Comportement inadapté d'une tante et déni familial. Comment faire face?

Réalisée par Camille · 9 mars 2021 Aide psychologique

Nous sommes une petite famille (couple et parents d'une fille de presque 8 ans). Depuis deux ans et demi nous avons cassé le rapport avec la soeur / belle-soeur /tante (côté paternel) à cause de comportements confus, ambigus et déplacés avec notre fille. Des exemples: faire le bisou sur la bouche quand elle était petite, la tante voulait aller prendre son bain avec sa nièce (que nous avons interdit); la tante employait un langage et des gestes très chargés sensuellement; elle lui montrait sur son smartphone des images parmi lesquelles la vidéo d'un "ami" qui la papote pour jouer la scandalisée quand notre fille lui demande si c'était son fiancé. Très exubérants, excessifs et chargés, parmi ces comportements il y en avait bien sûr de convenables qui embrouillaient notre perception: elle est aussi une personne aimée par tous, sympathique, charismatique, brillante, disponible, mais victime de tout et de tous en permanence. Nous lui avions demandé clairement des limites et une éducation positive pour notre fille telle que nous l'entendions (donner des limites justement, se protéger de comportements non adaptés). Le point de rupture a été la découverte d'actes cachés intolérables. Dans la maison familiale (où vit la grand-mère), elle a fait rentrer notre fille dans son lit pour y jouer étant nue (elle lui avait demandé le soir avant d'aller la réveiller et malheureusement nous n'avions pas pu imaginer cela). Sans encore savoir, le lendemain matin nous avons trouvé notre fille sans culotte dans la chambre de la tante au moment qu'on partait pour les activités de cirque. Notre fille nous a raconté, nous sommes partis et nous avons communiqué à la famille que nous allions prendre de la distance et puis couper le rapport avec cette personne. Nous avons cependant essayé de garder le rapport avec le reste de la famille surtout la mère / belle-mère/ grande-mère, mais cela s'avère de plus en plus difficile. Nous sommes les méchants, nous exagérons, nous inventons et nous détruisons la jolie paix de la famille. On veut nous imposer la reprise de rapport, il nous est demandé de régler l'affaire. C'est hors de question. Nous avons essayé de prendre soin de la mère/belle-mère/grand-mère, mais quoi que l'on fasse on reste les méchants et on n'est pas respectés (on demande de pas faire skype quand la soeur est là et on est mis devant le fait accompli). Notre position est niée. Comment faire face à ce déni? Y-a-t-il d'autres possibilités que la distance ou la rupture avec toute la famille?

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 10 MARS 2021

Bonjour Camille
Il est très difficile de faire face à une famille qui se dit unie et dans laquelle on cherche à introduire ce qui peut être vu comme « un grain de sable » qui met cette union en péril.
Vous êtes les parents attentifs d une petite fille, vous ressentez quelque chose qui ne vous convient pas et vous n êtes pas entendus.
Comment gérer cette situation ?
En écoutant vos ressentis, en respectant ce que vous souhaitez pour votre fille et en verbalisant au mieux ce que cela vous fait vivre, avec le risque de ne pas être entendue comme vous le souhaitez.
N hésitez pas à faire quelques séances d accompagnement avec la personne de votre choix si vous sentez un besoin d approfondir votre positionnement et choix.
Bien à vous
Isabelle daoulas

Isabelle Daoulas Psy sur Trézioux

142 réponses

96 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

16 MARS 2021

Bonjour Camille,
Je tiens d’abord à vous dire bravo d’avoir su voir et sentir des gestes ou situations troubles, et d’avoir voulu protéger votre fille en posant des limites saines.
On peut imaginer que pour que des comportements de ce type se produisent c’est qu’il y a un historique notamment dans l’histoire de cette tante, mais aussi sans doute dans l’histoire de cette famille qui a grand besoin qu’on ne parle pas apparemment. Le déni, le secret, le tabou...
La parole a besoin s’est circuler dans cette famille, et j’imagine que votre coupure de lien vient ébranler les membres de cette famille.
Oui votre position est niée, et les faits aussi. Leur déni sert à ne pas sentir qqch de douloureux, avec la croyance qu’ils peuvent effacer qqch de difficile ou de honteux, simplement en en parlant pas.
Prenez soin de vous trois.
N’hésitez pas à consulter un thérapeute familial si des souvenirs reviennent à votre mari (gestes flous dont il a du être le témoin, sensations étranges...), afin de mettre des mots dessus et de couper la transmission transgenerationnelle.
Bon courage à vous’

