For Da, la présence en la présence

Voir est une grande question en psychanalyse et une fonction corporelle essentielle parmi nos sens. Le regard est complexe tout comme l'image est complexe, composée de réel, de symbolique.

24 MARS 2022 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

For Da, la présence en la présence

Je me suis intéressée (et amusée) au jeu de la ficelle en systémie qui permet de voir l'invisible et de saisir cet instant précis de la vision.

Le jeu de la ficelle systémique permet de comprendre comment fonctionne un groupe dans ses inter-relations et les inter-responsabilité entre chaque personne du groupe et ce au niveau alimentaire, prenons le thème du jeu autour de nos assiettes.

C'est un outil ludique, participatif et éducatif. Il s'agit de mettre en avant notre interdépendance et donc notre responsabilité commune dans les interactions et d'ouvrir les yeux sur le monde dans lequel nous vivons. En systémie chaque élément fait partie d'un tout et pointe les liens entre le tout et les parties et réciproquement.

Ce jeu questionne notre façon de voir les choses et d'être en lien avec ainsi que de revisiter nos croyances. Il s'agit en fait de renouer les solidarités entre l'assiette, l'environnement et l'économie. Depuis nos assiettes, nous sommes des acteurs de ce système, acteurs au sens d'actifs.

Chaque participant reçoit une question, en lien avec l'alimentaire. Un premier participant expose sa question au reste du groupe. Sa réponse peut être commentée, argumentée. Puis ceux qui pensent que la question qu'ils détiennent à un lien avec la question évoquée lèvent la main, concrétisent le lien entre les questions avec la ficelle qu'ils tiennent sans la lâcher et ainsi de suite les sujets se relient en déroulant la bobine, symbole des enjeux mobilisés par la question. La ficelle suit le fil des échanges et relie les participants.

Il permet de faire des liens avec les différents acteurs et de les rendre visibles par la ficelle. En fin de compte, la ficelle symbolise ce qui ne se voit pas mais qui existe au-delà de l'absence du regard. Ce n'est pas parce qu'on ne voit pas les choses qu'elles n'existent pas. De mon assiette je ne vois pas tout et portant c est grâce à tous ces acteurs autour que je peux mangera belle salade et boire mon bon verre de vin et grâce à mes achats que je les fais vivre et manger en retour. Le jeu de la ficelle est révélateur du fait que ce n'est pas parce que les choses sont à distance et qu'on ne les voient pas qu'elles n'existent pas et qu'elles ne nous concernent pas non plus. La façon dont je mange, dont je consomme à un effet sur l économie, les champs et les animaux. Dans autre contexte actuel, imaginez la longueur de la ficelle qui part de l'assiette chinoise avec la chauve souris et qui se répand désormais dans le monde entier….Nous sommes tous si connectés.

Si on parle du jeu de la bobine à un psychanalyste il pensera à (il verra) la bobine de Freud. On voit vraiment ce que l'on perçoit de son petit monde. Il y a des similitudes dans les ficelles. Comme le jeu du « for da » freudien, la bobine systémique permet de prendre compte de la réalité grâce à l'expérience, de dépasser l'illusion du fantasme, de réaliser la présence en l'absence.

L'assiette systémique est remplacée par la mère freudienne, à y penser nous pourrions même unir les deux notions par de la ficelle. Le jeu du for / da, (for = loin, da= là) chez Freud, évoque l'observation du plaisir que prenait son petit-fils que de jeter au loin une bobine retenue par du fil et de la ramener et ainsi de suite.

De passif au départ quand la bobine s'éloigne, l' enfant devient acteur par la suite en ramenant la bobine à soi, tout comme le participant va prendre plaisir à découvrir qu'il est acteur d'un système dans lequel il se sentait isolé et impuissant. Nous pouvons aussi noter la notion du plaisir de la répétition de cette pulsion scopique, de mains levées en mains levées entre les participants et de bobine qui revient vers l'enfant en boucle. Voir est jouissif, surtout lorsqu'on ne voyait rien avant. Les deux jeux évoquent aussi l'importance du parler, du langage. Le petit-fils de Freud dit « For » quand la bobine part et « Da » quand il la ramène à soi et les participants parlent aussi de leurs impressions. L'articulation langagière contribue à la prise de conscience des liens et de la permanence, hors champs de vision et verbalise les émotions.

