Comportement incestueux frère/soeur

Réalisée par Anonyme · 5 mars 2023 Troubles sexuels

Bonjour,

J'ai 24 ans et je suis actuellement suivi par un psychologue mais il y a un sujet duquel je n'arrive pas à parler. Je ne l'ai jamais formulé à qui que ce soit, oralement ou à l'écrit donc c'est ici la première fois. L'anonymat m'aide car j'ai peur du jugement et ce souvenir me donne des crises d'angoisse. C'est arrivé 2 fois de mémoire, quand j'avais environ 7 ou 8 ans et ma soeur 4 ou 5 ans puis quand j'avais environ 10 ans et ma soeur environ 7 ans. La première fois nous étions allongés dans le lit de nos parents et ma soeur est venue par dessus moi en proposant de "faire l'amour". Nous ne savions pas ce que cela était, nous étions habillés et quand j'ai touché mon sexe à travers mon pantalon elle m'as demandé d'arrêter, ce que j'ai fait. Il n'y avais pas vraiment de désir sexuel car nous ne savions pas ce que cela était. Notre mère nous a vu, a hurlé (je crois qu'elle a dit "Vous n'allez pas vous y mettre aussi !?" mais je ne suis pas sûr...), j'ai dis que nous faisions un câlin puis nous n'en avons plus jamais parlé. Je crois être le seul à m'en souvenir. La seconde fois plus âgés prend place de la même manière sauf que celle-ci m'avait demandé si je voulais "faire l'amour" ou "faire l'amour cochon". Pareil, aucun attouchement de l'un envers l'autre mais elle par dessus moi habillés. Je suis le seul à m'en souvenir également aussi.

Ces souvenirs sont angoissants, perturbants, extrêmement honteux et tabous. N'ayant pas eu de contact réellement physique, personne n'ayant forcé personne ; je ne comprend pas ce qui est arrivé ni comment cela s'est produit. J'ai éveillé mon désir sexuel plus tard, à l'adolescence et n'en ai jamais eu pour ma sœur de quelque manière que ce soit depuis. Je ne sais pas vraiment quoi faire, je me sens coupable, honteux et horrible en temps qu'être humain pour avoir exploré ce tabou. Comment en parler à mon psy ? Bien qu'il n'y ai jamais eu de jugement de sa part, j'ai peur de ce qu'il pensera une fois sorti de son cabinet. J'ai peur de mon propre jugement si je verbalise et ancre cela dans la réalité orale également.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 6 MARS 2023

Bonjour, Merci pour vos questions !
J'ai lu quelques réponses qui vous ont été faites, je suis assez en accord avec ce qui vous est dit, et je vous félicite également pour votre démarche.
Je pense qu'une fois sorti du cabinet de votre psy après lui avoir parlé il n'y aura pas de jugement de sa part, au contraire.
Ni de jugement du fait d'avoir attendu le bon moment pour lui en parler.
La parole libère, en parlant la peur de votre propre jugement se dissipe. Qu'en pensez-vous aujourd'hui, après avoir déposé par écrit et avec les réponses que vous recevez ?
Bien à vous,
Sophie Lemosof

Sophie Lemosof Psy sur Auxerre

61 réponses

119 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

9 MARS 2023

Bonjour
Je vous recommande de prendre une séance téléphonique avec l'un l'une d'entre nous pour en parler sans être regardée
Et ensuite vous pourrez en parler à votre psy
Bien cordialement Inès Avot

Inès Avot Psy sur Ouve-Wirquin

6327 réponses

3389 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 MARS 2023

Bonjour

Ce ne sont que des scrupules. Ni votre soeur ni vous même n'étiez pubère, ce qui signifie qu'il n'y avait aucun aspect sexuel là-dedans. Ce sont des comportements d'imitation enfantins sur lesquels il n'y a pas à s'attarder et qui arrivent assez souvent dans une fratrie.
Vous devez être scrupuleux et perfectionniste de tempérament, voire anxieux, ce qui vous fait vous regarder à la loupe.
Vous pouvez en parler aussi simplement avec votre psy qui ne vous jugera pas si vous le souhaitez et si cela a un quelconque intérêt dans le cadre de votre suivi.
Je reste personnellement à votre disposition, sachant que ma première séance d'une heure est entièrement gratuite et sans engagement. Vous pouvez librement prendre un rendez vous sur mon agenda en ligne.