Aurélie Laumont Psy sur Troyes

60 réponses

24 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 MARS 2021

Bonjour Camille,

Si vous avez ressenti quelque chose d’ambigu, de déplacé, dans les comportements de cette tante - et votre ressenti semble s’être confirmé par la situation décrite lors de cette nuit où votre fille a été incitée à « jouer » nue dans le lit de cette personne - vous avez pris la bonne décision en marquant une prise de distance et en éloignant votre fille de débordements éventuels. En effet, aucune légitimité ne peut être donnée au comportement à connotation sensuelle ou sexuelle qu’un.e adulte peut avoir à l’égard d’un.e enfant. Et dans le cas d’une tante, c’est-à-dire une figure proche de la figure maternelle, cela peut être d’autant plus compliqué et troublant pour l’enfant, cela peut semer une confusion sur la nature des relations. Quand vous avez demandé à cette tante de poser des limites dans une éducation positive avec votre fille, était-ce déjà en relation avec ces comportements ambigus que vous énumérez au début de votre message ?
En ce qui concerne les autres personnes de la famille qui considèrent que vous exagérez ou que vous inventez, il me semble que le plus important est ce que vous soyez en accord avec vous-mêmes et avec votre souhait de protéger votre fille. C’est bien sûr toujours difficile de se trouver au cœur d’un conflit familial, d’autant plus quand les autres membres de la famille estiment que vous en êtes responsables. Mais ici, la responsabilité est plutôt du côté de cette tante qui semble être en prise avec des difficultés pulsionnelles dans lesquelles votre fille ne doit absolument jouer aucun rôle, cela semble clair. Si les membres de votre famille désirent vous imposer une reprise des relations au prix d’une mise en danger éventuelle de votre enfant, votre choix de refuser est justifié. Avez-vous tenté de demander comment votre grand-mère et votre belle-mère auraient réagi si ce type de situation s’était produit avec leur propre fille ? Est-ce que rien ne les interroge dans ce qui s’est produit ? Si vous avez déjà eu cette discussion, vous ne pouvez pas, pour l’instant en tout cas, induire une modification de leur réaction. Peut-être le temps apportera-t-il progressivement une prise de conscience. Votre réaction a le mérite de favoriser l’émergence d’une problématique qui était sous-jacente et qui est manifestement déniée. Le plus important, c’est d’éviter à votre fille la reproduction de ce type de situations. Si vous sentez néanmoins un inconfort psychologique à assumer votre choix de mettre à distance cette tante parce que cela induit un refus ou un rejet chez les autres membres de votre famille, un soutien psychologique ponctuel pourrait peut-être vous aider. La parole peut dénouer les difficultés que l’on rencontre dans une situation où s’opposent, d’un côté votre affection pour cette tante et votre famille, et de l’autre côté, la conscience ferme que son comportement et la sous-estimation de son impact possible ne sont pas admissibles.
À votre écoute si vous le désirez, Clara Maïda (psychanalyste - consultation en ligne)

Clara Maïda Psy sur Paris

105 réponses

282 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 MARS 2021

Bonjour Camille,
Je vous remercie de ce témoignage qui montre à quel point l'inceste est aujourd'hui encore un sujet tabou, en particulier celui perpétré par les femmes. Vous avez parfaitement réagi avec votre mari. L'intérêt de votre fille prime avant tout et votre devoir est bien de protéger votre fille, à n'importe quel prix et tant pis si vous passez pour les "méchants". La justice est de votre côté et vous pouvez même, si vous le souhaitez, déposer une main courante contre cette femme. Enfin, vous n'évoquez pas comment ces exactions ont impacté votre fille. Son comportement a-t-il changé ? Se montre-t-elle inquiète, irritable ? N'hésitez pas à l'emmener en consultation pédopsychiatrique pour faire un point de ce qu'elle a compris de ce qui lui est arrivé.
Bon courage
Caroline Ulmer-Newhouse

