Comment agir avec un enfant en bas age qui n'écoute pas et qui fait des crises

Réalisée par Nuaish · 18 juil. 2023 Aide psychologique

Bonjour j'aimerais savoir comment il faut agir avec un enfant en' bas age bientot 3 ans et qui n'écoute pas quand on lui dit de ne pas faire ou faire quelque chose ,et qua'd il s'énerve et crie comment fautil agir face a son mécontentement énervement ,cries du a un refus (ne pas lui mettre de dessin ou ne oas vouloir lui donner quelque chose etc ..

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 25 JUIL. 2023

Bonjour,

Merci beaucoup pour votre message qui montre à quel point ce n'est pas facile d'avoir un enfant qui à bientôt 3 ans.
Tout d'abord c'est "normal" pour plusieurs raisons:
- il fait des "crises de colère"/tantrum : c'est un comportement normal et le signe d'un développement sain mais c'est épuisant pour les parents
- il est difficile pour lui de comprendre que les autres peuvent avoir une opinion ou une expérience différente de la sienne. En effet, votre fils est dans l'incapacité de prendre en compte le point de vu d'autrui
- il est en cours "d'individuation", il comprend qu'il a sa propre personne, il souhaite être indépendant et penser par lui même. Conséquence ? il désobéit, il vous ignore et il vous défi. Et oui, son cerveau est encore jeune ce qui explique des réactions parfois perçues comme "agressives, impulsives ou explosives".

Quoi faire maintenant ?
On commence par essayer de savoir pourquoi il n'écoute pas ? L'écoute est une compétence, et beaucoup de choses peuvent empêcher les enfants d'exercer leur capacité d'écoute: il est facilement distrait, il a prit l'habitude de ne pas écouter, il attire votre attention, il ne vous a pas entendu, il y a trop d'étapes dans la demande, il n'a pas compris etc...

Une fois que vous en savez plus, je vous propose 5 méthodes pour favoriser son écoute:
1- Faites des déclarations: il faut éviter les questions "oui/non" pour justement qu'il ne dise pas "non"
2- Donner lui un choix: tu veux ranger tes voitures dans le sac ou dans la caisse ?
3- Catégoriser les choix et les décisions avec lui pour qu'il se rende compte qu'il a un pouvoir sur sa journée et qu'il devient autonome: le parent décide le repas mais l'enfant choisit la quantité / le parent décide l'heure du coucher mais l'enfant choisit le livre / le parent décide de sortir mais l'enfant choisit ses chaussures. De cette manière vous mettez en place des limites et l'enfant à des choix à faire.
4- Faire une liste à accrocher des "je dois" de l'enfant (ranger, se laver etc.) et des "je peux" de l'enfant (jouer, arroser les plantes, danser). Vous pouvez également rendre visible sa routine.
5- Il est important de créer un contact physique quand vous parler avec votre enfant pour capter son attention (contact visuel, contact physique, se mettre à sa hauteur, parler doucement, demandez lui de répéter ce que vous avez pu dire etc.)

Je reste disponible si vous voulez que nous réfléchissions ensemble à d'autres pistes

Bien à vous

Chloé Vermeersch
-----
Psychologue spécialisée dans le développement de l'enfant et de l'adolescent
Guidance Parentale
Consultation en ligne uniquement