Bon courage à vous

Michel le BAUT
Psychopraticien
Thérapeute Jungien
Analyse de rêves

Michel Le Baut Psy sur Marseille

4068 réponses

20960 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour,
Tout d'abord, je peux vous indiquer que ce que vous avez vécu et extrêmement fréquent et que ce n'est donc certainement pas la première fois que votre psy est confronté à ce type de problématique. Ces expériences font partie de l'approche de la sexualité avec la découverte du corps et des premières pulsions. Vous n'avez donc aucune raison de redouter son jugement : sinon, il faudrait qu'il change de métier...et ce que vous lui cachez fausse la relation.
S'il est difficile de lui parler de cela en face à face, pourquoi ne prépareriez vous pas une lettre qu'il lirait entre votre absence ? Ce sera beaucoup plus facile pour vous;
Bien à vous
Véronique Blanche, Thérapeute Holistique
Guérison de l’enfant intérieur
Hypnose Ericksonienne
Soins énergétiques

Véronique Blanche Psy sur Quessoy

6558 réponses

4423 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour,

C'est donc un sacré courage que vous avez eu d'écrire ce message. Vous êtes en train de lever ce tabou.

Vous exprimez fortement le sentiment honte que cela occasionne chez vous, et la sensation de vous être sali vous même, de vous être salis, votre sœur et vous.
Pourtant, ce que vous décrivez n'est pas grave. Nous, les êtres humains sommes des êtres sexués ce qui signifie que nous développons une sexualité au long de notre développement d'enfant, d'adolescent, d'adulte.
Les enfants ont tous une sexualité. Mais elle n'est pas celle d'un adulte. Elle est différente.
Vous décrivez 2 scènes qui sont une imitation de ce que pourrait être l'acte de "faire l'amour" pour des adultes. Mais vous étiez enfant, votre sœur et vous. L'acte et la signification que vous avez pu donner à ce moment là n'était pas adulte. Vous, adulte aujourd'hui l'identifiez comme une scène incestueuse. C'était plutôt, à ce moment là un "jeu d'enfant pour faire comme les grands quand ils font l'amour". Une expérience entre vous et votre sœur, comme nous réalisons des expériences de toutes sorte au long de notre vie pour nous construire.

Nous devons néanmoins entendre votre sentiment de honte. Il vous empêche de le dire à votre thérapeute.
Une suggestion : Peut-être pourriez-vous lui donner ce texte que vous avez écrit ici en lui expliquant que vous n'arrivez pas à lui dire directement. Vous pourriez convenir ensemble du moment où il le lira.

Vous dites avoir confiance en lui. Et bien vous pouvez garder cette confiance au moment où vous vous affrontez vous-même pour ce sujet très difficile à révéler.
Vous allez constater que votre psychologue continuera à rester un professionnel neutre et bienveillant, qu'il vous laissera le temps nécessaire pour vous de dépasser la souffrance que provoque ce sentiment de honte. C'est son travail et il est formé pour cela.
Alors ce sentiment se transformera, il perdra de son intensité, de sa marque douloureuse.
Et cela vous permettra ensuite d'aller plus loin dans votre travail d'exploration de vous même. A votre rythme. Car votre thérapeute vous accompagnera dans l'analyse de ces moments passés.

Nous devons sans cesse combattre la peur dans notre vie. Aller de l'avant malgré la peur. Encore plus quand nous explorons notre histoire en thérapie.
Vous allez la dépasser, cette grande peur. Chaque collègue qui vous répond vous encourage, comme moi maintenant à ne pas laisser la laisser l'emporter.

Bon courage à vous.
Chaleureusement.

