Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Conflit avec ma fille, famille recomposee

Réalisée par Chachou33 le 14 nov. 2018 3 réponses  · Thérapie familiale

Bonjour,

Excusez la longueur et les détails, j'espère que ça favorisera la compréhension. Je suis mère de 4 enfants, dont 3 d'une première union. Ma fille aînée (13 ans depuis peu) m'en veut d'avoir quitté son père (avec qui elle est presque fusionnelle) et encore plus de former aujourd'hui une famille recomposée avec mon compagnon et ses deux ados. Je vais résumer ce qu'on vit depuis près de 4 ans:

- Dans les mois qui ont suivi la séparation, puis quand j'ai commencé à organiser des rencontres entre mon nouveau compagnon et mes enfants, elle était calme et ne semblait pas réagir négativement. Elle a accepté garde alternée avec mes deux fils un peu plus jeunes (j'avais un peu peur qu'elle demande à rester complètement avec son père vu qu'ils ont plus d'affinités). Elle ne semblait pas trop vouloir discuter du sujet;

- Quand mon compagnon et moi nous sommes installés ensemble et que nous avons eu un petit garçon (qu'elle n'est pas venue voir à l'hôpital et qu'elle refuse tjs de regarder), la situation est devenue progressivement infernale. Avec mon compagnon nous avons les mêmes valeurs éducatives donc nous avons décidé d'appliquer les mêmes règles à tous, de discuter souvent tous ensemble, et vraiment de créer du lien chacun avec les enfants de l'autre et pouvoir aussi faire respecter les règles, tout en respectant quand même le rythme des enfants et en excluant d'avance les punitions humiliantes, à rallonge ou trop sévères.

- Ma fille a commencé par de l'opposition passive à toute consignes de mon compagnon, puis de moi même, puis est passée à des provocations de plus en plus importantes, des insultes, un peu de violence physique aussi et des crises de colère (avec plaques rouges sur le visage, tremblement, hurlements, pleurs) qui laissent tout le monde terrorisé. Lors d'une discussion tous ensemble, on a notamment convenu d'un petit roulement pour mettre et débarrasser la table. Elle a dit qu'elle n'avait pas choisi de vivre avec tant de gens donc qu'elle refusait de participer. On lui a dit que les règles s'appliquait à elle aussi, qu'elle vivait en communauté, qu'elle ne pouvait pas toujours faire tout ce qu'elle veut, que ça ne servait à rien de se braquer dans une attitude pareille, que ça faisait du mal à tout le monde et à elle aussi . Elle a décrété qu'elle mangerait seule et plus avec nous, et juste des choses qu'elle ramène de chez son père et ses gd parents (des boîtes de maquereaux, de sardines, des pommes, des macédoines de légumes...) donc qu'on ne pourrait pas lui reprocher de ne pas participer. En fait après l'école elle allait manger chez ses grands-parents ou chez sa grande tante - qui est aussi sa marraine - avec son père et ne revenait que vers 21h, sans mon accord, elle me prévient par sms mais c'est tout. D'où de nouveaux conflits, car nous avions fixé à 21h30 l'heure du coucher pour les filles (la mienne et celle de mon compagnon qui ont à peu près le même âge), ce qui me semble une belle heure en période scolaire, et à 20h30 l'heure où les écrans doivent rester en bas, règles jamais acceptées ni respectées non plus par ma fille. Ma fille est traitée en enfant roi chez son père et dans la famille de son père - argent, vêtements, libertés... - et ne comprend pas que je veux lui transmettre des valeurs comme se respecter, avoir une bonne hygiène de vie, rendre service, surmonter les difficultés, vivre en communauté, s'exprimer librement mais en respectant les autres... Ça ne me semble pas être dépassé! Malgré tous ces conflits, mon compagnon n'est pas du tout méchant avec ma fille: il évite simplement d'intervenir vu la méchanceté des réactions. Mes beaux-enfants en ont voulu à ma fille quelques temps car elle avait insulté mon compagnon et lui avait lancé de l'eau après; et c'est leur père qui leur a dit qu'il ne fallait pas lui en vouloir, qu'elle vivait vraiment mal la situation, qu'il fallait lui laisser du temps, qu'elle n'est pas comme ça en temps normal...

- Elle est devenue froide et agressive avec ses deux frères car elle leur reproche d'apprécier mon compagnon. Mes fils font beaucoup d'activités sportives avec mon compagnon et ses enfants, vont dans la famille de mon compagnon... Ils disent spontanément qu'ils aiment bien mon compagnon car ils font plein de choses avec lui et que même s'il n'est pas leur père il est toujours là pour eux. Et ça ne les empêche pas d'aimer leur père, même s'il fait une nette préférence pour notre fille.