Chloé Vermeersch Psy sur Montpellier

56 réponses

643 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

25 JUIL. 2023

Bonjour,
Le métier de parent s’apprend jour après jour et nécessite par rapport à votre question deux qualités : bienveillance et patience. Bienveillance parce que mécontentement, énervement et cris sont chez l’enfant inévitable face au « non » des parents et n’en font pas un monstre ingérable. Dire non quand cela s’impose étant tout à la fois inévitable et nécessaire, Il est tout aussi inévitable que l’enfant manifeste sa frustration, c’est pourquoi mieux vaut s’armer de patience, qualité également très utile face à la non écoute de l’enfant. Il est important de comprendre qu’un enfant de trois ans n’est pas un adulte capable de raisonner et de se projeter dans l’avenir. En effet l’enfance se caractérise par le jeu, la rêverie, la curiosité, dans l’instant présent. C’est la raison pour laquelle le métier de parent nécessite, toujours avec bienveillance et patience, de répéter inlassablement ce qui doit être dit et cela finira avec le temps par être entendu ! Pour conclure un enfant encore en bas âge demande beaucoup d’énergie et d’attention, ce qui s’avère fatiguant. Aussi pour éviter de s’agacer sur l’enfant en raison d’une fatigue excessive, les parents doivent aussi penser à eux et se ménager des temps de repos et de détente.

Philippe Monnier Psy sur Cahors

12 réponses

5 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

22 JUIL. 2023

Bonjour Nuaish,
Au cours de son développement psycho-affectif, l'enfant va traverser différents phases qui lui permettront, et ce en fonction des réponses qui lui seront données, de construire sa sécurité affective et son individualité.
Une de ces périodes, qui va de 18 mois à 4 ans environ, correspond à l'affirmation de soi.
L'enfant prend conscience progressivement qu'il est un être à part entière, capable de faire des choix et non pas un prolongement de ses parents.
Il va expérimenté cette nouvelle faculté de pouvoir d'action sur son environnement. En parallèle, l'enfant développe ses capacités de verbales et motrices( marche, motricité fine...) à vitesse grand V ce qui lui donne la capacité d'action physique ( contrairement à avant lorsqu'il était encore non verbal et non marchant ).
Toutes ces grandes avancées sont autant de possibilités de découverte! Et l'enfant est en quête permanente d'expérimentation car c'est comme cela qu'il peut apprendre.
Néanmoins, toute expérience n'est pas bonne à faire ( prise de risque inconsciente pour un petit de cet âge) et l'adulte doit veiller à sa sécurité.
La frustration lorsque l'interdit est énoncé est normale. Néanmoins, le jeune enfant n'étant pas en capacité de calmer ses émotions seul du fait de son immaturité cérébrale, cela peut donner lieu à des tempêtes émotionnelles très vives et impressionnantes pour l'enfant ( qui est littéralement submergé par l'émotion)comme pour l'entourage.
Plusieurs points à avoir à l'esprit lorsque cela se produit :
- faire preuve de compréhension et rester ferme sur votre position
- proposer une alternative adaptée et sécurisée
- avoir des attentes adaptées à l'âge de l'enfant
- chercher le besoin qui se cache derrière l'émotion et le verbaliser à l'enfant
- ne pas rester sur la situation en ressassant la séquence
- (ré)-expliquer les règles avec l'enfant (ex:" le canapé est fait pour que l'on s'y assoit; il y a un danger de chute lorsque l'on saute dedans:)
- exprimer son émotion de parent lorsque le besoin s'en fait sentir.

Solenn Éréac Psy sur Hillion

1 réponse

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

22 JUIL. 2023

Bonjour Nuaish,

Entre 0 et 18 mois environ, l'enfant est dans la phase de fusion, il ne fait pas la distinction entre lui et l'autre. Puis autour de 18 mois l'enfant entre dans la phase de séparation. Il commence à faire la distinction entre lui et vous. Ce qui est à la fois un pas vers l'autonomie et à la fois la fin de la fusion confortable où tout lui était offert.
Il est donc tiraillé entre le désir de grandir et le désir de rester nourrisson. Alors il est débordé par ses émotions et c'est la colère qui prend toute la place.

La colère est un besoin qui hurle.
Votre enfant a juste besoin d'être accueilli  tel qu'il est.
Je vous invite à vous asseoir simplement à côté de lui. À le laisser vivre sa colère, se décharger et à le rassurer sur votre capacité à l'aimer quoiqu'il arrive.
Je vous invite à apprendre à reformuler à votre enfant ce qu'il n'arrive pas à exprimer. Peut-être "tu te sens en colère parce que tu aurais voulu ceci ou cela ?"

