Comment faire pour avoir une vie relationnelle épanouie ?

Réalisée par Peppino · 11 mars 2024 Aide psychologique

Bonjour,

Je me permets de vous solliciter car, à 35 ans (célibataire, sans enfant), et depuis toujours, je rencontre des difficultés dans mes relations aux autres.

Je suis quelqu’un de très empathique et sensible. En revanche, je suis aussi parfois autocentrée (je me laisse envahir par mes problèmes par exemple et j'en parle beaucoup, il faut dire que j’ai un côté Gaston Lagaffe prononcé). Ce côté autocentré, je l’explique, d’une part, car j’ai une enfance et un vécu familial assez difficiles (à propos desquels j’ai passé de nombreuses années en thérapie), d’autre part, car, de nature anxieuse et hypersensible, je n'aborde pas toujours mes situations sociales avec tranquillité d’âme et donc pas toujours avec la disponibilité nécessaire. Je sais que j’ai aussi cette tendance à la victimisation (en tout cas je me sens souvent victime).
Paradoxalement je peux aussi être très sure de moi et parfois dominante et exigeante. J'aime d'ailleurs prendre des responsabilités.

Je sens également que j’ai beaucoup de colère et de sentiment d’injustice en moi. Par ailleurs, j’ai des sentiments d’abandon et de rejet très forts. J’ai énormément travaillé sur ma blessure d’abandon, notamment en matière amoureuse, en thérapie et je sais que je vais beaucoup mieux en la matière. Mais je constate aujourd’hui, que ma vie amicale n’est pas au beau fixe et j’ai vécu beaucoup d’émotions de rejet ces derniers mois. Pour résumer, je dois souvent solliciter mes amis et connaissances (plus qu’ils ne le font) et si je ne le fais pas, je passe assez régulièrement mon temps seule (mais comme je m’investis dans beaucoup d’activités comme développé plus bas, je reste finalement peu de temps seule chez moi).

J’ai, je pense, de grandes valeurs, dans mes relations humaines, liées notamment à un besoin de loyauté et d’honnêteté et je pense avoir des attentes assez fortes envers les autres.

Parallèlement, même si j’ai absolument besoin du contact avec les gens et que j’aime beaucoup faire de nouvelles rencontres, je suis finalement plutôt introvertie et les moments sociaux me fatiguent beaucoup. Si ma journée est très chargée en activités et rencontres, je vais assez vite ressentir le besoin de me retrouver seule. Je sais aussi que je souffre d’anxiété sociale. Je me suis bien améliorée sur le sujet avec le temps et l’expérience, mais, alors que je cherche à rencontrer du monde, participer à des évènements, j’ai remarqué depuis longtemps à quel point je manque d’habilité sociale avec des gens que je ne connais pas ou peu. Je suis peu à l’aise avec les conversations sociales, « chatty ». Je suis par exemple incapable de terminer une conversation avec quelqu’un quand je me suis lancée sur un sujet, alors que je sens, que je commence à me lasser de l’échange, et que la plupart du temps, la personne en face de moi est mal à l’aise. Ce qui est paradoxal, c’est que je sens la majeure partie du temps, quand la situation devient étrange ou quand je deviens maladroite, mais c’est comme si j’étais en roue libre, incapable de m’arrêter (l’anxiété sociale est à l’œuvre j’imagine).

Comme je suis quelqu’un avec des valeurs et attentes fortes, je tolère mal les relations superficielles avec des gens qui s’investissent peu, et pourtant c’est ce que je vis principalement et cela me frustre énormément.

Je constate aussi que j’ai énormément de mal à trouver des gens ayant les mêmes centres d’intérêt que moi, ou alors que très partiellement. Il faut dire que je suis quelqu’un qui a une très grande curiosité et soif d’apprendre et que j’ai un grand besoin d’être stimulée intellectuellement. Ce qui fait que je tolère aussi mal les discours et idées extrémistes (racistes, mysogines etc.) d’autant plus, que je suis de plus en plus engagée dans mes idées, en étant portée par des valeurs humanistes et d’égalité.

Comme je me sens souvent très seule, je multiplie les activités et engagements et je me retrouve donc dans des milieux très différents mais qui m’enrichissent personnellement. Cependant je suis toujours un peu un ovni et ai toujours le sentiment d’être en décalage là ou je suis. Je viens d’un milieu bourgeois catholique. Je suis juriste de formation, et je suis actuellement un 3ème master de spécialité à distance. J’ai en effet souhaité me reconvertir après des années de souffrance dans mon ancien milieu professionnel.
Je travaille maintenant dans le milieu de la recherche scientifique. J’apprends des choses très différentes de mes milieux social et professionnel d’origine.

Je côtoie donc aussi des gens bien différents du milieu dans lequel j’ai grandi et je suis en adaptation constante. Je sais bien qu’à 35 ans, on est censé s’être libéré des injonctions et modèles parentaux mais mes choix de vie sont aux antipodes d’une grande partie de ma famille (avec qui j’ai mis des milliers de km de distance au demeurant) et certains me le reprochent avec vigueur.

Ce sentiment de décalage, de solitude, d’être inadaptée n’est pas nouveau. J’ai encore ce souvenir de moi au collège, attendant la trouille au ventre dans la cour d’école que la pause déjeuner passe, car mes 2 seules amies ne mangeaient pas à la cantine et que je ne savais pas quoi faire de moi, que faire, à qui parler et comment. J’avais d’ailleurs fini par trouver une parade, pour que personne ne voit ma solitude : j’allais me réfugier au CDI (mon hyperactivité intellectuelle vient peut-être de la…Tromper la solitude, me donner une contenance ?).

J’ai passé à 30 ans le test WAIS IV qui avait conclu à un profil HPI, avec une grande empathie et une certaine rigidité (mais j’ai su quelques années plus tard que la psychologue m’avait fait passer une version obsolète – WAIS III- donc je ne sais pas quelle valeur accorder à ce test). Parfois je me demande si je n’ai pas quelques traits dans le spectre du trouble autistique, parfois je me dis que c’est simplement l’anxiété sociale qui est à l’œuvre. En tout cas je sais que je n'ai pas une personnalité simple (si tant est que cela existe) et que je suis quelqu'un d'ambivalent.

Après ces longs développements, ma question est : Comment faire pour avoir une vie relationnelle épanouie ? Je sais que la clé est en moi, mais je ne sais pas où la trouver. Je suis pourtant encore en thérapie (analytique).

Merci de m’avoir lue,

Bien à vous,

Marie

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13350 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16300

psychologues

questions 13350

questions

réponses 136950

réponses