Mon fils cherche sans cesse le conflit avec moi...

Réalisée par Nutella · 2 oct. 2019 Psychologue ado

Bonjour,
Mon fils de 19 ans ne vit plus à la maison, depuis l'âge de 16 ans. Après une période très difficile où il a été a maintes reprises en garde à vue et mis en examen pour des faits de petite délinquance, je l'ai envoyé chez un parent dans le sud avec l'aide du juge des enfants. Autrement il ne serait jamais parti et aurait continué sa descente aux enfers. C'est pour le protéger, ainsi que son frère qui avait 10 ans à l'époque que je l'ai éloigné d'ici. Leur père vit à l'étranger depuis une dizaine d'années et m'a toujours dénigré auprès de ses enfants.
Les premiers mois dans ma famille se sont très bien passés: aucun retour négatif d'eux ni de mon enfant, au contraire que des éloges: il est poli, gentil, dans l'échange, s'entend bien avec son cousin du même âge que lui. Limite il est adorable et on ne comprend pas comment a t-il pu tomber dans la délinquance.. Peut-être les fréquentations, un manque d'attention et de vigilance de ma part? Je commence à culpabiliser je me demande si ce n'est pas moi et l'éducation que je lui ai donné qui ont fait que...même lui quand il me parle de mon oncle et de sa femme et la manière qu'ils ont de faire avec lui, je me sens mal. J(ai toujours le sentiment que c'est moi qui a fauté. Au bout de presque un an les choses commencent a se détériorer entre lui et mon oncle sur l'heure de rentrer à la maison, les grasses mat qu'il fait alors que tout le monde est en train de s'occuper du jardin, faire les courses ou le ménage. Lui aucune participation. De mon côté, j'envoie de l'argent de poche tous les mois, je le reçois à chaque vacances scolaires, je l'ai au téléphone presque tous les jours...Un jour ça pète: mon oncle tombe sur une balance dans sa chambre (peut-être pour peser le cannabis?) mais auparavant il lui avait confisqué ses fringues ( certes, un peu discutable) pour lui montrer que c'était lui qui commandait et que s'il lui dit de rentrer pour le dîner, par exemple il doit rentrer. Ceci mélangé à l'insolence de mon fils, qui se positionne toujours, encore aujourd'hui dans le rôle de la victime, à fait que il a été mis à la porte. J'ai tout suivi en direct car j'étais au téléphone avec mon oncle quand mon fils est rentré et que une bagarre a éclaté...je vous raconte pas l'état dans lequel j'étais. Le récupérer à la maison c'était compliqué, car je craignais qu'il se remette à fréquenter les gens d'avant et qu'il continue à fuguer comme il avait fait tant de fois avant...Dans le cadre de la PJJ (protection judiciaire de la jeunesse), son éducatrice lui a trouvé une association, qui suit les jeunes dans une démarche de semi-autonomie: studio individuel, accompagnement social et éducatif. Lui même ne voulait pas remonter, car il savait que à la maison il n'allait pas pouvoir faire tout ce qu'il voulait (je pense). De plus il s'était déjà constitué un petit groupe d'amis là-bas, dont certains je connaissais car moi-même j'y allais de temps en temps (c'est la maman de deux d'entre eux qui l'a hébergé lorsque il s'est retrouvé mis à la porte en attendant le studio, deux semaines après). Cette maman je lui ai envoyé un peu d'argent pour participer aux frais de bouche et toujours en lien avec lui, malgré des prises de bec au téléphone. Lors d'une periode de vacances où nous étions tous en famille, chez mes parents il nous annonce qu'il doit rentrer au plus vite, pour un rdv avec son éducatrice. Foutaises..ses amis parisiens l'attendaient chez lui pour y passer quelques jours. Deux jours après mon fils est arrêté et incarcéré deux mois, pour vol en réunion..j'étais anéantie, déçue, en colère...je me suis effondrée devant mes parents, alors que jusque là je donnais l'impression de bien gérer et le gamin aussi. Je leur ai dit ce qui venait de se passer mais mes parents m'ont soutenu. Ils étaient aussi déçus avec leur petit-fils mais ils ne l'ont pas lâché pour autant. Ils habitent à l'étranger ne parlent pas couramment le français et ne l'ont pas vu grandir au quotidien mais tous les ans ils le voyaient lors des vacances d'été. D'ailleurs lorsqu'il était petit à l'âge de presque trois ans je l'ai confié à ma mère, où il est resté du mois de décembre au mois d'août suivant. J'étais beaucoup plus jeune et mon activité professionnelle ont fait que le laisser avec mes parents me paraissait une bonne idée...
