Relation avec son enfant et perte d'estime de soi

Réalisée par kylie · 8 juin 2023 Aide psychologique

Bonjour ,

Tout d'abord je vous remercie d'avance pour votre temps.

J'ai actuellement des soucis avec mon enfant qui me font réellement douter de mes capacités en tant que mère et personne.

Pour placer un peu de contexte , j'ai grandi loin de ma famille. J'ai été envoyée dans une autre famille très jeune car mes parents n'avaient pas trop de moyens et ils voulaient un meilleur avenir pour moi. J'ai gardé le contact avec mes parents mais je me suis très vite émancipée de ma famille d'accueil à la majorité.

Je me suis majoritairement construite toute seule et bien que j'ai été entourée d'amour , mes modèles familiaux n'étaient pas très bons . En effet dans ma famille d'origine , nous sommes tous très indépendants, nous nous aimons mais nous n'avons par exemple pas eu l'habitude de manger ensemble , faire des activités ensemble etc ... Mes parents travaillaient beaucoup et j'adorais les entendre parler de travail. Je suis donc devenue une personne majoritairement intéressée par le travail dans la vie. J'ai quelques amis loyaux depuis des années mais je ne suis pas très sociable de nature , introvertie et maladroite socialement (j'ai tendance à dire les choses comme je les ressens et j'ai du mal à prendre en compte les sentiments des autres, du moins c'est ce que pense mes beaux parents de moi)

Pour revenir à la question qui m'occupe aujourd'hui, j'ai rencontré un homme formidable et nous avons un eu un enfant ensemble. Tout d'abord heureuse d'intégrer une famille normale , très vite les choses se sont gâtées. Mon conjoint vient d'une famille où les parents sont consultés pour toutes les décisions. Nous avons donc commencé à avoir des altercations car je n'étais pas aussi coopérative qu'ils le souhaitaient et je vivais honnêtement très mal leur implication. Ils ont insulté ma famille. lors d'une altercation. Je l'ai mal vécu car je leur ai parlé de moi et de ma famille dans la confiance et j'ai été blessée que ses informations soient utilisées pour me faire du mal.

J'ai commencé à me sentir très mal , pas assez bien pour mon conjoint et ma vie de couple est devenue un enfer . J'étais cernée (du moins je me sentais ainsi ) par sa famille, ses amis , j'avais l'impression que tout chez moi était bancal , incorrect et de n'avoir aucune qualité face à ces gens parfaits. Mon estime de moi a beaucoup baissé et avec mon conjoint nous avons décidé de nous écarter un peu. Comme ils avaient insulté ma famille, j'ai interdit à mon conjoint de leur parler de notre vie car j'avais peur qu'ils utilisent à nouveau des informations que je leur donnais dans la confiance pour me juger. Les choses se sont un peu calmées mais de mon côté , j'ai commencé à critiquer mon conjoint pour tout et pour rien et honnêtement j'ai été méchante avec lui. Je lui en voulais énormément. Et puis un jour mon conjoint m'a dit que j'étais une perverse narcissique , je ne savais pas ce que c'était mais quand j'ai lu ce que c'était sur internet, ça m'a fait très mal.

j'ai décidé qu'il valait mieux qu'on se sépare. Sûrement qu'il avait raison , que j'avais eu une enfance bancale et que j'étais une personne bancale. Comme toutes les séparations , ce n'était pas évident mais bizarrement je me suis sentie soulagée. j'étais une mauvaise personne et au moins en restant seule , je ne ferais plus de mal à personne. J'avais aussi envie de retrouver une meilleure image de moi. C'est très égoïste mais j'avais envie d'être avec des gens qui me renvoyaient une meilleure image de moi même. Pendant cette séparation, ma belle famille m'a à nouveau insultée notamment de perverse narcissique aussi, j'avais isolé leur fils d'eux ce qui est vrai et je ne supportais pas qu'ils leur parlent de notre vie. Ils ont dit à leur fils de faire en sorte que je n'ai pas la garde de ma fille. Je savais qu'il ne m'aimait pas mais autant de violence , se servir de ma fille (parce que c'est comme ça que je le voyais))c'était beaucoup pour moi.