Bruno Bonnand
Psychologue
Tassin la demi Lune (69)

Bruno Bonnand Psy sur Tassin-la-Demi-Lune

26 réponses

22 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour,
je comprends qu'il faudrait se mettre en mode travailler sur moi.
Je reste disponible pour vous soit en téléconsultation ,SMS, What ‘s App
ou de visu en Bretagne Nord.
Cordialement,

ANEZO Florence
Psychanalyste Psychothérapie
Thérapie de couple



  Cabinet Thérapias
                           Florence ANEZO
                                 Thérapies
             Enfants-Adolescents- Adultes-Couples 

Florence Anezo Psy sur Plélan-le-Petit

659 réponses

349 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour,

Si vous n’êtes pas prêt à en parler avec votre thérapeute, alors ne vous forcez pas, chaque chose en son temps. Vous avez créé sûrement un lien particulier avec lui et pourquoi pas en parler avec un autre thérapeute. Je me tiens à votre disposition si vous le souhaitez

Bien à vous
Marjorie Lugari
——————-
*** psychanalyste
*** sexothérapeute
*** praticien en psychothérapie
Visio uniquement

Anonyme-377370 Psy sur Aix-en-Provence

5591 réponses

10832 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour Matthieu,
Bravo d’avoir osé poser cette question sur cette plate forme.
Cela vous a demandé d’ouvrir la porte à une partie vulnérable et c’est magnifique, car cela va vous aider à dédramatiser.
Vous vous jugez terriblement par apport à ce souvenir alors que vous n’avez rien fait de mal !
Quand vous dites que vous êtes le seul à vous en souvenir, cela veut dire que vous vous racontez que vous êtes le seul à vous en souvenir, ou bien vous avez pu a un moment ou a un autre échanger avec votre soeur ?
Les enfants lorsqu’ils sont petits jouent entre eux pour explorer leur corps, leur sensations…c’est assez classique dans les maternelles, les garderies. Cela peut se passer également dans un lien de fratrie.
Ce n’est pas pour cela que c’est grave ou de l’ordre de l’inceste.
Ce que j’entends c’est que vous avez été vu par votre mère la première fois et elle a eu cette phrase inquiétante : « vous n’allez pas vous y mettre aussi ». Vous avez sûrement capté quelque chose d’inquiétant autour de cette phrase.
Que voulez t-elle dire ?
que vivait-elle ?
L’enfant capte l’état psychique de son parent. Vous avez senti que son regard était très jugeant, chargé émotionnellement. C’est cela qui vous obsède aujourd’hui.
Que voulez dire votre soeur quand elle vous a proposé « de faire l’amour cochon ». D’où venez cette phrase, qu’est ce qu’elle entendez par là.
La aussi, cela vous a mis du trouble.
Quelle représentation avez vous de la sexualité, quels sont les messages que vous avez reçu enfant de la part des parents, de la société ? Comment les avez vous intégrés ?
Je vous invite vraiment à avoir un regard bienveillant sur ces événements pour sortir de l’état de honte peu à peu.
Ce serait très précieux que vous puissiez poser cela dans un espace thérapeutique pour comprendre a quel point vous n’êtes pas coupable !
Le fait de mettre des mots va détendre et décristaliser ces souvenirs. Cela va également levé le voile sur toute la honte et la peur que vous portez.
Vous avez faitun pas énorme en venant déposez cela aujourd’hui et je vous dis bravo !
La thérapie est un espace d’accueil bienveillant ou le jugement n’a pas sa place.

Je suis à votre écoute si besoin.

