son mal être. C’est très souvent le cas. Soyez rassurée sur votre façon de faire en étant ainsi proche d'elle. Il est extrêmement dur pour une maman de se sentir démunie devant la souffrance de son enfant. Seule la patience et votre amour vous aidera dans cette période.

-Continuez à lui montrer votre écoute et votre désir de l’aider sans être trop invasive.
-Dites-lui que vous serez là quand elle le voudra mais que vous respectez son besoin.
-Expliquez-lui qu’elle pourra mieux se confier par visio sur ce qui lui arrive à une personne extérieure inconnue, et que ce thérapeute l’aidera à comprendre, à gérer les difficultés, et enfin à retrouver la confiance et se sentir bien pour retrouver la vie normale.
-Laissez lui le temps de se décider à avoir cette aide.

Sachez que le soutien scolaire à domicile peut accompagner les élèves de manière bénéfique et les aider au quotidien. Avez-vous parlé à l’équipe scolaire ? Ils pourront vous orienter.

Bon courage à vous Lili.

----Olga SERO-GUILLAUME----
NEURACOSME
Psychopraticien – Hypnothérapeute
Psychothérapie - Accompagnement au changement
Développement personnel
--- Visio et Présentiel ---




Olga Sero-Guillaume Psy sur Laval

344 réponses

357 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 AVRIL 2023

Bonjour Madame,

Je comprends votre angoisse concernant votre fille et vous n'êtes pas la seule à vivre cette situation. En effet, beaucoup de jeunes vivent des crises existentielles en lien avec divers facteurs actuellement, probablement aggravée par le confinement et la covid.
Un enfant ne change pas ainsi sans aucune raison. Et si phobie scolaire, il y a, il est important de connaitre l'élément déclencheur.

Je comprends votre embarras; vous tentez de vous rapprocher de votre fille afin d'en savoir plus sur son mal-être mais vous ne recevez que rejets car il se peut que son état émotionnel soit exacerbée et craint de ne pas pouvoir le maitriser et vous blesser par une réaction impulsive et spontanée, ce qui peut expliquer, son silence et son repli sur soi. Elle ne souhaite pas vous partager son mal-être comme beaucoup d'enfants de son âge car elle ne veut pas vous accabler davantage en se confiant à vous, surtout si elle a vécu un événement néfaste au début du collège.
Je vous invite donc, de continuer à la soutenir à lui proposer votre aide ou en lui proposant l'aide d'un thérapeute, en trouvant les mots justes lui expliquant ce que celui ci peut lui apporter de positif. Si elle refuse, tenter un proche qu'elle apprécie qui pourra échanger de façon sereine avec elle et lui proposer de consulter seule ou avec la personne de son choix.

A cet âge, les adolescents, n'apprécient pas d'être envahis, ou qu'on les contraint, surtout s'ils ne sont pas compris mais jugés et critiqués. Pour cela, la patience et la persévérance sont nécessaires afin d'amener l'enfant à s'ouvrir, en trouvant la bonne clé.
Pour cela, je vous invite, également à consulter afin de vous aider à trouver cette bonne clé qui pourra vous reconnecter à votre fille et pouvoir lui apporter tout votre amour et votre soutien.
En vous souhaitant de trouver l'apaisement dont vous avez besoin vous et votre fille.
Avec empathie et bienveillance,

Mehdia Salhaoui
Thérapeute familiale & conjugale
Consultations en ligne et en présentiel



Mehdia Salhaoui Psy sur Le Havre

109 réponses

101 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 AVRIL 2023

Bonjour,

L'année de 3ème peut être assez stressante avec les rappels du brevet des collèges en fin d'année, sans compter le choix de la filière ou du lycée après son année. L'angoisse de performance peut créer des blocages.

Vous vous inquiétez du manque d'affection de votre fille. Sa phobie l'amène a être dans l'évitement, ajouté à cela une réactivation de l' angoisse de séparation. C'est beaucoup d'émotions pour une jeune adolescente.

Pour qu'elle puisse être suivie, il vous faudrait l'amener chez votre médecin traitant qui l'orientera vers un thérapeute. Il sera important de soigner le corps et le psychique. En soignant son corps elle pourra libérer la parole.