Je vous invite à écouter les conférences de Marshall Rosenberg "éduquer sans récompense ni punition". Le créateur de la CNV, Communication Non-Violente, nous donne de belles pistes d'apprentissage à devenir parents.

Je reste à votre disposition si vous souhaitez.
Claire Thomas,
Psychosomatothérapeute

Claire Thomas Psy sur La Chapelle-Caro

1919 réponses

2166 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

22 JUIL. 2023

Bonjour,

L’âge de votre enfant peut expliquer en grande partie ses réactions d’opposition : il est arrivé au moment de la prise de conscience du fait qu’il est un être différent de vous, et il tente de s’affirmer, lui et sa volonté.

Il faut tenir bon, fixer des limites et ne pas déroger, tout en gardant votre sang froid, sans penser qu’il fait cela « exprès » pour vous embêter. Restez fermes sans crier vous même.
Tentez d’attirer son attention sur autre chose qui peut l’intéresser.

Ne prêtez pas beaucoup d’attention aux « crises », et dites lui que vous attendez qu’il se calme.

Si les problèmes continuent…, cherchez des conseils dans un centre où il a des psychologues qui assurent des aides à la parentalité, ou auprès d’un pédopsychiatre.

Je vous souhaite d’apprendre à contenir les manifestations de colère de votre enfant.
sp

Silvia Podani Psy sur Issy-les-Moulineaux

4435 réponses

12204 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

19 JUIL. 2023

Bonsoir Nuaish,

Il faudrait pouvoir en parler avec vous car ce comportement peut s'expliquer par des raisons qui peuvent être complètement différentes. Il faut se poser la question de son intention quand il se met en colère ou se révolte. Est-ce une frustration ou est-ce l'expression d'un besoin d'attention. Si les limites ne lui ont pas été inculquée jusqu'à présent il est possible que ce soit l'expression d'une frustration. Mais selon ce que c'est l'attitude à avoir sera complètement différente.
Bonjour

Effectivement, outre l'aspect fusionnel de votre relation à votre père, certains parents ont également du mal à laisser partir leurs enfants. Parfois même arrive-t-il à nous culpabiliser.
Or ils se trompent parce que nous devons réaliser notre vie en toute sérénité.
Pour gérer ce genre de problématique vous pouvez très bien envisager une psychothérapie verbale en face à face, afin d'explorer notamment comment vous vous êtes construite et ce qui vous empêche encore aujourd'hui d'être parfaitement vous même et sereine.
Je reste personnellement à votre disposition, sachant que ma première séance d'une heure est entièrement gratuite et sans engagement. Vous pouvez librement prendre un rendez vous sur mon agenda en ligne.

Bon courage à vous

Michel le BAUT
Psychopraticien
Thérapeute Jungien
Analyse de rêves

Michel Le Baut Psy sur Marseille

4280 réponses

22122 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

19 JUIL. 2023

Bonjour Nuaish,

Entre 0 et 18 mois environ, l'enfant est dans la phase de fusion, il ne fait pas la distinction entre lui et l'autre. Puis autour de 18 mois l'enfant entre dans la phase de séparation. Il commence à faire la distinction entre lui et vous. Ce qui est à la fois un pas vers l'autonomie et à la fois la fin de la fusion confortable où tout lui était offert.
Il est donc tiraillé entre le désir de grandir et le désir de rester nourrisson. Alors il est débordé par ses émotions et c'est la colère qui prend toute la place.

La colère est un besoin qui hurle.
Votre enfant a juste besoin d'être accueilli  tel qu'il est.
Je vous invite à vous asseoir simplement à côté de lui. À le laisser vivre sa colère, se décharger et à le rassurer sur votre capacité à l'aimer quoiqu'il arrive.
Je vous invite à apprendre à reformuler à votre enfant ce qu'il n'arrive pas à exprimer. Peut-être "tu te sens en colère parce que tu aurais voulu ceci ou cela ?"