Caroline Ulmer-Newhouse Psy sur Paris

106 réponses

80 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 MARS 2021

Bonjour Camille
Devant l’étrangeté de cette situation vous avez agi comme des parents protecteurs et vous avez eu raison . Vous n’êtes pas des « méchants », vous savez dire: Non
Votre belle-sœur/ sœur ne semble pas respecter les valeurs qui vous animent . Vous lui avez pourtant signalé les limites et vos règles . Votre belle-sœur/sœur a régulièrement transgressé , il est possible qu’elle ne puisse pas faire autrement , sa personnalité semble avoir des tendances à la théâtralité. Pour vous il était important de mettre de la distance car ses excès sont déstabilisants et vous ignorez où sont ses limites. Il est insupportable que l’on vous impose sa présence lors des rdv par Skype car vous avez le droit d’être en colère et de dire que vous n’êtes pas d’accord,. Vos règles sont régulièrement transgressées alors qu’elles sont claires , le reste de la famille peut ne pas être d’accord cependant elle doit vous entendre et respecter votre parole . La paix d’une famille ne se fait pas sur les non- dit mais bien dans la résolution des conflits. Vous ne pourrez pas faire l’économie d’une discussion avec votre sœur/belle-sœur ne serait- ce que pour avoir sa version . Il serait intéressant que cela soit fait avec un thérapeute c’est à dire un tiers , dans un espace avec un cadre , une compétence , une écoute . Voilà peut être une possibilité pour vous d’être entendus, reconnus et de répondre à « comment faire face à ce déni? »
Bien à vous
Psy- Véronique -Eyraud-les Angles-Gard

Véronique Eyraud Psy sur Les Angles

322 réponses

322 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 MARS 2021

Bonjour Camille,
Merci pour votre témoignage si riche.
Il n'est pas facile de se sortir de l'emprise, même malveillante, de sa famille.
A vous lire, vous avez agit dans l'intérêt de votre fille, en la protégeant, et en faisant respecter votre choix.
Il était important de prendre soin de vous, de votre fille en vous respectant, et vous l'avez fait ! Si la mère/belle mère/grand mère/ n'est pas capable de respecter votre choix, il est important (vu les faits) de la mettre à distance.
Le reste de la famille ne peut pas prendre conscience de la gravité des faits, pour eux, c'est trop grave, il n'est pas possible de remettre en cause l'ordre établi. Même s'ils sont eux même victimes des mêmes agressions.
Par contre, vous ne pouvez rien changer chez les autres.
A votre écoute pour aller plus loin par visio ou de visu.
Aurélien Morel
Gestalt Thérapeute

Aurelien Morel Psy sur Armentières

320 réponses

656 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 MARS 2021

Bonjour Camille,
le déni a cette particularité justement que même lorsque l'on fait la démonstration par A+ B, la personne continue à nier. Non pas parce que ce n'est pas vrai, mais parce que ça dépasse ce qui est "acceptable", alors quand on est celui qui dénie, on fait croire à l'autre que c'est lui qui se trompe, c'est lui le monstre, c'est lui qui casse les relations alors que cette cassure fait suite à un dérapage conséquent. Dans le cas que vous décrivez, il faudrait recevoir toute cette famille pour lui faire entendre et percevoir la mesure des agissements des uns et des unes, et l'impact du silence, du secret etc...Or, en règle générale, les membres concernés refusent catégoriquement car le déni, mécanisme de défense psychique, vient justement "ôter" ce qui fait mal. Votre position risque d'être bien longtemps sujette à conversation vous plaçant dans les "méchants", caractérielles etc... mais est ce important? Je veux dire, qu'est ce qui est important pour vous? De savoir que vous avez pris des mesures de sécurité et par là peut être même mis fin à une "tradition" familiale de secrets etc..., ou de savoir que vous avez pris la décision qui vous semble la plus adaptée selon vos aspirations? Pourquoi vous sentez-vous jugés alors que ce n'est pas vous qui êtes fautifs, votre décision de couper les ponts est une conséquence, et non pas à l'origine de la rupture. Lorsque l'on met fin à des tabous, des non dits, il est fréquent que les langues se délient dans le temps, pas forcément par les personnes mises en doutes, mais parleurs proches, des voisins, des amis, des connaissances etc....Ce qui est important, c'est que votre couple ait pris cette décision de façon conjuguée, ensemble. C'est cela qui vous aidera à faire face. Ce qu'en pense les autres, en général, est-il vraiment si important?
Patricia ELDIN