Plus tard, vous pouvez voir ensemble la formation qu'elle aimerait suivre puisque de 16 ans à 18 ans elle est soumise à une obligation de formation.
Vous ne serez pas obligées de rester dans l'établissement d'accueil. Vous pouvez en changer ou faire du distanciel.
Il existe des structures spécialisées dans ces différentes problématiques, dyslexie y compris.

Cordialement,
Fouzia FOUFA

Fouzia FOUFA Psy sur Marseille

100 réponses

215 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 AVRIL 2023

Bonsoir Lili

Il s'est probablement passé quelque chose à partir de la cinquième. On ne peut pas se contenter de dire qu'elle a une phobie scolaire. Il faudrait comprendre d'où vient cette phobie. Est-ce le travail scolaire qui la bloque ou les relations qu'elle a à l'école. Ce serait bien par exemple de savoir si elle n'a pas été harcelée. Quoiqu'il en soit il est indispensable qu'elle soit suivie. Elle est mineure et je pense qu'il ne faut pas lui laisser le choix.
Je reste personnellement à votre disposition, sachant que ma première séance d'une heure est entièrement gratuite et sans engagement. Vous pouvez librement prendre un rendez vous sur mon agenda en ligne.

Bon courage à vous

Michel le BAUT
Psychopraticien
Thérapeute Jungien
Analyse de rêves

Michel Le Baut Psy sur Marseille

4059 réponses

20959 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 AVRIL 2023

Bonjour Lili,

Vous êtes inquiète pour votre fille et vous vous sentez démunie face au repli sur elle-même qu’elle est en train de vivre, et que vous ne comprenez pas.
Votre fille est en crise, une crise d’adolescence douloureuse et inquiétante en effet.

Les adolescents, souvent ré-interrogent ce qu’ils ont vécu dans leur enfance. Ils l’interrogent à nouveau avec des capacités qu’ils n’avaient pas étant enfant. S’ils ont vécu un/des évènements qu’ils n’ont pas compris, qui les ont fait souffrir, ces évènements vont revenir, ressurgir avec violence, une violence qu’ils vont vivre intérieurement et qui va les inquiéter. Jusqu’au point, parfois de sentir qu’ils pourraient s’effondrer.
Alors ils prennent des décisions radicales. Celle de votre fille est de se couper des autres, du monde, s’infliger une violence passive qui pourrait exprimer un désir de régression ou le lien n’existe pas, ou plus.

En s’enfermant ainsi, matériellement et psychologiquement, votre fille tente de se protéger.
Qu’est-ce qui lui fait peur au point de vouloir se couper du monde extérieur ?

Vous dites qu’elle refuse tout geste d’amour de votre part. Aurait-elle vécu une/des expérience(s) dans son enfance où elle se serait sentie trahie ou abandonnée par un membre de la famille ?
Je vous propose aussi une autre hypothèse venant de l’école. Vous dites qu’elle semblait s’épanouir à l’école, avait de bonnes notes. Aurait-elle été trahie au collège par des ami(e)s ? Ou encore aurait-elle subie une situation de harcèlement qui l’aurait déstabilisée ?
Il est même possible qu’une situation douloureuse à l’école ait réveillé une situation douloureuse antérieure, vécue dans son enfance.
Tout cela doit être vérifié et c’est tout sauf simple si elle ne veut pas communiquer.

De votre côté, madame, continuez à lui parler, à lui dire que vous l’aimez, que vous ne l’abandonnez pas, que vous êtes là. Même si elle vous repousse, elle vous entend quand elle vous dit que vous la saoulez.
Un autre membre de la famille pourrait-il également vous y aider. Son père, un frère, une sœur, une tante, un grand parent…?
Aussi, connaissez-vous une/des amies en qui elle aurait confiance, avec qui elle pourrait commencer un début de dialogue ?
Je vous propose de parler à nouveau de cette situation à son médecin, ou à votre médecin pour tenter d’élaborer un plan qui pourrait la faire sortir de sa tanière ? Y compris par une prise médicamenteuse adaptée. Car il faut tenter de ne pas la laisser dans cet état.
Enfin, dans les situations de phobie sociale il peut arriver qu’un(e) psychologue se déplace jusque chez vous pour tenter de créer un lien minimal de confiance, malgré tous les refus.

Je vous souhaite grand courage dans les décisions que vous prendrez pour aider et protéger votre fille.
Chaleureusement.

