Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Sortir de sa zone de confort

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Et si la réticence au changement était le signe qu'il était temps de changer ?

3 août 2018 · Lecture : min.

La résistance au changement est naturelle chez l'être humain, car notre cerveau aime ses routines et n'aime pas que cela change. Mais si justement, cette réticence au changement était le signe qu'il était temps de changer ?

La zone de confort est un état mental qui ne permet pas la croissance personnelle et tous les processus associés, comme l'apprentissage de conduites ou compétences qui nous permettent d'atteindre un plus haut degré de satisfaction par rapport à notre vie.

Il est vrai que dès l'enfance, on nous apprend énormément de choses, nous emmagasinons beaucoup de connaissances, mais nous n'apprenons pas à prendre confiance en nous. Et bien que cette zone de confort puisse paraître agréable, car elle nous permet de continuer à vivre en "pilote automatique", ce n'est pas une situation qui nous stimule suffisamment. Sur le long terme, ne pas sortir de cette zone de confort nous donne une sensation de vide, et on risque de tomber dans l'apathie ou dans certaines dynamiques de comportement en relation avec la dépression.

Et justement, qu'est-ce qui nous retient ? Nous sommes certains qu'il vous est déjà arrivé de vouloir faire un pas en avant, d'être courageux et de dominer le monde, mais que vous ne l'avez pas fait. Il est possible que vous soyez en souffrance, mais que vous ne bougiez pas parce que vous êtes dans votre zone de confort. Si abandonner le passé pour lutter pour ce dont vous avez toujours rêvé vous fait peur et génère de l'anxiété, ne soyez pas si dur avec vous-même et sortez de votre zone de confort. Vous verrez qu'un nouveau monde, plein de surprises et de joies, vous attend. Voici six raisons pour lesquelles vous devriez penser à sortir de votre zone de confort.

Vous serez une personne plus forte

Il est possible que sortir de votre zone de confort vous fasse peur ou vous cause de l'angoisse, mais si vous y faites face, vous verrez qu'elle n'a pas lieu d'être. Se sentir mal à l'aise est naturel, et nous prévient d'ailleurs que le chemin ne sera pas forcément aisé. Mais lorsque la peur immobilise, elle devient un problème car elle ne permet pas de développer son vrai potentiel. Adoptez un état d'esprit positif face au futur, même s'il vous effraie.

Autorisez-vous à chuter de temps à autre, et voyez cela comme une partie de votre croissance en tant que personne. En sortant de votre zone de confort et en profitant des apprentissages acquis, vous pourrez avec le temps regarder en arrière et vous sentir fier(e) de vous.

Vous gagnerez en créativité

Sortir de sa zone de confort stimule la créativité en nous faisant découvrir de nouvelles compétences, et en rompant avec la routine. Une étude publiée dans le journal Applied Cognitive Psychology en 2012 a démontré que les étudiants qui avaient passé un semestre à l'étranger avaient obtenu des notes plus élevées dans deux tests de créativité que les étudiants qui n'avaient jamais étudié à l'étranger.

Une autre étude a révélé que le trait de personnalité "ouverture à l'expérience", l'un des traits du modèle des "Big Five", était la meilleure façon de prédire le succès créatif. Ce trait de personnalité est caractéristique des individus qui savent prendre des risques et se lancent des défis à eux-mêmes, ou qui essayent constamment de nouvelles choses.

shutterstock-1029299632.jpg

Vous augmenterez la confiance en vous

Sortir de sa zone de confort et faire les actions nécessaires pour atteindre vos objectifs a des effets positifs sur la confiance en soi, c'est-à-dire sur la perception que l'on a de soi-même. Ce concept a été introduit par le canadien Albert Bandura, un psychologue reconnu qui a élaboré la Théorie de l'Apprentissage Social, expliquant la régulation de la motivation et de l'action humaine.

Ainsi, sortir de sa zone de confort et se lancer des défis vous permettra de voir de vos propres yeux que vous avez certaines compétences qui vous permettront de sortir de situations qui semblent compliquées a priori. Avoir une bonne estime de soi est associé à des pensées et aspirations positives autour d'une conduite à succès, à moins de stress, d'anxiété et d'une perception de menace, en lien avec une planification adéquate du plan d'action et une anticipation de bons résultats.

Vous continuerez à vous développer professionnellement parlant

Lorsque nous sommes jeunes, nous sommes plus prompts à prendre des risques, mais nous perdons cette capacité avec l'âge, en apprenant à avoir peur de l'échec, pouvant amener à la l'impuissance apprise et à la paralysie. Si nous ne changeons pas notre façon de penser, nous risquons d'en payer le prix émotionnel fort, en nous empêchant de poursuivre notre transformation vers un mieux-être.

Dans son livre "Auto-rénovation", l'auteur John Gardner affirme :

"Nous payons un prix élevé pour nos échecs, et c'est un obstacle énorme à notre croissance. Ceci fait que notre personnalité ne se développe pas et ne nous permet pas d'explorer et d'expérimenter. Il n'y a pas d'apprentissage sans difficulté. Si on veut continuer à grandir, on doit dépasser cette peur de l'échec".

