6 signes moins connus de narcissisme

À l'heure actuelle, la plupart des gens connaissent les principaux traits qui définissent généralement un narcissique. Mais il existe d'autres caractéristiques moins connues...

23 MARS 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

6 signes moins connus de narcissisme

La 5e édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) énumère précisément les 9 mêmes critères pour le trouble de la personnalité narcissique (NPD) que la version précédente. Ainsi, ces critères diagnostiques de longue date sont désormais assez familiers - non seulement aux professionnels, mais également aux profanes intéressés. Parce que seul le narcissique extrême ou «classique» répond à tous ces critères, le DSM précise qu'un individu n'a besoin que de cinq (à peine plus de la moitié) pour justifier l'étiquette.

Pour commencer, je vais réitérer ces critères choisis - avant d’ajouter six critères importants, qui complètent ou étendent ces critères «officiels». Mes mesures particulières pour identifier les narcissiques pathologiques sont basées non seulement sur mon exposition à des écrits volumineux sur ce trouble du caractère, mais aussi sur plus de 30 ans d'expérience clinique, y compris des conseils personnels, de couple et familiaux avec ces personnes. Mais cela implique également de travailler de manière indépendante avec ceux qui sont impliqués avec des narcissiques - enfants en détresse, conjoints, parents, amis ou associés d'affaires - qui expriment à plusieurs reprises leur frustration à essayer de les gérer.

Pour commencer, cependant, voici les exigences du DSM (légèrement condensées et avec des modifications mineures entre crochets) pour le diagnostic du trouble de la personnalité narcissique :

  1. Un sens exagéré et infondé de leur importance et de leurs talents (mégalomanie)
  2. Une obsession de fantasmes de succès, d'influence, de pouvoir, d'intelligence, de beauté, ou d'amour parfait illimités
  3. Estime qu'il ou elle est «spécial» et unique et ne peut être compris que par, ou devrait s'associer avec, d'autres personnes (ou institutions) spéciales ou de haut statut.
  4. Nécessite une admiration excessive [pêche régulièrement les compliments et est très sensible à la flatterie].
  5. La conviction de disposer d'un droit
  6. L'exploitation des autres pour atteindre leurs propres objectifs
  7. Un manque d'empathie : ne veut pas [ou, ajouterais-je, incapable] de reconnaître ou de s'identifier aux sentiments et aux besoins des autres.
  8. La convoitise suscitée par les autres et le sentiment que les autres les envient
  9. Montre des comportements ou des attitudes arrogants, hautains [grossiers et abusifs].

Alors, qu'est-ce qui est laissé de côté ? En fait, en ce qui concerne cette identification, il y en a encore pas mal. Et je ne doute pas que d’autres thérapeutes pourraient ajouter encore aux 6 caractéristiques supplémentaires que je vais fournir - des fonctionnalités que, bien que malheureusement minimisées ou omises de DSM, j’ai régulièrement vu affichées par les nombreux narcissiques dysfonctionnels avec lesquels j'ai travaillé. Donc, pour les énumérer, ces individus :

1. Ils sont très réactifs aux critiques.

Ou tout ce qu'ils supposent ou interprètent comme évaluant négativement leur personnalité ou leurs performances. C'est pourquoi, si on leur pose une question qui pourrait les obliger à admettre une certaine vulnérabilité, une lacune ou une culpabilité, ils sont susceptibles de falsifier les preuves (c'est-à-dire de mentir), changer à la hâte la sujet, ou répondre comme si on leur avait demandé quelque chose d'entièrement différent. J'ai écrit un article mettant en évidence cette sensibilité suralimentée («The Narcissist's Dilemma: They Can Dish It Out, But ...») et cet aspect de leur perturbation souligne que leur ego - surdimensionné, ou plutôt artificiellement «gonflé» - peut très facilement perforé. Ce que ces caractéristiques suggèrent, c'est que, au fond et malgré toute leur grandiosité égoïste , elles ou ils...