Bruno Bonnand
Psychologue.

Bruno Bonnand Psy sur Tassin-la-Demi-Lune

26 réponses

22 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 AVRIL 2023

Bonjour Lili,

Vous êtes inquiète pour votre fille et vous vous sentez démunie face au repli sur elle-même qu’elle est en train de vivre. Vous ne le comprenez pas.
Votre fille est en crise, une crise d’adolescence douloureuse et inquiétante en effet.

Les adolescents, souvent ré-interrogent ce qu’ils ont vécu dans leur enfance. Ils l’interrogent à nouveau avec des capacités qu’ils n’avaient pas étant enfant.
S’ils ont vécu enfant un/des évènements qu’ils n’ont pas compris, qui les ont fait souffrir, ces évènements peuvent revenir, ressurgir avec violence, une violence qu’ils vont vivre intérieurement et qui va les inquiéter. Jusqu’au point, parfois de sentir qu’ils pourraient s’effondrer.
Alors ils prennent des décisions radicales. Celle de votre fille est de se couper du monde, s’infliger une violence passive qui pourrait exprimer un désir de régression ou le lien n’existe pas, ou plus.

En s’enfermant, matériellement et psychologiquement, votre fille tente de se protéger.
Qu’est-ce qui lui fait peur au point de vouloir se couper du monde extérieur ?
Vous dites qu’elle refuse tout geste d’amour de votre part. Aurait-elle vécu une/des expérience(s) dans son enfance où elle se serait sentie trahie ou abandonnée par un membre de la famille ?
Je vous propose aussi une autre hypothèse venant de l’école. Vous dites qu’elle semblait s’épanouir à l’école, avait de bonnes notes. Aurait-elle été trahie au collège par des ami(e)s ? Ou aurait-elle subie une situation de harcèlement qui l’aurait déstabilisée ?
Il est même possible qu’une situation douloureuse à l’école ait réveillé une situation douloureuse antérieure, vécue dans son enfance.
Tout cela doit être vérifié et c’est tout sauf simple si elle ne veut pas communiquer.

De votre côté, madame, continuez à lui parler, à lui dire que vous l’aimez, que vous ne l’abandonnez pas, que vous êtes là. Même si elle vous repousse, quand elle vous dit que vous la saoulez, elle vous entend.
Un autre membre de la famille pourrait-il également vous y aider. Son père, un frère, une sœur, une tante…?
Aussi, connaissez-vous une/des amies en qui elle aurait confiance, avec qui elle pourrait commencer un début de dialogue ?
Je vous propose de parler de cette situation à son médecin, ou à votre médecin pour tenter d’élaborer un plan qui pourrait la faire sortir de sa tanière ? Y compris par une prise médicamenteuse adaptée. Car il faut tenter de ne pas la laisser dans cet état.
Enfin, dans les situations de phobie sociale il peut arriver qu’un(e) psychologue se déplace jusque chez vous pour tenter de créer un lien minimal de confiance, malgré tous les refus.

Je vous souhaite grand courage dans les décisions que vous prendrez pour aider et protéger votre fille.
Chaleureusement.

Bruno Bonnand
Psychologue.

Bruno Bonnand Psy sur Tassin-la-Demi-Lune

26 réponses

22 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 AVRIL 2023

Bonjour Lili,
Je comprends votre désarroi mais souvenez vous de votre propre adolescence , vous savez cette période si difficile à traverser...elle n'échappe pas à la règle. Il serait évidemment profitable qu'elle accepte de se faire aider mais vous ne pouvez pas la forcer.
Surveillez discrètement, lâchez la pression sur l'école (au pire elle doublera), les exigences à la maison (pour ne pâs donner de l'eau à son moulin) et montrez lui sans exiger une proximité charnelle qu'elle ne veut pas (comme pour vous "punir") que vous l'aimez : faites lui sans rien dire son petit plat préféré, proposez lui une sortie entre filles (magasins, cinéma) et soyez patiente.
Il y a sûrement quelque chose qui la tracasse, et ce que vous décrivez peut faire penser à la blessure du rejet : il y aurait peut être quelque chose à creuser en remontant dans l'enfance. En consultant un professionnel et grâce à un questionnement poussé, vous pourriez peut-être trouver des pistes.
Je consulte en présentiel ou par visioconférence. Merci de me contacter avant de vous inscrire sur l’agenda de la plateforme.
Bien à vous
Véronique BLANCHE, Thérapeute Holistique
Guérison de l’enfant intérieur
Hypnose Ericksonienne
Soins énergétiques

