7 traumatismes de l'enfance et du passé qui vous affectent à l'âge adulte

Les traumatismes de l'enfance nous suivent jusqu'à l'âge adulte. Voyons quelques exemples de traumatismes infantiles et comment les gérer et les surmonter.

30 NOV. 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

7 traumatismes de l'enfance et du passé qui vous affectent à l'âge adulte

Les blessures émotionnelles dont nous souffrons dans l'enfance peuvent se prolonger tout au long de la vie, même à l'âge adulte. C'est pourquoi nous devons apprendre à nous désintoxiquer de toutes ces émotions, à apprendre à gérer les émotions de manière saine et complète.

Qu'est-ce qu'un traumatisme psychologique ?

Un traumatisme psychologique est défini comme un événement qui cause la fragilité, l'impuissance et la douleur, et qui modifie la vie psychique d'un individu.

Les traumatismes peuvent être générés à la fois dans l'enfance et à l'âge adulte et peuvent être plus ou moins intenses et de différents types. Voyons quelques-uns d'entre eux :

  • L'événement traumatisant qui compromet sa propre sécurité ou met sa survie en danger. Ce type d'événement est lié aux événements dans lesquels la personne se trouve dans un moment qui a mis sa vie en danger.
  • Les abus physiques et psychologiques qui, même s'ils ne se sont pas transformés en véritables menaces pour sa survie, peuvent nuire gravement à l'estime de soi et à la confiance envers le monde extérieur.
  • Le micro-traumatisme : il n'y a pas seulement de grands événements qui peuvent causer un traumatisme, mais aussi une série de petits traumatismes ou d'événements stressants qui se succèdent, peuvent provoquer les mêmes symptômes d'un événement catastrophique.
  • Les traumas émotionnels : au cours de notre vie, nous sommes tous soumis à des traumatismes émotionnels petits ou grands, qui dans de nombreux cas se résolvent d'eux-mêmes, tandis que dans d'autres, laissent des blessures profondes. Dans tous les cas, cependant, il est essentiel de traiter et de surmonter le traumatisme et non de le réprimer.

Les traumatismes infantiles

Les traumatismes et les blessures émotionnelles dans l'enfance font partie de la colonne vertébrale de nos émotions à l'âge adulte. Pour comprendre leur fonctionnement, on peut les comparer à une plante maltraitée alors qu'elle venait de germer : les séquelles de ces mauvais traitements resteront sur la plante, ses feuilles et ses racines, pendant toute sa vie.

Les traumatismes infantiles sont très courants (évidemment à des niveaux réels), à tel point qu'environ 78% des enfants de moins de 5 ans ont subi un traumatisme et 20% des enfants de moins de 6 ans sont en thérapie pour avoir été maltraités , abandon ou perte de parents.

Des traumatismes plus graves peuvent entraîner des cas de trouble de stress post-traumatique chez les enfants et les adultes, avec des conséquences telles qu'une perte de conscience ou de mémoire, des problèmes relationnels, une vision déformée de la réalité et des problèmes émotionnels.

Les traumatismes de l'enfance ont donc un impact très fort dans ce qu'est la construction de l'identité, ou dans ce processus qui inclut la prise de conscience de nous-mêmes et la construction de notre estime de soi, de notre comportement et de notre caractère, ainsi que de la capacité de vivre d'une manière saine et intègre les expériences émotionnelles, se sentant un individu sûr et complet. Il est évident que si ce processus est affecté, de manière plus ou moins grave, des conséquences importantes peuvent être créées sur différents aspects de nous-mêmes.

Les conséquences du traumatisme infantile

Une étude récemment menée par l'Université de Washington visait à étudier l'effet que différents types de traumatismes peuvent causer chez les enfants (et les futurs adultes).

Pour ce faire, ils ont sélectionné 247 enfants âgés de huit à seize ans en analysant leur passé et leur croissance. Le résultat le plus pertinent est que les enfants exposés à la violence, qu'elle soit physique, mentale, émotionnelle ou sexuelle, ont développé un vieillissement biologique plus rapide en tant qu'enfant : donc non seulement au niveau émotionnel et comportemental, mais aussi au niveau pubertaire et au niveau des métriques cellulaires (âge épigénétique), ces enfants ont développé un vieillissement majeur.