For. Da. Coucou me voilà. Les jeux favoris de bébé ne sont ils pas de voir la mère se cacher le visage dans ses mains et de la voir réapparaître ensuite ? Il peut y jouer des heure. Des rires aux éclats, son visage porte la trace de la stupeur de sa disparition, parfois du pleur. Plus grand, bébé change le jeu pour une variante avec le cache-cache. Quel plaisir de se cacher, ne pas être vu, de laisse l autre chercher, normal, on a acquis le contrôle des sphincters et l importance que notre action peut avoir sur l autre. Savoir que l autre cherche, s inquiète de ne pas trouver? Il y a du sadisme dans tout cela, il y a du vide aussi dans la partie de cache cache et le plaisir de retrouver. On s amuse bien, on sait que l autre est là quelque part. Encore plus tard, on peut continuer à cache cache avec fuis moi je te suis et suis moi je te fuis en boucle dans un attachement difficile mais si nécessaire, paradoxe d un lien qu on cherche et qu on refuse à la fois, comme pour se protéger, pour voir si l autre souffre. Comment PANSER le for/da dans un attachement insecure, quand le vide est au bout de la bobine? Quand la mère au bout ne vient pas? Quand au bout il y a le mauvais objet? "Dis maman tu viendras me chercher hein ce soir à l école?". "Maman tu reviens quand?" Je connais des histoires d ados qui harcèlent leurs (pauvres) mères sur les portables toute la journée, qui ont besoin de rester au bout du fil, perfusés. Le cordon n est pas coupé. Qu en est t il d un trop plein au bout du fil? Qu en est t il quand la mère est toujours là? Victoire en a fait les frais. Elle est venu me voir à cause de peurs les jours de son entrée au lycée, un établissement plus grand, plus loin, un trajet en bus, trop d inconnu en plein milieu de parents qui se séparent. "J ai peur de tout dès que je sors de chez moi ". Son père est hospitalisé et elle a peur qu il meure, qu il ne revienne pas. "Ça me gratte partout, je me réveille les nuits". Dora n arrivait pas à partir trop loin de la maison et faisait des crises d angoisses. Victoire à peur de l étranger, elle semble avoir 8 mois pourtant elle en a 20. "Je marchait dans la rue, il faisait nuit, on m'a klaxonné, j'ai eu peur je me suis senti seul seul j'ai appelé ma mère". For/Da. Elle dit qu'elle a eu peur d'être kidnappé. Elle est aujourd'hui d'un grand pessimisme et une anticipation du pire. Sa mère l accompagnait au rdv. Sa mère a de toute façon toujours été là. Elle ne savait pas être seule, elle ne l avait jamais été. Victoire n'a jamais été seule, très entourée de sa famille et sans doute a t elle éte lâchée trop brutalement vers le temps du lycée avec des inconnus qui la klaxonnaient. On comprend l'importance de l'adaptation à la crèche avec le parent qui part 30 minutes puis une heure pour habituer le bébé à la séparation. Parfois la séparation n'est pas possible et nous sommes dans des situations d'emprise où l autre est objet vital. Il existe aussi des situations où l'autre ne peut pas revenir c'est le cas de la mort avec le deuil, le deuil pathologique. On a beau vouloir tirer, il n y a rien. C'est le cas de Virginie tellement attachée à son grand-père qu elle développe une angoisse lorsque son ex copain la quitte et ne lui donne plus de nouvelles pendant plusieurs mois, il s est volatilisé sans lui dire que c était fini. Elle mène une enquête pour le retrouver, elle n'y parvient pas et cela est bien sûr amplifié car cela lui rappelle à son grand-père qu'elle ne peut plus revoir. André fait également un deuil pathologique, il a des flashs, il voit un paysage. "Il faut que j'aille là-bas" me disait-il sur la première séance. "La-bas"