Véronique Blanche Psy sur Quessoy

6558 réponses

4420 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 AVRIL 2023

Bonjour Lili,

L'évitement scolaire de votre enfant découle probablement d'une expérience désagréable liée à l'environnement scolaire (troubles d'apprentissage, mauvais résultats scolaires, conflits avec les enseignants ou difficulté à s'entendre avec ses camarades). Avez-vous enquêté auprès de l'école, des éducateurs et des collègues pour découvrir les causes possibles ? Il est également possible que la peur exacerbée d'aller à l'école soit simplement due au fait d'avoir vue des camarades de classe vivre des expériences scolaires traumatisantes. Il est fréquent que la personnalité timide ou renfermée de l'enfant le prédispose à souffrir de cette phobie.

Seul un professionnel de la santé mentale vous indiquera quelle est la meilleure thérapie pour surmonter la peur.

En même temps, il est important que vous expliquiez à votre fille que vous comprenez qu'elle éprouve des difficultés à aller à l'école, et que vous trouverez un moyen de l'aider à surmonter cette peur, mais que rester à la maison ne résoudra pas le problème.
Vous pouvez également aider votre fille à faire des exercices de relaxation avant d'aller en classe, et l'aider à visualiser des images agréables sur les bonnes choses qu'elle trouve à l'école, ainsi que la manière de résoudre les difficultés qu'elle peut avoir avec un enseignant ou d'autres camarades de classe.

Bon courage à vous,
Nilton Mascarenhas,
Praticien en Hypnose Ericksonienne.

Nilton Mascarenhas Psy sur Paris

489 réponses

4300 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 AVRIL 2023

Bonjour Madame,

Vous demandez de l'aide pour une jeune fille qui n'en veut pas et qui s'enlise.

D'un côté, je dirais à votre fille que je ne peux pas continuer de la voir ainsi en souffrance, qu'il faut faire quelque chose car la situation ne peut pas se pérenniser ainsi et que vous allez essayer de trouver une solution.

De l'autre, j'essayerais de trouver des interlocuteurs extérieurs. Spontanément, je reparlerais à votre médecin, je contacterais le pôle enfance de la MDS de votre secteur pour parler de la situation avec un professionnel de l'enfance et obtenir une aide (éducative à domicile à la demande du parent par exemple) ou une/des orientations vers des structures qui ont l'habitude et qui existent chez vous. Bref, ne restez pas seule avec votre problématique.

Bon courage à vous,
Karin Walter

Karin Walter Psy sur Tours

111 réponses

348 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

1 AVRIL 2023

Bonjour Lili,

Je suis désolé que votre fille souffre de phobie scolaire et de détachement émotionnel. Cela doit être très difficile pour elle et pour vous en tant que parent.

Cependant, il serait utile de rechercher une aide professionnelle pour votre fille, comme un thérapeute ou un conseiller. Ils peuvent aider votre fille à comprendre et à traiter ses émotions et sa phobie scolaire, ainsi qu'à développer de meilleures stratégies pour faire face aux situations difficiles.

Essayez de maintenir une communication ouverte et honnête avec votre fille. Écoutez-la attentivement et respectez ses sentiments, même si vous ne les comprenez pas toujours. Évitez de lui mettre de la pression ou de la juger, car cela peut aggraver la situation.

Enfin, essayez d'encourager votre fille à trouver des activités qu'elle aime et qui lui apportent de la joie. Cela peut l'aider à se sentir mieux dans sa peau et à se connecter à ses émotions et à ses intérêts.

Je vous souhaite bon courage dans cette situation difficile et j'espère que votre fille pourra trouver l'aide dont elle a besoin pour guérir et se rétablir.
Thalia Inna
Praticienne en psychologie et hypnose
PNL,EMDR
En visio et presentiel

Thalia Inna Psy sur Bordeaux

926 réponses

1098 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Phobies

Voir plus de psy spécialisés en Phobies

Autres questions sur Phobies

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12650 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16100

psychologues

questions 12650

questions

réponses 134300

réponses