D'où l'hypothèse que ce développement biologique accéléré peut conduire à des problèmes physiques et mentaux dans le futur, et être associé, par exemple, à des symptômes de dépression. En revanche, les enfants qui ont été soumis à des événements négatifs menant à la privation, tels que l'abandon ou le manque de soins, révèlent un signe de retard de développement pubertaire par rapport aux enfants de leur âge.

Ces études visaient à analyser comment différents types de traumatismes génèrent différentes influences sur le développement, en détaillant comment chaque événement traumatique devrait être considéré pour comprendre comment il affectera le développement de l'enfant.

Exemples de traumatismes infantiles

Nous avons déjà vu quelques exemples de traumatismes infantiles dans les paragraphes précédents, mais dans cette partie de l'article nous essaierons d'analyser certains traumatismes infantiles avec des nuances différentes, qui n'ont pas forcément de graves conséquences, mais qui peuvent encore laisser une marque négative dans notre vie et que nous pouvons vouloir reconnaître et surmonter !

1. Peur de l'abandon, une prison dans le cœur

Ce type de traumatisme infantile survient lorsque la mère, ou le soignant (celui qui prend soin de l'enfant), est incapable ou refuse de répondre en tant que figure protectrice aux peurs ressenties par l'enfant ou quitte littéralement la famille ou le logement de l'enfant. Il s'agit souvent d'enfants laissés seuls pendant de longues périodes ou élevés par d'autres, ou simplement d'enfants de parents qui, pour des raisons personnelles, ne veulent pas satisfaire adéquatement les demandes de compagnie et d'attention requises par les enfants. Les personnes qui ont vécu l'abandon dans leur enfance ont tendance à ne pas être en sécurité et à développer une dépendance émotionnelle basée sur la peur d'être à nouveau abandonnées.

2. Violence domestique, un chaos interne

Culturellement, nous avons l'habitude de considérer certaines formes de violence dans l'éducation des enfants comme tolérables: par exemple, une gifle ou une fessée. Ce sont évidemment des cas mineurs par rapport à des cas de violence plus graves. Cependant, de nombreuses études ont montré que toute forme de violence contre les enfants, même la plus légère, est mauvaise. La violence apprend aux enfants à résoudre leurs conflits par la violence, à ne pas faire face de manière adéquate à leurs accès de colère et à résoudre leurs conflits familiaux selon la loi du plus fort. Ces conséquences et les blessures émotionnelles de l'enfance sont portées à l'âge adulte et affectent la personne et son environnement, générant des hommes et des femmes auteurs de violences.

3. Le rejet, un miroir désolé

Certains parents rejettent leurs enfants pour diverses raisons : ils sont nés au mauvais moment, ils sont le produit de la négligence, ils sont exactement comme l'un des parents, etc.

Le rejet constant d'un enfant créera en lui un processus de rejet de soi. Cette douleur émotionnelle passée se répandra jusqu'à l'âge adulte, déclenchant en lui un sentiment d'insuffisance et d'incapacité à faire face à la vie, au travail, à l'école ou aux relations amoureuses. Ces personnes préféreront rester seules et isolées.

4. Se sentir victimes de l'injustice

Dès leur plus jeune âge, les enfants ont la capacité d'évaluer si une situation dans laquelle ils sont impliqués est juste ou injuste ou s'ils reçoivent un traitement inégal. Et pour ceux qui ont plusieurs enfants, c'est une question de la plus haute importance. Vivant dans un environnement qui a été très injuste, le moi se détériore progressivement, donnant aux enfants l'idée qu'ils ne méritent pas l'attention des autres.

Un adulte qui a souffert de cette blessure émotionnelle peut devenir très insécurisé avec une vision pessimiste de la vie. Ces personnes auront du mal à faire confiance aux autres et à établir des relations, et penseront inconsciemment que tout le monde les traite mal. D'un autre côté, même un peu de jalousie entre frères et sœurs est normal et il arrive parfois qu'un des frères et sœurs s'entende mieux avec un parent et vice versa, ce qui peut laisser de petites blessures émotionnelles mais qui ont tendance à guérir avec l'âge. Il est important que les parents comprennent ce qui arrive à leurs enfants et établissent une forme de communication qui permette aux enfants d'exprimer leurs doutes et leurs souffrances et de les faire se sentir aimés.

5. Trahison, promesses non tenues, un monde terrifiant

Parfois, les parents font de grandes promesses, qui ne sont alors pas tenues, volontairement ou non. Ne pas tenir ses promesses crée un traumatisme chez l'enfant, une blessure émotionnelle, qui lui fera croire que le monde et les gens qui l'entourent ne sont pas fiables. Il deviendra un adulte avec une personnalité incertaine, jalouse, craintive et compulsive.