Patricia Eldin Psy sur Remoulins

683 réponses

365 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 MARS 2021

Bonjour Camille,
Tout d'abord merci pour votre partage. Et oui, vous avez très bien fait, de mettre votre enfant à l'abri, puisque vous pensiez qu'elle était en danger.
Poser des limites aux personnes qui entourent et vivent autour votre fille sont essentielles.
Je ne saurais vous conseiller de prendre rendez vous avec un thérapeute pour parler de cette situation, qui n'est visiblement pas normale, ni saine pour votre enfant.
Je reste à votre écoute.
Nelly Winter psychopraticienne en Maïeusthésie, praticienne certifiée en Hypnose et praticienne certifiée en TCC (thérapie cognitive et comportementale) sur Bordeaux et alentours

Nelly WINTER Psy sur Ambès

258 réponses

301 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 MARS 2021

Vous avez tout à fait bien réagit face à cette intrusion du "corps familial" sur le corps de votre fille. Ces comportements ne sont pas acceptable et il est important de bien expliquer à votre fille que son corps lui appartient et qu'aucune adulte, même proche n'a à se l'approprier comme un objet. Je vous conseille le podcast "ou peut-être une nuit", pour vous.
Et faites vous aider pour avancer dans cette famille qui ne voit pas le problème, et ne semble pas vous entendre et vous vous même vous contraindre.... cela fait beaucoup pour vous seule, un thérapeute systémique peut vous accompagner pour clarifier votre position.
Bon courage!
Danielle Richard

Danielle Richard Psy sur Mondeville

100 réponses

61 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 MARS 2021

Bonjour Camille,
Je vous remercie pour le partage.
En effet, vous vous êtes positionnée clairement vis à vis de comportements déviants et vous avez choisi de protéger votre enfant.
Le choix de la distance me paraît être le plus judicieux.
Vous ne pouvez pas être des révélateurs des imperfections des autres membres de votre famille et ne pas faire face à ce fameux déni.
L'essentiel est bien évidemment le bien être de votre fille. Rassurez vous.
Je reste à votre écoute avec bienveillance et empathie.

Marjorie LUGARI - Psychanalyste
Retrouvez moi également en visio via Doctolib pour plus de confort

Anonyme-377370 Psy sur Aix-en-Provence

5591 réponses

10813 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

9 MARS 2021

Bonjour Camille

Merci d'avoir pris le temps d'exposer votre situation.

Vous avez décidé de protéger votre enfant et c'est la meilleure chose à faire.

Vous fixez des limites en tant que parents et ce afin de préserver votre équilibre et surtout celui de votre fille.

En plus de ne pas respecter vos attentes, il semblerait que les personnes adultes de la famille, minimise, nient les faits reprochés.

Vous indiquez que l'on tente de vous imposer une reprise de rapport.

La question est en avez-vous envie ? En quoi serait-elle bénéfique tant pour vous que pour votre fille ? En dehors de la tante de votre enfant, pensez-vous pouvoir faire confiance aux autres membres de la famille compte tenu de leur réaction ?

D'ailleurs qu est ce que votre fille a exprimé par rapport à tout cela ?

Que ressentez/pensez vous lorsque la famille vous fait passer pour "les méchants" etc ... ?


En tant que conseillère conjugale et familiale et coach en développement personnel, je peux, si vous le souhaitez, vous accompagner à faire la lumière sur cette situation, en douceur et toute bienveillance.

Myriam - Des mots sur l'Emo

Myriam Issaoui Psy sur Lyon

377 réponses

301 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12350 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16050

psychologues

questions 12350

questions

réponses 132650

réponses