Vous rencontrerez de nouvelles personnes et vivrez de nouvelles expériences gratifiantes

Sortir de sa zone de confort permet de s'ouvrir à de nouvelles expériences, de faire des activités qui n'étaient auparavant pas dans votre agenda, et de rencontrer de nouvelles personnes. Un excellent moyen d'avoir une vie plus satisfaisante et de se faire de nouveaux amis !

shutterstock-1111518311.jpg

Les nouveaux défis peuvent vous permettre de mieux vieillir

Selon une étude réalisée en 2013, apprendre de nouvelles compétences tout en maintenant un réseau social actif nous aide à conserver une bonne agilité mentale au fur et à mesure que nous vieillissons.

La directrice de l'étude, Denise Park, chercheuse à l'Université du Texas, conclut :

"Il semble que sortir pour réaliser des activités ne soit pas suffisant. Il est important de sortir et de réaliser des activités qui ne nous soient pas familières et qui soient mentalement ambitieuses, car cela nous offre une grande stimulation aussi bien au niveau mental qu'au niveau social. Lorsque nous sommes dans la zone de confort, il est possible que nous soyons hors de la zone d'amélioration".

Comment sortir de sa zone de confort ?

Évidemment, tout ceci est plus facile à dire qu'à faire, mais si sortir de sa zone de confort est complexe, ce n'est pas pour autant mission impossible.

Lancez-vous des défis et risquez-vous au maximum

Si sortir de sa zone de confort est important pour le développement personnel, il faut comprendre qu'on ne peut pas atteindre ses objectifs en faisant uniquement le nécessaire et en restant immergé dans sa routine.

Atteindre de nouveaux sommets suppose de faire des choses qui nous font peur, face auxquelles nous ne sommes pas à l'aise (du moins au début). D'après une étude menée à bien par un groupe de psychologues, un peu d'anxiété peut être positive pour améliorer notre rendement et continuer à croître professionnellement. Transformez ainsi ces situations qui vous provoquent de l'anxiété en situations stimulantes, et personne ne pourra vous arrêter.

Pensez à votre façon de faire les choses, et faites l'inverse

Recherchez les situations qui peuvent vous aider à sortir de votre zone de confort. Testez une danse qui ne ressemble pas à votre façon d'être, impliquez-vous dans des projets créatifs qui vous forcent à penser différemment. Vous vivrez ainsi des situations de défis auxquelles il vous faudra vous adapter. Vous serez ainsi plus souple face au changement et pourrez mieux assumer les transformations et tout ce qui sort de l'ordinaire.

shutterstock-757599697.jpg

Recherchez le changement matériel dans les choses qui vous entourent

Pour pouvoir réaliser des choses auxquelles vous n'êtes pas habitué, rien de plus efficace que de vous exposer à des environnements nouveaux. Il s'agit ici de s'exposer à des situations nouvelles, en faisant que les espaces dans lesquels on se meut soient différents. Changez votre façon de vous habiller ou la décoration de votre maison, évoluez dans des environnements divers et, évidemment, voyagez dès que vous le pouvez ; essayez même de vivre dans un autre endroit, même si cela ne dure qu'un temps.

Anticipez les excuses que vous allez utiliser

Prenez conscience que, lorsque vous vous lancez des défis ou vous fixez des objectifs, que vous vous sentez à l'aise dans votre zone de confort et allez rechercher inconsciemment de nombreuses excuses pour ne pas le faire. Jugez ces excuses pour ce qu'elles sont : des inventions dont l'objectif unique est de rationaliser l'acceptation de la commodité.

Rencontrez de nouvelles personnes

Vous n'aimez pas parler avec les gens ? Obligez-vous à le faire, même si votre corps vous dit le contraire. Le dialogue n'a pas besoin d'être parfait, et il n'est pas nécessaire de donner une image parfaite de soi. En agissant naturellement, tout sera plus fluide, et vous pourrez voir avec quelle facilité peuvent fonctionner les interactions lorsqu'on ne réfléchit pas des heures à ce que l'on va dire.

shutterstock-439213465.jpg

Faites coopérer votre famille et vos amis

Si vos proches savent que vous voulez sortir de votre zone de confort, ils vous aideront à atteindre cet objectif. Ainsi, lorsque vous prenez l'initiative et vous lancez dans de nouveaux et excitants projets, ils vous appuieront et seront là pour vous apporter leur soutien.

Donnez une chance à votre facette spirituelle

Connaissez-vous les bénéfices de la méditation ou de la Pleine Conscience (Mindfulness) ? Ces techniques améliorent notre état d'esprit et nous libèrent de croyances limitantes qui nous ancrent dans notre zone de confort. Développer un "moi spirituel" est une façon d'atteindre un bien-être émotionnel capable d'en finir avec la routine.

Photos : Shutterstock

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
Commentaires 1
  • Nathalie FOLLMANN

    En tant que praticienne en hypnothérapie clinique intégrative, je souhaitais dire que je partage totalement cet article. Pratiquant également la méditation de la pleine conscience, je confirme ce qui est dit à ce sujet.