6. La blessure de l'humiliation

Ce type de traumatisme est un type de traumatisme plus actuel que jamais, qui peut survenir à la fois entre les murs de la maison mais aussi à l'extérieur. L'humiliation est un traumatisme infantile qui concerne les enfants qui sont constamment soumis à des situations humiliantes, moqueuses et disqualifiées, à l'école comme à la maison. Les futurs adultes qui subissent ces humiliations grandiront avec une forte tendance à la dépression et une faible estime de soi. Nous nous souvenons certainement tous de situations humiliantes de l'enfance, et il suffit de s'en souvenir pour comprendre à quel point ce traumatisme émotionnel de l'enfance peut être grave et comment il peut nous accompagner dans la vie d'adulte.

7. La peur de l'inconnu

De nombreux parents encouragent leurs enfants à perdre leur peur de l'obscurité, de l'eau ou des endroits inconnus, ou sous-estiment leurs craintes en leur disant de ne pas avoir peur. Les enfants ont besoin de patience et une immersion violente dans des environnements inconnus ne génère que des individus qui ne sont pas en sécurité, qui ont peur du changement et qui résistent à la différence.

6 Comportements révélateurs de traumatismes infantiles

Nous avons vu que des traumatismes différents entraînent des conséquences différentes chez les futurs adultes, et il n'est donc pas facile de les prévoir ou de les identifier. Nous pouvons essayer d'analyser certains comportements et phrases qui peuvent nous faire comprendre que la personne a des traumatismes passés à surmonter :

  1. Enfance manquée : ce type de traumatisme peut être enfermé dans la phrase «je n'ai pas eu d'enfance». Ce sont des personnes qui n'ont pas beaucoup de souvenirs du passé ou seulement une mémoire flash, et qui manquent donc d'une narration cohérente de leur passé et de la conscience de soi, c'est-à-dire qu'elles n'ont pas de sens autobiographique et ont l'impression que leur enfance leur a été volé. Ces personnes ont subi des traumatismes et des blessures qu'elles ont essayé de supprimer, en oubliant tout. 
  2. Perdre une partie de soi : ce type de conséquence peut être décrit par la phrase "j'ai l'impression d'avoir perdu une partie de moi, mais je ne sais pas quoi". Les personnes qui ressentent cela sont des personnes qui ont probablement essayé d'isoler la partie d'elles-mêmes liée au traumatisme afin d'essayer de se préserver. Cependant, ce comportement peut conduire à une forme dissociative du soi.
  3. Se retrouver toujours dans des relations toxiques ou destructrices. Vous identifiez-vous à la phrase "Je me retrouve toujours avec des gens qui ne sont pas pour moi ou qui me font du mal." Il arrive très souvent que ceux qui ont vécu un traumatisme et l'ont enlevé sans le traiter, finissent par chercher chez les autres la partie traumatisée de leur moi pour continuer à le revivre (cette attitude s'appelle la compulsion de répétition), aboutissant ainsi à des relations toxiques et dépendantes.
  4. Évitez les liens : Cette attitude pourrait se refléter dans la phrase "Je ne veux pas de liens ou je veux être célibataire pour toujours". Éviter les liens ou rester isolé signifie ne pas s'impliquer et ne pas faire face à la peur que quelque chose puisse mal tourner. Les relations (de toute nature : amour, amitié, famille, etc.) sont essentielles pour le développement personnel et la croissance.
  5. Éviter d'être soi. Les gens qui n'acceptent pas des parties d'eux-mêmes ont tendance à répéter des phrases telles que «je n'aime pas penser à moi». Ce type de dissociation se produit, un peu comme des gens qui sentent qu'ils ont perdu une partie d'eux-mêmes, lorsque le traumatisme que la personne a vécu est lié à des personnes importantes de sa vie, dont la mémoire le fait se sentir mal. L'introspection devient un acte douloureux à accomplir et la personne préfère s'échapper et ne pas traiter le traumatisme, mais cela conduit à une fracture de son identité qui peut conduire à des comportements autodestructeurs ou toxiques.
  6. Déconnexion émotionnelle et incapacité à vivre une expérience émotionnelle. Ces personnes ont généralement vécu des traumatismes dans leur famille d'origine, peut-être parce qu'elles étaient toxiques ou dysfonctionnelles, ou parce qu'elles vivaient dans un environnement où les émotions étaient réprimées. Ces personnes grandiront avec l'idée que les émotions ne doivent pas être vécues et donc les réprimer, les faisant exploser de manière impulsive ou négative ou dans une sorte d'anesthésie émotionnelle. Évidemment, ce comportement a des conséquences importantes sur notre bien-être psycho-physique.