Je vous invite à écouter les conférences de Marshall Rosenberg "éduquer sans récompense ni punition". Le créateur de la CNV, Communication Non-Violente, nous donne de belles pistes d'apprentissage à devenir parents.

Je reste à votre disposition si vous souhaitez.
Claire Thomas,
Psychosomatothérapeute

Claire Thomas Psy sur La Chapelle-Caro

1919 réponses

2166 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

19 JUIL. 2023

Bonjour,
Un enfant tyrannique est un enfant qui exerce un pouvoir autoritaire et oppressif sur les autres, en particulier sur ses pairs ou des personnes plus faibles que lui. Il utilise souvent la manipulation, l'intimidation ou la violence pour obtenir ce qu'il veut et pour contrôler ceux qui l'entourent. Cet comportement peut être le résultat d'un manque de limites claires établies par les parents ou d'une absence de modèles sains de comportement social dans son environnement familial. Il est important d'intervenir rapidement et adéquatement dans ces situations afin de protéger les personnes affectées et aider l'enfant à développer des compétences sociales positives.

Si vous êtes prêt de NIce, je peux vous recevoir avec votre enfant. Vous pouvez lire sur mon site un aperçu de ce symptôme.

Je vous offre la possibilité d'en parler avec moi, en présentiel ou en ligne, afin de résoudre cette situation, et de trouver ensemble les solutions les plus adaptées.
P Groult, psychanalyste

Patrick Groult Psy sur Nice

233 réponses

194 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

19 JUIL. 2023

Excusez ma réponse en plusieurs morceaux...
Je disais donc, si vous pensez que votre enfant a une résistance particulièrement faible à la frustration, je me permets de vous conseiller de consulter pour lui ou de suivre un programme d'habiletés parentales type Bakley.
Je suis à votre disposition pour en parler plus longuement, gratuitement bien entendu.
Cordialement,
Cécile DIDIER

Cécile Didier Psy sur Périgueux

30 réponses

29 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

19 JUIL. 2023

Bonjour,
Votre question est fréquente chez les parents d'enfants en bas âge car cette situation est fréquente, voire normale.
3 ans c'est approximativement l'âge du "non" !
Le rôle du parent est de tenir et d'offrir un cadre à l'enfant qui le sécurise : l'idée primordiale est la cohérence.
Ce qui est autorisé ou non admis un jour, l'est toujours. La fatigue rend cette réponse particulièrement difficile à tenir mais c'est primordial.
Sans évidemment considérer les relations enfant-parent comme des rapports de force, il est important de vous poser la question de ce que vous jugez comme admis et ce qui ne l'est pas et une fois ce cadre fixé pour vous, n'en dérogez plus !
Si vous pensez que votre enfant a une résistparticulièrement difficile

Cécile Didier Psy sur Périgueux

30 réponses

29 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

19 JUIL. 2023

Bonjour,
Votre question est fréquente chez les parents d'enfants en bas âge car cette situation l'est aussi, voire normale.
3 ans, c'est