Chaleureusement,

Chantal Michel, Thérapeute

Chantal Michel Psy sur Chatou

396 réponses

1064 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour,
En premier lieu merci pour votre partage et bravo pour avoir su dépassé la honte de poser vos angoisses.
Une de mes première question serait : " Comment vivez vous vos relations avec vos partenaires actuelles?"
Lors de l'enfance, la découverte et la curiosité amènent naturellement les enfants à reproduire des situations observées chez les adultes et plus particulièrement chez nos parents. Jouer à Papa et Maman entre frères et sœurs est plutôt commun. Pour autant la réaction de votre mère n'est pas anodine et a sans conteste renforcé le côté tabou de la chose. Cette réaction a clairement réactivée une situation qu'elle a vécu soit personnellement soit dans sa famille proche. Les non dits voir peut être des secrets de famille peuvent être à l'origine de son comportement à l'égard de vous et votre sœur. En tant qu'enfant nous rejouons souvent les affaires non réglées de nos parents. Il serait intéressant pour vous d'aller comprendre si la honte que vous éprouvez vous appartient ou si elle appartient à d'autres personnes de la famille.
Quoiqu'il en soit, reposez vous sur l'accompagnement professionnel de votre psy. Contrairement à ce que vous croyez, verbaliser très simplement comme vous le fait dans votre post, va empêcher l'ancrage de la honte et de la culpabilité et vous permettra de vous en séparer.
Bien à vous.
Frédéric Vezzosi

Frédéric Vezzosi Psy sur Bron

97 réponses

316 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour,

Je pense que jusque-là vous faites un bon travail. Cela vous a permis d'avancer grâce à votre envie d'aller mieux et de comprendre vos angoisses.
Il me semble que votre inconscient est prêt à parler de cet épisode de votre enfance qui génère en vous des angoisses.
Vous avez certainement développé des mécanismes de défense durant cette période de latence que votre psychologue pourra identifier et authentifier avec vous.
A travers la crainte du jugement de cet homme, peut-être serait-ce l'occasion de réfléchir avec lui sur l'angoisse de castration.
Serait-ce le moment de parler du père également ?

Gardez confiance. Vous livrer à l'écrit est déjà un grand pas.
Courage.

Très belle journée.
Fouzia FOUFA

Fouzia FOUFA Psy sur Marseille

100 réponses

215 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour Mathieu,
Merci pour votre message et bravo pour avoir su dépassé la honte de vous livrer.
Vous nommez le post "Troubles sexuels". Une des questions qui me vient à l'esprit est :" Avez vous actuellement des troubles dans vos relations physiques avec vos partenaires ?"
Les expériences que vous avez vécu à 2 reprises étant très jeune s'apparentent probablement à de la curiosité et du mimétisme de la relation qui se jouait entre votre père et votre mère. Beaucoup d'enfants ont besoin de jouer au papa et à la maman. Mais la réaction de votre mère ou du moins ce que vous en avez ressenti a renforcé le côté tabou du jeu que vous aviez avec votre sœur. Elle renvoie a des non dits qui peuvent faire références à la propre histoire de votre mère ou à l'histoire familiale. Éclaircir ce point pourrais apporter des réponses à votre mal être actuel. La culpabilité que vous portez n'est peut être pas la votre. Et si c'est le cas, les secrets de famille ne font que renforcer votre mal-être.
Contrairement à ce que vous pouvez croire, commencer à en parler avec votre psy, qui vous accompagnera pour dépasser la honte dans la bienveillance, verbaliser, vous permettra de prendre du recul et de défaire les ancrages négatifs qui vous tourmentent.
Je vous conseille de poser les choses le plus simplement du monde avec le professionnel qui vous accompagne, vous devriez vite sentir du soulagement.
Bien à vous,
Frédéric Vezzosi

Frédéric Vezzosi Psy sur Bron

97 réponses

316 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour Mathieu

Ce que vous avez vécu avec votre soeur est de l'ordre de la découverte de la relation sexuelle et ça n'a rien de "mal" ni de "cochon". Par contre, le fait que cela vous trouble encore aujourd'hui mérite en effet de s'y arrêter.
C'est très courageux de votre part d'en parler aujourd'hui par écrit sur ce forum et c'est un très bon premier pas qui prouve qu'aujourd'hui vous êtes prêt à aller "regarder cela de plus prêt".
Le fait que vous soyez le seul à vous en souvenir, que ça soit à chaque fois une demande de votre soeur, tout cela sont des indicies non négligeables.
La phrase de votre mère lors de la première scène l'est également. Il pourrait y avoir quelque chose qui se répète pour elle et probablement ne vous en a t'elle jamais parlé. Ce genre de tabous familiaux entrainent un mal être chez les enfants qui ressentent tout, même (et surtout!) les non-dits car ils sont comme des éponges.
Peut-être que c'est ça et peut être que c'est autre chose. Mais ça serait vraiment intéressant d'en parler aujourd'hui à votre psy de façon à comprendre pourquoi cela revient aujourd'hui. En quoi cela vous affecte dans votre vie à 34 ans ? est ce que cela vient vous perturber dans vos propres relations sexuelles ?
Je vous invite vraiment à aller plus loin avec le professionnel qui vous suit. C'est son travail et il n'émettera aucun jugement face à ce que vous avez vécu. Il est également soumis au secret professionnel.