2. Ils ont une faible estime d'eux.

Cette facette de leur psyché est compliquée car, superficiellement, leur estime de soi semble être plus élevée et plus assurée que celle de n'importe qui d'autre. De plus, compte tenu de leur "dynamisme" habituel, il n'est pas rare pour eux de se hisser à des postes de pouvoir et d'influence, ainsi que d'amasser une fortune. Mais si nous examinons ce qui se cache sous la surface d’une telle stature sociale, politique ou économique élevée - ou leurs réalisations en général - ce qui peut généralement être déduit est un degré d’insécurité bien au-delà de tout ce qu’ils seraient prêts à avouer.

Autrement dit, de diverses manières, ils sont constamment poussés à faire leurs preuves, à la fois aux autres et à leur moi «enfant intérieur» pas si confiant. C'est la partie récessive et douteuse de leur être qui, bien que bien cachée à la vue, est néanmoins affligée de sentiments et de craintes d'infériorité. Dans la mesure où leur système de défense élaboré évite efficacement de devoir faire face à ce que leurs masques de bravade, ils sont hautement qualifiés pour montrer, ou «posturer», une estime de soi exceptionnellement élevée. Mais leurs insécurités les plus profondes sont encore perceptibles dans leur recherche si souvent des compliments et leur penchant pour se vanter de leurs réalisations (souvent exagérées). Autrement dit, ce sont des experts pour se complimenter ! Et quand - malgré toute leur auto-élévation - d'autres sont critiques à leur égard, ils ...

3. Peuvent être excessivement sur la défensive.

Ayant tellement besoin de protéger leur ego exagéré mais fragile, leur système de défense toujours vigilant peut être extrêmement facile à déclencher. J'ai déjà mentionné à quel point ils sont généralement réactifs à la critique, mais en fait, tout ce qu'ils ont dit ou fait qu'ils perçoivent comme remettant en question leur compétence peut activer leurs solides mécanismes d'autoprotection. C’est pourquoi tant de non-narcissiques avec lesquels j’ai travaillé ont partagé à quel point il est difficile de les atteindre dans des situations de conflit. Car dans des circonstances difficiles, c'est presque comme si leur survie même dépendait d'avoir raison ou d'être justifié, alors qu'admettre catégoriquement (ou humblement) une erreur - ou, d'ailleurs, prononcer les mots «Je suis désolé» pour une transgression - semble difficile /impossible pour eux.

De plus, leur attitude «à ma façon» dans la prise de décision - leur insistance obstinée et compétitive pour que leur point de vue prévale - trahit (même si elle s'efforce de dissimuler) leurs doutes sous-jacents de ne pas être assez bons, forts ou intelligents. . Et plus leur image de soi prétentieuse, privilégiée, exagérément gonflée se sent menacée par la position d'autrui, plus ils sont susceptibles de ...

4. Réagir aux points de vue contraires avec colère ou rage.

En fait, cette caractéristique est si courante chez les narcissiques que cela m’a toujours surpris que le DSM ne la mentionne pas spécifiquement parmi ses 9 critères. À plusieurs reprises, les auteurs ont noté que les accès de colère sont presque intrinsèques aux troubles de la personnalité narcissiques et borderline. Et bien que ce ne soient pas des peurs particulières d'abandon qui font ressortir leur soi-disant «rage narcissique», les deux troubles de la personnalité réagissent généralement avec une émotion enflammée lorsque les autres rapprochent trop près de la surface leurs insécurités les plus profondes.

La raison pour laquelle les sentiments de colère et de rage sont si typiquement exprimés par eux est qu'au moment où ils extériorisent les émotions beaucoup plus douloureuses liées à l'anxiété ou à la honte qui se cachent juste sous eux, lorsqu'ils sont sur le point de ressenti une blessure ou une humiliation de leur passé, leur rage qui en résulte «se transfère» commodément en des sentiments indésirables envers un autre. 