La séparation a beaucoup traîné en longueur à cause du logement et au final alors que chacun de nous a pris ses distances , ça nous a fait du bien. J'ai retrouvé ma vie, mes amis , je suis redevenue joyeuse. Et nous nous sommes retrouvés aussi. A partir de là tout s'est amélioré , mon conjoint est devenu solidaire et honnêtement extraordinaire. J'ai appris à côtoyer ma belle famille mais pas trop.

Quand je suis avec eux , je suis assez horrible. Je ne parle pas ou très peu . Je n'arrive pas à montrer mes qualités. Je prends les moindres reproches "constructifs" comme des épées qui me transpercent. Je crois que ça les arrange car ils peuvent se dire que je mérite ce qu'ils m'ont fait. Dans ma tête, je suis pour eux une femme rancunière , une narcissique qui essaye d'isoler leur fils d'eux et qui n'a aucune empathie. Et j'ai effectivement tendance à ne montrer aucune empathie avec eux, je n'ai aucune confiance en eux. Je souffre d'avoir cette image mais j'ai l'impression de me perdre en essayant de leur plaire. J'ai un réflexe d'auto sabotage. Je suis aussi très passionnée par mon travail et je regrette de ne pas aimer passer du temps à jouer à des jeux de société en famille, papoter etc ... je ressens à leur contact que je ne suis pas normale , que je ne consacre pas assez de temps à ma famille et que je ne fais pas ce qu'une bonne mère ferait. Et ils ont raison sur plein de points, je ne suis pas assez attentive et des fois je préfère travailler que me "détendre" en famille. Je me sens égoiste parce que les moments que j'aime passer en famille sont ceux liés "à moi" à savoir : faire les devoirs avec ma fille car je valorise beaucoup l'éducation, lire avec elle etc ... Ils me font sentir que je ne fais que les choses qui peuvent me valoriser. et c'est sûrement vrai.

Les problèmes qui s'étaient calmés remontent avec notre enfant qui grandit . Notre enfant est adorable et a mes traits de caractère et ceux de ma famille. Et cela accentue mon mal être , que mon enfant soit comme moi. Notre enfant ne supporte pas l'autorité et elle a les mêmes problèmes d'empathie que moi (elle ne fait pas les choses juste pour faire plaisir ; Elle ne les fait que si elle le veut. c'est impossible de lui mettre la pression et de lui faire du chantage émotionnel. Elle a comme moi du mal à considérer les sentiments des autres dans sa prise de décision) . C'est d'ailleurs à son contact que j'ai commencé à comprendre mon conjoint. Ma fille a très souvent raison quand elle refuse de faire quelque chose mais quelque fois même quand on a raison , on peut comprendre que c'est important pour l'autre. Pour elle comme pour moi , avoir raison est ce qui compte le plus "la logique avant l'émotion" mais j'ai réalisé à quel point c'était difficile de faire face à une personne très autonome qui démonte votre raisonnement en deux secondes et qui ne veut pas vous céder juste parce que ça va vous rendre heureux.

Quand elle est uniquement avec moi , elle est douce et calme. Parce qu'elle aime que je lui explique pourquoi je lui demande de faire des choses. Elle me pose des questions et obéit une fois qu'elle a compris. Le problème c'est qu'elle est très difficile à vivre avec les autres , elle n'arrive pas à obéir sans explications , elle n'en fait qu'à sa tête et honnêtement elle dit des choses crues et méchantes . Quand elle se sent critiquée , elle peut devenir extrêmement rude. Et pourtant c'est une enfant curieuse et très empathique quand elle est posée et en confiance; J'aimerai aider ma fille à mieux valoriser ses qualités et à canaliser ses défauts sans essayer de les gommer . J'aimerai l'aimer comme elle est et savoir faire la part des choses entre ce sur quoi elle doit faire des efforts et ce qui fait d'elle ce qu'elle est. Et je pense que j'ai aussi besoin de m'aimer un peu plus malgré mes défauts. je les trouverais sûrement moins grave chez ma fille si je ne les trouvais déjà pas horribles chez moi.