C'est là où son père est décédé, c'est là qu'il peut aller le retrouver. Il se sent en paix dans cet endroit. J ai l impression d être face à un enfant qui, 35 ans après cherche encore son père. Il a le sommeil perturbé. For/Da, c est la figure d attachement, pas juste la mère. Dans ses suivis précédents on avait diagnostiqué chez lui une tendance dépressive avec perte de motivation importance, une grosse fatigue de l'humeur triste au réveil avec des difficultés de concentration et une perte d'appétit ainsi qu'une culpabilité. Le diagnostic n a pas évoqué le deuil. Il est ramoneur. Un hasard? Les cendres de son père on été éparpillées autour de l endroit qu il aime bien. Il vit dans les cendres. Le papa a été renversé par une voiture. De séance en séance il réalise qu'il est en plein deuil et qu'il n'a pas pu dire au revoir à son papa et surtout qu il n arrive pas à le quitter. Il y a Zoé qui me dit qu'elle a mal et qu'elle se bloque lors des relations sexuelles. Pourtant tout dans sa nouvelle relation indique un partenaire bienveillant mais pourtant elle n'a plus d'envie sexuelle. Elle me parle de son ex petite amie Kevin qui avait "plein de filles" et qui la trompait régulièrement . Elle acceptait tout de lui. "Je me suis attachée "mais "je me rendais malade. "Il me quitte, il me reprend, et il me re-quitte, il me reprend". For-da, for-da, loin et là. Peut importe la façon dont il est là puisque le loin n est pas possible, elle accepte tout, du moment qu il soit là. Aujourd'hui dans ses relations sexuelles elle n'est pas là elle et elle ne sort plus de chez elle. Elle est bloquée, voire dissociée, "je ne suis pas là quand on fait l amour". Une façon à elle de se protéger. Ses parents n'était pas contenants et son ancienne relation a réactivé que dans son enfance il n'y avait rien en tirant la bobine, personne au bout. Pourtant elle s'est attaché à son ancien copain, qui réactivait par un gosting une absence insoutenable. C'est difficile d'imaginer qu'il n'y aura rien au bout de la bobine alors elle a préféré tout accepter avant de craquer et de s isoler et se fermer. "Je n ai plus de désir". Les émotions sont trop pénibles. Stéphanie vient me voir et lors de la première séance elle me parle de pression au ventre, elle a des problèmes de sommeil également. Elle évoque une mère elle- même angoissée, qui était là mais qui ne contenait pas sa propre angoisse. Elle n'a jamais su rester seule petite et "quand ma sœur partait en voyage scolaire j'imaginais toujours le pire et aujourd'hui quand je n'ai pas un SMS de mon compagnon lorsqu il se déplace je ne suis pas rassurée car la route le me fatigue beaucoup". Comment avancer plus quand on ne sait pas être séparé? Car avec le for /da, dans l absence symbolisée, il y a la clé de la "capacité" d être seul qui ne peut être que si la permanence de l objet a pas été acquise. Sinon c est le vide. On reste morcelé, c est l angoisse de morcèlement, il nous manque un bout de l autre, un bout de soi. On peut aborder l'importance de l'objet transitionnel qui va être ce corps intermédiaire entre celui de l'enfant et la mère, la création de cet espace entre deux, entre l imaginaire et le symbolique. On peut noter l'importance dans la société actuelle de l addiction. Sait on être seul aujourd'hui ? Comment acquérir la capacité d'être seul dans un univers où tout est connecté? Le lien est si plein et pourtant si vide à la fois. Durant le confinement il a été très dur pour certaines personnes de ne plus voir les amis, les proches, de ne plus être en contact avec personne. Pour certaines personnes ne plus être dans du lien ne plus être en réseau est bien sûr très dommageable puisque cela peut renvoyer à leurs propres failles.

À qui ou quoi pourriez-vous relier votre bobine ?

Qui ou quoi y a-t-il au bout de votre bobine, « For », que vous ne voyez pas mais qui existe, « Da ». De quel projet êtes-vous l'acteur, même sans le voir ? Familial, professionnel, amical etc… ? En quoi votre action est-elle reliée à une autre et aura-t-elle des répercussion sur une autre, même invisible à l'œil nu ? Notre quotidien, nos relations, nos parents, nos défunts, nos princes et nos princesses imaginaires, nos exs sont au bout cette ficelle, je ne vous vois pas toujours mais je sais que vous êtes là, venant du passé, présent ou futur idéal. La bobine c est notre univers et ce qui nous relie au monde. Sans le lien nous ne pouvons pas vivre. L hospitalisme en est un triste exemple.

Peut-être avez-vous vécu l'expérience d'un retour d'une personne ou d'un objet que vous pensiez perdu à jamais. Un ex ? Un trousseau de clés que vous pensiez perdu ? Votre corps a été le marqueur de cette surprise, bonne ou mauvaise d'ailleurs. Peut-être aussi auriez-vous préféré ne jamais ramener votre bobine ? Peut-être aussi que votre fil vous relie à une situation dont vous êtes l'un des acteurs avec d'autres acteurs, même depuis chez vous sans sortir. À quoi ce fil vous ramène t-il ?

Qu'allez vous faire de ce fil, de votre pierre à l'édifice ? Voyez-vous ce fil ?

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Corinne Vera Alexandre Linkedin

Psychanalyste
nº Adeli ou Siret: 130010895

Psychanalyste, Hypno analyste, Psychothérapeute et Sexothérapeute, elle exerce dans le Vaucluse à Bollène et Avignon ainsi qu'en ligne. Elle utilise les thérapies brêves en association de la psychanalyse dans une pratique intégrative en EMDR et en Hypnose.Sa pratique est aussi psychocorporelle avec l'hypnose et de la médiation corporelle.

Voir profil

Bibliographie

  • S.Freud, Au-delà du principe du plaisir? Poche 2010

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur psychanalyse