Mon désarroi aujourd'hui c'est que j'ai un enfant qui me rejette et qui met tout sur mon dos: ses tracas, sont toujours à cause de moi. Il a une attitude tellement désagréable et ce depuis quelques années déjà, que ça devient inacceptable: ne me parle pas pendant des mois, bloque mon numéro, me dit des choses très dures à entendre et maintenant c'est mes parents aussi qui prennent à leur compte. Ne leur répond plus au téléphone, qu'ils n'ont jamais rien fait pour lui, qu'il a passé faim et que nous n'étions pas là, etc. Il m'en veut même de l'avoir fait avec son père ou bien si je lui demande pourquoi il n'appelle ou ne réponds pas aux grands parents il se permet de me dire pourquoi je ne dis pas la même chose pour la mère de son père...que elle par contre ne l'appelle pas et l'a vu une seule fois dans sa vie...il est détestable, odieux avec moi, ne se remet pas en question, se prend pour une victime.
De mon côté je suis loin d'être parfaite mais je pense avoir été une mère suffisamment bonne: à part les 7 mois qu'il a passé avec mes parents, je me suis toujours occupé de lui dans le sens où j'ai fait ce qu'il fallait pour que rien lui manque et qu'il soit un enfant heureux. De l'attention, de l'écoute mais peut-être parfois de l'énervement face à son comportement à l'école et vis à vis de son petit frère. Je ne tapais pas mes enfants mais je criais...j'étais en effet seule à les gérer et je travaillais à temps plein dans le secteur du social, ce qui est toujours le cas aujourd'hui. Mais nous partagions des activités, nous parlions beaucoup, ils allaient en colo tous les ans , en vacances avec moi, etc...leur père absent était présent dans mon discours et j'ai toujours fait en sorte qu'ils se voient.....ai-je bien fait, puisque il me dénigrait auprès d'eux....?
Mon fils consomme du cannabis et en grande quantité je pense. Je m'inquiète car pour moi il a changé depuis qu'il fume. Nos relations étaient tout à fait correctes avant qu'il se mette dans les problèmes. Aujourd'hui je ne sais plus comment l'aborder. Quand je l'appelle il fait tout pour que l'on se dispute; il me parle mal; il est agressif. J'essaye de prendre sur moi et aussi du recul par rapport à cette situation mais je ne sais plus comment. J'en souffre énormément, son frère aussi. Il m'a dit l'autre jour que son frère lui manque plus que leur propre père... que parfois( même s'il le ferait jamais d'après lui) il pense au suicide...cela m'a interpellé. Le grand en a rien à cirer. De moi non plus. Il m'envoie tout le temps à la figure le fait que je lui dise, lors d'une dispute où il m'avait mise à bout, "tu n'as qu'à te suicider si c'est aussi dur". En fait et une fois de plus il "pleurait" que j'étais comme ci et comme ça, que je l'avais laissé tomber, que je l'avais envoyé chez mon oncle, etc et tout ceci au balcon de chez lui..il faisait genre qu'il le disait a qui voulait entendre et moi excédée, je lui ai dit cela.. Depuis il n'arrête pas. Malgré que je lui ai demandé des excuses ( car en effet cela ne se dit pas à son enfant) et que l'on aie parlé, mis des mots sur ce qui venait de se passer il ne lâche pas l'affaire. Je suis à bout, partagée entre l'amour que je devrais lui porter et puis ce sentiment de rage et incompréhension que j'ai en moi.
Je ne sais plus quoi faire. L'association qui le suit là bas ne veut surtout pas travailler avec les parents car maintenant il est majeur. J'avais demandé à ce que une thérapie familiale soit envisagée mais non...impossible. Ils disent ils ne peuvent pas l'y obliger. Ok mais ou moins ils pourraient le travailler avec lui. Je ne comprends pas et je me sens tellement impuissante. J'aimerais tant que nos rapports deviennent "normaux". J'aimerais pouvoir l'aider mais même cela il le met en échec. Il se sent hyper puissant et n'a besoin de personne surtout pas de sa famille, qui n'a rien fait pour lui d'après ce qu'il me renvoie à chaque fois.
Avec son père il a aussi coupé les ponts. Il subvient à ses besoins et gagne très bien sa vie comme il aime le dire haut et fort. Il fait des livraisons avec le scooter que nous lui avons acheté, un scooter qui ne vaut rien, c'est de la M.. d'après ce qu'il dit .Par contre que des amendes qu'il reçoit car aucun respect du code de la route. Mais cela lui permet quand-même de travailler et gagner sa vie et j'en suis bien contente, mais à quel prix?
Il ne veut rien savoir, après mes tentatives pour recoller les morceaux il ne veut rien savoir, se croît au dessus de tout.
Je n'en peux plus, je suis sous anti-dépresseurs depuis bientôt 4 ans, je n'ai pas de suivi psy même si j'en ai déjà rencontré quelques uns. Le coût ne me permet pas de m'y engager sur du long terme. Les CMP sont débordés et je sais de quoi j'en parle donc j'y compte pas du tout. C'est plutôt sur un miracle que je compte...
merci de m'avoir lu et merci aussi pour vos pistes

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse 3 OCT. 2019

Madame,

Merci pour votre partage, qui me touche beaucoup.
J'entends votre détresse et j'espère de tout cœur que la vie saura mettre sur votre chemin un peu plus de douceur et de lumière pour vous et votre famille.