- Avec ma belle-fille (la fille de mon compagnon), elle a d'abord appliqué le même "traitement" d'indifférence qu'à mon compagnon. Plusieurs fois ma BF m'a confié sa tristesse de cette situation et son envie de développer une complicité fraternelle ou au moins amicale avec ma fille. Je lui ai conseillé d'en parler directement avec ma fille, vu que sa colère est dirigée contre nous et non vraiment contre ma BF. Depuis quelques mois ma BF va de temps en temps en week-end avec ma fille chez les gd parents de celle-ci et ma fille va chez la mère de ma BF donc ma BF est contente, ce qui fait au moins une personne qui a une relation satisfaisante avec ma fille dans notre foyer... Ma BF avait auparavant protesté auprès de son père de devoir suivre nos règles alors que ma fille fait ce qu'elle veut, mais nous lui avons dit que sa confiance et ses efforts comptaient beaucoup pour nous, qu'elle ne devait pas hésiter à nous parler de ce qui est difficile pour elle, mais que la position de ma fille enfermée dans sa colère n'est franchement pas enviable. Elle était d'accord avec nous et ça n'a plus posé problème.

- Suite à un dispute banale avec moi il y a quelques mois, ma fille m'a dit des choses très blessantes et refuse désormais de m'appeler maman, de me sourire et que je la touche. Elle s'y tient très fermement et ça fait mal, évidemment.

Que dire d'autre? C'est une jeune fille très en avance scolairement, cultivée et qui s'investit beaucoup dans sa scolarité, toujours prête à aider les autres pour leur étude ou leurs devoirs ; elle est brillante et pourrait encore prendre de l'avance cette année. En dehors de l'école, elle a les amis de son village et de l'école, ses cousins... Elle fait du sport mais seule et à l'abri des regards; déteste les sports collectifs et tout ce qui est collectif d'ailleurs et s'arrange toujours pour être dispensée de cours d'éducation physique. Donc grande différence de "culture" avec mon compagnon et ses enfants, avec ses frères, avec moi. Comme son père elle revendique son individualisme. Elle refuse catégoriquement d'aller voir un psy (avec le soutien de son père, comme poUr tout le reste...). Je ne sais pas si c'est significatif mais il y a un an elle avait fait pipi au lit la nuit et avait eu une crise de larmes au réveil, j'avais essayé de la consoler. Depuis que notre conflit s'est aggravé, elle prend son linge chez sa marraine qui le fait faire par la dame d'ouvrage; elle me laisse la literie... Mais parfois elle la prend aussi! Je ne sais pas si c'est significatif mais je le mentionne.

Le dernier clash en date a eu lieu il y a un mois et demi, elle a frappé son frère de 9 ans et l'a pincé très fort à lui laisser un bleu, tout car il cherchait son attention alors qu'elle était au salon en train d'envoyer des SMS. J'ai voulu lui confisquer son portable, elle m'a répondu de la fermer, que c'était l'argent de son père et pas le mien. Je l'ai privée de sortie pour le lendemain, un samedi. Donc elle s'est "sauvée chez son père" et m'a provoquée en m'envoyant par smartphone des photos d'elle et ses amies à la patinoire et au restaurant le samedi ("super journée entre copines").

Elle n'est plus venue depuis et n'a répondu à mes messages (l'invitant à assumer ses responsabilités et à ne pas fuir dès qu'une difficulté se présente) que par des piques. La semaine dernière mon compagnon et ma bf l'ont croisée en voiture, elle était à pieds avec une amie et il leur restait encore une bonne demi-heure de marche dans le froid avant d'arriver chez son père , en plus il commençait à pleuvoir. Il a fallu toute la persuasion de mon compagnon, de sa fille et même de l'amie de ma fille - frigorifiee - pour qu'elle accepte de monter dans la voiture.

Mon compagnon lui a dit qu'elle n'était pas obligée de bavarder avec lui mais qu'elle allait être trempée et malade si elle continuait à pieds. Puis il y a quelques jours, ne voulant pas que le conflit s'éternise, j'ai demandé à sa GM paternelle - qui ne m'est pas très favorable mais qui est quelqu'un d'assez juste - de parler à ma fille pour qu'elle revienne à la maison.

Assez vite ma fille m'a dit qu'elle reviendrait vendredi mais qu'elle allait "peut-etre" demander à son père de la prendre en garde complète. Je lui ai répondu que son retour était une bonne nouvelle. Après, assez curieusement elle m'a demandé si elle devrait faire sa punition le lendemain de son retour ou le samedi suivant. Je n'ai pas encore répondu car je n'ai pas encore de réponse, cette question m'a prise au dépourvu vu son refus de mon autorité depuis un bon moment.

MES QUESTIONS:

- Comment faire pour qu'elle se sente bien à la maison tout en maintenant des règles? Comment l'accueillir au mieux vendredi?