Cécile Didier Psy sur Périgueux

30 réponses

29 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

19 JUIL. 2023

Bonjour à vous

A 3 ans, l'enfant sort d'une période où il pensait être le centre du monde. Il se confronte alors au regard de l'autre, à l'approbation, à la critique. Cela peut être difficile pour lui de se positionner et il va tester l'opposition face à l'adulte. Il se rend compte que son NON a du pouvoir sur vous. Et il a également besoin de comprendre pourquoi il doit faire les choses. Lorsqu'on donne du sens à ce que l'on demande à l'enfant alors il est d'accord car il comprend.
Donc l'idée est, avant de lui dire "fais ci" ou "fais ça", de lui expliquer. Par exemple, "nous allons sortir car nous devons faire des courses pour acheter à manger pour ce midi. Tu viens avec moi et j'ai besoin que tu m'obéisses pour que l'on soit vite revenus et que tu puisses continuer à jouer".
En lui donnant des explications, en lui donnant des réponses lorsqu'il vous pose des questions, alors vous entrenez avec lui une relation : vous l'écoutez et il vous écoute.
Il peut arriver que l'enfant se replie derrière un mécanisme de défense (tel que désobéir) lorsqu'il ne se sent plus en connexion avec vous. Il a besoin de cette connexion pour grandir en sécurité. La connexion c'est : le regarder, lui dire que vous l'aimez, que vous êtes là, le caliner, le rassurer régulièrement dans la journée, lui dire que vous appréciez d'être avec lui et que sa présence vous fait du bien. La connexion c'est le coeur à coeur : lorsque vous êtes en connexion, vous devez le sentir au niveau du coeur. L'enfant est extrêmement réceptif à cette vibration : cela le nourrit, le rassure.
L'enfant a besoin de sentir qu'il est apprécié et considéré comme important pour vous.
Vous pouvez également le valoriser en lui donnant des responsabilités : par exemple, remplir un verre d'eau, arroser les plantes de la maison, nourrir le chien ou le chat, mettre la table. L'enfant va sentir qu'on lui fait confiance et va avoir envie de grandir et d'apprendre à faire plus de choses par lui même.
Un enfant aime rendre service : cela lui donne une place et de la valeur et c'est extrêmement bénéfique pour sa croissance. Demandez lui de vous aider et il le fera avec beaucoup de joie. N'ayez pas peur qu'il ne fasse pas bien : c'est comme ça qu'il apprendra petit à petit.
Profitez de moments de joie avec lui. Vous pouvez mettre de la musique et danser ensemble, préparer un repas de fête juste pour le fun, l'emmener se promener avec vous seul à seul juste pour "être ensemble", vivre ensemble des moments qui vous ressourcent réellement. Ne faites pas les choses pour LUI faire plaisir mais pour VOUS faire plaisir. Ce qui est bon pour vous est bon pour votre enfant. Ce que vous aimez faire, votre enfant aimera le faire également.
Enfin, comptez aussi sur votre entourage pour vous aider : il est important de passer des moments sans votre enfant, où vous pouvez vous ressourcer et retrouver votre rythme. Et ça il peut également le comprendre et entendre que ça n'est pas pour ça que vous ne l'aimez pas. Vous avez juste besoin de vous reposer sans lui pour revenir ensuite avec lui. Cela l'aide également à grandir de voir qu'il peut évoluer sans vous et avec vous.
Je me tiens à votre disposition pour vous accompagner davantage dans cette démarche.

Prenez soin de vous
Hélène CHAMBRIS
Gestalt Thérapie Humaniste Intégrative
Rdv en ligne ou en présentiel à Marseille 8ème


Hélène Chambris Psy sur Marseille

1254 réponses

2381 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

19 JUIL. 2023

Bonjour !

Je comprends que vous êtes préoccupé(e) par le comportement de votre enfant. Voici quelques conseils :

Restez calme et gardez votre sang-froid lorsque votre enfant n’écoute pas. Utilisez un ton de voix FERME, mais évitez de crier.

Soyez cohérent(e) dans vos attentes et vos limites. Expliquez clairement les règles à suivre et les conséquences en cas de désobéissance. (a chaque fois)

Utilisez des renforcements positifs pour encourager les comportements souhaités. Félicitez votre enfant lorsqu’il écoute ou fait quelque chose de bien.

Lorsque votre enfant s’énerve ou crie, essayez de lui offrir un espace calme où il peut se détendre. Vous pouvez utiliser des techniques de respiration ou des activités apaisantes pour l’aider à se calmer.

Montrez vous compréhensif(ve) envers ses émotions, mais restez ferme sur les limites établies.

Thalia Inna Psy sur Bordeaux

987 réponses

1299 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13400 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16300

psychologues

questions 13400

questions

réponses 137000

réponses