L'urgence aujourd'hui, c'est de capitaliser vos propres ressources.
Tout aussi compliquée et inquiétante que soit la situation de votre garçon, vous ne pourrez pas l'aider du mieux que vous pouvez si vous êtes vous au bout du rouleau.

Je pense tout de suite pour vous à la régulation émotionnelle, qui permet de retrouver énormément de sérénité et de discernement quand toutes les émotions nous envahissent.

Je vous invite à aller consulter le site tipi.pro, qui recense toutes les dates des prochaines formations à l'autonomie émotionnelle, partout en France.
Ces formations, nous les animons bénévolement, afin de rendre cette merveilleuse capacité naturelle accessible au plus grand nombre.
Cela pourrait être un point de départ pour vous, qui en plus ne vous engage pas sur le plan financier.

Il n'empêche que je vous encourage vivement au delà de vous entouré et de faire appel à un professionnel pour vous accompagner sur ce chemin, à la hauteur de vos moyens.

Si vous souhaitez plus d'infos sur la régulation émotionnelle, le site que je vous ai indiqué est très bien fourni, mais n'hésitez à me contacter aussi si vous le souhaitez.

Chaleureusement
Laurine

Laurine Sevenier Psy sur Castelnau-le-Lez

24 réponses

65 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 OCT. 2019

Bonjour "Nutella",

Votre message est une bouteille à la mer et bien qu'il n'y ait pas de questions formelles il y a tant de choses à vous répondre.
Alors je vais être concis et vous recommander UNE chose:
PRENDRE SOIN DE VOUS
Personne ne peut porter assistance à un tiers si il/elle n'est pas en sécurité.
Plus vous serez apaisée, calme et solide et plus vous aurez de solutions.
Bien à vous

Jean-Pierre ROMELLI

Coach
Formateur
Psycho-praticien
Hypnothérapeute
Thérapeute familiale Systémique

Jean-Pierre Romelli Psy sur Saint-Brieuc

81 réponses

26 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 OCT. 2019

Votre fils a 19 ans donc il est considéré majeur en France. Même si cela pourrait être dur pour vous mais il faut qu'il construise sa vie d'adulte. Le mieux à mon avis serait si un adulte de confiance lui parle et l'aide à comprendre ce qu'il veut dans sa vie et le dirige vers le bon chemin.
Je vous et lui souhaite bonne chance pour la suite.

FABIO Olga Psy sur Saint-Laurent-du-Var

11 réponses

10 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 OCT. 2019

Madame bonsoir,

Après avoir lu attentivement votre témoignage, permettez moi de vous demander quelle est votre demande au juste? Un besoin de réassurance ou un éclairage au sujet de votre fils, de votre relation à lui ?
Selon votre écrit, votre fils aîné se comporte comme un enfant-tyran: refus de l'autorité parentale très précocement, crises de colère, difficultés à l'école… Vous amenant à développer des sentiments de culpabilité. Par ailleurs, Le fait que votre fils se pose en victime et se sente persécuté sont autant de réactions faisant partie du tableau de l'enfant tyrannique.
Pourquoi cette opposition et son refus de l'autorité? Plusieurs facteurs peuvent expliquer son comportement, et notamment une mauvaise estime de lui-même suite, peut-être, à la séparation parentale survenue au cours de sa phase d'opposition ( l'enfant acquiert alors une conscience morale) au cours de laquelle il a pu croire que la séparation était de sa faute…( quel âge avait l'enfant au moment de la séparation parentale?)
Peut-être était il un enfant très sensible qui a gardé beaucoup de souffrances et de colères en lui? Peut-être avait-il encore besoin de plus d'amour?
Comme vous l'écrivez, vous avez fait de votre mieux, seule avec deux enfants…
Vous pourriez tenter toutefois de revoir votre aîné pour lui exprimer votre amour pour lui, lui expliquer vos choix, le rassurer en lui disant que la séparation entre lui et son père n'était pas de son fait… Afin de ne pas rester avec votre culpabilité qui vous ronge, de toute évidence… Suite à cela, les cartes seront dans ses mains et il faudra vous résigner à lui laisser l'entière responsabilité de sa vie, de ses actes…
Je reste disponible si vous avez d'autres éléments à poser.

Bien cordialement.

Carlier Sandrine Psy sur Charleville-Mézières

247 réponses

232 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Psychologue ado

Voir plus de psy spécialisés en Psychologue ado

Autres questions sur Psychologue ado

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 7250 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 11100

psychologues

questions 7250

questions

réponses 37800

réponses