- Sans trop bousculer sa personnalité, comment l'aider à être plus à l'aise avec les activités collectives? (ça peut sembler secondaire vu le contexte mais ça m'intéresse aussi)

- Comment réagir (moi d'une part, mon compagnon d'autre part) face aux crises de colère et provocations expliquées ci-dessus? (j'ai tendance à perdre un peu le contrôle, souvent par peur)

J'ai besoin de conseils car même si je n'ai pas l'impression d'être injuste j'ai l'impression d'être toujours un peu à côté de la plaque avec elle... J'ai bien conscience que les germes de tout ça étaient déjà présents avant le divorce mais c'était alors plus sujets de plaisanterie.

Meilleure réponse

Bonjour Madame,

Vous avez écrit ici un message très détaillé sur une situation assez répandue dans les familles recomposées comme la votre, où un enfant (d'habitude celui qui est plus "sensible", plus à l'écart, etc...) de l'union précédente montre par des comportements divers sa souffrance face à la séparation des parents et autres changements qui s'en suivent, dont le "pompon" est la naissance d'un autre enfant.

En famille, on aimerait tous que tout se passe sans heurts et que tout le monde s'entende bien, que la fratrie soit en très bons termes, etc..., ce qui est une forme de déni des réalités de la nature humaine, qui manifeste ses plus grands "travers", les plus grandes passions (amours et haines) et rivalités d'abord dans ce cercle fermé qui est la groupe familial.

Tout enfant souffre à la naissance d'un plus petit... ayant peur de perdre l'attention et l'amour de ses parents, mais selon sa personnalité et l'accompagnement plus ou moins adapté des parents il manifeste son désarroi de façon plus ou moins visible et bruyante...

Dans le comportement de votre fille il y a donc les effets de sa personnalité (et la ressemblance avec son père ne l'aide pas à être comprise par vous..., mais l'a amené à cette relation privilégiée avec celui ci, avec des manifestations de rejet contre vous et les autres), les douleurs non exprimées de la séparation, l'arrivée de tous les autres enfants dont ce petit dernier (qui a dû, comme tout bébé, vous occuper presque en exclusivité un certain temps... et qu'elle ne veut = ne peut même pas voir..., les nouvelles règles imposées à tous... sans la distinction dont elle aimerait bénéficier..., et peut être aussi le fait que chez vous il y a de la joie... pendant que son père continue à souffrir ?!

Beaucoup de son comportement est un peu (beaucoup ?) encouragé directement ou indirectement par la position de son père et de sa famille à lui (qui la protège un peu trop... des frustrations... peut être ?) : quelles sont vos relations avec votre "ex" aujourd'hui ?

Vous semblez avoir aujourd'hui réussi à créer un climat sain et agréable (auquel l'entente, la communication et les règles instituées avec votre compagnon contribuent) avec tous vos enfants, sauf votre fille aînée : c'est bien dommage... et je comprends votre tristesse et interrogations.
Je me permets d'ailleurs de vous demander si... au delà de la différence de personnalité qui vous a éloigné dès le début de votre fille... vous n'auriez pas une petite préférence pour les enfants garçons ?

Avec mon expérience et mes connaissances... je ne peux que vous conseiller d'entamer une thérapie familiale qui vous aiderait tous à exprimer vos besoins et vos ressentis, l'amour pour votre fille (et à apprendre à le lui montrer...), faire comprendre à votre fille les réalités de la situation auxquelles elle doit s'adapter... puisque le conflit lui fait du mal à elle même..., l'aider à grandir en acceptant certaines contraintes de la vie en communauté... Votre belle fille ferait un bon co-thérapeute..., et vous allez aussi pouvoir intégrer le père de votre fille à cette démarche qui me semble nécessaire au bien être de cette jeune fille sensible, intelligente et quelque peu différente...(à haut potentiel ?).

Bon courage à vous pour arriver à faire évoluer la situation vers plus de compréhension réciproque et un certain apaisement !
sp

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Madame,
La situation que vous vivez même si elle est difficile est malheureusement assez courante dans les familles recomposées dans lesquelles il arrive souvent qu'un des enfants n'accepte pas la nouvelle vie d'un de ses parents.
De plus, votre fille de 13 ans est entrée dans l'adolescence et présente des réactions d'adolescente mal dans sa peau qui a trouvé un certain pouvoir à vous faire culpabiliser pour une situation qui ne lui convient pas et qu'elle n'a certes pas choisie.
Toutefois, il me semble que ce n'est pas une raison pour qu'elle se conduise de la sorte même si on peut comprendre par la manière qu'elle a d'agir qu'elle est mal et que la révolte qu'elle entame est une façon d'attirer votre attention.
De plus, l'arrivée d'un nouvel enfant issu de cette nouvelle union a du être assez perturbant pour elle car cela peut signifier que ses parents ne reviendront jamais ensemble ce qu'elle a peut-être espéré à un moment donné.
Son père a t'il refait sa vie de son côté ? Ce qui pourrait expliquer une certaine loyauté vis-à-vis de lui.
Avez-vous parlé à son père du comportement de votre fille vis-à-vis de vous, de votre compagnon, de ses frères et des enfants de votre compagnon.
Malgré tout, il est important que vous ne cédiez pas à son chantage et à ses menaces.
Pour vous aider, il serait utile d'entamer une thérapie familiale qui pourrait vous permettre de rétablir un dialogue qui semble difficile entre vous tous.
Restant à votre écoute.
Bien cordialement.
Ghislaine PATTE - Thérapeute Familial et Conjugal