Le message d’accompagnement qui est communiqué à travers de telles émotions antagonistes est : «Je ne suis pas mauvais (faux, stupide, méchant, etc.), mais vous l’êtes !» Ou, cela pourrait même être : «Je ne suis pas narcissique ou borderline ! Vous l'êtes !" (Ou, dans une version légèrement plus douce, "Si je suis narcissique ou borderline, alors vous l'êtes aussi !") Et si un individu en meilleure santé mentale n'a aucune idée de ce qui a provoqué son explosion en premier lieu, une explosion aussi soudaine est susceptible de le faire se sentir non seulement déconcerté mais blessé et peut-être même effrayé. Ce qui n'est pas le cas pour une personne narcissique.

5. Projetez sur les autres les défauts, traits et comportements qu’ils ne peuvent pas - ou qu’ils ne veulent pas - accepter en eux-mêmes.

Parce qu'ils sont contraints du plus profond de l'intérieur de dissimuler des déficits ou des faiblesses dans leur image de soi, ils redirigent habituellement toute appréciation défavorable d'eux-mêmes vers l'extérieur, croyant inconsciemment que cela maintiendra à jamais leurs soupçons les plus profonds sur eux-mêmes. Se rapprocher d'être obligé d'affronter les ténèbres au plus profond de leur cœur peut être très effrayant, car en réalité, leurs ressources émotionnelles sont malheureusement sous-développées.

Largement reconnus comme narcissiques par leur manque fondamental de perception de soi, très peu d'entre eux peuvent atteindre une telle connaissance intérieure. Car, de diverses manières, leurs défenses rigides et inflexibles peuvent être considérées comme définissant plus ou moins toute leur personnalité. Et c’est pourquoi l’un des moyens les plus fiables pour eux de se sentir bien dans leur peau - et «en sécurité» dans le monde dont ils sont essentiellement si éloignés - est d’invalider, de dévaloriser ou de dénigrer les autres. Ils se concentreront donc sur les défauts des autres (qu’ils existent ou non) plutôt que de reconnaître et d’accepter les leurs. Et à bien des égards curieux, cette habitude les amène à ...

6. Avoir de mauvaises limites interpersonnelles.

Considérant inconsciemment les autres comme des «extensions» d'eux-mêmes, les narcissiques considèrent les autres comme existant principalement pour répondre à leurs propres besoins, tout comme ils placent systématiquement leurs besoins avant ceux de tous (souvent, même leurs propres enfants). Puisque les autres sont considérés comme ce que la littérature appelle souvent des «fournitures narcissiques», c'est-à-dire existant principalement pour répondre à leurs désirs personnels, ils ne pensent généralement pas aux autres indépendamment de la façon dont ils ils pourraient les «utiliser» à leur propre avantage. Tout ce que les narcissiques cherchent à donner, ils s'attendent généralement à l'obtenir des autres aussi (ce qui est encore une autre dimension de leur célèbre - ou infâme - sens du droit).

Même au-delà de cela, leurs limites poreuses et leurs compétences interpersonnelles inégalement développées peuvent les inciter à dominer de manière inappropriée les conversations et à partager avec d'autres des détails intimes sur leur vie (bien que certains narcissiques, il faut le noter, peuvent faire preuve d'un sens social extraordinaire, même machiavélique). De telles informations privées se concentreraient probablement sur la divulgation de faits que d'autres seraient susceptibles de ne pas divulguer. Mais ayant (au moins consciemment) beaucoup moins de honte, ils sont susceptibles de partager des choses qu’ils ont dites ou faites que la plupart d’entre nous seraient trop gênés ou humiliés pour admettre. Pourtant, avec une insensibilité parfois grossière à la façon dont les autres pourraient réagir à leurs mots, ils sont susceptibles de laisser échapper des choses, ou même de se vanter d'eux.