Cependant, Je doute de mes capacités de mère , puis je éduquer un enfant ? Ne vais je pas lui transmettre toutes mes imperfections ou celles de ma famille ? Je me suis mise dernièrement à prêter trop d'attention aux défauts de ma fille. Je suis effrayée à l'idée de mal faire . J'ai peur pour elle mais aussi je crois que je revis le rejet à travers elle quand je vois les yeux des autres sur elle (Si ma fille n'est pas une bonne personne , alors moi non plus. J'ai aussi peur qu'elle soit utilisée comme la preuve que je suis une mauvaise personne par ma belle famille entre autre. J 'ai peut être juste peur pour moi au fond ? Peur de me voir comme je suis vraiment. Je ne sais plus qui est le méchant de l'histoire ? Moi ? Ma belle famille , Y a t'il vraiment un méchant ? Mon conjoint aimerait que je pardonne tout, il trouve que j'exagère; mais je refuse de pardonner. Etait ce normal ce qu'ils m'ont fait ? Est ce normal de n'avoir reçu aucune excuse ? Est ce qu'ils ne vont pas recommencer ? Est ce moi qui suis angoissée ? J'ai peur pour ma fille , j'ai peur d'eux, j'ai même peur qu'ils utilisent ma fille contre moi. Est ce la preuve que je ne pense qu'à moi ? Dès que je les côtoie je suis mal à l'aise. Ils me font toujours sentir en relevant mes défauts de mère ou de femme que je n'ai pas le sens de la famille . J'ai peur qu'ils blessent ma fille. Je crois que j'ai aussi peur pour moi même à travers ma fille , je n'arrive plus à être logique et je mélange tout. Je regrette aussi de leur avoir parlé de moi car mes confidences sont devenues une arme pour montrer que je ne comprends rien à la famille, que j'ai un problème et que si ma fille est comme ça ça vient de moi. Quand je suis avec mes amis , je suis heureuse et bien dans ma peau d'atypique, ma famille n'est pas parfaite mais je les aime. Dès que je suis avec eux , je me prends la tête , je me demande si les remarques ne sont pas faites exprès pour me faire mal etc ... Je me sens mal et je déteste ça car mon conjoint est vraiment incroyable et je voudrais les rendre heureux ma fille et lui

Je n'ai pas les idées claires sur comment je peux aider ma fille. Je doute aussi de toutes mes décisions. j'ai peur d'être trop égoïste et trop dure avec ma fille. Je suis gênée parce que ma fille trahit mon narcissisme ? D'une certaine façon, je crois que j'ai perdu confiance en mon discernement. Je suis très effacée quand mon conjoint et ma belle famille sont avec ma fille. J'ai l'impression que si elle est comme ça c'est ma faute et que je ferais mieux de les laisser faire et qu'ils lui apporteront mieux que moi. résultat : ma fille est horrible avec moi en particulier et quand nous sommes avec mon conjoint ou ma belle famille , elle me montre qu'elle n'en a rien à faire de mon avis et même des fois elle semble heureuse que je sois mise de côté. je pense qu'elle m'en veut d'essayer continuellement de "la changer " et qu'elle se sent plus à l'aise d'être elle même avec eux. Elle me répète ou répète aux autres à la moindre remarque "moi c'est moi, je fais ce que je veux". Je le vis mal comme un échec. Mon égoisme a déteint sur ma fille et je le sens dans le regard de ma belle famille. En effet, je me suis beaucoup renseignée sur l'empathie et j'essaie de lui en parler, de m'améliorer pour être un exemple et d'avoir des discussions ou je lui explique comment la développer et où je reprends des exemples du quotidien pour illustrer mes propos. Mon conjoint trouve que je parle trop et ma fille aussi. Cela me fait mal car on m'a beaucoup reproché de ne pas assez m'impliquer mais quand je le fais , ma façon de faire est mauvaise. Est ce que je devrais la laisser tranquille , lui faire confiance , et elle s'améliorera avec le temps ? Est ce que tenir ces conversations avec elle c'est la forcer à devenir ce qu'elle n'est pas ? Est ce que ce n'est pas approprié d'avoir des discussions sérieuses avec son enfant ? Est ce trop sérieux , trop carré , inempathique ou froid ? Dans ma famille on m'a appris à tout gérer par le dialogue un peu comme dans une entreprise. Mes parents adoraient nous réunir et avoir des discussions d'adultes avec nous, on devait même faire des propositions et des compte rendus et j'adorais ça. J'ai l'impression que là dessus ma fille tient de son père, elle déteste le dialogue , les discours etc .. Je suis triste car je ne retrouve rien de ma propre famille dans ma petite famille. Tout ce que je veux mettre en place semble inapproprié , elle préfère la façon de faire de son père, ses activités et sa simplicité. je me sens mise à l'écart.
Quand elle est avec moi elle s'adapte sûrement pour faire plaisir mais quand elle est avec son père elle retrouve son insolence , elle a l'air plus heureuse. De même comme avec ma belle famille et son père , c'est plus simple , j'ai l'impression que ma façon de faire est mauvaise. Bref je ressens toujours que je ne fais pas ce qu'il faut, mes méthodes sont compliquées et ennuyeuses. Cela ne me gênerait pas autant si au moins le résultat était au RDV. Elle est aussi plus ingérable et plus méchante quand elle est avec eux mais je crois que c'est ce qu'elle aime , elle peut être qui elle est vraiment.