Comment surmonter les traumatismes du passé ?

Comme dans tous les événements de notre vie, pour surmonter les traumatismes du passé, la première étape est de reconnaître que nous avons un problème et d'accepter ce que nous ressentons. De cette façon, nous pouvons commencer à traiter ce qui nous est arrivé pour essayer de surmonter les traumatismes du passé. Chaque traumatisme nécessite un processus et une élaboration particuliers qui passent par différentes phases, dont certaines sont très douloureuses. Il y a des traumatismes que, très souvent avec le passage de l'âge, nous sommes capables de traiter et de surmonter seuls, mais il est toujours conseillé en cas de mal-être, ou si nous sommes victimes d'attitudes toxiques (les nôtres ou autres), de commencer une thérapie qui peut aider à surmonter les traumatismes et à reprendre des comportements plus sains qui vous aident à vous sentir bien.

  • Parents et enfants : méthodologie d'apprentissage et compréhension mutuelle

Les parents jouent évidemment un rôle fondamental dans la croissance et la stabilité émotionnelle des enfants. D'une part, les parents doivent être conscients de cette réalité pour surveiller et revoir en permanence leurs actions envers les enfants et la vie de famille, et se rappeler que les enfants apprennent plus en nous regardant faire qu'en entendant ce qui est dit.

D'un autre côté, les enfants peuvent souffrir de blessures émotionnelles lorsqu'ils ne se sentent pas compris ou incapables de comprendre ce qui se passe, ce qui pourrait affecter leur estime de soi et leur confiance. De toute évidence, les enfants ne viennent pas avec un manuel et les parents ne sont pas parfaits, et il est courant pour eux de faire des erreurs. L'important est que les parents apprennent à observer l'enfant, en essayant de comprendre ses besoins et en essayant d'éviter les attitudes qui peuvent nuire à la vie émotionnelle des enfants. En tant que parents, il est essentiel de porter une attention particulière aux comportements et aux manifestations des enfants, de comprendre s'il y a quelque chose qui ne va pas et de trouver le meilleur moyen de communiquer avec leurs enfants et de leur donner une base sûre, de leur offrir une enfance pleine de bien-être, de confiance et d'amour.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Bibliographie

  • https://www.cdc.gov/violenceprevention/pdf/childmaltreatment-facts-at-a-glance.pdf
  • https://www.nctsn.org/what-is-child-trauma/trauma-types/early-childhood-trauma
  • https://www.apa.org/news/press/releases/2020/08/experiencing-childhood-trauma
  • https://www.sciencedaily.com/releases/2018/11/181101133812.htm

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 6
  • Laetitia

    Merci pour cette article je me retrouve complètement j'ai ue choc psychomatrique dans mon enfance un abus sexuels a mon adolescence et laisser vivre a 19 ans presque un abondoner de m'a famille je suis aujourd'hui maman 2 enfants et marié et ma vie sexuelle et de couple distante je fais attention

  • Anna

    Très bon article, très intéressant. Merci

  • Mimi

    J,61 ans et je revient continuellement des tromatismes . Votre article ma confirmé le pourquoi ,aujourd'hui je fais une thérapie avec des chevaux j,espère en venir a bout.

  • Sissi

    L article est très intéressant,le sujet est parfaitement explicité,je n ai pas eu de mal à le comprendre. Le rejet ,un miroir désolé.. A la lecture de cet article je me suis totalement retrouvée dans tous les axes C'est terrifiant la sensation ,l'émotion qui remobte au fil de la lecture mais l'inconscient qui bloque ce flux emtionnel avant que l'engrenage commence..

  • AdviceShadow

    Pourquoi ne pas parler de l’EMDR ?

  • Fabiola

    C'est tellement ça, personnellement je cumule les traumatismes cités dans votre article... Je comprends mieux pourquoi je vais encore mal même à 50 ans et ce malgré une aide... Encore bcp de travail pour moi.... Fabienne

derniers articles sur affirmation de soi