Prenez soin de vous
Hélène Chambris
Gestalt Thérapie Humaniste Intégrative
Rdv en ligne ou en présentiel à Marseille 8ème

Hélène Chambris Psy sur Marseille

1231 réponses

2356 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour Mathieu,

Vous réagissez avec votre vision et votre morale d’adulte à une situation que vous avez vécue enfant. Il faut savoir qu’enfant, pour apprendre on est souvent dans l’imitation des grandes personnes qui nous entoure, de ce que l’on voit à la TV ou toute autre source informative.
Votre jeu innocent n’a pourtant été qu’un simulacre, mais il semble que cela vous traumatise aujourd’hui. Pourquoi ? Qu’est-ce qui adulte a réveillé cette mémoire du passé ? En effet, il n’y a pas eu d’acte grave et aujourd’hui, vous semblez d’après ce que vous écrivez totalement sain par rapport à cet épisode.
Je vous invite à en parler à votre psy, aussi librement que vous l’avez fait ici. N’ayez aucune honte, ce sont des choses qui arrivent. Vous devez maintenant vous en libérer.
Si vous pensez avoir besoin de l’aide d’un autre praticien, n’hésitez pas à me contacter.

Je reste à votre disposition et à votre écoute.

Pour plus de détails, contactez-moi.
N'hésitez pas à vous faire une idée du sérieux de ma pratique en consultant les avis sur ma fiche.

Christophe
_______________________________
Thérapeute de couple - Sexothérapeute
* Rendez-vous en ligne uniquement

Christophe Nieaux Psy sur Melun

3350 réponses

3292 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour,
Il faut savoir qu un psychologue ne doit pas avoir de jugement, il a appris à discerner le dialogue en faisant abstraction de tout jugement, il est là pour comprendre et vous aider,
Et vous juger ne servirais à rien, le passé ne peut être changé, mais votre santé mentale elle peut l être avec un peu de travail et de régularité. Il n est pas isolé , de rencontrer ce genre de cas. Je comprends la gêne que cela peux occasionné. Mais vous punir à 24ans pour une chose qui s est produit jeune , n aurais aucun bénéfice, il existe plusieurs moyens pour travailler cela, la thérapie analytique , cognitivo -comportementale, l hypnose, EMDR… le fait d en parler ici, est déjà une excellente démarche. Garder espoir . Et ´ hésitez pas à soulager votre conscience et votre inconscient. Je reste disponible si besoin. Très bonne journée à vous.
Thalia Inna
Praticienne en psychologie et hypnose
Eft, PNL, EMDR