Je suis donc perdue entre le sentiment d'en faire trop et de la déranger et le sentiment de ne pas en faire assez quand je vois comment elle se comporte mal quand elle est avec eux. J'ai peur que ma fille m'en veuille de ne pas la laisser être elle même et que la société me rejette ensuite la faute de ne pas l'avoir éduquée comme il faut. J'ai peur qu'elle souffre et j'ai aussi peur d'être jugée. Si j'essaie de lui apprendre j'ai l'impression d'être trop à cheval, de vouloir la changer et de valider l'idée qu'ils ont de moi qui est de ne penser qu'à moi et mon image mais si elle se comporte mal ensuite c'est ma faute car elle a pris mes défauts ou que je ne me suis pas assez occupée d'elle car je travaille trop et que je l'ai traumatisée. Je ne trouve pas la juste mesure.

Quand je suis seule avec ma fille lorsque son père est en voyage, nous nous entendons vraiment bien, elle est sage. Peut être qu'elle a peur de perdre mon amour si elle n'est pas "comme je veux" et cela me fait de la peine car je connais cette sensation . J'aurais aimé qu'on m'aime malgré mes défauts et qu'on ne les utilise pas pour me faire mal. Mais j'ai peur qu'elle devienne pire que moi car bien que mon empathie n'était pas très développée , j'ai développé jeune un grand intérêt pour les livres qui m'ont appris que je pouvais toujours m'améliorer et une grande humilité face à ma bêtise. Ma fille est adorable , curieuse et empathique dans l'intimité. Je me demande pourquoi avec son père, ma belle famille et en public en général , elle devient si agitée , si imbue d'elle même et persuadée qu'elle peut bien dire ce qu'elle veut on l'aimera toujours quand même . Eux la laisse dire ce qu'elle veut mais la juge intérieurement , moi je la prends à part et je lui dis sincèrement que je n'approuve pas son comportement. J'ai l'impression d'être la méchante et qu'elle essaye de me montrer qu'elle n'a pas besoin de moi, elle est comme elle est et on l'aime comme ça même si moi je refuse de l'accepter. Sauf que je connais la société , les gens lui sourient, font mine de l'accepter mais intérieurement ces gens qu'elle croit de son côté seront les premiers à la juger. Je veux l'aider et lui montrer que je suis sa mère et son alliée. Je veux l'aider de façon bienveillante avec une bienveillance que je n'ai pas reçue plus jeune. Je sais que j'ai eu des manques plus jeune et j'aurais aimé qu'on m'aide à progresser de façon bienveillante sans me condamner de tous les noms. J'aimerai lui apporter ça mais peut être que je lui mets trop de pression et ça l'encourage juste plus à avoir envie de m'écarter. J'adore le dialogue, les concepts abstraits depuis l'enfance mais ma fille préfère les jeux de société, et les choses très terre à terre comme son père. Comment l'approcher sans lui faire peur ? Comment l'aider sans en faire trop ? Comment m'adapter ?