Ils pourraient, par exemple, partager - et avec beaucoup de fierté - comment ils ont humilié quelqu'un, et s'attendre à ce que l'autre personne soit impressionné par son courage ou son intelligence, alors qu'en fait l'auditeur peut être consterné par son manque de gentillesse, ou de tact. De plus, ils peuvent poser à d'autres des questions qui sont beaucoup trop personnelles ou intimes - encore une fois les irritant ou les dérangeant involontairement. Et une telle situation peut être particulièrement difficile pour l'autre personne si le narcissique est en position d'autorité sur eux de sorte que ne pas répondre pourrait, pratiquement, les mettre en danger.

Je ne peux qu'espérer que ces caractérisations supplémentaires du narcissique pathologique peuvent être utiles pour vous permettre de les identifier avant que leur «malignité» ne vous fasse de l'ombre. Et si vous avez déjà été dupé par leurs machinations ou manipulations, peut-être que cet article vous servira d’avertissement pour les empêcher de faire de nouveaux ravages dans votre vie.

Remarque : je m'en voudrais de ne pas souligner que le narcissisme abordé ici se concentre sur ses formes les plus inadaptées, ou «toxiques». Contrairement au DSM (l'outil de référence diagnostique standard pour les professionnels de la santé mentale), le Manuel de diagnostic psychodynamique (PDM, 2006) - respecté, mais beaucoup moins connu que le volume officiel - note explicitement que le trouble existe «le long d'un continuum de gravité, de la frontière avec les troubles de la personnalité névrotique aux niveaux les plus sévèrement perturbés. Et de plus, que «vers la fin névrotique [ces] individus narcissiques peuvent être socialement appropriés, réussir personnellement, charmants et, bien que quelque peu déficients en capacité d'intimité, raisonnablement bien adaptés à leur situation familiale, leur travail et leurs intérêts.»

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Bibliographie

  • Trouble de la personnalité narcissique, Andrew Skodol , MD, University of Arizona College of Medicine, LE MANUEL MSD
  • Caligor, E., Levy, K. N., & Yeomans, F. E. (2015). Narcissistic personality disorder: Diagnostic and clinical challenges. American Journal of Psychiatry, 172(5), 415-422.
  • Rohmann, E., Neumann, E., Herner, M. J., & Bierhoff, H. W. (2012). Grandiose and vulnerable narcissism. European Psychologist, 17(4), 279-290. 
  • Thomaes, S. C. E., Bushman, B. J., Orobio de Castro, B., & Stegge, H. (2009). What makes narcissists bloom? A framework for research on the etiology and development of narcissism. Development and Psychopathology, 21, 1233-1247.
  • Cartwright, M. (2017, February 20th). Narcissus. Ancient History Encyclopedia. Retrieved January 27, 2021, from https://www.ancient.eu/Narcissus/

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 1
  • Ecoute

    Bonjour, si je me permet d'intervenir c'est parce que cet article est placé dans psychanalyse. Je remercie l'auteur pour cet écrit mais je tiens à souligner un ou deux points avec lesquels je ne suis pas d'accord. Tout d'abord, voir le narcissisme en terme de symptômes observable va à l'encontre de l'idée même de la psychanalyse à mon sens. En effet, la base même de cette approche postule le fait que tout trouble, pathologie, symptôme, s'inscrit dans une structure. Une personne narcissique est avant tout une personne qui s'est construite de la sorte. Qui a connu un sérieux blocage durant la phase anale qui l'a mené à un oedipe parallèle : non classique. Il y a également le latents : les angoisses d'abandon. En d'autres termes, pour moi "être narcissique" signifie avoir connu des problèmes massifs durant la phase narcissique. Par ailleurs, ce que j'aurais envie de critiquer dans le DSM, c'est le fait que tout symptôme s'inscrit dans un contexte. On ne peut (selon moi) dire que parce que un tel à eu tel comportement sans prendre en compte le moment et le pourquoi, qu'il est narcissique. Sinon la marge d'erreur est très grande. Les comportements décrits sont des défenses et dire que quelqu'un manque d'empathie est subjectif (à moins d'avoir creusé la question)

derniers articles sur psychanalyse