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

14 NOV. 2018

Logo Ghislaine PATTE Ghislaine PATTE

553 réponses

1219 J'aime

Bonjour Madame,

Je commencerai par répondre à votre question: comment faire au retour de votre fille vendredi? Tout simplement la prendre à part et l'assurer de votre amour et... de votre compréhension, ce qui à vous lire vous sera peut-être plus difficile. Car il me semble que c'est bien cela qui manque à votre fille: la compréhension de sa mère.

Vous faites une description très précise de la situation de votre famille recomposée mais vous oubliez que cette nouvelle vie, cette nouvelle famille correspond à votre choix ainsi qu'au choix de votre compagnon et non pas au choix de votre fille. Celle-ci se trouve en quelque sorte embarquée contre son gré sur un navire qui n'est pas le sien.

Votre message ne mentionne aucune temporalité: quand votre divorce est-il intervenu? Quand le petit frère est-il né et quel âge a-t-il? J'ai le sentiment que tous ces changements sont intervenus en très peu de temps.

Ne pouvant trouver sa place dans la nouvelle configuration familiale qui ne correspond pas à ses voeux, votre fille se retrouve "seule contre tous" ou à peu près puisqu'elle a quand même noué une amitié avec la fille de votre compagnon qui a le même âge qu'elle. Elle est en quelque sorte entrée en résistance et elle vous le fait bien comprendre. Ceci outre le fait aussi qu'elle prend la défense de son père qui est lui aussi (à ses yeux) rejeté de ce nouveau navire familial.

Ce qui est frappant dans votre message c'est combien vous l'avez abandonnée (si je peux me permettre): combien vous avez abandonné le contact avec elle, la tendresse, la compréhension, au profit de votre nouveau projet et vécu familial. Comme si, parce qu'elle ne peut se fondre dans le paysage familial, elle ne pouvait exister. Le collectif ou rien...

Or, vous pourriez vous féliciter d'avoir une fille qui a de la personnalité, voire une individualité, qui ne voit pas les choses, les activités comme les autres... - ceci outre la blessure qu'elle exprime à l'endroit de son père.

Dans cette situation "seule contre tous", il me semble que la seule chose à faire est d'assurer à votre fille votre compréhension: de pouvoir lui dire qu'en effet si elle préfère vivre avec son père, c'est possible, pour autant qu'elle rejoigne la famille à certains moments. De lui permettre de choisir elle aussi...

Ne faites pas de votre fille un petit soldat au sein du collectif familial, autorisez-la à vivre, éprouver, ressentir les choses à sa façon. N'oubliez pas aussi qu'à 13 ans elle entre de plein fouet dans l'adolescence. Assurez-la donc de votre confiance et de votre amour.

Bien cordialement,
Fabienne Verstraeten
Psychanalyste

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

14 NOV. 2018

Logo Fabienne Verstraeten Fabienne Verstraeten

967 réponses

3651 J'aime

Questions similaires

Voir toutes les questions
Conflits de couples et famille recomposée

13 réponses, dernière réponse le 14 Décembre 2016

Conflit de couple et famille recomposée

5 réponses, dernière réponse le 14 Novembre 2017

Famille recomposée, ma fille en depression

5 réponses, dernière réponse le 31 Octobre 2017

Problème de famille recomposée

4 réponses, dernière réponse le 13 Octobre 2017

Suite 3 - Séparatiion famille recomposée

4 réponses, dernière réponse le 05 Février 2017

Disputes dues aux enfants d'une famille recomposée

4 réponses, dernière réponse le 13 Juin 2015

Ma fille veut appeler son beau père PAPA (conflit avec les enfants)

3 réponses, dernière réponse le 08 Juin 2017

Conflits entre notre fille aînée et parents

5 réponses, dernière réponse le 14 Mai 2018

Ma fille sous emprise de sa belle famille

4 réponses, dernière réponse le 06 Juillet 2016

Conflit enfant parent suite

5 réponses, dernière réponse le 08 Novembre 2018