Elle a 7 ans , est ce qu'elle a besoin d'être validée de cette façon au préalable ? Est ce que si je la laisse faire elle ne va pas devenir encore plus ingérable à l'avenir ? Je passe plus de temps avec elle mais quelque fois elle est rude ce qui me donne envie de retourner à toute vitesse dans ma coquille. je suis très sensible et ses agressions verbales sont très difficiles à vivre pour moi. J'admire son père qui la gronde , je déteste gronder je préfère le dialogue et je me tais lorsque je suis blessée. J'ai l'impression qu'elle me méprise un peu pour ça et sait qu'elle peut être rude sans crainte.

Même si je sais que ce n'est pas une bonne chose, j'ai tendance à me mettre de côté dans l'éducation et dans la vie. Il n'y a qu'au travail que je me sens à ma place et capable d'exceller.

Ma boussole de mère et de femme est cassée, par peur de mal faire , je ne fais rien. Cette situation me pèse. J'ai peur pour ma fille, je veux tellement qu'elle soit heureuse. J'ai peur aussi de ne pas être une bonne mère pour ma fille , je ne sais pas comment trouver ma place et surtout j'ai peur qu'ils aient tous eu raison sur moi.

J'ai accepté l'idée que je puisse être une mauvaise personne, je suis assez égoïste et plus intéressée par le travail que par les relations sociales. et ma famille n'est clairement pas un modèle. Mais même si je suis une manipulatrice et une personne sans coeur , je veux être meilleure pour ceux que j'aime. Ils le méritent tellement. J'aimerai savoir comment changer, je sais que les manipulateurs ne changent pas mais je pense que je peux ; ce sera difficile pour moi car reconnaître mes erreurs est très difficile pour moi. Mais si je reçois des conseils de personnes par lesquelles je ne me sens pas menacée, peut être que je pourrais progresser. Selon mon conjoint (et je suis d'accord avec lui) j'ai développé une angoisse sociale, je me sens tout le temps jugée , j'ai peur que toute attaque sur ma personnalité détruise le peu d'estime que j'ai réussi à récupérer. Et à chaque fois que je fais quelque chose mal, les attaques que j'ai reçues remontent à la surface et je prends mal les remarques. je veux apprendre à encaisser les remarques sans me sentir si mal comme si on me voulait du mal.

je vous remercie d'avoir tout lu . Je suis désolée de la longueur , je crois avoir parlé de plusieurs problèmes en un seul. Je vous remercie pour votre aide.

PS : J'ai été diagnostiquée HPI il y a quelques années mais honnêtement le savoir ne m'a pas vraiment aidée. J'ai fait l'erreur de vouloir en parler à mon conjoint et à sa famille, je voulais être mieux comprise mais ça les a convaincus encore plus que j'étais une manipulatrice condescendante qui ne pense qu'à réussir au travail quitte à mettre sa famille de côté. Et j'ai du mal à être fière de ce que j'accomplis devant eux parce que j'ai peur que ce soit encore là la preuve que je ne pense qu'à moi. Bref j'ai l'impression de tout faire de travers

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 18 JUIN 2023

Bonjour,

Vous traversez une période difficile, emplie de doutes et de questionnements sur vos capacités en tant que mère, sur votre existence et votre identité. Votre histoire de vie complexe et vos relations tendues avec votre belle famille ont eu un impact délétère sur votre estime de vous-même et votre confiance en tant que parent. Il n'est pas rare que les conjoints révèlent ce qu’il y a de précaire ou de dysfonctionnel dans les rapports familiaux et devienne malgré eux le catalyseur, le porteur de la faille, de ce qui potentiellement met en défaut votre belle-famille par votre différence-à-être. En ce sens, vous devenez bouc-émissaire des conflits psychiques familiaux irrésolus de cette famille. J’entends tout à fait que les tensions et les insultes aient eu un impact corrosif sur votre estime de vous-même. Vous avez pris des mesures pour vous protéger en vous éloignant un peu d'eux, ce qui semble avoir été bénéfique pour vous.