Thalia Inna Psy sur Bordeaux

926 réponses

1098 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour
Merci de votre partage, c’est courageux de votre part et cela marque une étape dans votre travail personnel.
Les faits que vous rapportez ne sont pas graves outre mesure et le simple fait que vous en ressentiez une grande honte montre bien à quel point le tabou de l’inceste a bien été intégré par votre psyché.
Bien sûr ces souvenirs restent très perturbants d’autant que ne les ayant jamais communiqués à un tiers ils gardent toute leur intensité.
Si vous ne parvenez pas à évoquer ce point dans votre thérapie c’est soit que vous n’êtes pas prêt, soit que le lien de confiance avec votre thérapeute n’est pas encore suffisamment solide pour que vous ne craigniez pas le jugement.
Laissez faire le temps . Et puis si le moment n’est jamais propice à cette ouverture vous pouvez tenter une thérapie en ligne sans vidéo par exemple juste avec le son. (Très simple par zoom) L’anonymat et la distance de l’écran pourrait vous aider. Dans tous les cas, en parler à haute voix vous aiderait sûrement .
Ne craigniez pas de verbaliser . Ce qui est libérateur c’est l’écoute que vous vous accorderez à vous même . La rencontre avec le petit garçon de 7 ou 10 ans qui ne savait pas ce qu’il faisait .
L’homme que vous êtes aujourd’hui souffre d’une part de vous-même mise de côté pour raison de « situations ingérables ». A l'époque les ressources du moment n'ont pas permis à cette part de vous-même de surmonter la situation.
En en parlant aujourd’hui vous partagerez vos ressources actuelles avec le petit garçon que vous avez été pour l’aider dans sa réhabilitation.
Le présent deviendra une ressource pour le passé.
Ce va et vient permanent entre passé et présent est un échange et un partage de bonnes pratiques. Celui que vous êtes aujourd’hui fort de son expérience devient une ressource pour celui que vous avez été, qui a son tour, en existant, consolide l'assise de celui que vous êtes aujourd'hui.
Vous êtes sur la bonne voie,
Je reste à votre écoute si vous désirez aller plus avant,
Bien à vous
Frédérique Pouzol
Psychopraticienne
Psychothérapie -Psychogénéalogie

Anonyme-409158 Psy sur Le Bar-sur-Loup

521 réponses

2359 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour Mathieu,
Votre témoignage parle de nombreuses angoisses encore présentes malgré le travail fait en thérapie. Vous pouvez avoir une confiance totale en votre psychologue pour vous aider à parler de cette expérience liée à la découverte de l'excitation que peut générer le lien à son propre corps et à celui de l'autre sexe. Il n'y a pas de jugement à avoir, il faut simplement reparler de vos doutes, de remettre dans le contexte de votre histoire.
Votre maman ne vous a pas parlé de ce rapport au corps à l'autre lors de cet événement. Vous parlez de tabou, de non explications autour de la sexualité. Des explications et l'énoncé des règles doivent venir des adultes pour avoir des repères.
Ayez confiance en vous et en votre psychologue pour en parler librement pour pouvoir dépasser cette culpabilité qui n'a probablement pas lieu d'être aux vues de votre récit.
N'hésitez pas à me contacter si vous souhaitez plus d'aide à ce sujet.
Avec toute ma bienveillance.
Mme Rivière Chantal psychologue clinicienne

Chantal Riviere Psy sur Lyon

188 réponses

153 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour Mathieu,
Il y a un temps pour tout dans la cure.
Si vous ne vous sentez pas prêt à parler de ces événements à votre psy, vous pourriez commencer par parler de la honte, du secret, de votre peur d'être jugé.

Tout ceci sera déjà une étape dans le travail.

Et un jour, quand vous serez prêt et en confiance, vous pourrez vous confier.

Et si cela n'arrive pas avec ce psy, c'est peut-être que ce n'est pas le moment.

Ne vous jugez pas là-dessus !
Prenez le temps qu'il vous faut pour parler de ce qui vous tracasse !
Bon courage
Raphaëlle Richaud

Raphaëlle Richaud Psy sur Paris

60 réponses

26 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2023

Bonjour Mathieu,
Vous devez raconter tout cela à votre psy, tout simplement parce que c'est un sujet qui vous préoccupe vraiment. Sinon à quoi sert une thérapie ?
Les faits que vous racontez ne sont pas graves en soi, si ce n'est qu'il est curieux que votre petite sœur ait été, si jeune, l'instigatrice de ce jeu, et qu'elle soit revenue vers vous des années plus tard pour vous proposer "l'amour cochon". La réflexion de votre mère m'interpelle également, mais je ne peux pas faire d'interprétation hâtive.
Pour gagner votre paix intérieure, il me semble que vous pourriez explorer ce qui fait partie de votre histoire, sans jugement, regarder ce qui se joue dans votre famille à cet endroit.
Chaleureusement,
Catherine Couvert

Catherine Couvert Psy sur Lyon

542 réponses

390 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Troubles sexuels

Voir plus de psy spécialisés en Troubles sexuels

Autres questions sur Troubles sexuels

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12650 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16100

psychologues

questions 12650

questions

réponses 134350

réponses