En ce qui concerne votre relation avec votre fille, il est normal de ressentir des inquiétudes quant à son développement et à son comportement. Chaque enfant est unique et a ses propres caractéristiques. Mais ce qui semble vous inquiéter, c’est la ou les parts qu’elle pourrait prendre de vous, ou bien du côté de son père. Il semble qu’il y a certaines transmissions que vous anticipez sur la négative et appréhendez beaucoup, voire regrettez presque déjà. Comme si ce que vous portiez psychiquement pourrait constituer d’un héritage transmissible et mauvais. Ce sont des craintes naturelles, mais qui semblent aussi beaucoup vous meurtrir, et cela s’entend bien dans le sens où vous semblez vous dévaloriser et vous déprécier sur certains aspects personnels. L’idéal serait de travailler sérieusement ces questions auprès d’une aide professionnelle telle qu’un.e psychologue pour que vous puissiez bénéficier d’un véritable recul sur vos pensées, vos craintes, et vos comportements et ainsi vous ajuster suffisamment bien dans votre parentalité. En tous cas, vous semblez chercher à offrir à votre enfant un environnement d'amour, de compréhension et de soutien, tout en lui permettant de développer ses propres qualités et de comprendre les conséquences de ses actions. Les conversations sérieuses avec votre enfant peuvent être bénéfiques, mais il est également important de trouver un équilibre entre le dialogue et le laisser-être.

Il est important de reconnaître que chaque personne a ses propres défauts et qualités, et il est normal de se sentir dépassé parfois. Vous avez fait de votre mieux dans les circonstances qui vous ont été données, et vous avez le droit d'apprendre de vos erreurs. Le fait que vous vous posiez des questions sur votre position parentale et sur ce que vous transmettez à votre enfant constitue déjà une posture responsable de parent, qui demanderait à être soutenue et travaillée à l’avenir. Vous cherchez à faire au mieux et à vous ajuster avec authenticité vis-à-vis de vous-même, de votre identité, de vos valeurs, de ce qui vous fait vous.

Dans votre situation, vous pourriez envisager d’amener dans l'espace de confiance et le temps sécurisant de la psychothérapie les questionnements de votre message : autour de la transmission, de la parentalité, de votre identité, des questions existentielles importantes qui peuvent tout à fait constituer une amorce pour débuter un travail sur soi. Il est important de souligner qu’une telle démarche nécessite du temps, de l'engagement et de la patience mais elle est également bénéfique, et vous permettrait d’être accompagnée avec bienveillance et sans jugements dans un processus d’exploration, de compréhension, et de cheminement vers un mieux-être.

Vous pouvez prendre contact avec moi si vous souhaitez approfondir cet échange. Je reste à votre écoute pour vous accompagner et vous aider à éclaircir vos questionnements.

Bien à vous.

Mégane Meslier – Psychologue clinicienne

Mégane Meslier Psy sur Vert-Saint-Denis

126 réponses

939 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

26 JUIN 2023

Bonjour Kylie,

Il y beaucoup de choses à prendre en compte dans votre raisonnement. En aucun cas vous ne devez douter de votre légitimité de place de mère. Nulle n'est parfait en ce monde. Vous êtes prise par une culpabilité car vous ne trouver pas les réponses à votre émotion dans tout ce que vous pouvez vivre, et le mieux est de vous faire aider pour cela. Il serait bon de faire un travail sur vous par la psychanalyse car cela vous ouvrira les portes vers des nouvelles perceptions.

N'hésitez pas à me joindre. Prenez soin de vous.

Afonso Stéphanie
Psychanalyste

Stéphanie Afonso Psy sur Evry

163 réponses

11 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12750 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16150

psychologues

questions 12750

questions

réponses 134900

réponses